Parti vert écossais

parti politique

Parti vert écossais
(en) Scottish Green Party
(gd) Pàrtaidh Uaine na h-Alba
Image illustrative de l’article Parti vert écossais
Logotype officiel.
Présentation
Leader Patrick Harvie et Lorna Slater
Fondation 1990
Siège Édimbourg, Écosse
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Positionnement Centre gauche à gauche
Idéologie Indépendantisme écossais[1]
Écologie politique[1],[2]
Écosocialisme
Europhilie
Affiliation européenne Parti vert européen
Affiliation internationale Les Verts mondiaux
Couleurs Vert
Site web greens.scot
Représentation
Chambre des communes (sièges écossais)
0  /  59
Parlement écossais
7  /  129
Gouvernement local (en Écosse)
19  /  1227

Le Parti vert écossais (en anglais : Scottish Green Party et en gaélique écossais : Pàrtaidh Uaine na h-Alba) est le parti écologiste écossais et est membre à part entière du Parti vert européen. Jusqu'en 1990, il faisait partie intégrante de l'ancien Parti vert britannique. Puis il devint un parti séparé du Parti vert de l'Angleterre et du pays de Galles. Cette séparation se fit à l'amiable : les écologistes sont favorables à la décentralisation. En conséquence, le Parti vert écossais est en faveur de l'indépendance de l'Écosse.

Le parti est dirigé par Patrick Harvie et Lorna Slater depuis le [3].

HistoireModifier

Le Parti vert écossais bénéficie du fait de la part de représentation proportionnelle lors de l'élection du Parlement écossais en plus des sièges acquis au scrutin uninominal majoritaire à un tour, pour obtenir dès les premières élections en 1999 une représentation parlementaire.

Lors des élections du , le Parti vert écossais ajouta six nouveaux députés à son précédent total. Depuis les élections en 2007, le parti est stable avec deux sièges.

À la suite des élections parlementaires de 2007, les Verts écossais apportent leur appui parlementaire au SNP. L'accord entre les deux partis a pour but de réduire les émanations de gaz à effet de serre et la production de déchets polluants, de s’opposer à la construction de nouvelles centrales nucléaires et de soutenir la cause de l’indépendance écossaise. Le Vert Patrick Harvie est nommé président de la commission chargée des transports, des infrastructures et du changement climatique en [4].

S'étant engagé en faveur du Oui lors du référendum sur l'indépendance de l'Écosse, le Parti vert écossais enregistre, comme le Parti national écossais mais dans une moindre mesure, un nombre d'adhésion en hausse après le refus du référendum[5]. Le nombre d'adhésion a augmenté de 3 000 membres en quatre jours[6] pour s'établir à plus de 6 000 membres une semaine plus tard[7].

À la suite des élections parlementaires de 2016, les Verts, représentés par six députés, peuvent jouer un rôle d’arbitres au Parlement, le SNP ayant perdu sa majorité absolue[8].

En 2016, le Parti vert écossais appelle au maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne lors du référendum sur le « Brexit »[9].

Résultats électorauxModifier

Élections générales britanniquesModifier

Résultats présentés à l'échelle de l'Écosse
Année % Sièges
2001 0,2
0  /  72
2005 1,1
0  /  59
2010 0,7
0  /  59
2015 1,3
0  /  59
2017 0,2
0  /  59
2019 1,0
0  /  59

Élections parlementaires écossaisesModifier

Année Circonscriptions Régions Rang Total des sièges Gouvernement
Voix % Sièges Voix % Sièges
1999 - -
0  /  73
84 024 3,6
1  /  56
5e
1  /  129
Opposition
2003 - -
0  /  73
132 138 6,9
7  /  56
5e
7  /  129
Opposition
2007 2 971 0,2
0  /  73
82 584 4,0
2  /  56
5e
2  /  129
Soutien parlementaire
2011 - -
0  /  73
87 060 4,4
2  /  56
5e
2  /  129
Opposition
2016 13 172 0,6
0  /  73
150 426 6,6
6  /  56
4e
6  /  129
Opposition
2021 34 990 1,3
0  /  73
220 324 8,1
8  /  56
4e
8  /  129
Soutien parlementaire puis participation

Élections européennesModifier

Résultats présentés à l'échelle de l'Écosse
Année % Sièges
1999 5,8
0  /  8
2004 6,8
0  /  7
2009 7,3
0  /  6
2014 8,1
0  /  6
2019 8,3
0  /  6

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) Wolfram Nordsieck, « Scotland/UK », (consulté le )
  2. (en) Scott Macnab, « Scottish independence ‘for fairer, greener Scotland’ », The Scotsman,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. Sean Bell, « 'It's not democracy if it's not representative': New Scottish Greens co-leader Lorna Slater says party will become more diverse under her leadership », CommonSpace,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « 2 – L’Ecosse après mai 2007 : nation sans Etat ou Etat-nation ? ».
  5. (en) « Green Party membership now over 19,000 following 'incredible' growth », sur younggreens.org.uk, (consulté le ).
  6. (en) « Scottish Greens thank over 3,000 new members », sur scottishgreens.org.uk (consulté le ).
  7. (en) « Scotland has shown how the left can finally find its purpose », sur The Guardian, .
  8. (en) « Greens to demand SNP move on tax as price for propping up Sturgeon », Herald of Scotland,‎ (lire en ligne).
  9. (en) « EU referendum: where do Scotland’s political parties stand? », The Scotsman,‎ (lire en ligne).

Articles connexesModifier