Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rapace (homonymie) et Norén.
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir RAPAS.
Noomi Rapace
Description de cette image, également commentée ci-après
Noomi Rapace au Comic-Con de San Diego en 2017.
Nom de naissance Noomi Norén
Naissance (39 ans)
Hudiksvall
Nationalité Drapeau de la Suède Suédoise
Profession Actrice
Films notables Millenium 1, 2 et 3
Sherlock Holmes : Jeu d'ombres
Prometheus
Seven Sisters
Séries notables Millenium

Noomi Rapace, créditée sous son nom de naissance Noomi Norén au début de sa carrière, est une actrice suédoise, née le à Hudiksvall.

Elle commence sa carrière à la télévision suédoise puis perce au cinéma.

Elle est révélée, mondialement, en 2009, par son rôle de Lisbeth Salander qu'elle incarne dans la mini-série (2010) et dans le film Millenium et ses suites (2009-2010), qui sont l'adaptation des romans du même nom. Nommée au British Academy Film Award de la meilleure actrice, elle reçoit de nombreuses récompenses au titre de meilleure actrice (Empire Award, Satellite Award, Prix Robert, Festival international du film de São Paulo, Festival de télévision de Monte-Carlo...).

Dès lors, elle est propulsée vedette et occupe le premier rôle féminin de longs métrages tels que Sherlock Holmes : Jeu d'ombres (2011), Prometheus (2012), Passion (2012), Dead Man Down (2013), Quand vient la nuit (2014), Enfant 44 (2015), Rupture (2016), Conspiracy (2017), Seven Sisters (2017), Bright (2017), Stockholm (2018), Close (2019).

BiographieModifier

Jeunesse et débuts précoces en SuèdeModifier

Sa mère, Nina Norén (sv), est une actrice et metteuse en scène de théâtre suédoise. Son père, Rogelio Durán, qu'elle n'a pas connu avant l'âge de 15 ans, était un chanteur de flamenco et acteur de nationalité espagnole, originaire de la ville de Badajoz[1],[2].

Noomi Norén passe son enfance à Järna en Suède avant que sa famille ne déménage en Islande[3].

À l’âge de sept ans, elle obtient un rôle muet dans le film Í skugga hrafnsins de Hrafn Gunnlaugsson. C’est à la suite de cette première expérience au cinéma qu’elle décide de devenir actrice[3].

Elle fait ses débuts à la télévision suédoise en 1996 dans le rôle de Lucinda Gonzales dans une série télévisée Tre kronor[3].

Durant la période où elle quitte sa mère pour aller vivre à Copenhague, l'actrice tombe dans l'alcoolisme à l'âge de 14 ans. Elle est ensuite déclarée sobre, deux ans plus tard[4].

Entre 1998 et 1999, Noomi Norén étudie la comédie au Skara Skolscen.

Par la suite, elle joue dans des pièces au théâtre Plaza, entre 2000 et 2001, au Orionteatern en 2001, au Teater Galeasen, au Stockholms stadsteater entre 2002 et 2003, ainsi qu'au Théâtre dramatique royal.

Passage au premier plan et révélationModifier

Elle obtient des petits rôles qui lui permettent de confirmer son statut de star montante du cinéma suédois. Et c'est finalement le premier rôle de Daisy Diamond, un drame de 2007, qui l'impose auprès d'un plus large public[3].

Sa prestation dans la trilogie cinématographique adaptant la saga romanesque Millenium lui assure une renommée internationale et lance sa carrière à Hollywood. Elle est la première à incarner le personnage de Lisbeth Salander. Un rôle qui fut ensuite repris par Rooney Mara et Claire Foy[5].

Parallèlement, elle joue ce même rôle dans la version télévisée nommée aux International Emmy Awards, Millenium. Et elle fait son retour vers un cinéma plus confidentiel en étant à l'affiche de Beyond, sous la direction de son ex-mari[6].

En 2011, elle tient ainsi le premier rôle féminin du blockbuster Sherlock Holmes : Jeu d'ombres, de Guy Ritchie, face à Robert Downey Jr. et Jude Law. La même année, elle séduit avec Babycall, un film germano-suédo-norvégien réalisé par Pål Sletaune

Mais c'est en 2012 qu'elle participe à un projet de plus grande envergure : la fresque de science-fiction Prometheus, marquant le retour du cinéaste Ridley Scott à la franchise Alien. Elle y prête ses traits à la scientifique Elizabeth Shaw, aux côtés de Charlize Theron, Idris Elba et Michael Fassbender. Un rôle qui fait écho à celui joué par Sigourney Weaver dans la franchise originale[3].

La même année, elle évolue dans un registre différent avec le thriller psychologique Passion face à Rachel McAdams, sous la direction de Brian De Palma. Si le premier connaît un succès critique et commercial mondial, le second est une déception.

Au mois d'août, elle joue dans le clip vidéo de la chanson Doom and Gloom de l’album compilation GRRR! des Rolling Stones, tourné dans les studios de la Cité du Cinéma de Luc Besson à Saint-Denis[7].

Tête d'affiche et cinéma d'actionModifier

En 2013, elle retrouve Niels Arden Oplev, le réalisateur de Millenium, pour le thriller néo-noir Dead Man Down, au sein d'un casting international : Colin Farrell, Isabelle Huppert, Dominic Cooper et Terrence Howard. Le film est néanmoins un échec au box-office[8].

En 2014, elle partage l'affiche du polar Quand vient la nuit avec Tom Hardy, James Gandolfini et Matthias Schoenaerts. Si les critiques sont très positives[9], le film déçoit commercialement[10] mais est néanmoins récompensé lors du Festival du film de Zurich[11].

Elle poursuit en 2015 dans le registre du thriller avec Enfant 44, où elle retrouve Tom Hardy, Gary Oldman, Joel Kinnaman et Vincent Cassel. C'est un nouvel échec au box-office[12], tout comme Rupture l'année suivante, qui reçoit en outre de mauvaises critiques[13].

 
Photographiée à Los Angeles, en 2015.

La même année, elle doit prêter ses traits à Maria Callas dans un biopic mais le projet connaît de nombreux problèmes de production[14],[15]. Durant cette période, un autre film biographique dans lequel elle doit jouer le rôle titre est annoncé, celui-ci centré sur Amy Winehouse, mais une fois encore, le projet ne se concrétise pas[16],[17].

L'année 2017 est marquée par la sortie de plusieurs projets. Si son rôle d'Elizabeth Shaw est réduit à une courte apparition dans le blockbuster Alien: Covenant de Ridley Scott[18], elle est à l'affiche de trois autres films dans des rôles plus conséquents : le film d'action Conspiracy de Michael Apted, qui passe inaperçu, en dépit d'un réel investissement de la part de l'actrice qui réalise elle-même ses cascades et se blesse durant le tournage[19] ; elle rencontre le succès[20] avec le thriller de science-fiction Seven Sisters, de Tommy Wirkola, où elle joue sept rôles[21] ; puis sort sur la plateforme Netflix, le thriller urbain Bright, de David Ayer, où elle donne la réplique à Will Smith, incarnant l'antagoniste principale[22],[23].

En 2018, elle s'éloigne des grosses productions pour jouer dans le film policier Stockholm. Un long métrage présenté au Festival du film de Tribeca dans lequel elle partage la vedette aux côtés d'Ethan Hawke[24]. Cette même année, elle participe à la production d'un documentaire intitulé Bruce Lee and the Outlaw, récompensé au Festival international du film de Busan[25].

Considérée comme une figure importante du cinéma d'action au féminin, elle joue le rôle titre et produit le film d'action britannique Close pour la plateforme Netflix, en 2019[26],[27]. La même année, elle est à l'affiche d'Angel of Mine, le remake australien du film français L'Empreinte de l'ange[28],[29],[30], partageant la vedette aux côtés de Luke Evans et Yvonne Strahovski. Mais surtout, elle fait son retour à la télévision en rejoignant la saison 2 de la série d'action Jack Ryan afin d'incarner un personnage récurrent. Elle y interprète Harriet Baumann, agent secret qui va croiser la route de John Krasinski[31],[32].

Vie privéeModifier

Noomi Rapace a été mariée à l’acteur suédois Ola Rapace (né Pär Ola Norell) entre 2001 et 2010. Ils ont eu un fils prénommé Lev. Elle prend le pseudonyme de Noomi Rapace en 2001 à la suite ce mariage - ils divorceront en 2010 mais elle conservera tout de même ce nom de scène par la suite.

PseudonymeModifier

Noomi Norén et son ancien mari Pär Ola Norell ont choisi le pseudonyme de Rapace en référence au mot français désignant ce type d'oiseaux. En effet, elle adore la langue française et son ex-mari a pour sa part vécu à Montpellier ; d'autre part, elle explique qu'elle s'« identifie volontiers à un oiseau de proie », et n'hésite pas à « foncer toutes griffes dehors vers les menteurs, les lâches et les hypocrites »[33].

FilmographieModifier

Note : Inscrite au générique sous le nom de Noomi Norén jusqu'en 2007, elle est ensuite créditée sous le nom de Noomi Rapace

CinémaModifier

Longs métragesModifier

Prochainement

Courts métragesModifier

  • 2001 : Röd jul de Linus Tunström : Une femme à la taverne
  • 2003 : En utflykt till månens baksida de Stefan Ronge : Andrea
  • 2006 : Toleransens gränser d'Ann Holmgren : Mamma
  • 2006 : Enhälligt beslut de Björn Engström

TélévisionModifier

Séries téléviséesModifier

  • 1996-1997 : Tre kronor : Lucinda Gonzales (12 épisodes)
  • 2001 : Pusselbitar : Marika Nilsson (mini-série, 3 épisodes)
  • 2002 : Stora teatern : Fatima (mini-série)
  • 2003 : Tusenbröder : aide à domicile (saison 2, épisode 5)
  • 2007 : Labyrint mobisodes : Nicky (mini-série, 7 épisodes)
  • 2007-2008 : Labyrint : Nicky (12 épisodes)
  • 2010 : Millenium : Lisbeth Salander (mini-série, 6 épisodes)
  • 2019 : Jack Ryan : Harriet 'Harry' Baumann (saison 2)

TéléfilmsModifier

  • 2004 : Älskar, älskar och älskar de Susan Taslimi : Nelly
  • 2005 : Lovisa och Carl Michael de Leif Magnusson : Anna Rella

Clip vidéoModifier

En tant que productriceModifier

DistinctionsModifier

Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent de la base de données IMDb[34].

RécompensesModifier

NominationsModifier

Voix francophonesModifier

Articles connexes : Julie Dumas et Catherine Proulx-Lemay.

En version française Julie Dumas est l’unique voix française de Noomi Rapace depuis 2009[35]. Elle la double notamment dans la trilogie Millénium ainsi que les films Sherlock Holmes : Jeu d'ombres, Prometheus et Seven Sisters.

En version québécoise, Catherine Proulx-Lemay est l'unique voix elle aussi de Noomi Rapace[36],[37].

Versions françaises
Versions québécoises

Note : La liste indique les titres québécois.

RéférencesModifier

  1. (es) « La piel de Lisbeth Salander », El País, Luis Martínez, 29/05/2009.
  2. (es) « El padre pacense de Lisbeth Salander », Hoy, Mercedes Barrado Timón, 29/01/2010.
  3. a b c d et e « Noomi Rapace : Sa biographie - AlloCiné », sur AlloCiné
  4. Florence Besson, « Noomi Rapace : « Je me sens comme un forgeron sexy » », sur Elle
  5. Léa Bodin, « Millenium : Claire Foy, Rooney Mara, Noomi Rapace... qui est la meilleure Lisbeth Salander ? », sur AlloCiné,
  6. Cécile Morana, « Millenium : Que devient Noomi Rapace ? », sur telestar.fr,
  7. Brigitte Baronnet, « Emma Stone, Daniel Radcliffe, Kristen Stewart... : 20 caméos insolites de stars dans des clips (volume 2) », sur AlloCiné,
  8. (en) « Dead Man Down (2013) - Box Office Mojo », sur Box Office Mojo
  9. (en) « Quand vient la nuit (2014) Critic Reviews », sur IMDb
  10. (en) « The Drop (2014) - Box Office Mojo », sur Box Office Mojo
  11. (en) « Quand vient la nuit (2014) Awards », sur IMDb
  12. (en) « Child 44 (2015) - Box Office Mojo », sur Box Office Mojo
  13. (en) « Rupture (I) (2016) Critic Reviews », sur IMDb
  14. Aurélie Domaine, « Noomi Rapace métamorphosée en Maria Callas », sur Paris Match,
  15. Laure Costey, « Noomi Rapace est la Callas », sur Gala,
  16. Yasmine Choukairy, « Noomi Rapace est la prochaine Amy Winehouse », sur Gala,
  17. « Amy Winehouse. Noomi Rapace va vivre sa vie au cinéma », sur ouest-france.fr,
  18. François Léger, « À l’origine, Alien Covenant avait un grand rôle pour Noomi Rapace », sur Premiere,
  19. « 3 extraits de Conspiracy : quand Jason Bourne se décline au féminin », sur AlloCiné,
  20. Geoffrey Crété, « Seven Sisters : retour sur le succès surprise de l'été auquel personne ne croyait vraiment », sur ecranlarge.com,
  21. Corentin Palanchini, « Seven Sisters : "Ces 7 personnages sont différentes facettes de moi" confie Noomi Rapace », sur AlloCiné,
  22. CT, « Bright : c’est quoi ce film Netflix avec Will Smith ? », sur AlloCiné,
  23. Corentin Palanchini, « Bright : Noomi Rapace nous dévoile son personnage ! », sur AlloCiné,
  24. Isabelle Hontebeyrie, « Noomi Rapace et Ethan Hawke en plein syndrome de Stockholm », sur tvaaunouvelles.ca,
  25. (en) « Bruce Lee and the Outlaw (2018) Awards », sur IMDb
  26. Frédéric Strauss, « Noomi Rapace, la fille qui dézingue tout sur Netflix », sur Telerama.fr,
  27. Claire Picard, « Close (NETFLIX) : Noomi Rapace (Millenium), "badass" comme jamais », sur programme-tv.net,
  28. « CYCLE NOOMI RAPACE EN JUILLET SUR OCS CHOC », sur telecablesat.fr,
  29. (en) Erik Pedersen, « ‘Angel Of Mine’ Trailer: Grieving Mom Noomi Rapace Believes Stranger’s Daughter Is Hers », sur Deadline,
  30. (en) Hoai-Tran Bui, « ‘Angel of Mine’ Trailer: Noomi Rapace is a Mourning Mother on the Edge », sur slashfilm.com,
  31. Maxime Grandgeorge, « Noomi Rapace rejoint la saison 2 de Jack Ryan », sur Premiere,
  32. (en) David Griffin, « Tom Clancy's Jack Ryan Season 2: First Look Starring John Krasinski and Noomi Rapace », sur ign.com,
  33. « Les clés de... Noomi Rapace », Illimité, no 190,‎
  34. (en) Distinctions complètes - Internet Movie Database
  35. a et b « Comédiennes ayant doublé Noomi Rapace en France » sur AlloDoublage, consulté le 24 février 2014, m-à-j le 25 mars 2015.
  36. a et b http://www.doublage.qc.ca/p.php?i=164&idacteuren=11573
  37. a et b http://www.doublage.qc.ca/p.php?i=163&idacteurfr=266

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Lambert C., « Noomi Rapace, l'exploratrice », air le mag, no 29, mai 2012, p.  6-9

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :