Ouvrir le menu principal

Union de la droite nationale

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir UDN.

Union de la droite nationale
Image illustrative de l’article Union de la droite nationale

Organisations politiques concernées Mouvement national républicain (MNR)
Nouvelle Droite populaire (NDP)
Parti de la France (PDF)

Représentation à l'Assemblée nationale
0 / 577
Représentation au Sénat
0 / 348
Représentation au Parlement européen
0 / 74
Idéologie Nationalisme
Identitarisme
Antimondialisme
Conservatisme social
Couleurs Bleu

Site Web udn.com
Carl Lang lors d'une réunion de l'UDN.

L'Union de la droite nationale (UDN), appelée un temps Comité de liaison de la résistance nationale, était une confédération politique française, fondée notamment sous l'impulsion de Carl Lang[1]. Elle regroupait plusieurs formations d'extrême droite (Mouvement national républicain, Nouvelle droite populaire et Parti de la France). Elle était soutenue activement par la revue Synthèse nationale dont le directeur, Roland Hélie, est le secrétaire national.

HistoriqueModifier

CréationModifier

Le , Carl Lang annonce qu'il sera le candidat de la droite nationale à la présidentielle de 2012[2]. Cette droite nationale regroupe des partis d'extrême droite comme le MNR d'Annick Martin, la Nouvelle droite populaire (NDP) de Robert Spieler, le PDF de Carl Lang, Terre et Peuple de Pierre Vial et d'anciens membres du FN. L'Union de la droite nationale est présentée officiellement le [3],[4]. N'ayant pas obtenu les 500 parrainages pour avoir un candidat qui représenterait la coalition à la présidentielle, l'UDN annonce qu'elle présentera 70 candidats lors des législatives de juin[5]. Le 11 novembre de chaque année, Synthèse nationale organise une réunion qui réunit toutes les formations et personnalités de l'Union de la droite nationale.

 
Hubert Savon (MNR), Carl Lang (PDF), Roland Hélie (Synthèse nationale) et Robert Spieler (Nouvelle droite populaire (NDP)).

Partis membresModifier

Partis fondateursModifier

Formations qui annoncent leur participation ou leur soutien à l'Union de la droite nationaleModifier

Des revues comme Rivarol, Synthèse nationale ou Militant soutiennent cette coalition.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier