Ouvrir le menu principal

Parti de la France

parti politique français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir PDF.

Le Parti de la France (PDF) est un parti politique français, nationaliste et libéral, classé à l’extrême droite de l’échiquier politique. Il est fondé en 2009 par Carl Lang et plusieurs autres anciens membres du Front national.

Sommaire

HistoriqueModifier

Faisant suite à une série de départs individuels du Front national dans le cadre de la préparation des élections européennes de 2009, le Parti de la France rassemble dès sa création un certain nombre d'anciens dirigeants frontistes tels que Martine Lehideux, Bernard Antony, Martial Bild, Fernand Le Rachinel[2].

Il se réclame de la « droite nationale, sociale et identitaire » et vise à réunir autour de son chef tous les nationalistes hostiles à Marine Le Pen et l'orientation actuelle du FN. Avec Jean-Claude Martinez, qui n'a pas adhéré au PDF, ces personnalités ont été candidates aux européennes de 2009[3]. Il présente des listes aux élections européennes sans affronter directement ni Jean-Marie Le Pen ni Bruno Gollnisch.

La création du PDF est saluée par d'autres structures en rupture avec le Front national, tels le Mouvement national républicain[4] et la Nouvelle Droite populaire[5].

Il compte début 2009 plusieurs dizaines d'anciens élus locaux du FN (conseillers régionaux et municipaux), principalement en Nord-Pas-de-Calais, Picardie, Basse-Normandie, Île-de-France et Centre, et deux députés européens.

IdéologieModifier

Le Parti de la France se revendique de la « droite nationale ». Sur les questions économiques, le parti adopte une ligne libérale (défense de l’entreprise et critique de l’État interventionniste). Au contraire du Front national par un temps, il ne prône pas une sortie de la France de l'Union européenne si celle-ci continuait d'exister : le Frexit provoquerait, selon Carl Lang, « le déclin inéluctable » du pays et aboutirait « à une situation d’isolement ». Le parti refuse également l'abandon de la monnaie unique, si celle-ci perdure dans les autres pays de la zone euro (pour Lang, « la sortie unilatérale verrait une augmentation de la dette, une hausse de tous les produits d’exportations dont le pétrole et une baisse du niveau de vie. Politiquement, tout se ferait autour de l’Allemagne. Il n’y aurait plus qu’un rôle de second rang pour la France »). Mais comme le Front national, le Parti de la France appelle de ses vœux un « partenariat privilégié avec la Russie »[6]. Sur les sujets sociétaux, le parti a manifesté son opposition à la loi de 2013 ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe, à la GPA et à la PMA, à la loi Veil sur l'IVG et à l'euthanasie[7]. Le parti qualifie la laïcité de « cheval de Troie de l’islamisation », devant être remplacée par un lien privilégié avec l’Église catholique. Le parti prône l’inversion des flux migratoires, par le retour au pays des populations étrangères[8].

En 2015, le PDF prend part à une manifestation en faveur de la remigration à Calais[1].

Place dans le paysage politique françaisModifier

Renaud Dély présente le Parti de la France comme une « frêle chaloupe d'extrême droite orthodoxe qui sert d'arche de Noé aux évincés du marinisme et collectionne les scores groupusculaires lors des rares scrutins où elle parvient à présenter des candidats »[9].

Durant les élections européennes de 2009, trois têtes de liste ont été présentées : Carl Lang dans le Nord-Ouest (1,52 %), Jean-Claude Martinez dans le Sud-Ouest (0,92 %) et Jean Verdon dans le Massif central-Centre (1,88 %).

Lors des élections régionales de mars 2010, le parti présentait des listes dans quatre régions : Haute-Normandie (1,46 %), Basse-Normandie (3,71 %), Picardie (2,02 %) et Centre (3,55 %). Il s'est associé dans deux autres régions, la Lorraine (3 %) et la Franche-Comté (2,46 %), aux listes « Non aux minarets » présentées par le Mouvement national républicain (MNR) et la NDP. Le PDF a aussi soutenu la Ligue du Sud de Jacques Bompard en PACA (2,69 %) et la liste de Jean-Claude Martinez en Languedoc-Roussillon (0,74 %). Le Parti de la France enregistre donc une moyenne approximative de 2,70 % des voix. Sa direction juge à l'époque ce résultat « encourageant » compte tenu de l'absence de médiatisation de ses listes[10].

Alliances avec d'autres partisModifier

Article connexe : Union de la droite nationale.

Dans le cadre de sa stratégie de rassemblement des nationaux, le PDF participe à la création et à l'animation d'un Comité de liaison de la résistance nationale, structure qui a pour objectif, selon l'annonce faite par Robert Spieler (NDP), de coordonner « les différents mouvements de la droite nationale »[11]. Carl Lang annonce à l'époque envisager de se présenter à l'élection présidentielle et se dit sceptique quant aux chances de son ami Bruno Gollnisch de succéder à Jean-Marie Le Pen comme président du Front national, tout en réaffirmant son opposition aux options de Marine Le Pen[12].

Le , le PDF, le MNR et la NDP organisent une conférence de presse pour annoncer leur décision de poursuivre le rassemblement des forces nationales et identitaires et de se poser en alternative face aux « dérives et aux compromissions d'un FN en mal de respectabilité ». Ils se félicitent par ailleurs de « l'élargissement amorcé avec la Ligue du Sud de Jacques Bompard[13] » et se disent prêts à travailler avec Bruno Gollnisch et ses amis. Carl Lang confirme alors son intention de participer à l'élection présidentielle de 2012 : « Nous présenterons ou soutiendrons un candidat à la présidentielle de 2012, nous le déciderons ensemble au printemps 2011[14] ».

Le à Paris, lors d'une réunion publique organisée par la revue Synthèse nationale, l'Union de la droite nationale, regroupant, outre le Parti de la France, le Mouvement national républicain et la Nouvelle Droite populaire, en présence des dirigeants de la presse nationaliste (notamment Jérôme Bourbon, directeur de l'hebdomadaire Rivarol) et de Thibaut de Chassey représentant le Renouveau français, est lancée : il s'agit d'une « confédération des forces nationalistes, nationales et identitaires[15] » qui présentera un candidat unique aux élections présidentielles prochaines et des candidats aux élections législatives sous l'étiquette « Union de la droite nationale ». Carl Lang a été désigné comme candidat de l'Union et prépare déjà sa campagne de récolte des parrainages nécessaires à la validation de sa candidature[16]. L'UDN réaffirme son opposition au FN de Marine Le Pen comme à tous les partis du « Système »[17] ».

Carl Lang prend par ailleurs la parole lors de la treizième université d'été du MNR le [18] et déclare qu'il faut maintenant « doter notre pays d'une véritable et d'une nouvelle droite nationale » contre le mondialisme et l'ultralibéralisme. Le mois suivant, il déclare à l'AFP : « Nous ferons une campagne de droite nationale, pas une campagne sur la démagogie étatiste ou laïciste de Marine Le Pen […]. Nous voulons occuper l'espace électoral du Front national « canal historique », qui était incarné par Jean-Marie Le Pen et qui n'est plus occupé par sa fille[19] ».

Élections de 2012Modifier

 
Un repas militant de la fédération du Limousin.

Le , Carl Lang se déclare candidat à l'élection présidentielle de 2012, sous la bannière de l'Union de la droite nationale qui regroupe le Parti de la France, le Mouvement national républicain et la Nouvelle Droite populaire[20] . Il propose à cette occasion un grand projet de « reconquête nationale » sur les plans politique, économique, identitaire, démographique et spirituel, avec pour premier mot d'ordre « la décolonisation de la France et de l'Europe, victimes d'un processus massif, destructeur, de colonisation migratoire, économique et culturelle », dans le but de « rendre la France aux Français et l'Europe aux Européens »[21] et prône, pour relever le défi démographique, de « remettre la famille au cœur de la société française » en donnant un statut aux mères de famille, en protégeant le travail (par la « préférence nationale et européenne à l'embauche ») et en réservant les aides sociales exclusivement aux familles françaises. Il réaffirme également son opposition au laïcisme de Marine Le Pen face au problème de l'islamisation et défend l'héritage chrétien de la France et de l'Europe[22]. Dans le domaine économique, il estime que « la reconquête et la croissance doivent venir de l'initiative individuelle, de la responsabilité, et en aucun cas de l’État », se déclare « farouchement hostile à tout étatisme, à tout fiscalisme, à toute forme de collectivisme » et favorable à « la régulation commerciale » (c'est-à-dire au principe de la préférence communautaire qu'il oppose à la « dictature du libre marché ouvert »), à la « responsabilité budgétaire » pour sortir la France de la « crise de la dette », et à « l'indépendance énergétique et alimentaire de la France ». Il prône aussi la « reconquête de la sécurité intérieure » et « une politique de tolérance zéro, d'expulsion des délinquants étrangers ». Enfin, il dit vouloir une diplomatie indépendante, en refusant la soumission aux intérêts géo-stratégiques des États-Unis, et en retissant des liens étroits et privilégiés avec la Russie.

Carl Lang échoue finalement à concourir à la présidence de la République, n'ayant réuni selon lui que 447 parrainages[23] contre 500 nécessaires.

Dans le cadre des élections législatives de 2012, le PDF et l'Union de la droite nationale (UDN) présentent 70 candidats.

Le 9 février 2013, le Parti de la France organise son second congrès à Enghien-les-Bains, et renouvelle son bureau politique et son conseil national.

Élections municipales de 2014Modifier

À Besmont près de Hirson (Aisne), Pierre-Marie Verdier, fonctionnaire de l'Assemblée nationale en retraite, est élu[24] sur une liste d'intérêt communal. Il fait partie depuis 2013 du conseil national du Parti de la France[1].

Élections législatives de 2017Modifier

À l'occasion des élections législatives de 2017, le Parti de la France présente 55 candidats dans le cadre de l'Union des patriotes avec les comités Jeanne de Jean-Marie Le Pen, Civitas, la Ligue du Sud, le Siel et le Front libéré[25].

PersonnalitésModifier

Anciens membresModifier

  • Pierre Descaves, quitte le FN pour rejoindre le PDF en 2010, est membre du bureau politique à partir de 2013, meurt en 2014.
  • Bernard Antony, a participé à la fondation du parti mais ne participe plus depuis 2010.

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d Laurent de Boissieu, « Le Parti de la France (PDF) », sur france-politique.fr.
  2. « Carl Lang lance son mouvement, le Parti de la France », sur leparisien.fr, .
  3. « Carl Lang ou le caillou dans la chaussure des Le Pen », Le Monde, 25 février 2009, p. 10.
  4. « Fin du cycle lepéniste », communiqué d'Annick Martin du 25 février 2009, sur le site du MNR
  5. « La NDP salue fraternellement la naissance du Parti de la France de Carl Lang », site de la NDP, 24 février 2009
  6. "Présidentielle 2012 : Carl Lang est candidat" sur http://droites-extremes.blog.lemonde.fr du 13 septembre 2011
  7. "Carl Lang : "Il n'y a pas de monopole du discours national", sur lejdd.fr du 14 septembre 2011
  8. "Carl Lang : ses différences avec le FN", sur estrepublicain.fr du 16 mars 2012
  9. Renaud Dély, La vraie Marine Le Pen : une bobo chez les fachos, Plon, , 181 p. (ISBN 2259229557), p. 102.
  10. « Communiqué de Carl LANG, tête de liste du PdF en Haute-Normandie », sur parti-de-la-france.fr, (consulté le 4 avril 2018).
  11. « La Nouvelle Droite Populaire réunira son 3ème Conseil national le samedi 8 mai. Le 9 mai, elle participera à la manifestation unitaire contre le mondialisme... », sur ndp-infos.over-blog.com, (consulté le 4 avril 2018).
  12. « Face à Le Pen, Gollnisch à la peine », sur Libération.fr, (consulté le 7 mai 2018).
  13. « Lundi 5 juillet, les forces nationales et identitaires ont présenté le Comité de liaison de la résistance nationale », ndp-infos.over-blog.com,‎ (lire en ligne, consulté le 24 décembre 2016).
  14. « Comité de liaison de Résistance nationale », sur parti-de-la-france.fr, (consulté le 4 avril 2018).
  15. « Lundi soir, 350 personnes ont assisté à la réunion de Synthèse nationale à Paris pour le rassemblement de la Droite nationale », ndp-infos.over-blog.com,‎ (lire en ligne, consulté le 24 décembre 2016).
  16. « République Française Élection Présidentielle 2012 », sur agence2presse.eu, (consulté le 4 avril 2018).
  17. « Droite nationale : L’union en marche... », sur synthesenationale.hautetfort.com, (consulté le 27 décembre 2015).
  18. « Carl Lang à l'Université d'été du MNR : », sur synthesenationale.hautetfort.com, (consulté le 29 janvier 2016).
  19. « 2012: une alliance à l'extrême droite », sur Le Figaro, (consulté le 7 décembre 2015).
  20. « Carl Lang officiellement candidat », sur lefigaro.fr, .
  21. Reuters, « Carl Lang candidat en 2012 face à Marine Le Pen », Le Point,‎ (lire en ligne).
  22. David Doucet, « 2012: Carl Lang veut dépasser Marine Le Pen sur sa droite », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne).
  23. 1 Pierre Picace, « CARL LANG ABSENT DE LA PRÉSIDENTIELLE », sur National-Hebdo, .
  24. « La Horde – L’extrême droite s’implante aussi dans la campagne picarde », sur lahorde.samizdat.net (consulté le 22 février 2018).
  25. Rodrigue Jamin, « Les bannis du FN font listes communes pour les législatives », sur StreetPress, (consulté le 26 avril 2017).

Lien externeModifier