Néferirkarê Kakaï

pharaon égyptien

Néferirkarê Kakaï
Image illustrative de l’article Néferirkarê Kakaï
Relief de la chaussée de la pyramide de Sahourê montrant le roi accompagné de ses fils dont Néferirkarê, dont le nom a été modifié et entouré d'un cartouche, et Netjerirenrê figuré au-dessus du premier
Période Ancien Empire
Dynastie Ve dynastie
Fonction 3e roi de la dynastie
Prédécesseur Sahourê
Dates de fonction -2446 à -2438 (selon J. P. Allen)
-2475 à -2465 (selon R. Krauss)
-2492 à -2483 (selon D. B. Redford)
-2458 à -2438 (selon J. von Beckerath)
-2435 à -2425 (selon J. Málek)
-2452 à -2442 (selon A. D. Dodson)
Successeur Chepseskarê
Famille
Grand-père paternel Ouserkaf
Grand-mère paternelle Néferhétepès
Père Sahourê
Mère Méretnebty
Conjoint Khentkaous II
Enfant(s) Néferefrê
Niouserrê
Iryenrê
Khentkaous III ?
Fratrie Netjerirenrê
♂ Khakarê
♂ Horemsaf
♂ Râemsaf
♂ Nebânkhrê
Sépulture
Nom Pyramide de Néferirkarê
Type Pyramide à faces lisses
Emplacement Abousir
Objets Archives du temple funéraire

Néferirkarê Kakaï (en grec Nefercherês, Νεφερχέρης) est le troisième souverain de la Ve dynastie pendant l'Ancien Empire. Néferirkarê, le fils aîné de Sahourê avec son épouse Méretnebty. Il accéda au trône le lendemain de la mort de son père et régna pendant huit à onze ans, entre le début et le milieu du XXVe siècle avant notre ère[1]. Il a précédé son fils aîné, né de sa reine Khentkaous II, le prince qui allait prendre le trône comme roi Néferefrê. Néferirkarê a engendré un autre pharaon, Niouserrê, qui a pris le trône après le court règne de Néferefrê et la brève domination du peu connu Chepseskarê.

Néferirkarê fut reconnu par ses contemporains comme un souverain aimable et bienveillant, intervenant en faveur de ses courtisans après un malheur. Son règne a été témoin d'une augmentation du nombre de fonctionnaires de l'administration et du sacerdoce, qui ont utilisé leurs richesses accrues pour construire des mastabas plus sophistiqués sur le plan architectural, où ils ont enregistré leurs biographies pour la première fois. Néferirkarê fut le dernier pharaon à modifier significativement le titulaire royal standard, séparant le nom de naissance, du nom de couronnement. Dès son règne, le premier a été écrit dans un cartouche précédé de l'épithète « Fils de Rê ». Son règne fut témoin de la poursuite des relations commerciales avec la Nubie au sud et peut-être avec Byblos sur la côte levantine au nord.

Néferirkarê a commencé une pyramide pour lui-même dans la nécropole royale d'Abousir, appelée Ba-Néferirkarê, qui signifie « Néferirkarê prend forme ». Il était initialement prévu qu'il s'agisse d'une pyramide à degrés, une forme qui n'avait pas été utilisée depuis l'époque de la IIIe dynastie. Ce plan a été modifié pour transformer le monument en une véritable pyramide, la plus grande d'Abousir, qui n'a jamais été achevée en raison de la mort du roi. De plus, Néferirkarê a construit un temple au dieu Soleil appelé Sétibrê, qui est « la Place du Cœur de Rê ». D'après des sources anciennes, c'était le plus grand construit sous la Ve dynastie, mais elle n'a pas encore été localisée.

Après sa mort, Néferirkarê a bénéficié d'un culte funéraire dans son temple mortuaire, qui avait été complété par son fils Niouserrê. Ce culte semble avoir disparu à la fin de l'Ancien Empire, bien qu'il ait pu être ravivé sous la XIIe dynastie du Moyen Empire, quoique sous une forme très limitée. Selon toute vraisemblance, c'est aussi à cette époque que l'histoire du Papyrus Westcar a été écrite pour la première fois, un conte où Ouserkaf, Sahourê, Néferirkarê seraient frères et fils de Rê avec une femme nommée Rededjet.

FamilleModifier

AscendanceModifier

L'identité des parents de Néferirkarê est restée longtemps l'objet de controverses, faute de preuves directes indiquant le nom de son père et de sa mère. Dans le milieu des années 1990, la découverte par une équipe d'égyptologues égyptiens du CSA dans le complexe pyramidal de Sahourê de nouveaux reliefs mettant en scène la famille royale de Sahourê permit éclairer cette filiation. En effet, ces nouveaux blocs décorés de la chaussée reliant le temple de la vallée au temple haut de la pyramide royale qui ont échappé aux fouilles de Ludwig Borchardt au début du XXe siècle, montrent Sahourê accompagné de son épouse Méretnebty et de leurs deux fils nommés Ranéfer et Netjerirenrê[2]. Selon l'un de ses découvreurs, Tarek el-Awadi, cette découverte atteste que le roi avait bien une descendance en âge de lui succéder et que des deux frères c'est Ranéfer qui est monté sur le trône sous le nom de Néferirkarê[2],[3].

Hypothèse abandonnéeModifier

Se basant sur le conte du papyrus Westcar, les historiens et égyptologues du XXe siècle ont la plupart du temps considéré ce dernier comme étant le frère des deux premiers souverains de la Ve dynastie, Ouserkaf et Sahourê[4]. Lorsque Ludwig Borchardt met au jour dans les ruines du temple funéraire de Sahourê des fragments de reliefs sur lesquels on remarque distinctement que le nom de couronnement de Néferirkarê a été rajouté, l'idée d'une usurpation du trône au détriment de l'héritier principal du trône Netjerirenrê, semblait ainsi confirmer le schéma proposé par le conte Westcar.

ÉpouseModifier

Au début du XXIe siècle, la seule reine connue de Néferirkarê est Khentkaous II. Ceci est dû à la position de sa pyramide à côté de celle de Néferirkarê comme il était de coutume pour l'épouse d'un roi, ainsi qu'à son titre de « Épouse du Roi » et à plusieurs reliefs les représentant ensemble[5]. Néferirkarê aurait pu avoir au moins une autre épouse, comme le suggère la présence d'une petite pyramide à côté de celle de Khentkaous II, mais cela reste conjectural[6].

DescendanceModifier

Néferirkarê et son épouse Khentkaous II étaient les parents du prince Ranefer, le futur roi Néferefrê et qualifié de « fils aîné du roi »[7],[8],[9],[10], et du futur roi Niouserrê[10],[11].

Un autre fils de Néferirkarê et Khentkaous II a été proposé[12], probablement plus jeune[13] que Néferefrê et Niouserrê : Iryenrê, un prince dont la relation est suggérée par le fait que son culte funéraire était associé à celui de sa mère, les deux ayant lieu dans le temple de Khentkaous II[14],[15].

Enfin, Néferirkarê et Khentkaous II pourraient également être les parents de la reine Khentkaous III[16], dont la tombe a été découverte à Abousir en 2015. D'après l'emplacement et la date générale de sa tombe, ainsi que ses titres d'« Épouse du Roi » et de « mère du Roi », Khentkaous III était presque certainement l'épouse de Néferefrê[17] et la mère de Menkaouhor[16]. C'est une hypothèse très spéculative du fait de l'absence du titre de « Fille du Roi », seulement appuyée par le fait qu'elle possède le même nom que Khentkaous II.

RègneModifier

 
Néferirkarê figuré sur un relief du temple de Sahourê à Abousir

Durée du règneModifier

L'Ægyptiaca de Manéthon attribue à Néferirkarê un règne de vingt ans, mais les preuves archéologiques suggèrent maintenant que c'est une surestimation. Tout d'abord, la pierre de Palerme, très endommagée, préserve l'année du 5e recensement du bétail pour le règne de Néferirkarê[18]. Le recensement des bovins était un événement important visant à évaluer le montant des impôts à prélever sur la population. Sous le règne de Néferirkarê, il s'agissait de recenser le bétail, les bœufs et le petit bétail[19]. Cet événement est censé avoir été bisannuel pendant cette période de la Ve dynastie, ce qui signifie que Néferirkarê a régné au moins dix ans. Compte tenu de la forme de la pierre de Palerme, cette dixième année doit correspondre à sa dernière année ou être proche de celle-ci[20], de sorte qu'il a régné pas plus de onze ans. Deux inscriptions cursives laissées par des maçons sur des blocs de pierre des pyramides de Khentkaous II et de Néferirkarê, qui datent également du 5e recensement de Néferirkarê, sa plus haute année de règne connue, viennent étayer cette affirmation[18],[21]. Enfin, Miroslav Verner a souligné qu'un règne de vingt ans serait difficile à concilier avec l'état inachevé de sa pyramide à Abousir[22].

Activités en ÉgypteModifier

 
Éléments d'incrustations d'un vase à libation au nom de Néferirkarê - Musée égyptien de Berlin

Au-delà de la construction d'une pyramide et d'un temple solaire, on sait peu de choses sur les activités de Néferirkarê pendant son règne[23]. Certains événements datant de sa première et dernière année de règne sont enregistrés sur les fragments survivants de la pierre de Palerme[24],[25],[26]. Selon celle-ci, le futur pharaon Néferirkarê, alors appelé prince Ranefer[note 1], monta sur le trône le lendemain de la mort de son père Sahourê, qui est survenue le 28e jour du neuvième mois[28],[29].

La pierre de Palerme rapporte ensuite qu'au cours de sa première année en tant que roi, Néferirkarê a accordé des terres aux domaines agricoles desservant les cultes de l'Ennéade, les Âmes de Pé et de Nekhen et les dieux de Kherâha[note 2],[31],[32]. À et Hathor, il dédia une table d'offrandes pourvue de deux-cent-dix offrandes quotidiennes, et ordonna la construction de deux magasins et l'embauche de nouvelles personnes à charge dans le temple hôte[31]. Néferirkarê commandait aussi « le façonnage et l'ouverture de la bouche d'une statue d'électrum de [le dieu] Ihy, l'escortant jusqu'à la chapelle marchande de Snéfrou du nht-shrine d'Hathor »[33],[34]. Plus tard dans son règne, pendant l'année du cinquième recensement du bétail, Néferirkarê fit ériger une statue de bronze de lui-même et érigea quatre barques pour et Horus dans et autour de son temple solaire, dont deux étaient en cuivre. Les Âmes de Pé et de Nekhen et Ouadjet reçurent des dotations en électrum, tandis que Ptah reçut des terres[35].

Le fait que la pierre de Palerme se termine autour du règne de Néferirkarê[36] a conduit certains érudits, comme Nicolas Grimal, à proposer qu'elle ait pu être réalisée sous son règne[23].

AdministrationModifier

Peu de mesures administratives spécifiques prises par Néferirkarê sont connues. Un décret inscrit sur une dalle de calcaire a été découvert en 1903 à Abydos et se trouve maintenant au musée des Beaux-Arts de Boston[37]. Le décret dispense le personnel appartenant à un temple de Khentamentiou d'effectuer le travail obligatoire à perpétuité, sous peine de confiscation de tous biens et libertés et d'être contraint de travailler dans les champs ou dans une carrière de pierre[38],[39],[19]. Ce décret suggère indirectement que la fiscalité et le travail obligatoire ont été imposés à tous en règle générale[40].

Plus généralement, le règne de Néferirkarê a vu la croissance de l'administration égyptienne et du sacerdoce, qui ont accumulé plus de pouvoir que dans les règnes précédents, bien que le roi soit resté un dieu vivant[7]. En particulier, les postes de vizir et de superviseur de l'expédition, c'est-à-dire les plus hautes fonctions, ont été ouverts à des personnes extérieures à la famille royale[26]. Parallèlement à cette tendance, les mastabas des hauts fonctionnaires ont commencé à devenir plus élaborés, avec, par exemple, des chapelles comprenant plusieurs pièces[41],[42] et, du milieu à la fin de la Ve dynastie, de larges portiques d'entrée à colonnes[43] et des tombes familiales[42]. C'est également à cette époque que ces fonctionnaires ont commencé à enregistrer des autobiographies sur les murs de leurs tombes[9].

Modification de la titulature royaleModifier

Le règne de Néferirkarê vit la dernière modification importante[44] de la titulature du roi. Il fut le premier roi à séparer les épithètes Nesout-bity (« Roi de Haute et Basse-Égypte ») et Sa-Rê (« Fils de Rê ») du titre royal. Il associe ces deux épithètes à deux noms différents et indépendants : respectivement le prenomen et le nomen. Le prenomen ou nom de couronnement, pris par le nouveau roi lorsqu'il monte sur le trône, était écrit dans un cartouche immédiatement après les signes de l'abeille et du carex pour Nesout-bity[44],[45]. Dès l'époque de Néferirkarê[46], le nomen, ou nom de naissance, était également écrit dans un cartouche[47] systématiquement précédé de la mention du Sa-Rê, épithète qui n'avait guère servi dans les époques précédentes[48].

Activités hors d'ÉgypteModifier

Il y a peu de preuves d'une action militaire sous le règne de Néferirkarê. William Christopher Hayes a proposé que quelques statues fragmentaires en pierre calcaire de prisonniers de guerre agenouillés et ligotés découvertes dans son temple mortuaire[49],[50] attestent peut-être de raids punitifs en Libye à l'ouest ou dans le Sinaï et Canaan à l'est durant son règne[48]. L'historien William Stevenson Smith a fait remarquer que ces statues étaient des éléments habituels[49] de la décoration des temples royaux et des mastabas, suggérant qu'elles ne sont peut-être pas immédiatement liées aux campagnes militaires du règne. Des statues similaires et de petites figures en bois de captifs agenouillés ont été découvertes dans les complexes mortuaires de Néferefrê[51], Djedkarê Isési[52], Ounas[53], Téti[54], Pépi Ier[55] et Pépi II[49] ainsi que dans la tombe du vizir Senedjemib Mehi[56],[57].

Les relations commerciales avec la Nubie sont les seules attestées sous le règne de Néferirkarê[9]. Les preuves archéologiques en sont les empreintes de sceaux et l'ostracon portant son nom découvert dans la forteresse de Bouhen, sur la deuxième cataracte du Nil[58]. Des contacts avec Byblos sur la côte levantine auraient également pu avoir lieu pendant le règne de Néferirkarê, comme le suggère une seule coupe d'albâtre portant son nom et déterrée à cet endroit[58].

Activités architecturalesModifier

Temple solaire de NéferirkarêModifier

Néferirkarê est connu de sources anciennes pour avoir construit un temple au dieu du soleil , qui n'a pas encore été identifié archéologiquement[59]. Il s'appelait Sétibrê[note 3], signifiant « la Place du Cœur de Rê »[59], et était, selon les sources contemporaines, le plus grand construit sous la Ve dynastie[7]. Il est possible que le temple n'ait été construit qu'en briques de terre, avec un achèvement prévu en pierre qui n'avait pas commencé à la mort de Néferirkarê. Dans ce cas, il se serait rapidement transformé en ruines très difficiles à localiser pour les archéologues[61]. Alternativement, l'égyptologue Rainer Stadelmann a proposé que Sétibrê ainsi que les temples solaires de Sahourê et d'Ouserkaf soient un seul et même bâtiment connu, celui attribué à Ouserkaf à Abousir[62].

De tous les temples solaires construits sous la Ve dynastie, Sétibrê est le plus souvent cité dans les sources anciennes. De ce fait, certains détails de son plan sont connus : un grand obélisque central, un autel et des réserves, une barque étanche abritant deux bateaux[63] et une « salle de la fête-Sed ». Les fêtes religieuses ont certainement eu lieu dans les temples solaire, comme l'attestent les archives d'Abousir. Dans le cas de la Sétibrê, la fête de la « Nuit de Rê »[note 4] y aurait précisément eu lieu[65]. Il s'agissait d'une fête qui s'intéressait au voyage de pendant la nuit et qui était liée aux idées de renouveau et de renaissance qui étaient au centre des temples solaires[64].

Le temple jouait un rôle important dans la distribution des offrandes alimentaires qui étaient apportées chaque jour de ce temple au temple mortuaire du roi[66],[67],[68]. Ce voyage se faisait en bateau, indiquant que Sétibrê n'était pas adjacent à la pyramide de Néferirkarê. Ceci souligne également la position de dépendance du roi par rapport à , car les offrandes ont été faites au dieu soleil et ensuite au roi défunt[66].

Temple solaire d'OuserkafModifier

L'égyptologue Werner Kaiser a proposé, sur la base d'une étude de l'évolution du hiéroglyphe déterminant pour le temple solaire, que Néferirkarê achève le temple solaire d'Ouserkaf - connu en ancien égyptien sous le nom de Nekhenrê[note 5] - vers le cinquième recensement du bétail de son règne[70],[71]. Cette opinion est partagée par les égyptologues et archéologues Ogden Goelet, Mark Lehner et Herbert Ricke[72],[69],[73]. Dans cette hypothèse, Néferirkarê aurait fourni au Nekhenrê son obélisque monumental de calcaire et de granit rouge[74]. Verner et l'égyptologue Paule Posener-Kriéger ont souligné deux difficultés avec cette hypothèse. Tout d'abord, cela impliquerait un long intermède entre les deux phases de construction du temple d'Ouserkaf : près de vingt-cinq ans entre la construction du temple et l'érection de son obélisque. Deuxièmement, ils observent que la pyramide et le temple solaire de Néferirkarê étaient inachevés à sa mort, ce qui soulève la question de savoir pourquoi le roi aurait consacré des efforts exceptionnels à un monument d'Ouserkaf alors que les siens exigeaient encore des travaux importants pour être achevés[75],[76]. Au lieu de cela, Verner propose que c'est Sahourê qui a terminé le Nekhenrê[77].

Membres de la Cour royale et haut-fonctionnairesModifier

Plusieurs dignitaires de l'époque sont connus :

  • Akhethetep, qui semble entamer sa carrière sous le règne de Néferirkarê en tant que prêtre de et de Maât dans le temple solaire du roi[78] ;
  • Ourkhouou, scribe du palais royal, juge, prêtre du culte de Mykérinos, également prêtre de et de Maât au temple solaire de Néferirkarê[79],[80] ;
  • Râouer, maître des secrets du roi (sorte de secrétaire particulier), prêtre Sem et directeur du palais, dont le mastaba a été retrouvé à Gizeh. Le noble prêtre y a fait inscrire une biographie sur une stèle qui relate un incident survenu alors qu'il accompagnait le roi dans un de ses déplacements. Il toucha accidentellement le souverain, crime de lèse majesté qui aurait dû être sévèrement puni. Le roi l'ayant en haute estime intervient personnellement afin qu'il ne soit pas poursuivi et décrète que Râouer est plus noble devant le roi que n'importe quel homme, insigne honneur qui le rend en quelque sorte intouchable. La stèle sur laquelle ce décret est consigné est aujourd'hui conservée au Musée du Caire[81] ;
  • Ptahchepsès, grand prêtre de Ptah, dont la carrière étonnante remonte au règne de Chepseskaf occupait également la prêtrise de -Harmakhis au temple solaire du roi[82] Son mastaba a été retrouvé à Saqqarah et a livré une grande stèle fausse-porte portant la liste des souverains sous lesquels il servit avec à chaque fois la mention d'un évènement particulier. Pendant le règne de Néferirkarê, il relate que le souverain décréta qu'il ne serait plus permis que le grand prêtre en la présence du roi touche le sol en se prosternant, mais qu'il puisse lui baiser les pieds, autre insigne honneur, le fait de toucher le roi équivalent à toucher une divinité[83] ;
  • Ouash-Ptah, vizir du roi, enterré lui à Abousir. Ouash-Ptah a commencé sa carrière sous le règne de Sahourê et est promu vizir sous le règne de Néferirkarê ce qui fait de lui le premier personnage de l'État et le conseiller particulier du roi. Or un jour qu'il accompagnait le roi et sa famille lors d'une visite de chantier il meurt brutalement sous les yeux de son souverain. C'est Néferirkarê lui-même qui ordonne l'édification de son mastaba et fournit le mobilier funéraire du vieux courtisan[84].
  • Pehenoukaï, vizir, dont le mastaba a livré toute une série de titres et fonctions qui démontrent leur multiplication sous le règne de Néferirkarê. On citera en plus de la fonction prestigieuse de vizir, celles de « Chef du Double Grenier », « Chef du Double Trésor », « Directeur des places des offrandes », fonctions qui le placent à la tête de l'administration du Trésor. D'autres fonctions le rattachent directement au roi comme celles de « Chef de tous les travaux du roi », soit l'architecte des monuments du règne dont notamment la pyramide royale, « chef des écritures du roi et des secrets des paroles du roi » qui font de Pehenoukaï le secrétaire particulier du souverain[85].

Certains dignitaires entament leur carrière sous son règne comme le magistrat Ti dont le tombeau à Saqqarah a livré des marques de carrier au revers des blocs constituant le massif de son mastaba avec le cartouche du roi, attestant que la commande du tombeau avait bien eu lieu sous ce règne[78].

Outre ces cas célèbres et touchant à la haute sphère de la cour royale, on a retrouvé le nom de Néferirkarê accompagné ou non de son deuxième nom Kakaï dans de nombreux mastabas de la période et le roi jouira d'une certaine popularité tout au long de la Ve dynastie.

PersonnalitéModifier

Le règne de Néferirkarê était inhabituel pour le nombre important de documents contemporains qui ont survécu et qui le décrivent comme un souverain gentil et doux. Lorsque Râouer, un noble âgé et courtisan royal, fut accidentellement touché par la masse du roi lors d'une cérémonie religieuse[86] - une situation dangereuse qui aurait pu entraîner la mort immédiate de ce fonctionnaire[9] ou son bannissement de la cour puisque le pharaon était considéré comme un dieu vivant dans la mythologie de l'Ancien Empire - Néferirkarê pardonna rapidement à Râouer et ordonna qu'aucun mal ne lui soit fait pour cet incident[87],[88]. Comme Râouer l'affirme avec reconnaissance dans une inscription de son tombeau de Gizeh :

« Le prêtre Râouer, dans sa robe sacerdotale, suivait les pas du roi pour conduire le costume royal, lorsque le sceptre dans la main du roi frappa le pied du prêtre Râouer. Le roi dit : Tu es sauvé. Alors le roi dit : Le roi veut qu'il soit en sécurité, puisque je ne l'ai pas frappé. Car il est plus digne devant le roi que quiconque.[89],[90],[91] »

De même, Néferirkarê a donné au prêtre de Ptah Ptahchepsès l'honneur sans précédent de baiser ses pieds[86],[92] plutôt que le sol devant lui[93]. Enfin, lorsque le vizir Ouash-Ptah fut victime d'un accident vasculaire cérébral alors qu'il se présentait à la cour, le roi convoqua rapidement les médecins en chef du palais pour soigner son vizir mourant[86]. Lorsque Ouash-Ptah mourut, Néferirkarê aurait été inconsolable et se serait retiré dans ses quartiers personnels pour pleurer la perte de son ami. Le roi ordonna alors la purification du corps de Néferirkarê en sa présence et ordonna la fabrication d'un cercueil en ébène pour le défunt vizir. Ouash-Ptah a été enterré avec des dotations spéciales et des rituels gracieux de Néferirkarê[94]. Les actes du roi sont inscrits dans le tombeau de Ouash-Ptah lui-même[95] et soulignent l'humanité de Néferirkarê à l'égard de ses sujets[96].

SépultureModifier

 
Pyramides de Sahourê, Niouserrê et Néferirkarê

Le complexe pyramidale se trouve à Abousir, il s'agit de la deuxième pyramide à y avoir été construite. La pyramide de Néferirkarê est placée à la vingt et unième position dans la liste que Karl Richard Lepsius établit lors de l'expédition qu'il mène en Égypte en 1842 pour le compte du roi de Prusse Frédéric-Guillaume IV.

Le temple mortuaire et les archives d'AbousirModifier

Le temple mortuaire était loin d'être terminé à la mort de Néferirkarê, mais il a été achevé plus tard, par ses fils Néferefrê et Niouserrê en utilisant des briques de terre et du bois bon marché plutôt que la pierre[97]. Une importante cache de papyrus administratifs, connue sous le nom des archives d'Abousir, y a été découverte par des pilleurs en 1893, puis par Borchardt en 1903[98]. D'autres papyrus ont également été découverts au milieu des années soixante-dix lors de fouilles de l'Institut égyptologique de l'université de Prague[23]. La présence de cette cache est due aux circonstances historiques particulières de la Ve dynastie[99]. Comme Néferirkarê et son héritier Néferefrê moururent avant que leurs complexes pyramidaux ne puissent être achevés, Niouserrê modifia leur plan, détournant la chaussée menant à la pyramide de Néferirkarê vers la sienne. Les complexes mortuaires de Néferefrê et de Néferirkarê se sont donc retrouvés quelque peu isolés sur le plateau d'Abousir ; leurs prêtres ont donc dû vivre à proximité des locaux du temple dans des habitations de fortune[100] et ils ont entreposé les documents administratifs sur place[99]. En revanche, les archives des autres temples étaient conservées dans la ville pyramidale près de la pyramide de Sahourê ou de Niouserrê, où le niveau actuel de la nappe phréatique signifie que tout papyrus a disparu depuis longtemps[101].

Les archives d'Abousir enregistrent quelques détails concernant le temple mortuaire de Néferirkarê. Sa chapelle centrale abritait une niche avec cinq statues du roi. La statue centrale est décrite dans le papyrus comme étant une représentation du roi comme Osiris, tandis que le premier et le dernier le dépeignaient comme le roi de Haute et Basse-Égypte, respectivement[102],[103]. Le temple comprenait également des réserves pour les offrandes, où de nombreux vases de pierre, aujourd'hui brisés, avaient été déposés[104]. Enfin, les papyrus indiquent que sur les quatre bateaux inclus dans le complexe mortuaire, deux ont été enterrés au nord et au sud de la pyramide, dont un a été découvert par Miroslav Verner[63].

Pendant la période tardive de l'Égypte antique, le temple mortuaire de Néferirkarê a servi de cimetière secondaire. Une pierre tombale en calcite jaune a été découverte par Borchardt portant une inscription araméenne « Appartenant à Nesneou, fils de Tapakhnoum »[105]. Une autre inscription en araméen[106] trouvée sur un bloc de calcaire et datant du Ve siècle avant notre ère se lit « Mannoukinaan fils de Seoua »[107].

La pyramide de Néferirkarê est entourée de petites pyramides et de tombeaux qui semblent former une unité architecturale, le cimetière de sa famille proche[108]. Cet ensemble devait être atteint depuis le Nil par une chaussée et un temple de vallée près du fleuve. À la mort de Néferirkarê, seules les fondations avaient été posées et Niouserrê détourna plus tard la chaussée inachevée vers sa propre pyramide[109].

La pyramideModifier

La pyramide de Néferirkarê, connue des anciens égyptiens sous le nom de Ba-Néferirkarê[110], qui signifie « Néferirkarê prend forme »[59], est située dans la nécropole royale d'Abousir[111]. C'est la plus grande construite sous la Ve dynastie, de la taille de la pyramide de Menkaourê.

La construction de la pyramide comportait trois étapes[112] : d'abord six marches en moellons[108], leurs murs de soutènement en calcaire extrait localement[113] indiquant que le monument était à l'origine prévu comme une pyramide à degrés[114],[109], une conception inhabituelle pour l'époque qui n'avait pas été utilisée depuis la IIIe dynastie[108]. À ce stade, la pyramide, si elle avait été achevée, aurait atteint cinquante-deux mètres[108]. Ce plan a ensuite été modifié par une deuxième étape de construction avec l'ajout d'un remplissage entre les degrés dans le but de transformer le monument en une véritable pyramide[109]. Plus tard, les ouvriers agrandirent encore la pyramide en y ajoutant une ceinture de maçonnerie et des pierres de parement lisses en granit rouge[109]. Ce travail n'a jamais été achevé[114], même après les travaux réalisés par Niouserrê[115]. Avec une base carrée de cent-huit mètres de côté[116], la pyramide aurait atteint soixante-douze mètres de haut si elle avait été achevée[108]. Aujourd'hui, il est en ruines à cause de nombreux vols de pierres[117]. L'entrée des sous-structures de la pyramide était située sur son côté nord. Là, un couloir descendant avec un toit à deux versants en poutres de calcaire menait dans une chambre funéraire. Aucun morceau du sarcophage du roi n'y a été trouvé[109].

Culte funéraireModifier

Ancien EmpireModifier

Comme les autres pharaons de la Ve dynastie, Néferirkarê fut l'objet d'un culte funéraire après sa mort. Les sceaux-cylindres appartenant aux prêtres et prêtresses servant dans ce culte attestent de son existence à l'époque de l'Ancien Empire. Par exemple, un sceau de stéatite noire, qui se trouve maintenant au Metropolitan Museum of Art, porte l'inscription « Voix d'Hathor et prêtresse du bon dieu Néferirkarê, bien-aimée des dieux »[118]. Certains de ces fonctionnaires avaient des rôles dans les cultes de plusieurs rois, ainsi que dans leurs temples solaires[119]. Les offrandes pour le culte funéraire des souverains décédés étaient offertes par des domaines agricoles dédiés créés sous le règne du roi. Quelques-uns sont connus pour Néferirkarê, dont « Le domaine de Kakaï (nommé) le iȝgt de Kakaï »[note 6], « Le pouvoir de Kakaï est fort »[note 7], « Les plantations de Kakaï »[note 8], « Nekhbet désire que Kakaï vive »[123], « Néferirkarê est aimé de l'Ennéade »[31] et « La maison des Ba de Néferirkarê »[31].

Moyen EmpireModifier

Les traces de l'existence du culte funéraire de Néferirkarê au-delà de l'Ancien Empire sont rares. Une paire de statues appartenant à un certain Sékhemhétep a été découverte à Gizeh, dont l'une est inscrite avec la formule d'offrande standard de l'Égypte antique, suivie par du temple du roi de Haute et Basse-Égypte, Néferirkarê, véritable de voix[124]. Les statues, qui datent du début de la XIIe dynastie du Moyen Empire, sont les seules preuves archéologiques que le culte funéraire de Néferirkarê existait encore ou avait été ravivé autour d'Abousir à l'époque[125],[126], mais sous une forme très limitée[127],[128].

TitulatureModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Connu sous le nom de Ranefer A pour le distinguer de Néferefrê aussi appelé Ranefer avant son ascension au trone et nommé Ranefer B[27].
  2. Situé à Héliopolis, Kherâha est supposé être le site de la bataille entre Horus and Seth[30].
  3. Transliteration St-ib-Rˁ(.w)[60].
  4. Transliteration Grḥ n Rˁ(.w)[64].
  5. Nḫn-Rˁ signifiant « Forteresse de Ra »[69].
  6. Transliteration ḥwt K3k3i i3gt K3k3i[120].
  7. Transliteration W3š-b3w-K3k3i[121].
  8. Transliteration Šw-K3k3i, déchiffrage incertain[122].

RéférencesModifier

  1. -2446 à -2438 (Allen), -2475 à -2465 (Krauss), -2492 à -2483 (Redford), -2458 à -2438 (von Beckerath), -2435 à -2425 (Malek), -2452 à -2442 (Dodson)
  2. a et b El-Awady 2006, p. 208–213.
  3. Cf. Site archaeogate.org/egittologia : La chaussée de Sahourê
  4. Hayes 1978, p. 66–68, 71.
  5. Lehner 2008, p. 145.
  6. Dodson et Hilton 2004, p. 66.
  7. a b et c Verner 2001b, p. 589.
  8. Verner 1985a, p. 282.
  9. a b c et d Altenmüller 2001, p. 599.
  10. a et b Rice 1999, p. 97.
  11. Baud 1999a, p. 335.
  12. Schmitz 1976, p. 29.
  13. Verner, Posener-Kriéger et Jánosi 1995, p. 171.
  14. Baud 1999b, see n. 24, p. 418.
  15. Verner, Posener-Kriéger et Jánosi 1995, p. 70.
  16. a et b Krejčí, Kytnarová et Odler 2015, p. 35.
  17. Krejčí, Kytnarová et Odler 2015, p. 34.
  18. a et b Verner 2001a, p. 393.
  19. a et b Katary 2001, p. 352.
  20. Daressy 1912, p. 176.
  21. Verner et Zemina 1994, p. 76–77.
  22. Verner 2001a, p. 394–395.
  23. a b et c Grimal 1992, p. 77.
  24. Strudwick 2005, p. 72–74.
  25. Wilkinson 2000, p. 179.
  26. a et b Altenmüller 2001, p. 597.
  27. Dodson et Hilton 2004, p. 64–66.
  28. Verner 2000, p. 590.
  29. Schäfer 1902, p. 38.
  30. Strudwick 2005, footnote 20, p. 79.
  31. a b c et d Strudwick 2005, p. 73.
  32. Bárta 2017, p. 6.
  33. Brovarski 2001, p. 92.
  34. Sethe 1903, p. 247.
  35. Strudwick 2005, p. 74.
  36. Bárta 2017, p. 2.
  37. Décret de Néferirkarê, BMFA 2017.
  38. Strudwick 2005, p. 98–101.
  39. Sethe 1903, p. 170–172.
  40. Schneider 2002, p. 173.
  41. Allen et al. 1999, p. 34.
  42. a et b Brovarski 2001, p. 11.
  43. Brovarski 2001, p. 12.
  44. a et b Teeter 1999, p. 495.
  45. Gardiner 1961, p. 50–51.
  46. Grimal 1992, p. 89.
  47. Clayton 1994, p. 62.
  48. a et b Hayes 1978, p. 66.
  49. a b et c Smith 1949, p. 58.
  50. Hayes 1978, p. 115.
  51. Verner et Zemina 1994, p. 146–147, 148–149.
  52. Porter, Moss et Burney 1981, p. 424.
  53. Porter, Moss et Burney 1981, p. 421.
  54. Porter, Moss et Burney 1981, p. 394.
  55. Porter, Moss et Burney 1981, p. 422.
  56. Smith 1949, plates 126d & e; fig. 130b.
  57. Brovarski 2001, p. 158.
  58. a et b Baker 2008, p. 260.
  59. a b et c Altenmüller 2001, p. 598.
  60. Janák, Vymazalová et Coppens 2010, p. 431.
  61. Verner 2005, p. 43–44.
  62. Stadelmann 2000, p. 541–542.
  63. a et b Altenmüller 2002, p. 270.
  64. a et b Janák, Vymazalová et Coppens 2010, p. 438.
  65. Posener-Kriéger 1976, p. 116–118.
  66. a et b Janák, Vymazalová et Coppens 2010, p. 436.
  67. Posener-Kriéger 1976, p. 259, 521.
  68. Allen et al. 1999, p. 350.
  69. a et b Lehner 2008, p. 150.
  70. Kaiser 1956, p. 108.
  71. Verner 2001a, p. 388.
  72. Goelet 1999, p. 86.
  73. Ricke, Edel et Borchardt 1965, p. 15–18.
  74. Verner 2001a, p. 387–389.
  75. Posener-Kriéger 1976, p. 519.
  76. Verner 2001a, p. 388–389.
  77. Verner 2001a, p. 390.
  78. a et b de Rougé 1918, p. 81.
  79. Lepsius 1897, § 95, p. 116.
  80. de Rougé 1918, p. 82.
  81. Allen et al. 1999, § Stela of Ra-wer, p. 396.
  82. de Rougé 1918, p. 70.
  83. Breasted 1906, § 260, p. 118.
  84. Breasted 1906, § 242, p. 111.
  85. de Rougé 1918, p. 83.
  86. a b et c Rice 1999, p. 132.
  87. Hornung 1997, p. 288.
  88. Baer 1960, p. 98, 292.
  89. Allen et al. 1999, p. 396.
  90. Manley 1996, p. 28.
  91. Sethe 1903, p. 232.
  92. Verner 2001c, p. 269.
  93. Breasted 1906, p. 118.
  94. Breasted 1906, p. 243–249.
  95. Brovarski 2001, p. 15.
  96. Roccati 1982, p. 108–111.
  97. Verner et Zemina 1994, p. 77–78.
  98. Strudwick 2005, p. 39.
  99. a et b Verner et Zemina 1994, p. 169.
  100. Verner et Zemina 1994, p. 79, 170.
  101. Verner et Zemina 1994, p. 79, 169.
  102. Allen et al. 1999, p. 97.
  103. Posener-Kriéger 1976, p. 502, 544–545.
  104. Allen et al. 1999, p. 125.
  105. Porten, Botta et Azzoni 2013, p. 55.
  106. Verner et Zemina 1994, p. 93.
  107. Porten, Botta et Azzoni 2013, p. 67–69.
  108. a b c d et e Verner et Zemina 1994, p. 77.
  109. a b c d et e Lehner 2008, p. 144.
  110. Grimal 1992, p. 115.
  111. Allen et al. 1999, p. 24.
  112. Verner et Zemina 1994, p. 76.
  113. Lehner 1999, p. 784.
  114. a et b Verner 2001d, p. 91.
  115. Verner 2001a, p. 394.
  116. Grimal 1992, p. 116.
  117. Leclant 1999, p. 865.
  118. Hayes 1978, p. 72.
  119. Brooklyn Museum 2017.
  120. Brovarski 2001, p. 70.
  121. Brovarski 2001, p. 70, 152.
  122. Brovarski 2001, p. 152.
  123. Murray 1905, plate IX.
  124. Málek 2000b, p. 249.
  125. Morales 2006, p. 313.
  126. Bareš 1985, p. 87–94.
  127. Bareš 1985, p. 93.
  128. Málek 2000b, p. 246–248.

BibliographieModifier

  • James Allen et al., Egyptian Art in the Age of the Pyramids, New York, The Metropolitan Museum of Art, (ISBN 978-0-8109-6543-0, OCLC 41431623, lire en ligne)
  • Hartwig Altenmüller, The Oxford Encyclopedia of Ancient Egypt, Volume 2, Oxford, Oxford University Press, , 597–601 p. (ISBN 978-0-19-510234-5), « Old Kingdom: Fifth Dynasty »
  • Hartwig Altenmüller, Abusir and Saqqara in the année 2001, vol. 70, Prague, Academy of Sciences of the Czech Republic, Oriental Institute, , 269–290 p., « Funerary Boats and Boat Pits of the Old Kingdom »
  • Klaus Baer, Rank and titre in the Old Kingdom: The Structure of the Egyptian Administration in the Fifth and Sixth Dynasties, Chicago, The University of Chicago Press, (OCLC 911725773, lire en ligne)
  • Darrell Baker, The Encyclopedia of the Pharaohs: Volume I – Predynastic to the Twentieth Dynasty 3300–1069 BC, London, Stacey International, (ISBN 978-1-905299-37-9)
  • (de) Ladislav Bareš, « Eine Statue des Würdenträgers Sachmethotep und ihre Beziehung zum Totenkult des Mittleren Reiches in Abusir », Zeitschrift für ägyptische Sprache und Altertumskunde, Berlin/Leipzig, vol. 112, nos 1–2,‎ , p. 87–94 (DOI 10.1524/zaes.1985.112.12.87, S2CID 192097104)
  • Miroslav Bárta, « Radjedef to the Eighth Dynasty », sur UCLA Encyclopedia of Egyptology,
  • John Baines, Visual and Written Culture in Ancient Egypt, Oxford, Oxford University Press, (ISBN 978-0198152507)
  • Michel Baud, Famille Royale et pouvoir sous l'Ancien Empire égyptien. Tome 1, Cairo, Institut français d'archéologie orientale, coll. « Bibliothèque d'étude 126/1 », 1999a (ISBN 978-2-7247-0250-7, lire en ligne)
  • Michel Baud, Famille Royale et pouvoir sous l'Ancien Empire égyptien. Tome 2, Cairo, Institut français d'archéologie orientale, coll. « Bibliothèque d'étude 126/2 », 1999b (ISBN 978-2-7247-0250-7, lire en ligne[archive du ])
  • (de) Ludwig Borchardt, Das Grabdenkmal des Königs S'aḥu-Re (Band 1): Der Bau: Blatt 1–15, Leipzig, Hinrichs, (ISBN 978-3-535-00577-1, lire en ligne)
  • (de) Ludwig Borchardt, Das Grabdenkmal des Königs S'aḥu-Re (Band 2): Die Wandbilder: Abbildungsblätter, Leipzig, Hinrichs, (OCLC 310832679, lire en ligne)
  • Ludwig Borchardt, Das Grabdenkmal des Königs Neferirkara, Leipzig,  ;
  • James Henry Breasted, Ancient records of Egypt; historical documents from the earliest times to the Persian conquest, Chicago, University of Chicago Press, (OCLC 3931162, lire en ligne)
  • Edward Brovarski, « Two Old Kingdom writing boards from Giza », Annales du Service des Antiquités de l'Égypte, Cairo, vol. 71,‎ , p. 29–52
  • Edward Brovarski, The Senedjemib Complex, Part 1. The Mastabas of Senedjemib Inti (G 2370), Khnumenti (G 2374), and Senedjemib Mehi (G 2378), vol. 7, Boston, Art of the Ancient World, Museum of Fine Arts, coll. « Giza Mastabas », (ISBN 978-0-87846-479-1, lire en ligne)
  • Günter Burkard, Heinz Josef Thissen et Joachim Friedrich Quack, Einführung in die altägyptische Literaturgeschichte. Band 1: Altes und Mittleres Reich, vol. 1,3,6, Münster, LIT, coll. « Einführungen und Quellentexte zur Ägyptologie », (ISBN 978-3-82-580987-4)
  • Peter Clayton, Chronicle of the Pharaohs, London, Thames & Hudson, (ISBN 978-0-500-05074-3, lire en ligne)
  • Collection of the Brooklyn Museum, « Cylinder seal 44.123.30 »,
  • Czech Institute of Egyptology website, « New research and insights into the Palermo Stone » [archive du ], sur cegu.ff.cuni.cz, (consulté le 21 avril 2019)
  • Georges Daressy, « La Pierre de Palerme et la chronologie de l'Ancien Empire », Bulletin de l'Institut français d'archéologie orientale, vol. 12,‎ , p. 161–214 (lire en ligne)
  • « Decree of Neferirkare, catalog number 03.1896 », sur Boston Museum of Fine Arts (BMFA),
  • Emmanuel de Rougé, Œuvres diverses, volume 6, vol. 26, Paris, Ernest Leroux, coll. « Bibliothèque Egyptologique », (OCLC 369027133, lire en ligne)
  • Aidan Dodson et Dyan Hilton, The Complete Royal Families of Ancient Egypt, London, Thames & Hudson Ltd, (ISBN 978-0-500-05128-3)
  • Tarek El-Awady, Abusir and Saqqara in the année 2005, Prague, Academy of Sciences of the Czech Republic, Oriental Institute, (ISBN 978-80-7308-116-4), « The royal family of Sahure. New evidence. »
  • The Egyptian Museum in Cairo: a walk through the alleys of ancient Egypt, Cairo, Farid Atiya Press, (ISBN 978-9-77-172183-3, lire en ligne)
  • Alan Henderson Gardiner, Egypt of the Pharaohs: An Introduction, vol. 165, Oxford, Clarendon Press, coll. « Galaxy books », (ISBN 978-0-19-500267-6, lire en ligne)
  • Ogden Goelet, Encyclopedia of the archaeology of ancient Egypt, London; New York, Routledge, , 85–87 p. (ISBN 978-0-203-98283-9), « Abu Gurab »
  • Nicolas Grimal, A History of Ancient Egypt, Hoboken, New Jersey, Wiley-Blackwell publishing, (ISBN 978-0-631-19396-8)
  • Zahi Hawass et Ashraf Senussi, Old Kingdom Pottery from Giza, Cairo, American University in Cairo Press, (ISBN 978-977-305-986-6)
  • William Hayes, The Scepter of Egypt: A Background for the Study of the Egyptian Antiquities in The Metropolitan Museum of Art. Vol. 1, From the Earliest Times to the End of the Middle Kingdom, New York, Metropolitan Museum of Art, (OCLC 7427345, lire en ligne)
  • Heilbrunn Timeline of Art History, Department of Egyptian Art, The Metropolitan Museum of Art, New York, « List of Rulers of Ancient Egypt and Nubia. »,
  • Wolfgang Helck, Untersuchungen zur Thinitenzeit, vol. 45, Wiesbaden, Harrassowitz, coll. « Ägyptologische Abhandlungen », (ISBN 978-3-44-702677-2)
  • Erik Hornung, The Egyptians, Chicago, University of Chicago Press, (ISBN 978-0-22-615556-2), « The pharaoh »
  • Erik Hornung, Rolf Krauss et David Warburton, Ancient Egyptian Chronology, Leiden, Boston, Brill, coll. « Handbook of Oriental Studies », (ISBN 978-90-04-11385-5, ISSN 0169-9423)
  • Jiří Janák, Hana Vymazalová et Filip Coppens, Abusir and Saqqara in the année 2010, Prague, Charles University, Faculty of Arts, , 430–442 p., « The Fifth Dynasty 'sun temples' in a broader context »
  • Werner Kaiser, « Zu den Sonnenheiligtümern der 5. Dynastie », Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts, Abteilung Kairo, vol. 14,‎ , p. 104–116
  • Sally Katary, The Oxford Encyclopedia of Ancient Egypt, Volume 3, Oxford, Oxford University Press, , 351–356 p. (ISBN 978-0-19-510234-5), « Taxation »
  • Jaromír Krejčí, Katarína Arias Kytnarová et Martin Odler, « Archaeological excavation of the mastaba of Queen Khentkaus III (tomb AC 30) in Abusir », Prague Egyptological Studies, Czech Institute of Egyptology, vol. XV,‎ , p. 28–42
  • Jean Leclant, Encyclopedia of the archaeology of ancient Egypt, London; New York, Routledge, , 865–868 p. (ISBN 978-0-203-98283-9), « Saqqara, pyramids of the 5th and 6th Dynasties »
  • Mark Lehner, Encyclopedia of the archaeology of ancient Egypt, London; New York, Routledge, , 778–786 p. (ISBN 978-0-203-98283-9), « Pyramids (Old Kingdom), construction of »
  • Mark Lehner, The Complete Pyramids, London, Thames & Hudson, (ISBN 978-0-500-28547-3)
  • Ronald J. Leprohon, The great name: ancient Egyptian royal titulary, Atlanta, Society of Biblical Literature, coll. « Writings from the ancient world, no. 33 », (ISBN 978-1-58983-736-2, lire en ligne)
  • Karl Richard Lepsius, Denkmäler aus Ægypten und Æthiopen - volume I, Leipzig, (lire en ligne)
  • Miriam Lichteim, Ancient Egyptian Literature: a Book of Readings. The Old and Middle Kingdoms, Vol. 1, Berkeley, University of California Press, (ISBN 978-0-520-02899-9)
  • Jaromír Málek, The Oxford History of Ancient Egypt, Oxford, Oxford University Press, 2000a (ISBN 978-0-19-815034-3, lire en ligne), « The Old Kingdom (c. 2160–2055 BC) »
  • Jaromír Málek, Abusir and Saqqara in the année 2000, Prague, Academy of Sciences of the Czech Republic – Oriental Institute, 2000b, 241–258 p. (ISBN 80-85425-39-4), « Old Kingdom rulers as "local saints" in the Memphite area during the Old Kingdom »
  • Jaromír Málek, The Oxford History of Ancient Egypt, Oxford, Oxford University Press, , 83–107 p. (ISBN 978-0-19-815034-3), « The Old Kingdom (c. 2686–2160 BC) »
  • Bill Manley, The Penguin historical atlas of ancient Egypt, London, New York, Penguin, (ISBN 978-0-14-051331-8)
  • Auguste Mariette, « La table de Saqqarah », Revue Archéologique, Paris, Didier, vol. 10,‎ , p. 168–186 (OCLC 458108639, lire en ligne)
  • Antonio J. Morales, Abusir and Saqqara in the année 2005, Proceedings of the Conference held in Prague (June 27–July 5, 2005), Prague, Academy of Sciences of the Czech Republic, Oriental Institute, , 311–341 p. (ISBN 978-80-7308-116-4), « Traces of official and popular veneration to Nyuserra Iny at Abusir. Late Fifth Dynasty to the Middle Kingdom »
  • Margaret Alice Murray, Saqqara Mastabas. Part I, London, Bernard Quaritch, coll. « Egyptian research account, 10th année », (OCLC 458801811, lire en ligne)
  • « Neferirkare », Encyclopædia Britannica (consulté le 3 janvier 2017)
  • John Nolan, « Fifth Dynasty Renaissance at Giza », AERA Gram, Boston, Ancient Egypt Research Associates, vol. 13, no 2,‎ (ISSN 1944-0014, lire en ligne)
  • Bezalel Porten, Alejandro Botta et Annalisa Azzoni, In the shadow of Bezalel : Aramaic, biblical, and ancient Near Eastern studies in honor of Bezalel Porten, vol. 60, Leiden, Brill, coll. « Culture and history of the ancient Near East », (ISBN 978-9-00-424083-4)
  • Bertha Porter, Rosalind L. B. Moss et Ethel W. Burney, Topographical bibliography of ancient Egyptian hieroglyphic texts, reliefs, and paintings. III/1. Memphis. Abû Rawâsh to Abûṣîr, Oxford, Griffith Institute, Clarendon Press, (ISBN 978-0-900416-19-4, lire en ligne)
  • Paule Posener-Kriéger, Les archives du temple funéraire de Neferirkare-Kakai (Les papyrus d'Abousir). Tomes I & II (complete set). Traduction et commentaire, vol. 65, Cairo, Institut français d'archéologie orientale, coll. « Bibliothèque d'études », (OCLC 4515577)
  • Michael Rice, Who is who in Ancient Egypt, London & New York, Routledge, (ISBN 978-0-203-44328-6)
  • (de) Herbert Ricke, Elmar Edel et Ludwig Borchardt, Das Sonnenheiligtum des Königs Userkaf. Band 1: Der Bau, vol. 7, Cairo, Schweizerisches Institut für Ägyptische Bauforschung und Altertumskunde, coll. « Beiträge zur Ägyptischen Bauforschung und Altertumskunde », (OCLC 163256368)
  • Alessandro Roccati, La Littérature historique sous l'ancien empire égyptien, vol. 11, Paris, Editions du Cerf, coll. « Littératures anciennes du Proche-Orient », (ISBN 978-2-204-01895-1)
  • (de) Silke Roth, Die Königsmütter des Alten Ägypten von der Frühzeit bis zum Ende der 12. Dynastie, vol. 46, Wiesbaden, Harrassowitz, coll. « Ägypten und Altes Testament », (ISBN 978-3-447-04368-7, lire en ligne)
  • (de) Heinrich Schäfer, Ein Bruchstück altägyptischer Annalen, Berlin, Verlag der Königl. Akadamie der Wissenschaften, (OCLC 912724377)
  • (de) Katrin Scheele-Schweitzer, « Zu den Königsnamen der 5. und 6. Dynastie », Göttinger Miszellen, Göttingen, Universität der Göttingen, Seminar für Agyptologie und Koptologie, vol. 215,‎ , p. 91–94 (ISSN 0344-385X)
  • (de) Bettina Schmitz, Untersuchungen zum Titel s3-njśwt "Königssohn", vol. 2, Bonn, Habelt, coll. « Habelts Dissertationsdrucke: Reihe Ägyptologie », (ISBN 978-3-7749-1370-7)
  • (de) Thomas Schneider, Lexikon der Pharaonen, Düsseldorf, Albatros, , 173–174 p. (ISBN 3-491-96053-3)
  • Stephen Seidlmeyer, The Oxford History of Ancient Egypt, Oxford, Oxford University Press, , 108–136 p. (ISBN 978-0-19-815034-3), « The prénom Intermediate Period (c. 2160–2055 BC) »
  • John Van Seters, In Search of History:Historiography in the Ancient World and the Origins of Biblical History, Warsaw, Indiana, Eisenbrauns, (ISBN 1575060132)
  • (de) Kurt Heinrich Sethe, Urkunden des Alten Reichs, Leipzig, J.C. Hinrichs, (OCLC 846318602, lire en ligne)
  • The Oxford History of Ancient Egypt, Oxford, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-815034-3, lire en ligne)
  • William Stevenson Smith, A History of Egyptian Sculpture and Painting in the Old Kingdom, Oxford, Oxford University Press for the Museum of Fine Arts, Boston, (OCLC 558013099)
  • (de) Rainer Stadelmann, Abusir and Saqqara in the année 2000, Prague, Academy of Sciences of the Czech Republic, Oriental Institute, , 529–542 p. (ISBN 978-80-85425-39-0), « Userkaf in Sakkara und Abusir. Untersuchungen zur Thronfolge in der 4. und frühen 5. Dynastie »
  • Nigel Strudwick, The Administration of Egypt in the Old Kingdom: The Highest titres and Their Holders, London; Boston, Kegan Paul International, coll. « Studies in Egyptology », (ISBN 978-0-7103-0107-9, lire en ligne)
  • Nigel Strudwick, Texts from the Pyramid Age, Atlanta, Society of Biblical Literature, coll. « Writings from the Ancient World (book 16) », (ISBN 978-1-58983-680-8, lire en ligne)
  • Emily Teeter, Encyclopedia of the archaeology of ancient Egypt, London; New York, Routledge, , 494–498 p. (ISBN 978-0-203-98283-9), « Kingship »
  • Miroslav Verner, « Excavations at Abusir », Zeitschrift für Ägyptische Sprache und Altertumskunde, vol. 107,‎ 1980a, p. 158–169 (DOI 10.1524/zaes.1980.107.1.158)
  • (de) Miroslav Verner, « Die Königsmutter Chentkaus von Abusir und einige Bemerkungen zur Geschichte der 5. Dynastie », Studien zur Altägyptischen Kultur, vol. 8,‎ 1980b, p. 243–268 (JSTOR 25150079)
  • Miroslav Verner, « Un roi de la Ve dynastie. Rêneferef ou Rênefer ? », Bulletin de l'Institut Français d'Archéologie Orientale, vol. 85,‎ 1985a, p. 281–284 (lire en ligne)
  • Miroslav Verner et Milan Zemina, Forgotten pharaohs, lost pyramids: Abusir, Prague, Academia Škodaexport, (ISBN 978-80-200-0022-4, lire en ligne[archive du ])
  • Miroslav Verner, Paule Posener-Kriéger et Peter Jánosi, Abusir III : the pyramid complex of Khentkaus, Prague, Universitas Carolina Pragensis: Academia, coll. « Excavations of the Czech Institute of Egyptology », (ISBN 978-80-200-0535-9)
  • Miroslav Verner, Abusir and Saqqara in the année 2000, Prague, Academy of Sciences of the Czech Republic, Oriental Institute, , 581–602 p. (ISBN 978-80-85425-39-0), « Who was Shepseskara, and when did he reign? »
  • Miroslav Verner, « Archaeological Remarks on the 4th and 5th Dynasty Chronology », Archiv Orientální, vol. 69, no 3,‎ 2001a, p. 363–418 (lire en ligne)
  • Miroslav Verner, The Oxford Encyclopedia of Ancient Egypt, Volume 2, Oxford, Oxford University Press, 2001b, 585–591 p. (ISBN 978-0-19-510234-5), « Old Kingdom: An Overview »
  • Miroslav Verner, The Pyramids; The Mystery, Culture and Science of Egypt's Great Monuments, New York, Grove Press, 2001c (ISBN 978-0-80-213935-1)
  • Miroslav Verner, Abusir - Realm of Osiris, The Université américaine du Caire Press,
  • Miroslav Verner, The Oxford Encyclopedia of Ancient Egypt, Volume 3, Oxford, Oxford University Press, 2001d, 87–95 p. (ISBN 978-0-19-510234-5), « Pyramid »
  • (de) Miroslav Verner, « Die Sonnenheiligtümer der 5. Dynastie », Sokar, vol. 10,‎ , p. 43–44
  • Miroslav Verner, « New Archaeological Discoveries in the Abusir Pyramid Field: Sahure's causeway » [archive du ], sur Archaeogate,
  • Miroslav Verner, « Pyramid towns of Abusir », Studien zur Altägyptischen Kultur, vol. 41,‎ , p. 407–410 (JSTOR 41812236)
  • (de) Jürgen von Beckerath, Handbuch der ägyptischen Königsnamen, vol. 49, Mainz, Philip von Zabern, coll. « Münchner ägyptologische Studien », (ISBN 978-3-8053-2591-2)
  • William Gillan Waddell, Manetho, Cambridge, Massachusetts; London, Harvard University Press; W. Heinemann, coll. « Loeb classical library, 350 », (OCLC 6246102, lire en ligne)
  • Toby Wilkinson, Royal annals of ancient Egypt : the Palermo Stone and its associated fragments, London, Kegan Paul International, coll. « Studies in Egyptology », (ISBN 978-0-71-030667-8)