Miguel Trovoada

homme politique santoméen

Miguel Trovoada
Illustration.
Miguel Trovoada lors de sa rencontre avec la Commission européenne en 1995.
Fonctions
Président de la République
[N 1]
(10 ans, 4 mois et 19 jours)
Élection
Réélection
Premier ministre Daniel Daio
Norberto Costa Alegre
Evaristo Carvalho
Carlos da Graça
Armindo Vaz d'Almeida
Raul Bragança Neto
Guilherme Posser da Costa
Prédécesseur Leonel Mário d'Alva (intérim)
Manuel Pinto da Costa
Successeur Fradique de Menezes
Premier ministre

(3 ans, 8 mois et 28 jours)
Président Manuel Pinto da Costa
Prédécesseur Leonel Mário d'Alva
Successeur Celestino Rocha da Costa (indirectement)
Ministre des Affaires étrangères

(5 mois et 12 jours)
Premier ministre Lui-même
Successeur Leonel Mário d'Alva
Biographie
Nom de naissance Miguel dos Anjos da Cunha Lisboa Trovoada
Date de naissance (84 ans)
Lieu de naissance São Tomé (Sao Tomé-et-Principe)
Nationalité Santoméene
Parti politique MLSTP (1960-?)
ADI
Enfants Patrice Trovoada

Miguel Trovoada
Premiers ministres de Sao Tomé-et-Principe
Présidents de Sao Tomé-et-Principe

Miguel Trovoada, né le à São Tomé à Sao Tomé-et-Principe, est un homme politique santoméen, membre de l'Action démocratique indépendante. Il est Premier ministre de 1975 à 1979 puis président de la République de 1991 à 2001.

Carrière politiqueModifier

  • ministre des Affaires étrangères, du à  ;
  • Premier ministre, du au  ;
  • Président de la République, du au , avec une interruption du 15 au en raison d'un coup d'État.

Miguel Trovoada participe à la création du Comité de libération de Sao Tomé-et-Principe (actuel Mouvement pour la libération de Sao Tomé-et-Principe – Parti social-démocrate, MLSTP-PSD) en 1960.

En , il est en tête de la première élection présidentielle à suffrage universel du pays car les deux autres candidats, Afonso dos Santos (FDC) et Guadalupe de Ceita (indépendant), se retirent quelques jours avant le premier tour (). Présenté comme indépendant, il est soutenu par le Parti de convergence démocratique - Groupe de réflexion (PCD-GR) et la Coalition démocratique de l'opposition. Il est élu président de la République avec 81 % des voix exprimés, l'abstention étant très élevée (40 %)[1].

En 1992, des partisans et dissidents des autres formations politiques créent l'Action démocratique indépendante (ADI), parti qui le soutient et dont son fils, Patrice Trovoada, deviendra un dirigeant.

Il est arrêté le , durant un coup d'État mené par le lieutenant Manuel Quintas de Almeida, puis libéré le 18. Ayant repris le pouvoir le , il décrète l’amnistie des putschistes.

En 1996, il se présente à nouveau à l'élection présidentielle :

  • le , il en tête du premier tour avec 40,9 % des suffrages exprimés, devançant Manuel Pinto da Costa (MLSTP-PSD, 39,1 %), Alda Bandeira (PCD-GR, 14,6 %) et Carlos da Graca (5,4 %) ;
  • le , il est réélu avec 52,74 % des voix, face à Manuel Pinto da Costa.

En 2001, à défaut de pouvoir de se représenter comme candidat à l'élection présidentielle (la Constitution de 1990 prévoit un maximum de deux mandants consécutifs), il appuie la candidature de Fradique de Menezes, membre et député de l'Action démocratique indépendante, qui remporte l'élection.

Le , il est nommé secrétaire exécutif de la Commission du Golfe de Guinée[2].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Brièvement déposé par Manuel Quintas de Almeida du au .

RéférencesModifier

  1. (en) « Elections in São Tomé and Príncipe », sur African elections database, (consulté le ).
  2. (en) « Africa: São Tomé President Congratulates Secretary of Gulf of Guinea Commission », sur allvoices.com, (consulté le )

Liens externesModifier