Ouvrir le menu principal

Carex

genre de plante de la famille des Cyperaceae
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carex (homonymie).

Carex (du grec kairo, « couper », allusion aux feuilles finement dentées sur les bords, pouvant couper la peau de la main lorsqu'elle glisse dessus)[1] est un genre de plantes de la famille des Cyperaceae. Ses espèces sont appelées communément en français carex ou laîches ; beaucoup croissent dans les zones humides (landes, mares forestières...), dans les régions froides à tempérées.

Ce sont des plantes à feuilles souvent coupantes, à tiges souvent de section triangulaire.

Les fleurs sont groupées en épis ; on distingue parfois des épis mâles et des épis femelles, sur la même plante.

La cariçaie est une formation herbacée hygrophile, dominée dans les régions tempérées par les espèces du genre Carex. Certains carex de cette mégaphorbiaie, comme la Laîche paniculée, ont des souches qui forment des sortes de dômes végétaux, les touradons.

ConfusionModifier

Les principales différences entre les Carex, les joncs et les roseaux sont[2] :

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Carex et méthaneModifier

Les carex (avec les joncs et les molinies) comptent parmi les rares plantes dont le système racinaire est bien adapté aux sols asphyxiés et tassés ou gorgés d'eau, éventuellement acides.

Ils semblent jouer un rôle biogéochimique particulier, au moins dans les vases (riches en matières organiques et sources de méthane) et dans les zones de toundra humide sur pergélisol (également source de méthane, notamment en présence de phénomènes thermokarstiques).

Les carex peuvent — comme d'autres plantes — faciliter le largage de méthane par le sol grâce à leurs racines qui décolmatent le substrat. Mais ils pourraient aussi directement absorber du CH4 (par diffusion gazeuse au travers des racines et de la plante) puis le relarguer dans l'atmosphère, via les stomates qui peuvent le relarguer dans l'air[4],[5]. Des chercheurs ont aussi inséré dans le sol des tubes de caoutchouc de silicone perméable aux gaz, qui semblent être des analogues raisonnables pour décrire le processus physique de « diffusion gazeuse à travers les plantes »[6]. Ce phénomène a aussi été observé chez d'autres graminées semi-aquatiques capables de pousser dans la vase, dont le riz[7]. Ceci pourrait au moins partiellement expliquer les différences diurnes/nocturnes observées dans les émissions de méthane[8].

Les espècesModifier

Liste détaillée des espèces du genre Carex

On reconnaît actuellement plus de 1 950 espèces dans ce genre, auxquelles il faut ajouter maintes sous-espèces et variétés.

Parmi ces espèces, certaines sont plus connues que d'autres :

D'autres sont des espèces que l'on sait en danger :

Une centaine d'espèces de carex croissent en France.

UtilisationModifier

Ils sont utilisés au Japon pour confectionner les chapeaux de paysan en forme d'assiette creuse. Une utilisation commune en France est le paillage des assises des sièges.

Notes et référencesModifier

  1. (en) Rick Darke, Mark Griffiths, Manual of grasses, Timber Press, , p. 30.
  2. Richard Fitter, Alastair Fitter, Guide des graminées : carex, joncs et fougères d'Europe, Delachaux et Niestlé, , p. 36-39.
  3. Caractéristique dans la partie supérieure de la tige. Autre spécificité : le ligule réduite à une rangée de poils.
  4. Morrissey, L. A., D. B. Zobel, G. P. Livingston, Significance of stomatal control on methane release from Carex-dominated wetlands, Chemosphere, 26, 1–4339, 1993.
  5. Kelker D & Chanton J (1997) The effect of clipping on methane emissions from Carex, Biogeochemistry, 39, 37–44 (résumé)
  6. (résumé)
  7. Miura, Y., A. Watanabe, M. Kimura, S. Kuwatsuka, Methane emission from paddy field, 2, Main route of methane transfer through rice plant, and temperature and light effects on diurnal variation of methane emission, Environ. Sci., 5, 187–193, 1992.
  8. Mikkela C, Sundh I, Svensson BH & Nilsson M (1995) Diurnal variation in methane emission in relation to the water table, soil temperature, climate and vegetation cover in a Swedish acid mire, Biogeochemistry, 28, 93–114,

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier