Ouvrir le menu principal

Page d'aide sur les redirections « cf » redirige ici. Pour les autres significations, voir CF.

Confer, en forme souvent abrégée « cf. » ou « cfr » (sans point) dans les textes, est une expression latine utilisée par une rédaction pour inviter son lectorat à consulter un autre passage ou un autre ouvrage. Selon les usages en matière d'édition, cette abréviation ne s'écrit pas en italique[1], contrairement aux autres abréviations d'origine latine comme i.e. ou op. cit.[2].

Sommaire

OrigineModifier

L'abrégé « cf. » vient du verbe conferre signifiant[3] « rapprocher », « joindre », « réunir », dont il est la forme à l'impératif présent. Il peut donc se traduire par « compare, rapproche, mets en parallèle », mais son usage en français a plutôt pris le sens de « se reporter à » ou « voir ».

Signification généraleModifier

« cf. référence X » signifie « voir la référence X » ou « comparer à la référence X ».

Pour le même usage :

  • les anglophones utilisent « q.v. » (quod vide) ou compare (c'est-à-dire « comparer »)[4] ;
  • les germanophones utilisent « vgl. », pour Vergleiche, que l'on peut traduire par « comparer » à l'impératif.

Cas particulier de la taxonomieModifier

En biologie, « cf. » est employé pour désigner un spécimen qui ressemble à une espèce connue sans en avoir toutes les caractéristiques (il peut s'agir d'une espèce proche ou d'une variété ou d'une simple forme atypique). Ainsi « Laccaria cf. laccata » désigne un laccaire proche du très polymorphe laccaire laqué ; on peut lire « voir dans le groupe de laccata ». L’abréviation s'utilise souvent lorsqu'une identification laisse un doute minime qu'une analyse plus poussée, microscopique ou génétique, aurait permis de lever, on peut alors la traduire par « quasiment » ou « probablement ».

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :