Orval (Cher)

commune française du département du Cher

Orval
Orval (Cher)
Mairie d'Orval
Blason de Orval
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Cher
Arrondissement Saint-Amand-Montrond
Intercommunalité Communauté de communes du Cœur de France
Maire
Mandat
Clarisse Duluc
2020-2026
Code postal 18200
Code commune 18172
Démographie
Population
municipale
1 806 hab. (2018 en diminution de 4,04 % par rapport à 2013)
Densité 236 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 43′ 36″ nord, 2° 28′ 57″ est
Altitude Min. 147 m
Max. 199 m
Superficie 7,65 km2
Unité urbaine Saint-Amand-Montrond
(banlieue)
Aire d'attraction Saint-Amand-Montrond
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Saint-Amand-Montrond
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Orval
Géolocalisation sur la carte : Cher
Voir sur la carte topographique du Cher
City locator 14.svg
Orval
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Orval
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Orval
Liens
Site web ville-orval.fr

Orval est une commune française située dans le département du Cher en région Centre-Val de Loire.

GéographieModifier

LocalisationModifier

  Nozières  
N Saint-Amand-Montrond
O    Orval    E
S
Orcenais Bouzais

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Orval est une commune urbaine[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saint-Amand-Montrond, une agglomération intra-départementale regroupant 3 communes[4] et 11 794 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Amand-Montrond, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 36 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[7],[8].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (61,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (68,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (43 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (17,7 %), terres arables (17,1 %), zones urbanisées (15,5 %), forêts (5 %), zones agricoles hétérogènes (1,7 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

ToponymieModifier

Formée sur aurea, « or », et vallis, « vallée ».

HistoireModifier

PréhistoireModifier

La présence humaine, pour la commune d'Orval, est attestée dès la fin de la préhistoire. Ainsi, par le biais de prospections archéologiques, des strucures d'habitats attribués pour la période du néolithique « moyen » ont été signalés au sein des couches stratigraphiques supérieures du hameau villageois d'Arrondes. Ces vestiges, de forme circulaire, possèdent un fossé entouré de poteaux. Ils ont été exhumés au cœur d'une terrasse fluviatile du Cher et qui surplombe la cité d'Orval[11].

Une nécropole de la civilisation des champs d'urnes (âge de bronze) a été trouvée vers 1964 en bordure sud-ouest d'Orvel, dans une ancienne sablière entre le cimetière actuel et le « chemin de Villaine » (appellation 1965[12] ; de nos jours appelé la "route de Vilaine", cette route passe devant le château d'eau puis longe le coin sud-est du cimetière et passe ensuite au hameau la Loge[N 1])[N 2]. Le site est à quelques mètres à l'est du mur est du cimetière actuel[N 1], au lieu-dit cadastré sous le nom de « champ des Arondes » et sur la même parcelle cadastrale que le château d'eau. il est à 150 m à l'ouest de la Loubière[N 3] et à 170 m d'altitude[12]. Des découvertes ultérieures ont montré qu'il s'étend sous le cimetière actuel[13].
Ce champ d'urnes est lui-même superposé à une station probablement néo-chalcolithique dont des éléments se trouvent à 35 cm de profondeur[12].
Le site a aussi livré un grand bronze romain et une monnaie d'Henri IV (roi de France 1589-1610), signes d'occupation ou de mise en culture de l'endroit à ces époques[12].

AntiquitéModifier

Moyen ÂgeModifier

RenaissanceModifier

Époque moderneModifier

Époque contemporaineModifier

HéraldiqueModifier

Les armes d'Orval se blasonnent ainsi :

Écartelé d'azur à trois fleurs de lys d'or, et de gueules à la bordure engrêlée d'argent[14].

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1820 1830 Jean-Baptiste de la Codre
(Delacodre)
(1764-1840)
Bonapartiste Agent militaire
Juge au Tribunal de Saint-Amand
Contrôleur des contributions directes
Conseiller d'arrondissement[15]
mars 2001 14 octobre 2013 Patrick Trompeau DVD Conseiller général
décembre 2013 mars 2014 Jean-Louis Calmès DVD Dentiste
avril 2014 En cours Clarisse Duluc[16],[17] LR Personne sans activité professionnelle de moins de 60 ans (non retraitée)
Conseillère départementale depuis 2021
Les données manquantes sont à compléter.

Politique environnementaleModifier

Dans son palmarès 2016, le Conseil National des Villes et Villages Fleuris de France a attribué une fleur à la commune au Concours des villes et villages fleuris[18].

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[20].

En 2018, la commune comptait 1 806 habitants[Note 3], en diminution de 4,04 % par rapport à 2013 (Cher : −2,64 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
237203254229315360235408380
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
406467351363406470466456427
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4464965295727067968931 0831 079
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 2161 4361 9952 0552 0241 9971 8981 9001 815
2018 - - - - - - - -
1 806--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monumentsModifier

  • Église Saint-Hilaire avec la croix-reliquaire de Saint-Louis du XIIIe siècle.
  • La tradition veut que la croix reliquaire ait été offerte par le roi saint Louis au seigneur d'Orval, Henri II de Seuly.
Les archives indiquent que la croix a été volée au XVIe siècle et restituée à la fabrique de la paroisse en 1575.
Le socle en argent doré a été offert par Henri Jules de Bourbon-Condé, duc d'Enghien, en 1651.
La croix reliquaire a été classée par le service des Monuments historiques en 1891.
Elle a été présentée à des expositions en 1900, pour la rétrospective de l'art français, en 1965, pour l'exposition des trésors des églises de France, et en 1980, 1986, à Saint-Amand et Noirlac.

EntreprisesModifier

  • La Fromagerie d'Orval a été fondée au début du XXe siècle. Elle fabrique : la fromagée du Berry, des fromages de vache, de chèvre, la feuille de Dreux et de la crème fraiche. La fabrication se fait de manière traditionnelle, en moulant à la louche, entièrement à la main. La collecte se fait auprès de 15 producteurs de lait de vache ou de chèvre situés au sud du département du Cher[23].
  • Les Ateliers d'Orval. Entreprise qui fabrique et répare des wagons de train et qui maîtrise le wagon pour le fret ferroviaire de la construction au recyclage. Les ateliers d’Orval ont été créés il y a plus d’un siècle. Les quatre secteurs d’activités sont la conception, la fabrication, la transformation et la maintenance. Les ateliers d’Orval sont situés sur 17 hectares et 115 personnes travaillent sur le site[24].

Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. a et b Ce tronçon de la route de Vilaine est emprunté par le GR 654 jusqu'au hameau Vilaine. Par ailleurs, l'ancienne route d'Orcenais longe le côté nord du cimetière actuel ; elle passait sur l'emplacement actuel du péage de l’échangeur n° 8 de l'autoroute A71 et est de nos jours barrée. Voir Vannier et Abauzit 1965, p. 126 pour un plan schématique de l'emplacement de la carrière.
  2. « Route de Vilaine, carte interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives » et « Hydrographie » activées. Vous pouvez bouger la carte (cliquer et maintenir, bouger), zoomer (molette de souris ou échelle de l'écran), moduler la transparence, désactiver ou supprimer les couches (= cartes) avec leurs échelles d'intensité dans l'onglet de "sélection de couches" en haut à droite, et en ajouter depuis l'onglet "Cartes" en haut à gauche. Les distances et surfaces se mesurent avec les outils dans l'onglet "Accéder aux outils cartographiques" (petite clé à molette) sous l'onglet "sélection de couches". Zoomer en arrière pour voir la carte d'état-major, qui montre le GR 654 (gros trait rose).
  3. La Loubière est un petit affluent du Cher avec qui elle conflue dans le quartier des Roseaux à Orval même.
Notes sur la population
  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 de Saint-Amand-Montrond », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Christian Verjux, Olivier Agogué, Jean-Pierre Dubois et Tony Hamon, « Des bâtiments circulaires du Néolithique moyen à Auneau (Eure-et-Loir) et Orval (Cher). Note préliminaire », Revue archéologique du Centre de la France, no 37,‎ , p. 179-190 (DOI 10.3406/racf.1998.2794, lire en ligne, consulté le ).
  12. a b c et d B. Vannier et P. Abauzit, « Découverte d'une nécropole de la civilisation des champs d'urnes à Orval, près St-Amand-Mont Rond (Cher) », Revue archéologique du Centre de la France, vol. 4, no 2,‎ , p. 125-140 (lire en ligne, consulté le ), p. 125.
  13. Vannier et Abauzit 1965, p. 126.
  14. Le blason de la commune sur Gaso. Consultation : février 2009.
  15. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2037584/f448.image
  16. « Résultats des élections municipales 2020 - Maire sortant », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le ).
  17. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  18. Site des villes et villages fleuris, consulté le 23 décembre 2016.
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  23. « Fromagerie Orval en Berry » (consulté le ).
  24. « Orval » (consulté le ).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Plans et vues satellitesModifier