Paul Boyé Technologies

Page d’aide sur l’homonymie « Paul Boyé » redirige ici. Pour l’article homophone, voir Paul Boyer.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boyé.
Paul Boyé Technologies
logo de Paul Boyé Technologies

Création 1 mars 1989
Fondateurs Pierre Boyé, Paul Boyé
Forme juridique Société par actions simplifiée
Siège social Labarthe-sur-Lèze
Drapeau de France France
Direction Jacques Boyé (PDG)
Activité Fabrication de vêtements techniques
Filiales PB Incorporated (Etats-Unis), PB Tex (R&D)
Effectif 243 en 2018 (France)
SIREN 349 760 918
Site web paul-boye.fr

Chiffre d'affaires 65 000 000 € en 2018

Paul Boyé Technologies est une entreprise française du secteur textile spécialisée dans les équipements militaires de haute technologie historiquement fondée en 1904 et actuellement dirigée par Jacques et Philippe Boyé. Elle est aujourd'hui le principal prestataire du Ministère de l'Intérieur dans la fonction habillement.

Éléments historiquesModifier

Pierre Boyé crée en 1904 un atelier de tailleur pour hommes à Sète. Ce Catalan, qui pratique la chasse à l’approche, est originaire de Porté-Puymorens dans les Pyrénées-Orientales. Il choisit comme emblème l’isard. C’est aujourd’hui le logo de la société.

Lorsque Pierre Boyé est mobilisé en 1914[1], l’Armée française réquisitionne son atelier pour fabriquer des capotes bleu horizon portées par les « Poilus » de la Grande guerre. À cette date, l'entreprise devient fournisseur officiel de l'armée française[2].

En 1933, l’entreprise s’implante à Toulouse.

En 1939, l’armée se tourne à nouveau vers Paul Boyé le fils du fondateur pour faire fabriquer ses tenues de combat. Il dirige la société jusqu’à l’âge de 89 ans, laissant ses fils prendre progressivement leur place en 1976[3].

La Manufacture de Vêtements Paul Boyé est créée en 1947.

À la fin des années 90, la société abandonne le marché du prêt-à-porter civil pour se concentrer dans les équipements militaires, destinés à l'industrie, ou de protection civile[4],[5]. Le siège social est transféré au Vernet à la fin 2002[6]. La Manufacture de Vêtements Paul Boyé devient Paul Boyé Technologies en 2005. La filiale américaine est fondée trois ans plus tard[7].

L'entreprise est aujourd'hui spécialisée dans la confection de vêtements et de chaussures militaires et identitaires réservés aux services de sécurité – la police, la gendarmerie, la Garde républicaine, les sapeurs pompiers, etc. Elle développe également des produits techniques notamment contre le risque NRBC ou pour des évènements exceptionnels comme pour les Jeux olympiques de 2008[8],[9], avec des vêtements produisant du froid[10].

En 2012, elle devient le fournisseur du Département de la Défense des États-Unis aux États-Unis pour la fourniture à l’armée américaine de tenues NRBC[11],[3],[12].

En 2016, Paul Boyé Technologies est sélectionnée parmi plusieurs autres groupes français pour accompagner le Président de la République Française, François Hollande, dans ses délégations en Amérique du Sud en mars[13], et au Moyen-Orient en avril[14].

L'entreprise remporte le marché du Ministère de l'Intérieur pour l'habillement des 270 000 hommes et femmes de la Gendarmerie nationale et de la Police nationale en juillet 2018. Un marché de 248 millions d'euros[15],[16],[17]. En mars 2019, l'entreprise est de nouveau sélectionnée pour accompagner le Président de la République Française, Emmanuel Macron, lors d'une délégation au Kenya et en Ethiopie[18].

RéférencesModifier

RéférencesModifier

  1. Domitille Arrivet, « La bonne combinaison de Sète », sur lepoint.fr, Le Point, (consulté le 14 octobre 2012).
  2. Marc Landré, « Sagem : l'uniforme qui fâche », Économie, sur lexpansion.lexpress.fr, L'Express, (consulté le 14 octobre 2012).
  3. a et b Stéphanie de Balorre, « Les frères Boyé, deux « Frenchies » du Pentagone », sur latribune.fr, (consulté le 14 octobre 2012).
  4. « Une tenue contre le feu et les agressions chimiques », sur usinenouvelle.com, L'Usine nouvelle, (consulté le 14 octobre 2012).
  5. « Pour des équipements de protection individuelle », sur usinenouvelle.com, L'Usine nouvelle, (consulté le 14 octobre 2012).
  6. Juliette Bosse-Platiere, « Délocalisation de l'usine textile Paul-Boyé de Toulouse à Vernet », sur usinenouvelle.com, L'Usine nouvelle, (consulté le 14 octobre 2012).
  7. « Une entreprise de Haute-Garonne décroche un contrat avec le Pentagone », Social, sur challenges.fr, Challenges, (consulté le 14 octobre 2012).
  8. Paul Miquel, « Le "gilet de froid", l'arme fatale contre la chaleur », Sport, sur lexpress.fr, L'Express, (consulté le 14 octobre 2012).
  9. « Des vestes réfrigérantes à l'entraînement des Bleus », sur nouvelobs.com, Le Nouvel Observateur, (consulté le 14 octobre 2012).
  10. Olivier Hertel, « Réfrigération : la voie chimique », sur lepoint.fr, Le Point, (consulté le 14 octobre 2012).
  11. Charles Gautier, « Le Pentagone achète des tenues de combat à Toulouse », sur lefigaro.fr, (consulté le 14 octobre 2012).
  12. Laurent Marcaillou, « Paul Boyé va fournir des tenues de protection à l'US Army », Archives, sur lesechos.fr, Les Échos, (consulté le 14 octobre 2012).
  13. « Paul Boyé en voyage présidentiel en Amérique du Sud », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 26 février 2017).
  14. « Une entreprise locale en voyage présidentiel », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 26 février 2017).
  15. « Le Toulousain Paul Boyé Technologies va habiller les forces de l’ordre », La Tribune,‎ (lire en ligne, consulté le 25 juillet 2018).
  16. « Paul Boyé Technologies remporte l'habillement de la police - Les Echos », sur www.lesechos.fr, (consulté le 25 juillet 2018).
  17. « Toulouse : l'entreprise textile Paul Boyé décroche le marché de l'habillement de la police », France 3 Occitanie,‎ (lire en ligne, consulté le 25 juillet 2018).
  18. « Une entreprise labarthaise en voyage présidentiel! », sur ladepeche.fr (consulté le 17 mai 2019).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier