Ouvrir le menu principal

Fernand Le Rachinel

industriel et homme politique français

Fernand Le Rachinel
Illustration.
Fernand Le Rachinel en 2012.
Fonctions
Député européen

(4 ans, 8 mois et 28 jours)
Élection 13 juin 2004
Circonscription Nord-Ouest (France)
Législature 6e
Groupe politique NI (2004-2007)
ITS (2007)
NI (2007-2009)

(5 ans)
Élection 12 juin 1994
Circonscription France
Législature 4e
Groupe politique NI
Conseiller régional de Basse-Normandie
Élection 16 mars 1986
Réélection 22 mars 1992
15 mars 1998
15 mars 2004
Biographie
Date de naissance (77 ans)
Lieu de naissance Gourfaleur (Manche)
Nationalité Française
Parti politique FN (1978-2008)
PDF (depuis 2008)
Profession Industriel

Fernand Le Rachinel, né le à Gourfaleur (Manche), est un industriel et homme politique français.

Longtemps membre du Front national, il est conseiller général de la Manche, conseiller régional de Basse-Normandie et membre du Parlement européen à deux reprises. Il quitte ensuite le FN pour rejoindre le Parti de la France.

Sommaire

BiographieModifier

Carrière professionnelleModifier

Fils d'agriculteur, Fernand Le Rachinel est typographe de profession[1]. Désigné meilleur ouvrier de France, il est à la tête de nombreuses entreprises d'impression (Off'7 et la Société d'impression d'art Le Rachinel -SIAL- à Saint-Lô, Le Cornec à Vire, Saint Barth Offset à Saint-Barthélemy, Lutèce Impressions à Paris, Schaeffer à Lille) et plusieurs SCI à Torigni-sur-Vire et Saint-Barthélemy[2]. Il est un temps président du conseil d'administration de l'hôtel Ibis de Saint-Lô.

Parcours politique au Front nationalModifier

Il s'engage d'abord à l'UDF[1].

Par la suite, il adhère au Front national, dont il devient responsable dans la Manche et en Basse-Normandie, puis membre du bureau politique, où il est responsable de la collecte des parrainages pour la candidature de Jean-Marie Le Pen à l’élection présidentielle de 2007. Il est également délégué du FN à la propagande[1] et administrateur du Mouvement normand.

Il siège au conseil général de la Manche entre 1979 et 2001 (élu dans le canton de Canisy), et au conseil régional de Basse-Normandie entre 1986 et 2006.

Il entre une première fois au Parlement européen lors de la 4e législature (1994-1999), après avoir été élu sur la liste FN ; il siège en tant que non inscrit. Il exerce un second mandat de député européen à partir de 2004, en remplacement de Chantal Simonot, démissionnaire. Il s’inscrit au groupe Identité, tradition, souveraineté (ITS) en 2007.

Lors des élections législatives de 2002, il se présente dans la 1re circonscription de la Manche. Il obtient 12,1 % des suffrages au premier tour[3]. Pour celles de 2007, il recueille dans la même circonscription 6,8 % des voix exprimées[4].

À l'échelle nationale, Fernand Le Rachinel est un important bailleur de fonds du Front national. Lors des élections législatives, présidentielle, et municipales de 2007-2008, il apporte au parti quelque huit millions d'euros, somme qu'il a lui-même refinancée par de l'emprunt bancaire. Face au refus de rembourser de la direction du parti, il entame une procédure de saisie conservatoire sur le montant de la vente du Paquebot, le siège historique du FN à Saint-Cloud[5]. La cour d'appel de Versailles condamne le FN à lui rembourser 6,3 millions d'euros et à lui verser 600 000 euros d'intérêts[6],[7].

Fernand Le Rachinel cède Cotentin étiquettes en 2007, puis sa principale entreprise, la SIAL, en juillet 2008[8].

Ralliement au Parti de la FranceModifier

Dans ce contexte d’affrontement judiciaire, il quitte le FN en , estimant « que les méthodes utilisées contre [lui] sont indignes d'un mouvement politique respectable et déplore que ces agissements aient reçu l'approbation de Jean-Marie Le Pen ». Le mois suivant, le député européen Carl Lang annonce que Fernand Le Rachinel figurera sur la liste qu'il a décidé de conduire dans la région Nord-Ouest face à Marine Le Pen, investie par le FN. Il est numéro trois sur la liste du Parti de la France (PDF), qui obtient 1,5 % des suffrages exprimés, contre 10,2 % pour celle de Marine Le Pen[9].

À la tête d'une liste du PDF aux régionales de 2010 en Basse-Normandie, Fernand Le Rachinel obtient 3,7 % des voix au niveau régional et 4,8 % dans la Manche[10],[11].

Synthèse de son parcoursModifier

La pertinence de cette section est remise en cause. Considérez son contenu avec précaution. Améliorez-le ou discutez-en. (22 mai 2019)

OuvrageModifier

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier