Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Emery et Trovoada.

Patrice Trovoada
Illustration.
Patrice Trovoada en septembre 2012.
Fonctions
Premier ministre de Sao Tomé-et-Principe
En fonction depuis le
(3 ans, 10 mois et 21 jours)
Président Manuel Pinto da Costa
Evaristo Carvalho
Gouvernement XVIe
Prédécesseur Gabriel Ferreira da Costa

(2 ans, 3 mois et 28 jours)
Président Fradique de Menezes
Manuel Pinto da Costa
Gouvernement XIVe
Prédécesseur Joaquim Rafael Branco
Successeur Gabriel Ferreira da Costa

(4 mois et 8 jours)
Président Fradique de Menezes
Prédécesseur Tomé Vera Cruz
Successeur Joaquim Rafael Branco
Député santoméen

(4 ans, 4 mois et 28 jours)
Élection 2006
Circonscription District de Lobata
Législature VIIIe
Groupe politique ADI
Ministre des Affaires étrangères
de Sao Tomé-et-Principe
Président Fradique de Menezes
Premier ministre Evaristo Carvalho
Prédécesseur Joaquim Rafael Branco
Successeur Mateus Meira Rita
Biographie
Nom de naissance Patrice Emery Trovoada
Date de naissance (56 ans)
Lieu de naissance Libreville (Gabon)
Nationalité santoméenne
Parti politique Action démocratique indépendante
Père Miguel Trovoada

Patrice Trovoada
Premiers ministres de Sao Tomé-et-Principe

Patrice Emery Trovoada, né le à Libreville au Gabon[1],[2], est un homme politique santoméen, Premier ministre du au , et de nouveau depuis le .

BiographieModifier

Son père, Miguel Trovoada, a été président de la République de 1991 à 2001[1].

Patrice Trovoada est ministre des Affaires étrangères de jusqu'à sa démission en [3]. Il se porte candidat à l'élection présidentielle de septembre 2006, mais termine second avec 38 % des voix, battu par Fradique de Menezes, le président sortant. Ce dernier le nomme Premier ministre le 14 février 2008, mais il ne conserve son poste que jusqu'au 20 mai suivant quand il est renversé par une motion de censure parlementaire[1].

Le , son parti, l'Action démocratique indépendante (ADI), ayant remporté les élections législatives avec 26 sièges sur 55, il est à nouveau nommé Premier ministre le 13 août[1],[4]. Après une motion de censure, il est démis de ses fonctions le [5].

À la suite de la victoire de l'ADI lors des élections législatives d', il est nommé pour la troisième fois Premier ministre le suivant[6].

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier