Patrice Trovoada

homme politique santoméen

Patrice Trovoada
Illustration.
Patrice Trovoada en septembre 2012.
Fonctions
Président de l'Action démocratique indépendante
En fonction depuis le
(9 mois et 4 jours)
Vice-président Orlando da Mata
Selmira Fernandes
Prédécesseur Agostinho Fernandes

(17 ans)
Vice-président Levy Nazaré
Successeur Agostinho Fernandes
Premier ministre de Sao Tomé-et-Principe

(4 ans et 8 jours)
Président Manuel Pinto da Costa
Evaristo Carvalho
Gouvernement XVIe
Prédécesseur Gabriel Costa
Successeur Jorge Bom Jesus

(2 ans, 3 mois et 28 jours)
Président Fradique de Menezes
Manuel Pinto da Costa
Gouvernement XIVe
Prédécesseur Rafael Branco
Successeur Gabriel Costa

(4 mois et 8 jours)
Président Fradique de Menezes
Prédécesseur Tomé Vera Cruz
Successeur Rafael Branco
Député santoméen
Élection
Circonscription District de Lobata
Législature XIe
Groupe politique ADI

(4 ans, 1 mois et 14 jours)
Élection 2006
Circonscription District de Lobata
Législature VIIIe
Groupe politique ADI
Ministre des Affaires étrangères de Sao Tomé-et-Principe
Président Fradique de Menezes
Premier ministre Evaristo Carvalho
Prédécesseur Rafael Branco
Successeur Mateus Meira Rita
Biographie
Nom de naissance Patrice Emery Trovoada
Date de naissance (58 ans)
Lieu de naissance Libreville (Gabon)
Nationalité santoméenne
Parti politique ADI (jusqu'en 2018)
ADI (depuis 2019)
Père Miguel Trovoada

Patrice Trovoada
Premiers ministres de Sao Tomé-et-Principe

Patrice Emery Trovoada, né le à Libreville au Gabon[1],[2], est un homme politique santoméen.

Membre de l'Action démocratique indépendante, il en est président depuis 2001. Il est Premier ministre pendant quatre mois en 2008, puis de 2010 à 2012, et de nouveau de 2014 à 2018.

BiographieModifier

Son père, Miguel Trovoada, a été président de la République de 1991 à 2001[1].

Patrice Trovoada est ministre des Affaires étrangères de jusqu'à sa démission en [3]. Il se porte candidat à l'élection présidentielle de , mais termine second avec 38 % des voix, battu par Fradique de Menezes, le président sortant.

Premier ministreModifier

Le Président Fradique de Menezes nomme Patrice Trovoada Premier ministre le . Il ne conserve son poste que jusqu'au suivant, renversé par une motion de censure parlementaire[1] déposée par le Mouvement pour la libération de Sao Tomé-et-Principe – Parti social-démocrate (MLSTP-PSD)[4]

Le , son parti, l'Action démocratique indépendante (ADI), ayant remporté les élections législatives avec 26 sièges sur 55, il est à nouveau fait Premier ministre le [1],[5]. Le , les partis d'opposition MLSTP-PSD, Parti de convergence démocratique - Groupe de réflexion et Mouvement pour les forces de changement démocratique - Parti libéral déposent une motion de censure, l'accusant d'avoir pratiqué des « actes de corruption » et de « s'être engagé dans des négociations avec les sociétés privées à l'étranger à l’insu des ministres responsables des secteurs concernés, sans en informer les organes de souveraineté et encore moins la population ». Elle est approuvée par l'Assemblée nationale le 29 du même mois[6] et Trovoada est démis de ses fonctions le [7]. L'opposition prend le pouvoir au gouvernement et à l'Assemblée. Ces évènements déclenchent des scènes de violence au parlement et la descente dans les rues de plusieurs milliers de soutiens au pouvoir en place[6].

À la suite de la victoire de l'ADI lors des élections législatives d', il est nommé pour la troisième fois Premier ministre le suivant[8].

Crise à l'ADIModifier

Après les élections législatives de 2018 — où l'ADI perd huit sièges et voit la montée de l'opposition — Patrice Trovoada déclare ne pas vouloir être reconduit à son poste de chef du gouvernement[9],[10]. Le gouvernement est renvoyé par le président de la République, Evaristo Carvalho, le [11] mais il reste en fonction jusqu'à la nomination d'un nouveau gouvernement, dans la « limite de la pratique des actes nécessaires à la gestion quotidienne des affaires publiques et de l'administration ordinaire » selon le décret présidentiel[12]. Le nom de son successeur est annoncé le 30 du même mois, il s'agit de Jorge Bom Jesus, président du parti d'opposition Mouvement pour la libération de Sao Tomé-et-Principe – Parti social-démocrate[13]. Il entre en fonction le [14].

Après des désaccords sur le choix son potentiel successeur à la fonction de Premier ministre, Trovoada démissionne le de la présidence de l'Action démocratique indépendante[15]. Il annonce également quitter le parti[4] et sa fonction de député, pour lequel il venait d'être élu[15].

Le nouveau président de l'ADI, Agostinho Fernandes, dont l'élection en en contestée[16], lui rend finalement le pouvoir quelques mois après son accession. Patrice Trovoada est réélu président à l'unanimité en septembre de la même année[4].

AccusationsModifier

À la mi-2017, Peter Lopes, un ancien officier ayant participé au coup d'État santoméen de 2003 (en) et militant de l'ADI[17], accuse Patrice Trovoada d'avoir financé l'opération et d'avoir donné l'ordre d'assassiner les hommes d'État Manuel Pinto da Costa, Fradique de Menezes et Óscar Sousa[18],[19].

Trovoada est accusé par le gouvernement Jorge Bom Jesus d'irrégularités financières pendant ses quatre années de pouvoir de 2014 à 2018 et d'avoir dissimulé au Fonds monétaire international une dette supérieure à 70 millions de dollars[4]. Des accusations démenties par l'Action démocratique indépendante, qui accuse en retour l'exécutif de mener une « propagande politique diffamatoire »[20].

Article connexeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d « Sao Tomé et Principe : l'opposant Patrice Trovoada nouveau Premier ministre », Radio France internationale, 14 août 2010
  2. « Patrice Trovoada : (Pour bien vivre à São Tomé, il ne nous faut que 250 millions de dollars par an' », Jeune Afrique, 27 mai 2016
  3. (de) Institut für Afrika-Kunde, Rolf Hofmeier et Andreas Mehler, Afrika Jahrbuch 2002: Politik, Wirtschaft und Gesellschaft in Afrika südlich der Sahara, Springer Science+Business Media, , 468 p. (ISBN 978-3-8100-3782-4, lire en ligne), p. 227.
  4. a b c et d (pt) Ramusel Graça, « Patrice Trovoada reeleito presidente da ADI, o maior partido da oposição são-tomense », sur Deutsche Welle, (consulté le 26 mars 2020).
  5. « L'opposition remporte la majorité relative à Sao Tomé », sur Le Monde,
  6. a et b Sara Moreira (trad. Ines Pontes), « La crise politique s'installe à Sao Tomé-et-Principe », sur Global Voices, (consulté le 26 mars 2020).
  7. « Afrique centrale : São Tomé-et-Príncipe », sur Jeune Afrique, (consulté le 24 août 2018).
  8. Sao Tomé: Patrice Trovoada et l’ADI grands vainqueurs des législatives - RFI du 14 octobre 2014.
  9. (pt) « Patrice Trovoada: Não irei chefiar o próximo governoe », sur Radio France internationale, (consulté le 24 novembre 2018).
  10. (pt) Óscar Medeiros, « Patrice Trovoada garante Governo minoritário », sur VOA Portugues, (consulté le 24 novembre 2018).
  11. (en) « November 2018 », sur Rulers, (consulté le 23 novembre 2018).
  12. (pt) Lusa, « São Tomé/Eleições: Presidente demite XVI Governo Constitucional de Patrice Trovoada », sur Diário de Notícias, (consulté le 24 novembre 2018).
  13. (pt) Abel Veiga, « Bom Jesus é investido este fim de semana pelo PR como Primeiro Ministro de STP », sur Téla Nón, telanonstp, (consulté le 30 novembre 2018).
  14. (pt) « São Tomé e Príncipe: Jorge Bom Jesus toma posse segunda feira », sur Radio France international, (consulté le 30 novembre 2018).
  15. a et b (pt) « ADI em convulsão - Patrice distancia-se e suspende as suas funções », sur Téla Nón, (consulté le 30 novembre 2018).
  16. (pt) « São Tomé e Príncipe: Comissão política do ADI expulsa presidente eleito », sur Deutsche Welle, (consulté le 21 juin 2019).
  17. (pt) Abel Veiga, « Denúncia de tentativa de assassinato de 3 antigos dirigentes foi arquivada », sur Téla Nón, (consulté le 9 février 2019).
  18. (pt) « Participante em golpe de 2003 em São Tomé lamenta "falta de interesse" da Justiça », sur Radio-télévision du Portugal, (consulté le 24 janvier 2019).
  19. (pt) M. Barros, « Operacional que denunciou Patrice Trovoada acusa Ministério Público », sur Téla Nón, (consulté le 24 janvier 2019).
  20. (pt) Ricardo Neto, « Direção do ADI, ex-poder de 2014-18 nega existência da “dívida oculta” e pede FMI para esclarecer a questão », sur STP-Press, (consulté le 26 mars 2020).