Sahourê

pharaon égyptien

Sahourê
Image illustrative de l’article Sahourê
Statue de Sahourê
Période Ancien Empire
Dynastie Ve dynastie
Fonction IIe roi de la dynastie
Prédécesseur Ouserkaf
Dates de fonction -2458 à -2446 (selon J. P. Allen)
-2490 à -2475 (selon R. Krauss)
-2506 à -2493 (selon D. B. Redford)
-2471 à -2458 (selon J. von Beckerath)
-2447 à -2435 (selon J. Málek)
-2464 à -2452 (selon A. D. Dodson)
Successeur Néferirkarê Kakaï
Famille
Grand-mère paternelle Khentkaous Ire ?
Père Ouserkaf
Mère Néferhétepès
Conjoint Méretnebty
Enfant(s) Néferirkarê Kakaï
Netjerirenrê
Deuxième conjoint ?
Enfants avec le 2e conjoint ♂ Khakarê
♂ Horemsaf
♂ Râemsaf
♂ Nebânkhrê
Sépulture
Nom Pyramide de Sahourê
Type Pyramide à faces lisses
Emplacement Abousir
Date de découverte 1842
Découvreur Karl Richard Lepsius
Fouilles 1902 à 1908 par Ludwig Borchardt
Objets sarcophage en basalte

Sahourê (signifiant « Rê est protecteur », aussi connu en grec sous le nom de Sephrês, Σϵϕρής) est le deuxième souverain de la Ve dynastie sous l'Ancien Empire, qui régna pendant environ douze ans au début du XXVe siècle avant notre ère[1]. Sahourê est considéré comme l'un des rois les plus importants de l'Ancien Empire, son règne étant un point culminant d'un point de vue politique et culturel de la Ve dynastie. Il était le fils de son prédécesseur Ouserkaf et de la reine Néferhétepès, et fut à son tour remplacé par son fils Néferirkarê Kakaï.

Pendant le règne de Sahourê, l'Égypte avait d'importantes relations commerciales avec la côte levantine. Sahourê a lancé plusieurs expéditions navales au Liban d'aujourd'hui pour se procurer du bois de cèdre, des hommes (peut-être des esclaves) et des objets exotiques. Il a également ordonné la première expédition attestée au pays de Pount, qui a rapporté de grandes quantités de myrrhe, de malachite et d'électrum. Sahourê célèbre le succès de cette entreprise dans un relief de son temple mortuaire qui le montre en train d'entretenir un arbre de myrrhe dans le jardin de son palais nommé « La splendeur de Sahourê s'élève au ciel ». Ce relief est le seul dans l'art égyptien à représenter un jardin royal. Sahourê envoya d'autres expéditions dans les mines de turquoise et de cuivre du Sinaï. Il a peut-être aussi ordonné des campagnes militaires contre des chefs libyens dans le désert occidental, ramenant du bétail en Égypte.

Sahourê s'est fait construire une pyramide à Abousir, abandonnant ainsi les nécropoles royales de Saqqarah et de Gizeh, où ses prédécesseurs avaient construit leurs pyramides. Cette décision a peut-être été motivée par la présence du temple solaire d'Ouserkaf à Abousir, le premier temple du genre de la Ve dynastie. La pyramide de Sahourê est beaucoup plus petite que les pyramides de la IVe dynastie mais la décoration de son temple mortuaire est plus élaborée. La chaussée et le temple mortuaire de son complexe pyramidal étaient autrefois ornés de plus de 10 000 m2 de beaux reliefs, ce qui les rendait célèbres dans l'Antiquité. Les architectes de l'ensemble pyramidal de Sahourê ont introduit l'utilisation de colonnes palmiformes (c'est-à-dire de colonnes dont le chapiteau a la forme de feuilles de palmier), qui allait bientôt devenir une marque de fabrique de l'architecture égyptienne ancienne. Sahourê est également connu pour avoir construit un temple solaire appelé « La Roselière de Rê », et bien qu'il ne soit pas encore localisé, il est probablement aussi à Abousir.

FamilleModifier

 
Sahourê vêtu du manteau de la fête-Sed et portant la couronne rouge de Basse-Égypte

AscendanceModifier

L'identité des parents de Sahourê a été mise en lumière récemment à la suite des découvertes réalisées à Saqqarah et à Abousir dans les temples funéraires royaux dont le sien propre :

  • À Saqqarah dans le temple funéraire de la pyramide d'Ouserkaf où le cartouche de Sahourê a été retrouvé confirmant que ce dernier avait achevé le complexe de son prédécesseur direct et supposant ainsi un lien de filiation direct[2] ;
  • Non loin de ce site, les fouilles du temple funéraire de la pyramide de Néferhétepès, l'épouse d'Ouserkaf, ont révélé que le monument avait subi des modifications substantielles de son plan peu de temps après son édification. L'ajout, notamment d'un vestibule à colonnes dont le style est identique à celui des colonnes du temple funéraire de Sahourê, apporte un second indice favorisant l'hypothèse de la filiation entre ces différents personnages royaux[2] ;
  • C'est à Abousir que la preuve définitive a été trouvée parmi les découvertes récentes du Conseil suprême des Antiquités égyptiennes faites dans le temple funéraire de la pyramide de Sahourê. De nouveaux blocs décorés appartenant à la chaussée du temple, et ayant échappé aux fouilles du siècle dernier, ont été mis au jour révélant de nouveaux pans entiers du programme décoratif du monument déjà bien documenté par les travaux de Ludwig Borchardt. Parmi ces scènes inédites figurent celles représentant la famille royale. Néferhétepès y est représentée portant le titre de « Mère royale »[3]. Cette découverte permet ainsi de compléter le puzzle jusque-là supposé avec les trouvailles de Saqqarah[4].

Ainsi, il est aujourd'hui largement admis que les parents du roi Sahourê sont le roi Ouserkaf et la reine Néferhétepès.

ÉpouseModifier

Un relief ornant à l'origine la chaussée de la pyramide de Sahourê représente la reine Méretnebty, qui était donc très probablement l'épouse de Sahourê et la mère de Néferirkarê Kakaï et Netjerirenrê.

DescendanceModifier

Sahourê est connu pour avoir été remplacé par le roi Néferirkarê[note 1], qui était considéré, jusqu'en 2005, comme son frère[5]. Cette année 2005, les égyptologues Miroslav Verner et Tarek El-Awady[6] ont découvert un relief, celui cité juste au-dessus, et représentant Sahourê assis devant deux de ses fils, Ranéfer Khakar et Netjerirenrê[7]. À côté du nom de Ranéfer Khakar, le texte « Néferirkarê Kakaï roi de Haute et Basse-Égypte » avait été ajouté, indiquant que Ranéfer Khakar était le fils de Sahourê et a pris le trône sous le nom Néferirkarê Kakaï à la mort de son père[8]. Comme Ranéfer Khakar et Netjerirenrê portent tous deux le titre de « Fils aîné du Roi », Verner et El-Awady pensent qu'ils étaient peut-être jumeaux avec Ranéfer Khakar né le premier. Ils proposent que Netjerirenrê se soit emparé du trône pour un bref règne sous le nom de Chepseskarê, bien que cela reste conjectural[9]. Netjerirenrê portait plusieurs titres religieux correspondant à des postes de haut rang dans la cour et qui suggèrent qu'il a pu agir comme un vizir pour son père. Cela fait cependant l'objet d'un débat, comme le souligne Michel Baud, à l'époque de Sahourê, l'expulsion des princes royaux du vizirat était en cours, sinon déjà achevée.

Trois autres fils, Khakarê[10], Horemsaf[11] et Nebânkhrê[12] sont représentés sur des reliefs du temple mortuaire de Sahourê, mais l'identité de leur mère est inconnue[13].

RègneModifier

 
Sahourê tirant à l'arc. Relief provenant de son temple funéraire à Abousir - Musée égyptien de Berlin

Durée du règneModifier

Le Canon royal de Turin, écrit sous la XIXe dynastie, lui attribue douze ans, cinq mois et douze jours de règne. La pierre de Palerme, liste et annales dynastiques établies sous la Ve dynastie, mentionne comme dernière année enregistrée dans les annales de la dynastie pour le règne du roi, l'an quatorze, neuf mois et six jours. Dans l'étude comparative de la pierre de Palerme et des fragments complémentaires du Caire, Georges Daressy parvient à une quinzième année de règne[14]. Manéthon le nomme Secheres et lui donne treize années de règne[15].

Activités en ÉgypteModifier

La majorité des activités de Sahourê en Égypte enregistrées dans la pierre de Palerme sont de nature religieuse. Durant la cinquième année de son règne, la pierre mentionne la fabrication d'une péniche divine, peut-être à Héliopolis, la quantité exacte d'offrandes quotidiennes de pain et de bière à , Hathor, Nekhbet et Ouadjet fixées par le roi[16] et le don de terres à divers temples[17],[18].

Sahourê a également réorganisé le culte de sa mère Néferhétepès, dont le complexe mortuaire avait été construit par Ouserkaf à Saqqarah[19]. Il a notamment ajouté à son temple un portique d'entrée à quatre colonnes, de sorte que l'entrée ne faisait plus face à la pyramide d'Ouserkaf[19],[20].

Les preuves archéologiques suggèrent que les autres activités de construction de Sahourê étaient concentrées à Abousir, où il a construit sa pyramide, et dans son voisinage immédiat qui abritait probablement son temple solaire[21]. Ce temple, le deuxième de ce type réalisé sous la Ve dynastie et encore à localiser, est connu pour avoir existé grâce à une inscription sur la pierre de Palerme où il est appelé Sekhet Rê, ce qui signifie « La Roselière de Rê ». Quelques blocs de calcaire portant des reliefs qui ornaient autrefois le temple ont été retrouvés encastrés dans les murs de l'ensemble mortuaire de Niouserrê, le quatrième successeur de Sahourê. Cela suggère soit que ces blocs sont des restes de la construction du temple, soit que Niouserrê a utilisé le temple de Sahourê comme carrière pour les matériaux de construction car il était inachevé.

Le palais de Sahourê, appelé Outjes-néferou-Sahourê, « Loués soient les beautés de Sahourê »[note 2], est connu par une inscription sur des jarres de stockage découverts en février 2011 dans le temple mortuaire de Néferefrê[23]. Au vu de l'intérêt particulier que la Ve dynastie a eu pour ce site accessible depuis une retenue d'eau du fleuve qui formait un véritable lac, il est probable que le palais royal se situait à proximité en contrebas du plateau rocheux sur lequel les mausolées royaux sont édifiés, dominant une ville de pyramide, cité toute consacrée au chantier du règne[24].

Le fragment d'une statue portant le nom du roi a été découvert en 2015, à El Kab[note 3],[25]. Au sud de l'Égypte, une stèle portant le nom de Sahourê a été découverte dans les carrières de diorite situées dans le désert au nord-ouest d'Abou Simbel en Basse-Nubie. Encore plus au sud, le cartouche de Sahourê a été retrouvé dans un graffiti à Toumas et sur un sceau à Bouhen à la deuxième cataracte du Nil[26],[27],[28].

Activités hors d'ÉgypteModifier

 
La flotte de Sahourê de retour d'une expédition à Byblos

Commerce et expéditionsModifier

Les documents historiques et les artefacts qui subsistent suggèrent que les contacts avec les terres étrangères ont été nombreux pendant le règne de Sahourê. En outre, ces contacts semblent avoir été essentiellement de nature économique plutôt que militaire. Les reliefs de son complexe pyramidal montrent qu'il possédait une marine composée de bateaux de cent coudées de long (environ cinquante mètres), dont certains reviennent du Liban chargés de troncs de cèdres précieux[29]. D'autres navires sont représentés chargés d'« Asiatiques »[note 4], adultes et enfants, qui étaient peut-être des esclaves[30],[31],[32]. Un relief unique représente plusieurs ours bruns syriens, probablement ramenés de la côte levantine par une expédition navale. Ces ours apparaissent en association avec douze jarres de Syrie peintes en rouge à une poignée et sont donc susceptibles de constituer un tribut[33],[34].

Les contacts commerciaux avec Byblos ont certainement eu lieu pendant le règne de Sahourê et les fouilles du temple de Baâlat ont permis d'obtenir un bol en albâtre portant le nom de Sahourê[31]. Il aurait épousé une princesse phénicienne. Il existe d'autres preuves corroborant la présence de commerce avec le Levant pendant la Ve dynastie, avec un certain nombre de vases de pierre portant des cartouches de pharaons de cette dynastie, découverts au Liban. Enfin, un morceau d'or fin estampé sur un trône de bois et portant des cartouches de Sahourê aurait été retrouvé lors de fouilles illégales en Turquie parmi un assemblage plus large connu sous le nom de Trésor de Dorak[30],[35],[36]. L'existence du trésor est cependant aujourd'hui largement mise en doute[37].

Dans sa dernière année sur le trône, Sahourê a envoyé la première expédition documentée[38] vers la terre légendaire de Pount[39]. L'expédition aurait rapporté des animaux exotiques ainsi que 80 000 mesures de myrrhe et des arbres à myrrhe, essence qui ne poussait pas en Égypte, ainsi que de la malachite et de l'électrum[31],[40]. Sahourê semble s'être particulièrement et personnellement intéressé à ces arbres car il s'est fait représenté dans son palais les cultivant en présence de son entourage, se vantant d'être le premier souverain à avoir réussi cet exploit[41]. Pour cette raison, on attribue souvent à Sahourê la création d'une marine égyptienne. Cependant, on sait aujourd'hui que les rois égyptiens précédents avaient aussi une marine de haute mer, en particulier Khéops sous le règne duquel le plus ancien port connu, Ouadi el-Jarf, sur la mer Rouge, était en activité. Néanmoins, les reliefs du complexe pyramidal de Sahourê restent les « premières représentations définitives de navires de mer en Égypte » (Shelley Wachsmann).

Dans sa dernière année de règne, Sahourê envoya une autre expédition à l'étranger, cette fois dans les mines de cuivre et de turquoise de Ouadi Maghara[42],[43],[44] et Ouadi El-Kharit dans le Sinaï[45],[46],[47], qui étaient actives depuis au moins le début de la IIIe dynastie[48]. Cette expédition a rapporté plus de 6 000 unités de cuivre en Égypte[49] et a également produit deux reliefs dans le Sinaï, dont l'un montre Sahourê dans l'acte traditionnel de frapper les Asiatiques[31] et de se vanter être « Le Grand Dieu qui frappe les Asiatiques de tous pays »[18].

Campagnes militairesModifier

La carrière militaire de Sahourê est connue principalement grâce aux reliefs de son complexe mortuaire. Il s'agissait apparemment de campagnes contre les Libyens dans le désert occidental[36]. Les campagnes ont permis de rapporter du bétail et Sahourê est montré en train de frapper des chefs locaux. La pierre de Palerme corrobore certains de ces événements. Cependant, cette même scène de l'attaque libyenne a été utilisée deux cents ans plus tard dans le temple mortuaire de Pépi II et dans le temple de Taharqa à Kawa, construit environ 1 800 ans après la mort de Sahourê[50]. En particulier, les mêmes noms sont cités pour les chefs locaux. Par conséquent, il est possible que Sahourê ait lui aussi copié une représentation encore plus ancienne de cette scène[51].

Membres de la Cour royale et haut-fonctionnairesModifier

Plusieurs dignitaires contemporains de son règne sont connus et se font aménager leur mastaba à Saqqarah ou Abousir :

  • Tepemânkh, prêtre du culte du roi et de son prédécesseur Ouserkaf, qui possède un mastaba à Abousir non loin de la pyramide de son maître[52] ;
  • Senouânkh, autre prêtre du culte royal ainsi que de celui d'Ouserkaf. Son mastaba a été retrouvé à Saqqarah[53] ;
  • Persen, prêtre rattaché au culte funéraire de Néferhétepès, la mère du roi, dont le mastaba a été retrouvé à Saqqarah, près de la pyramide de Néferhétepès[54] ;
  • Niânkhsekhmet, médecin en chef de Sahourê, il demanda au roi qu'une fausse porte soit faite pour sa tombe, ce que le roi accepta. Sahourê fit graver et peindre en bleu en sa présence la fausse porte en calcaire fin de Tourah. Le roi souhaita longue vie à son médecin en lui disant : « Comme mes narines sont en bonne santé, comme les dieux m'aiment, puissiez-vous partir au cimetière à un âge avancé, comme on le vénérait »[55] ;
  • Ouash-Ptah dit Izi, qui commença sa carrière comme prêtre du culte du roi sous Sahourê, et deviendra le vizir de Néferirkarê Kakaï. Son mastaba a été retrouvé à Abousir[56] ;
  • Pehenoukaï, vizir sous le règne de Néferirkarê, prêtre du culte d'Ouserkaf sous les règnes de Sahourê et de son successeur Néferirkarê[57] :
  • Ptahchepsès Ier : probablement né sous le règne de Menkaourê, Ptahchepsès était grand prêtre de Ptah ;
  • Ourbaouba : vizir sous le règne de Sahourê, attesté dans le temple mortuaire, contrairement à Sékhemkarê, Ourbaouba ne semble pas avoir été royal. Cela indique que Sahourê a poursuivi la politique d'Ouserkaf de nommer des personnes non royales à de hautes fonctions ;
  • Sékhemkarê : prince royal, fils de Khafrê et vizir sous Ouserkaf et Sahourê.

SépultureModifier

 
Pyramide de Sahourê

La pyramide principale du complexe mortuaire de Sahourê illustre le déclin de la construction de pyramides, tant en termes de taille que de qualité[note 5]. Pourtant, le temple mortuaire qui l'accompagne est considéré comme le temple le plus sophistiqué construit jusqu'alors[31]. Avec ses nombreuses innovations architecturales, telles que l'utilisation de colonnes palmiformes, le plan d'ensemble du complexe de Sahourê servira de modèle pour tous les complexes mortuaires construits depuis le règne de Sahourê jusqu'à la fin de l'Ancien Empire, quelque trois-cents ans plus tard[29],[59].

Le monument a été identifié comme étant une pyramide, pour la première fois par Karl Richard Lepsius, et porte alors le numéro dix-huit sur la liste des pyramides égyptiennes qu'il réalise lors de l'expédition prussienne de 1842. C'est Ludwig Borchardt qui identifie son propriétaire et fouille l'ensemble de manière exhaustive au début du XXe siècle, publiant ses travaux par une série d'ouvrages qui feront date dans le monde égyptologique. Le complexe a été partiellement restauré depuis et au cours des travaux d'aménagement a fait l'objet de nouvelles études et fouilles effectuées par le Conseil suprême des Antiquités égyptiennes.

LocalisationModifier

Sahourê choisit de construire son complexe pyramidal à Abousir, abandonnant ainsi Saqqarah et Gizeh, qui avaient été les nécropoles royales jusque-là. Une motivation possible pour la décision de Sahourê était la présence du temple solaire d'Ouserkaf[60].

Le complexe funéraireModifier

Le complexe funéraire se compose d'un temple de la vallée, d'une chaussée de près de deux-cents mètres de long, d'un temple funéraire, d'une pyramide subsidiaire et bien entendu de la pyramide elle-même.

Le temple mortuaire de Sahourê a été largement décoré d'environ 10 000 m2 de reliefs raffinés[61]. De nombreux fragments survivants des reliefs qui ornent les murs du temple sont de très grande qualité et beaucoup plus élaborés que ceux des temples mortuaires précédents[30],[62]. Plusieurs reliefs du temple et de la chaussée sont uniques dans l'art égyptien. Il s'agit notamment d'un relief représentant Sahourê prenant soin d'un myrrhe dans son palais devant sa famille[63],[64], d'un relief représentant des ours bruns et d'un relief montrant la mise en place du pyramidion, recouvert d'une feuille d'or[65], sur la pyramide principale et les cérémonies suivant l'achèvement du complexe[66]. Il s'agit là d'une rare représentation antique d'un chantier de construction d'une pyramide et même si la scène représentée concerne davantage la cérémonie d'accueil au chantier du pyramidion venant en quelque sorte consacrer le monument royal, elle est suffisamment inédite pour être mentionnée. Les nombreux reliefs des temples mortuaire et de la vallée illustrent aussi, entre autres, un recensement des étrangers par ou devant la déesse Seshat[67] et le retour d'une flotte égyptienne du Proche Orient, peut-être Byblos. Certains des bas-reliefs en granit rouge sont encore en place sur le site[68],[69]. Les reliefs décorés de la partie supérieure de la chaussée représentent la procession de plus de cent-cinquante domaines funéraires personnifiés créés pour le culte de Sahourê, démontrant l'existence d'un système économique sophistiqué associé au culte funéraire du roi. Il existe également une pyramide subsidiaire destinée au Ka du roi[29].

Le temple mortuaire présentait les premières colonnes palmiformes de tout temple égyptien[29], d'imposantes architraves de granit portant le titulaire de Sahourê, recouvertes de cuivre, de basalte noire[70] et de granit[29].

La pyramideModifier

La pyramide de Sahourê atteignait quarante-sept mètres lors de sa construction[71], beaucoup plus petite que les pyramides de la IVe dynastie. Son noyau intérieur est fait de pierres grossièrement taillées, organisées en escaliers et maintenues ensemble dans de nombreuses sections avec un épais mortier de boue. Cette technique de construction, beaucoup moins coûteuse et plus rapide à exécuter que les techniques à base de pierre de la IVe dynastie, s'est avérée bien pire avec le temps. De ce fait, la pyramide de Sahourê est aujourd'hui en grande partie ruinée et ne représente plus qu'un tas de gravats montrant le remplissage brut des débris et du mortier constituant le noyau, qui a été exposé après le vol des pierres de parement dans l'Antiquité[29].

Pendant la construction du noyau, un couloir a été laissé ouvert, menant au puits où la chambre funéraire a été construite séparément et recouverte par la suite de blocs de pierre et de débris. Cette stratégie de construction est clairement visible dans les pyramides inachevées ultérieures, en particulier la pyramide de Néferefrê[29]. Cette technique reflète également le style plus ancien de la IIIe dynastie qui semble revenir à la mode après avoir été temporairement abandonné par les constructeurs des cinq grandes pyramides de Dahchour et Gizeh sous la IVe dynastie[29].

L'entrée du côté nord est suivie d'un court couloir descendant bordé de granit rouge suivi d'un passage se terminant à la chambre funéraire avec son toit à deux versants composé de grandes poutres en pierre calcaire[72]. Aujourd'hui, ces poutres sont endommagées, ce qui affaiblit la structure pyramidale. Des fragments du sarcophage ont été trouvés dans la chambre funéraire, quand John Shae Perring y est entré pour la première fois au milieu du XIXe siècle[29]. Les blocs de toit colossaux du temple de Sahourê pesaient jusqu'à environ deux-cent-vingt tonnes selon les estimations de Perring. Il a estimé la taille des plus grands blocs à 10 × 2,7 m par 3,7 m. Une extrémité de ces blocs a été effilée, de sorte que le volume estimé est de 95 mètres3.

Culte funéraireModifier

Ancien EmpireModifier

L'héritage le plus immédiat de Sahourê est son culte funéraire, qui s'est poursuivi jusqu'à la fin de l'Ancien Empire quelque trois-cents ans après sa mort. Au moins vingt-deux domaines agricoles ont été créés pour produire les biens nécessaires à ce culte[73]. Plusieurs prêtres servant ce culte ou celui du temple solaire de Sahourê au cours des Ve et VIe dynasties sont connus grâce aux inscriptions et aux artefacts de leurs tombes à Saqqarah et à Abousir[74] :

Un autre héritage de Sahourê est son complexe pyramidal : sa disposition est devenue le modèle de tous les complexes pyramidaux ultérieurs de l'Ancien Empire et certains de ses éléments architecturaux, tels que ses colonnes palmiformes, sont devenus la marque de l'architecture égyptienne.

Moyen EmpireModifier

Au début de la période du Moyen Empire, au début de la XIIe dynastie, le pharaon Sésostris Ier commande une statue de Sahourê[83]. La statue se trouvait dans le temple de Karnak et appartenait probablement à un groupe de portraits de rois décédés.

La statue de Sahourê, qui se trouve actuellement au Musée égyptien du Caire (CG 42004 au catalogue), est en granit noir et mesure cinquante centimètres de haut. Sahourê est représenté trônant, portant une jupe plissée et une perruque ronde frisée. Les deux côtés du trône portent des inscriptions identifiant l'œuvre comme un portrait de Sahourê réalisé sur ordre de Sésostris Ier[84].

Une autre indication que Sahourê n'avait pas disparu de mémoire pendant le Moyen Empire est le papyrus Westcar, qui a été écrit pendant la XIIe dynastie[85]. Le papyrus raconte l'histoire mythique des origines de la Ve dynastie, présentant les rois Ouserkaf, Sahourê et Néferirkarê comme trois frères, fils de et d'une femme nommée Rededjet[86].

Nouvel Empire et époques tardivesModifier

En tant que roi décédé, Sahourê a continué à recevoir des offrandes religieuses pendant le Nouvel Empire. La meilleure preuve en est la Chambre des ancêtres, une liste des ancêtres royaux inscrits sur les murs du temple de Karnak sous le règne de Thoutmôsis III de la XVIIIe dynastie. Contrairement à d'autres listes de rois égyptiens anciens, les rois ne sont pas classés par ordre chronologique. En effet, le but de la liste était purement religieux plutôt qu'historique : il s'agissait de nommer les rois défunts pour qu'ils soient honorés dans le temple de Karnak[87].

Sous la XIXe dynastie, le prince Khâemouaset, fils de Ramsès II, entreprit des travaux de restauration dans toute l'Égypte sur les pyramides et les temples tombés en ruines[88]. Les inscriptions sur le parement de pierre de la pyramide de Sahourê montrent qu'elle a été restaurée à cette époque[74],[89]. C'est peut-être parce que, à partir du milieu de la XVIIIe dynastie, le temple mortuaire de Sahourê a servi de sanctuaire à la déesse Sekhmet[90]. Dans la seconde partie de la XVIIIe dynastie et pendant la XIXe dynastie, de nombreux visiteurs ont laissé des inscriptions, stèles et statues dans le temple. Les activités semblent s'être poursuivies sur le site pendant longtemps, comme en témoignent les graffitis datant de la XXVIe dynastie jusqu'à la période ptolémaïque[74],[91],[92].

TitulatureModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Premier pharaon à avoir un nom de Nesout-bity, ou praenomen, différent de son nom de Sa-Rê, ou nomen
  2. Ce nom a été trouvé sur des sceaux de jarres de stockage découvertes dans le temple funéraire de Néferefrê, probable petit-fils du roi, ainsi que sur des blocs de la décoration de la chaussée du complexe funéraire de Sahourê[4],[22]
  3. C'est une des trois statues connues de Sahourê[25].
  4. Dans le contexte de l'Égypte antique, asiatique, signifie peuple du Levant, incluant Canaan, le Liban et la côte sud de la Turquie.
  5. La pyramide de Sahourê a un volume de 98 000 m3 contre 2 595 000 m3 pour celle de Khéops[58].

RéférencesModifier

  1. -2458 à -2446 (Allen), -2490 à -2475 (Krauss), -2506 à -2493 (Redford), -2471 à -2458 (von Beckerath), -2447 à -2435 (Málek), -2464 à -2452 (Dodson)
  2. a et b Labrousse et Lauer 2000.
  3. El Awady 2006a.
  4. a et b Hawass 2003, p. 260-263.
  5. Verner 2002, p. 268.
  6. El Awady 2006a, p. 208–213.
  7. Baud 1999b, p. 509–510.
  8. El Awady 2006a, p. 192–198.
  9. El Awady 2006a, p. 213–214.
  10. Baud 1999b, p. 535.
  11. Baud 1999b, p. 521.
  12. Baud 1999b, p. 487.
  13. Dodson et Hilton 2004, p. 62–69.
  14. Daressy 1912.
  15. Waddell 1971, p. 51.
  16. Strudwick 2005, p. 71–72.
  17. Breasted 1906, § 160, p. 69.
  18. a et b Breasted 1906, p. 108–110.
  19. a et b Baud 1999a, p. 336.
  20. Labrousse 1997, p. 265.
  21. Verner et Zemina 1994, p. 110.
  22. Verner 2002.
  23. Verner 2012, p. 16–19.
  24. Verner 2003, p. 150.
  25. a et b Huyge 2017, p. 41–43.
  26. Petrie Museum, online catalog, seal UC 21997 2015.
  27. Petrie Museum, online catalog, seal UC 11769 2015.
  28. List of attestations of Sahure 2000.
  29. a b c d e f g h et i Lehner 2008, p. 142–144.
  30. a b et c Clayton 1994, p. 60–63.
  31. a b c d et e Baker 2008, p. 343–345.
  32. Hayes 1978, p. 66–67.
  33. Sowada 2009, p. 160 and Fig. 39.
  34. Smith 1971, p. 233.
  35. Smith 1965, p. 110.
  36. a et b Altenmüller 2001, p. 598.
  37. Mazur 2005.
  38. Sowada 2009, p. 198.
  39. Hawass 2003, p. 260–263.
  40. Wicker 1998, p. 155.
  41. El Awady 2006b.
  42. Verner 2001b, p. 588.
  43. Gardiner, Peet et Černý 1955, p. 15.
  44. Strudwick 2005, p. 135, text number 57.
  45. Giveon 1977, p. 61.
  46. Giveon 1977, p. 61–63.
  47. Giveon 1978, p. 76.
  48. Mumford 1999, p. 875–876.
  49. Redford 1986, p. 137.
  50. Wright et Pardee 1988, p. 156.
  51. Baines 2011, p. 65–66.
  52. Sethe 1903, Ch.1, § 19.
  53. Sethe 1903, Ch.1, § 24.
  54. Sethe 1903, Ch.1, § 25.
  55. Sethe 1903, Ch.1, § 26.
  56. Sethe 1903, Ch.1, § 27.
  57. Sethe 1903, Ch.1, § 30.
  58. Mumford 2006, p. 49.
  59. Verner et Zemina 1994, p. 69.
  60. Krecji 2003, p. 281.
  61. El-Shahawy et Atiya 2005, p. 33.
  62. Borchardt 1910, p. Plate (Blatt) 9.
  63. El Awady 2006b, p. 37.
  64. El Awady 2009, pls.5–6.
  65. Verner 2002b, Ch. III, Expeditions to the Quarries, p. 68 et Ch. VI, Sahure's Pyramid, p. 285.
  66. Strudwick 2005, p. 86.
  67. Mumford 2006, p. 55.
  68. Brinkmann 2010a, Extrait, traduction anglaise en ligne et sur Internet archive.
  69. Brinkmann 2010b, Présentation vidéo de l'exposition.
  70. Hoffmeier 1993, p. 118–119.
  71. Lehner 2008, p. 143.
  72. Edwards 1972, p. 175–176, 180–181 & 275.
  73. Schneider 2002, p. 243–244.
  74. a b et c Wildung 2010, p. 275–276.
  75. Allen et al. 1999, p. 456–457.
  76. Hayes 1978, p. 106.
  77. Allen et al. 1999, p. 370.
  78. Sethe 1903, p. 36.
  79. Junker 1950, p. 107–118.
  80. Allen et al. 1999, p. 404.
  81. Strudwick 2005, p. 248, text number 173.
  82. Sethe 1903, p. 33.
  83. Grimal 1992, p. 180.
  84. Legrain 1906, p. 3–4.
  85. Burkard, Thissen et Quack 2003, p. 178.
  86. Lichteim 2000, p. 215–220.
  87. Wildung 1969, p. 60–63.
  88. Málek 1992, p. 57–76.
  89. Wildung 1969, p. 170.
  90. Bareš 2000, p. 9.
  91. Wildung 1969, p. 198.
  92. Peden 2001, p. 278–279.

BibliographieModifier

  • James Allen et al., Egyptian Art in the Age of the Pyramids, New York, The Metropolitan Museum of Art, (OCLC 41431623, lire en ligne)
  • Hartwig Altenmüller, The Oxford Encyclopedia of Ancient Egypt, Volume 2, Oxford, Oxford University Press, , 597–601 p. (ISBN 978-0-19-510234-5), « Old Kingdom: Fifth Dynasty »
  • John Baines, The Oxford History of Historical Writing, Volume 1: Beginnings to AD 600, Oxford, Oxford University Press, , 53–75 p. (ISBN 978-0-19-103678-1), « Ancient Egypt »
  • Darrell Baker, The Encyclopedia of the Pharaohs: Volume I – Predynastic to the Twentieth Dynasty 3300–1069 BC, London, Stacey International, (ISBN 978-1-905299-37-9)
  • Kathryn A. Bard et Rodolfo Fattovich, « The Middle Kingdom Red Sea Harbor at Mersa/Wadi Gawasis », Journal of the American Research Center in Egypt, American Research Center in Egypt, vol. 47,‎ , p. 105–129 (JSTOR 24555387)
  • Ladislav Bareš, Abusir and Saqqara in the année 2000, Prague, Academy of Sciences of the Czech Republic – Oriental Institute, , 1–16 p. (ISBN 80-85425-39-4), « The destruction of the monuments at the necropolis of Abusir »
  • Miroslav Bárta, « Radjedef to the Eighth Dynasty », UCLA Encyclopedia of Egyptology, San Diego, The University of California, vol. 1, no 1,‎ (lire en ligne)
  • Michel Baud, Famille Royale et pouvoir sous l'Ancien Empire égyptien. Tome 1, Cairo, Institut français d'archéologie orientale, coll. « Bibliothèque d'étude 126/1 », 1999a (ISBN 978-2-7247-0250-7, lire en ligne)
  • Michel Baud, Famille Royale et pouvoir sous l'Ancien Empire égyptien. Tome 2, Cairo, Institut français d'archéologie orientale, coll. « Bibliothèque d'étude 126/2 », 1999b (ISBN 978-2-7247-0250-7, lire en ligne[archive du ])
  • John Bennett, « Pyramid Names », The Journal of Egyptian Archaeology, Sage Publications, Ltd., vol. 52,‎ , p. 174–176 (DOI 10.1177/030751336605200122, JSTOR 3855832, S2CID 221765432)
  • Elizabeth Bloxam et Tom Heldal, « The Industrial Landscape of the Northern Faiyum Desert as a World Heritage Site: Modelling the 'Outstanding Universal Value' of Third Millennium BC Stone Quarrying in Egypt », World Archaeology, Taylor & Francis, Ltd., vol. 39, no 3,‎ , p. 305–323 (DOI 10.1080/00438240701464905, JSTOR 40026202, S2CID 53134735, lire en ligne)
  • (de) Ludwig Borchardt, Das Grabdenkmal des Königs S'aḥu-Re (Band 1): Der Bau: Blatt 1–15, Leipzig, J. C. Hinrichs, (ISBN 978-3-535-00577-1, lire en ligne)
  • (de) Ludwig Borchardt, Das Grabdenkmal des Königs S'aḥu-Re (Band 2), Leipzig, J. C. Hinrichs, (OCLC 936475141)
  • Louise Bradbury, « Reflections on Traveling to "God's Land" and Punt in the Middle Kingdom », Journal of the American Research Center in Egypt, American Research Center in Egypt, vol. 25,‎ , p. 127–156 (DOI 10.2307/40000875, JSTOR 40000875)
  • James Henry Breasted, Ancient records of Egypt historical documents from earliest times to the Persian conquest, collected edited and translated with commentary, vol. I The prénom to the Seventeenth Dynasties, Chicago, The University of Chicago Press, (OCLC 491147601, lire en ligne)
  • Edda Bresciani, The Egyptians, Chicago and London, The University of Chicago Press, , 221–255 p. (ISBN 0-226-15556-0), « Foreigners »
  • (de) Sahure: Tod und Leben eines grossen Pharao, Frankfurt am Main, Liebieghaus, 2010a [[[2010a|détail de l’édition]]] (ISBN 978-3-7774-2861-1, lire en ligne)
  • Heinrich Karl Brugsch, A History of Egypt under the Pharaohs, Derived Entirely from the Monuments : To which is added a memoir on the exodus of the Israelites and the Egyptian Monuments, vol. 1, Cambridge, Cambridge University Press, (ISBN 978-1-108-08472-7)
  • Stephanie Lynn Budin, Images of woman and child from the Bronze Age: reconsidering fertility, maternity, and gender in the ancient world, New York, Cambridge University Press, (ISBN 978-1-10-766032-8)
  • (de) Günter Burkard, Heinz Josef Thissen et Joachim Friedrich Quack, Einführung in die altägyptische Literaturgeschichte. Band 1: Altes und Mittleres Reich, vol. 1,3,6, Münster, LIT, coll. « Einführungen und Quellentexte zur Ägyptologie », (ISBN 978-3-82-580987-4)
  • Vivianne Gae Callender, « Curious names of some Old Kingdom royal women », The Journal of Egyptian Archaeology, vol. 97,‎ , p. 127–142 (DOI 10.1177/030751331109700109, S2CID 192564857)
  • « Clay impression of a seal of Sahure UC 11769 », sur Catalogue du Petrie Museum, (consulté le 12 février 2015)
  • Peter Clayton, Chronicle of the Pharaohs, New York, Thames & Hudson, (ISBN 978-0-500-05074-3, lire en ligne)
  • Czech Institute of Egyptology website, « New research and insights into the Palermo Stone » [archive du ], sur cegu.ff.cuni.cz, (consulté le 21 avril 2019)
  • « Dates of Sahure's reign », sur Website of the Walters Art Museum, (consulté le 10 février 2015)
  • Georges Daressy, « La Pierre de Palerme et la chronologie de l'Ancien Empire », Bulletin de l'Institut Français d'Archéologie Orientale, Cairo, Bulletin de l'Institut Français d'Archéologie Orientale, vol. 12,‎ , p. 161–214 (ISSN 0255-0962, lire en ligne, consulté le 11 août 2018)
  • Aidan Dodson et Dyan Hilton, The Complete Royal Families of Ancient Egypt, London, Thames & Hudson, (ISBN 978-0-500-05128-3)
  • Peter Dorman, « The 5th dynasty (c. 2465 – c. 2325 BC) », sur Encyclopædia Britannica,
  • Florence Dunn Friedman et Florence Friedman, « The Underground Relief Panels of King Djoser at the Step Pyramid Complex », Journal of the American Research Center in Egypt, American Research Center in Egypt, vol. 32,‎ , p. 1–42 (DOI 10.2307/40000828, JSTOR 40000828)
  • Iorwerth Eiddon Stephen Edwards, The Pyramids of Egypt, New York, Viking Press, (ISBN 978-0-67-058361-4)
  • Robert Eisler et W. L. Hildburgh, « The Passion of the Flax », Folklore, Taylor & Francis, Ltd, vol. 61, no 3,‎ , p. 114–133 (DOI 10.1080/0015587X.1950.9717999, JSTOR 1257742)
  • Tarek El Awady, Abusir and Saqqara in the year 2005, Prague, Academy of Sciences of the Czech Republic, Oriental Institute, 2006a, 31–45 p. (ISBN 978-80-7308-116-4), « The royal family of Sahure. New evidence »
  • Tarek El Awady, The Old Kingdom Art and Archaeology, Proceedings of the conference held in Prague, May 31 – June 4, 2004, Prague, Czech Institute of Egyptology, Faculty of Arts, Charles University in Prague: Publishing House of the Academy of Sciences of the Czech Republic, 2006b, 37–44 p. (ISBN 978-8-02-001465-8), « King Sahure with the Precious Trees from Punt in a Unique Scene! »
  • Tarek El Awady, Sahure – The Pyramid Causeway: History and Decoration Program in the Old Kingdom, vol. XVI, Prague, Czech Institute of Egyptology, coll. « Abusir monographs », (ISBN 978-8073082550)
  • Mahmoud El-Khadragy, « The Adoration Gesture in Private Tombs up to the Early Middle Kingdom », Studien zur Altägyptischen Kultur, vol. 29,‎ , p. 187–201 (JSTOR 25152842)
  • Abeer El-Shahawy et Farid S. Atiya, The Egyptian Museum in Cairo. A walk through the alleys of ancient Egypt, Cairo, Farid Atiya Press, (ISBN 978-9-77-171983-0)
  • W. B. Emery, « Preliminary Report on the Excavations at North Saqqâra 1964-5 », The Journal of Egyptian Archaeology, Sage Publications, Ltd., vol. 51,‎ , p. 3–8 (JSTOR 3855614)
  • Andrés Diego Espinel, « The Role of the Temple of Ba'alat Gebal as Intermediary between Egypt and Byblos during the Old Kingdom », Studien zur Altägyptischen Kultur, vol. 30,‎ , p. 103–119 (JSTOR 25152861)
  • Linda Evans, « The Shedshed of Wepwawet: an artistic and behavioural interpretation », The Journal of Egyptian Archaeology, vol. 97,‎ , p. 103–115 (DOI 10.1177/030751331109700107, JSTOR 23269890, S2CID 190475162)
  • « False Door of Neferk(ai) », sur Brooklyn Museum,
  • R. O. Faulkner, « Egyptian Seagoing Ships », The Journal of Egyptian Archaeology, vol. 26,‎ , p. 3–9 (DOI 10.1177/030751334002600102, JSTOR 3854516, S2CID 192298351)
  • A delta-man in Yebu, vol. 1, Boca Raton, Universal éditeurs, coll. « Occasional volume of the Egyptologists' electronic forum », (ISBN 978-1-58-112564-1), « Aspects of the deification of some Old Kingdom kings »
  • Juan Carlos Moreno García, « Ḥwt jḥ(w)t, The administration of the Western Delta and the 'Libyan question' in the third millenium BC », The Journal of Egyptian Archaeology, vol. 101,‎ , p. 69–105 (DOI 10.1177/030751331510100104, JSTOR 26379038, S2CID 193622997)
  • Alan Henderson Gardiner, Thomas Eric Peet et Jaroslav Černý, The Inscriptions of Sinai, edited and completed by Jaroslav Cerný, London, Egypt Exploration Society, (OCLC 559072028)
  • Paul Ghaliounghui, The Physicians of Pharaonic Egypt, Cairo, A.R.E.: Al-Ahram Center for Scientific Translations, (ISBN 978-3-8053-0600-3)
  • Robyn A. Gillam, « Priestesses of Hathor: Their Function, Decline and Disappearance », Journal of the American Research Center in Egypt, American Research Center in Egypt, vol. 32,‎ , p. 211–237 (DOI 10.2307/40000840, JSTOR 40000840)
  • Raphael Giveon, « Inscriptions of Sahurēʿ and Sesostris I from Wadi Khariǧ (Sinai) », Bulletin of the American Schools of Oriental Research, vol. 226, no 226,‎ , p. 61–63 (DOI 10.2307/1356577, JSTOR 1356577, S2CID 163793800)
  • Raphael Giveon, « Corrected Drawings of the Sahure and Sesostris I Inscriptions from the Wadi Kharig », Bulletin of the American Schools of Oriental Research, vol. 232,‎ , p. 76 (DOI 10.2307/1356703, JSTOR 1356703, S2CID 163409094)
  • Hans Goedicke, « The death of Pepi II Neferkare », Studien zur Altägyptischen Kultur, Helmut Buske Verlag GmbH, vol. 15,‎ , p. 111–121 (ISSN 0340-2215)
  • Frederick Wastie Green, Proceedings of the Society of Biblical Archaeology, vol. 31, London, Society of Biblical Archaeology, , 247–254 & 319–323 p. (OCLC 221790304), « Notes on some inscriptions in the Etbai district »
  • Nicolas Grimal (Translated by Ian Shaw), A History of Ancient Egypt, Oxford, Blackwell Publishing, (ISBN 978-0-631-19396-8)
  • Nicolas Grimal, Histoire de l'Égypte ancienne [détail des éditions], p. La suprématie héliopolitaine ;
  • L. V. Grinsell, « The Folklore of Ancient Egyptian Monuments », Folklore, vol. 58, no 4,‎ , p. 345–360 (DOI 10.1080/0015587X.1947.9717870, JSTOR 1257192)
  • Zahi Hawass, The Treasure of the Pyramids, Vercelli Italy, White Star éditeurs, (ISBN 978-88-8095-233-6)
  • William Hayes, The Scepter of Egypt: A Background for the Study of the Egyptian Antiquities in The Metropolitan Museum of Art. Vol. 1, From the Earliest Times to the End of the Middle Kingdom, New York, Metropolitan Museum of Art, (OCLC 7427345, lire en ligne)
  • Jennifer Hellum, The Pyramids, Westport, CT, Greenwood Press, (ISBN 978-0-313-32580-9, lire en ligne)
  • James K. Hoffmeier, « The Use of Basalt in Floors of Old Kingdom Pyramid Temples », Journal of the American Research Center in Egypt, American Research Center in Egypt, vol. 30,‎ , p. 117–123 (DOI 10.2307/40000231, JSTOR 40000231)
  • Erik Hornung, Rolf Krauss et David Warburton, Ancient Egyptian Chronology, Leiden, Boston, Brill, coll. « Handbook of Oriental Studies », (ISBN 978-90-04-11385-5, ISSN 0169-9423, lire en ligne)
  • Z. Horváth, « Sahurâ and his Cult-Complex in the Light of Tradition », Proceedings of the Second Central European Conference of Young Egyptologists. Egypt 2001: Perspectives of Research, Warsaw 5–7 March 2001, Warsaw,‎ , p. 63–70 (ISBN 978-8-38-749676-0)
  • Shih-Weih Hsu, « The development of ancient Egyptian royal inscriptions », The Journal of Egyptian Archaeology, vol. 98,‎ , p. 269–283 (DOI 10.1177/030751331209800115, JSTOR 24645014, S2CID 190032178)
  • Dirk Huyge, « King Sahure in Elkab », Egyptian Archaeology, Egyptian Exploration Society, vol. 50,‎ (ISSN 0962-2837)
  • (de) Hermann Junker, Giza. 9, Das Mittelfeld des Westfriedhofs, Wien, Rudolf M. Rohrer, coll. « Akademie der Wissenschaften in Wien. Philosophisch-historische Klasse, 73.2 », (OCLC 886197144, lire en ligne)
  • Werner Kaiser, « Zu den Sonnenheiligtümern der 5. Dynastie », Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts, Abteilung Kairo, vol. 14,‎ , p. 104–116 (OCLC 917064527)
  • (de) Jochem Kahl, Abusir and Saqqara in the année 2000, Prague, Academy of Sciences of the Czech Republic – Oriental Institute, , 215–228 p. (ISBN 80-85425-39-4), « Die Rolle von Saqqara und Abusir bei der Überlieferun altägyptischer Jenseitsbücher »
  • Sally Katary, The Oxford Encyclopedia of Ancient Egypt, Volume 3, Oxford, Oxford University Press, , 351–356 p. (ISBN 978-0-19-510234-5), « Taxation »
  • Mohamed Ismail Khaled, « The Economic Aspects of the Old Kingdom Royal Funerary Domains », Études et Travaux, vol. XXVI,‎ , p. 366–372
  • « King Sahure and a Nome God », Online catalog of the Metropolitan Museum of Art, (consulté le 10 février 2015)
  • Jaromir Krecji, Egyptology at the dawn of the Twenty-prénom Century: proceedings of the Eighth International Congress of Egyptologists, Cairo, 2000, Cairo, New York, American University in Cairo Press, (ISBN 978-9-77-424674-6), « Appearance of the Abusir Pyramid Necropolis during the Old Kingdom »
  • Kathleen Kuiper, Ancient Egypt: From Prehistory to the Islamic Conquest, Chicago, Britannica Educational Publishing, coll. « Britannica Guide to Ancient Civilizations », (ISBN 978-1-61530-572-8, lire en ligne)
  • Audran Labrousse, Études sur l'Ancien Empire et la nécropole de Saqqâra : dédiées à Jean-Philippe Lauer, vol. 9, Montpellier, Université Paul Valéry, coll. « Orientalia monspeliensia », , 263–270 p. (ISBN 978-2-84-269047-2), « Un bloc décoré du temple funéraire de la mère royale Néferhétephès »
  • Audran Labrousse et Jean-Philippe Lauer, Les Complexes Funéraires d'Ouserkaf et de Néferhétepès, Cairo, Institut français d'archéologie orientale, coll. « Bibliothèque d'étude, Vol. 130 », (ISBN 978-2-7247-0261-3)
  • Ambrose Lansing, « The Museum's Excavations at Lisht », The Metropolitan Museum of Art Bulletin, vol. 21, no 3, Part 2: The Egyptian Expedition 1924–1925,‎ , p. 33–40 (DOI 10.2307/3254818, JSTOR 3254818)
  • Jean-Phillipe Lauer et Philippe Flandrin, Saqqarah, une vie: entretiens avec Philippe Flandrin, Paris, Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot, 107 », (ISBN 978-2-22-888557-7)
  • Georges Legrain, Statues et statuettes de rois et de particuliers, Cairo, Imprimerie de l'Institut français d'archéologie orientale, coll. « Catalogue Général des Antiquités Egyptiennes du Musée du Caire », (OCLC 975589, lire en ligne)
  • Mark Lehner, The Complete Pyramids, London, Thames & Hudson Ltd., (ISBN 978-0-500-05084-2, lire en ligne)
  • Ronald J. Leprohon, The Great Name: Ancient Egyptian Royal Titulary, Atlanta, Society of Biblical Literature, coll. « Writings from the ancient world, no. 33 », (ISBN 978-1-58-983736-2, lire en ligne)
  • Miriam Lichteim, Ancient Egyptian Literature: a Book of Readings. The Old and Middle Kingdoms, Vol. 1, Berkeley, University of California Press, (ISBN 978-0-520-02899-9)
  • « Limestone false door of Ptahshepses », sur Online catalog of the British Museum (consulté le 13 février 2015)
  • « List of Ancient Egyptian viziers », sur Digital Egypt for Universities, (consulté le 13 février 2015)
  • Ann Mac Farlane, « titres of sm3 + God and ḫt + God. Dynasties 2 to 10. », Göttinger Miszellen, Göttingen, Seminar für Ägyptologie und Koptologie an der Universität Göttingen, vol. 121,‎ , p. 77–100 (ISSN 0344-385X)
  • Jaromir Málek, Studies in Pharaonic Religion and Society. In Honour of J. Gwyn Griffiths, vol. 8, London, Egypt Exploration Society, coll. « The Egypt Exploration Society. Occasional Publications », , 57–76 p. (ISBN 0-85698-120-6), « A Meeting of the Old and New. Saqqâra during the New Kingdom »
  • Jaromir Málek, The Oxford History of Ancient Egypt, Oxford University Press, 2000a, 83–107 p. (ISBN 978-0-19-815034-3, lire en ligne), « The Old Kingdom (c. 2160–2055 BC) »
  • Jaromir Málek, Abusir and Saqqara in the année 2000, Prague, Academy of Sciences of the Czech Republic – Oriental Institute, 2000b, 241–258 p. (ISBN 80-85425-39-4), « Old Kingdom rulers as "local saints" in the Memphite area during the Old Kingdom »
  • Auguste Mariette, Les mastabas de l'ancien empire : fragment du dernier ouvrage de Auguste Édouard Mariette, Paris, F. Vieweg, (OCLC 722498663, lire en ligne)
  • Samuel Mark, « Graphical Reconstruction and Comparison of Royal Boat Iconography from the Causeway of the Egyptian King Sahure (c. 2487–2475 BC) », International Journal of Nautical Archaeology, vol. 42, no 2,‎ , p. 270–285 (DOI 10.1111/1095-9270.12015)
  • Suzan Mazur, « Dorak Diggers Weigh In On Anna & Royal Treasure », Scoop,‎ (lire en ligne, consulté le 12 février 2015)
  • Antonio J. Morales, Abusir and Saqqara in the année 2005, Proceedings of the Conference held in Prague (June 27 – July 5, 2005), Prague, Academy of Sciences of the Czech Republic, Oriental Institute, , 311–341 p. (ISBN 978-80-7308-116-4), « Traces of official and popular veneration to Nyuserra Iny at Abusir. Late Fifth Dynasty to the Middle Kingdom »
  • G. D. Mumford, Encyclopedia of the Archeology of Ancient Egypt, New York, Routledge, , 1071–1075 p. (ISBN 978-0-203-98283-9), « Wadi Maghara »
  • Gregory Mumford, « Tell Ras Budran (Site 345): Defining Egypt's Eastern Frontier and Mining Operations in South Sinai during the Late Old Kingdom (Early EB IV/MB I) », Bulletin of the American Schools of Oriental Research, vol. 342, no 342,‎ , p. 13–67 (DOI 10.1086/BASOR25066952, JSTOR 25066952, S2CID 163484022)
  • Hana Navrátilová, Felix Arnold et James P. Allen, « New Kingdom Graffiti in Dahshur, Pyramid Complex of Senwosret III: Preliminary Report. Graffiti Uncovered in Seasons 1992–2010 », Journal of the American Research Center in Egypt, American Research Center in Egypt, vol. 49,‎ , p. 113–141 (DOI 10.5913/0065-9991-49-1-113, JSTOR 24555421)
  • Ahmes L. Pahor et Adel Farid, « Ni-Ankh-Sekhmet: prénom rhinologist in history », The Journal of Laryngology & Otology, Cambridge, Cambridge University Press, vol. 117, no 11,‎ , p. 846–849 (PMID 14670142, DOI 10.1258/002221503322542827)
  • Alexander J. Peden, The graffiti of pharaonic Egypt : scope and roles of informal writings, c. 3100–332 B.C., vol. 17, Leiden, Brill, coll. « Probleme der Ägyptologie », (ISBN 978-9-00-412112-6)
  • Jacke Phillips, « Punt and Aksum: Egypt and the Horn of Africa », The Journal of African History, Cambridge University Press, vol. 38, no 3,‎ , p. 423–457 (DOI 10.1017/S0021853797007068, JSTOR 182543)
  • Donald B. Redford, « Egypt and Western Asia in the Old Kingdom », Journal of the American Research Center in Egypt, American Research Center in Egypt, vol. 23,‎ , p. 125–143 (DOI 10.2307/40001094, JSTOR 40001094)
  • Michael Rice, Who is who in Ancient Egypt, Routledge London & New York, (ISBN 978-0-203-44328-6)
  • Carolyn Routledge, « The Royal titre nb U+0131rt-ḫt », Journal of the American Research Center in Egypt, American Research Center in Egypt, vol. 43,‎ , p. 193–220 (JSTOR 27801613)
  • Joanne Rowland, « An Old Kingdom mastaba and the results of the continued excavations at Quesna in 2010 », The Journal of Egyptian Archaeology, vol. 97,‎ , p. 11–29 (DOI 10.1177/030751331109700102, JSTOR 23269885, S2CID 190492551)
  • Muntaha Saghieh, Byblos in the third millenium BC: a reconstruction of the stratigraphy and a study of the cultural connections, Warminster, Aris & Phillips, coll. « Archaeology and languages of the ancient Near East », (OCLC 858367626)
  • « Sahure and the god of the region of Coptos », (consulté le 10 février 2015)
  • (de) Bettina Schmitz, Untersuchungen zum Titel s3-njśwt "Königssohn", vol. 2, Bonn, Habelt, coll. « Habelts Dissertationsdrucke: Reihe Ägyptologie », (ISBN 978-3-7749-1370-7)
  • (de) Thomas Schneider, Lexikon der Pharaonen, Düsseldorf, Patmos Albatros Verlag, (ISBN 978-3-49-196053-4)
  • « Seal impression bearing Sahure's cartouche from Buhen », sur Online catalog of the Petrie Museum, (consulté le 12 février 2015)
  • (de) Kurt Heinrich Sethe, Urkunden des Alten Reichs, Leipzig, J.C. Hinrichs, (OCLC 846318602, lire en ligne)
  • « Short list of attestations of Sahure », sur Digital Egypt for Universities, (consulté le 13 février 2015)
  • William Stevenson Smith, Interconnections in the Ancient Near-East: A Study of the Relationships Between the Arts of Egypt, the Aegean, and Western Asia, New Haven, Yale University Press, (OCLC 510516)
  • William Stevenson Smith, The Cambridge Ancient History, Volume 1, Part 2. Early History of the Middle East, London, New york, Cambridge University Press, , 3rd éd., 145–207 p. (ISBN 978-0521077910, OCLC 33234410), « The Old Kingdom of Egypt and the Beginning of the prénom Intermediate Period »
  • Karin N. Sowada, Egypt in the Eastern Mediterranean During the Old Kingdom: An Archaeological Perspective, vol. 237, Fribourg, Switzerland, Academic Press Fribourg, Vandenhoeck & Ruprecht Göttingen, coll. « Orbis Biblicus et Orientalis », (ISBN 978-3-7278-1649-9, lire en ligne)
  • Anthony Spalinger, « Dated Texts of the Old Kingdom », Studien zur Altägyptischen Kultur, vol. 21,‎ , p. 275–319 (JSTOR 25152700)
  • Nigel Strudwick, The Administration of Egypt in the Old Kingdom: The Highest titres and Their Holders, London; Boston, Kegan Paul International, coll. « Studies in Egyptology », (ISBN 978-0-7103-0107-9, lire en ligne)
  • Nigel C. Strudwick, Texts from the Pyramid Age, Atlanta, Society of Biblical Literature, coll. « Writings from the Ancient World (book 16) », (ISBN 978-1-58983-680-8, lire en ligne)
  • Pierre Tallet, « Ayn Sukhna and Wadi el-Jarf: Two newly discovered pharaonic harbors on the Suez Gulf », British Museum Studies in Ancient Egypt and Sudan, vol. 18,‎ , p. 147–168 (lire en ligne)
  • Angela M. J. Tooley, « Osiris Bricks », The Journal of Egyptian Archaeology, Sage Publications, Ltd., vol. 82,‎ , p. 167–179 (DOI 10.1177/030751339608200117, JSTOR 3822120, S2CID 220269536)
  • André J. Veldmeijer, Chiara Zazzaro, Alan J. Clapham, Caroline R. Cartwright et Fredrik Hagen, « The "Rope Cave" at Mersa/Wadi Gawasis », Journal of the American Research Center in Egypt, American Research Center in Egypt, vol. 44,‎ , p. 9–39 (JSTOR 27801620)
  • Miroslav Verner et Milan Zemina, Forgotten pharaohs, lost pyramids: Abusir, Praha, Academia Škodaexport, (ISBN 978-80-200-0022-4, lire en ligne[archive du ])
  • Miroslav Verner, « Archaeological Remarks on the 4th and 5th Dynasty Chronology », Archiv Orientální, vol. 69, no 3,‎ 2001a, p. 363–418 (lire en ligne)
  • Miroslav Verner, The Oxford Encyclopedia of Ancient Egypt, Volume 2, Oxford, Oxford University Press, 2001b, 585–591 p. (ISBN 978-0-19-510234-5), « Old Kingdom: An Overview »
  • (en) Miroslav Verner, The Pyramids : The Mystery, Culture, and Science of Egypt's Great Monuments, Grove Press, , 495 p. (ISBN 978-0-8021-3935-1, lire en ligne) ;
  • Miroslav Verner, Abusir: The Realm of Osiris, The American University in Cairo Press, (ISBN 978-977-424-723-1, lire en ligne)
  • (de) Miroslav Verner, « Betrachtungen zu den königlichen Palästen des Alten Reiches », Sokar, vol. 24,‎ , p. 12–19 (ISSN 1438-7956)
  • Miroslav Verner, Abusir : Realm of Osiris, The American University in Cairo Press, 2002b ;
  • (de) Jürgen von Beckerath, Chronologie des pharaonischen Ägypten : die Zeitbestimmung der ägyptischen Geschichte von der Vorzeit bis 332 v. Chr., vol. 46, Mainz am Rhein, Philipp von Zabern, coll. « Münchner ägyptologische Studien », (ISBN 978-3-8053-2310-9)
  • (de) Jürgen von Beckerath, Handbuch der ägyptischen Königsnamen, Mainz, Philip von Zabern, coll. « Münchner ägyptologische Studien », (ISBN 978-3-8053-2591-2), chap. 49
  • Shelley Wachsmann, Seagoing Ships and Seamanship in the Bronze Age Levant, College Station: Texas A & M University Press, (ISBN 978-0-89096-709-6, lire en ligne)
  • William Gillan Waddell, Manetho, Cambridge, Massachusetts; London, Harvard University Press; W. Heinemann, coll. « Loeb classical library, 350 », (OCLC 6246102, lire en ligne)
  • F. D. P. Wicker, « The road to Punt », The Geographical Journal, London, The Royal Geographical Society (with the Institute of British Geographers), vol. 164, no 2,‎ , p. 155–167 (DOI 10.2307/3060367, JSTOR 3060367)
  • (de) Dietrich Wildung, Die Rolle ägyptischer Könige im Bewusstsein ihrer Nachwelt, Berlin, B. Hessling, coll. « Münchner ägyptologische Studien, 17 », (OCLC 5628021)
  • (de) Dietrich Wildung, Sahure: Tod und Leben eines grossen Pharao, Frankfurt am Main, Liebieghaus, (ISBN 978-3-7774-2861-1), « Das Nachleben des Sahure »
  • Toby Wilkinson, Royal Annals of Ancient Egypt, London, Kegan Paul International, coll. « Studies in Egyptology », (ISBN 978-0-7103-0667-8)
  • John A. Wilson, « The Artist of the Egyptian Old Kingdom », Journal of Near Eastern Studies, vol. 6, no 4,‎ , p. 231–249 (DOI 10.1086/370844, JSTOR 542654, S2CID 162321729)
  • Mary Wright et Dennis Pardee, « Literary Sources for the History of Palestine and Syria: Contacts between Egypt and Syro-Palestine during the Old Kingdom », The Biblical Archaeologist, The University of Chicago Press on behalf of The American Schools of Oriental Research, vol. 51, no 3,‎ , p. 143–161 (DOI 10.2307/3210065, JSTOR 3210065, S2CID 163985913)