Pépi II

pharaon égyptien

Pépi II
Image illustrative de l’article Pépi II
Statue en albâtre d'Ânkhnesmérirê II et son fils Pépi II.
Période Ancien Empire
Dynastie VIe dynastie
Fonction roi
Prédécesseur Mérenrê Ier
Dates de fonction -2246 à -2152 (selon J. P. Allen)
-2254 à -2194 (selon J. von Beckerath)
-2245 à -2180 (selon D. Franke)
-2236 à -2143 (selon J. Málek)
-2300 à -2206 (selon D. B. Redford).
Successeur Mérenrê II
Famille
Grand-père paternel Pépi Ier
Grand-mère paternelle Ânkhnesmérirê Ire
Grand-père maternel Khoui (grand noble d'Abydos)
Grand-mère maternelle Nébet
Père Mérenrê Ier
Mère Ânkhnesmérirê II
Conjoint Neith sa tante ou sa demi-sœur
Enfant(s) Mérenrê II
Deuxième conjoint Ipout II
Troisième conjoint Oudjebten
Quatrième conjoint Ânkhésenpépi III
Enfants avec le 4e conjoint Néferkarê II ?[1]
Cinquième conjoint Ânkhésenpépi IV
Enfants avec le 5e conjoint Néferkarê III[1]
Sixième conjoint Mérititès II ou Méritâtès ? [2]
Enfants avec le 7e conjoint ♂ Nebkauhor-Idou
♂ Ptahchepsès
Fratrie Ânkhésenpépi III
Ipout II ? (soit sœur, soit tante)
Sépulture
Nom Pyramide de Pépi II
Type Pyramide à faces lisses
Emplacement Saqqarah-sud
Objets Textes des pyramides
Sarcophage en grauwacke
Coffre à canopes en calcite (fragmentaire)

Pépi II est un roi[3] de la VIe dynastie égyptienne. Ce qu'on sait surtout du roi, c'est qu'il resta au pouvoir extrêmement longtemps. Manéthon lui prête 94 années de règne et plus de cent années de vie, bien que la dernière date de son règne connue avec certitude soit le 31e comptage du bétail qui correspond à la 62e année du règne. Son règne se situe aux alentours de -2246 à -2152[4].

GénéalogieModifier

Sa mère est incontestablement Ânkhésenpépi II (ou Ânkhnesmérirê II). Le nom de son père a été sujet à débat. Ânkhnesmérirê II a été la reine de Pépi Ier, ainsi les égyptologues ont longtemps cru que le père de Pépi II était ce roi. Mais suite à la fouille de la pyramide d'Ânkhnesmérirê II, il s'est avéré que cette reine a également été la reine du successeur de Pépi Ier, le roi Mérenrê Ier[5]. Ainsi, le roi considéré comme le père de Pépi II est Mérenrê Ier[6].

Il a eu au moins 5 épouses :

Il a eu plusieurs enfants, dont les rois Mérenrê II et Néferkarê III, ainsi que possiblement Néferkarê II[1], ainsi que les princes Nebkauhor-Idou et Ptahchepsès.

Longueur du règneModifier

Pépi II est souvent mentionné comme le monarque ayant régné le plus longtemps dans l'histoire, en raison d'un récit de Manéthon sur l'Égypte ancienne, datant du IIIe siècle avant J.-C., qui accorde au roi un règne de 94 ans ; cela a toutefois été contesté par certains égyptologues, comme Hans Goedicke et Michel Baud, en raison de l'absence de dates attestées connues pour Pépi II après son 31e recensement (l'année 62 si la fréquence des recensements est bisannuelle). Les sources anciennes sur lesquelles repose l'estimation de Manéthon sont perdues depuis longtemps et pourraient résulter d'une mauvaise interprétation de la part de Manéthon (voir von Beckerath)[7]. Le canon royal de Turin attribue 90 et X années de règne à Pépi II, mais ce document date de l'époque de Ramsès II, soit 1 000 ans plus tard, et son exactitude pour la durée des règnes des rois de l'Ancien Empire, particulièrement pour Pépi II, est incertaine.

À l'heure actuelle, la source contemporaine de Pépi II indiquant la durée la plus grande est le graffiti no 7 d'Hatnoub où il est écritAnnée après le 31e recensement, 1er mois de Chémou, 20e jour[8], ce qui implique, en supposant une fréquence des recensements bisannuelle, que ce roi a eu un règne d'au moins 62 années complètes ou partielles. Par conséquent, basé sur l'absence totale de dates attestées plus élevées pour Pépi II au-delà de cette année après le 31e recensement, certains égyptologues suggèrent plutôt que Pépi II n'a pas régné plus de 64 ans[9],[10]. L'égyptologue David Henige est également quelque peu sceptique quant au chiffre de 94 ans attribué à Pépi II[11] et suit la suggestion de Naguib Kanawati selon laquelle le règne de ce roi était très probablement beaucoup plus court que 94 ans[12]. De plus, Henige affirme qu'il y a plusieurs rois dans différentes listes royales qui se sont vu attribuer des règnes aussi voire plus longs que celui accordé à Pépi II, mais ils ont été invariablement rejetés comme mythiques[11].

Une suggestion antérieure de Hans Goedicke selon laquelle l'année du 33e recensement apparaît pour Pépi II dans un décret royal pour le culte mortuaire de la reine Oudjebten a été retirée par Goedicke lui-même en 1988 en faveur d'une lecture de Année du 24e recensement à la place, note Spalinger[8]. Goedicke écrit que Pépi II est attesté par de nombreuses dates d'année jusqu'à l'année de son 31e recensement, ce qui implique que ce roi est mort peu après un règne d'environ 64 ans[9]. D'autres chercheurs notent que l'absence de sources contemporaines datant d'après sa 62e année sur le trône n'exclut pas un règne beaucoup plus long, d'autant plus que la fin du règne de Pépi II a été marquée par une forte baisse de la fortune des rois de l'Ancien Empire qui lui ont succédé[13].

Il a été proposé que l'effondrement de l'Ancien Empire soit lié à l'événement climatique de 4200 avant le présent, bien que le faisceau actuel de preuves ne soit pas suffisant pour faire une affirmation[14],[15].

RègneModifier

Accession au trône et régenceModifier

Sa mère Ânkhésenpépi II semble avoir régné en tant que régente durant les premières années de son règne. Elle semble avoir été secondée par son frère Djaou, un ancien vizir de Mérenrê Ier. Une statue en albâtre du Brooklyn Museum montre le jeune Pépi II sur les genoux de sa mère avec l'ensemble de ses attributs royaux, c’est l’une des seules représentations de ce monarque en dépit de son long règne. Malgré son long règne, cette pièce est l'une des trois seules représentations sculpturales connues de ce roi particulier. Certains chercheurs ont pris la relative rareté de la statuaire royale pour suggérer que la cour royale perdait la capacité de retenir les artisans qualifiés.

Un aperçu de la personnalité du jeune monarque encore enfant se trouve dans la lettre qu’il écrit à Hirkhouf, gouverneur d’Assouan, chef d’une expédition vers la Nubie. Envoyé pour commercer et récupérer de l’ivoire, de l’ébène et autres marchandises précieuses[16], il capture un pygmée. La nouvelle arrive à la cour et le jeune roi enthousiaste envoie à Hirkhouf une lettre lui promettant une grande récompense s’il parvient à ramener le pygmée vivant pour qu’il puisse amuser la cour[17]. Cette lettre conservée[18] sur une longue inscription dans la tombe d’Hirkhouf, représente le premier exemple de littérature de voyage[19].

Activités architecturalesModifier

On sait peu de choses sur les activités de construction de Pépi II en dehors de Saqqarah. Sur les murs de la chaussée de son complexe pyramidal est représenté un cortège de 117 domaines (domaines agricoles) et maisons de Ka, qui étaient responsables de l'approvisionnement du culte sacrificiel royal. De plus, l'autobiographie de Sabni relate le transport de deux obélisques de Nubie à Héliopolis. De Coptos, une activité de construction de Pépi II est documentée par deux blocs de relief (aujourd'hui au Musée Petrie, Londres, inv. n° UC 14281 et au Manchester Museum) ainsi que par plusieurs décrets[20],[21].

StatuesModifier

Seules deux statues, qui peuvent être attribuées sans risque à Pépi II, ont survécu. Le premier est d'origine inconnue et se trouve actuellement au Brooklyn Museum of Art de New York (Inv.-No. 39.119). Il est fait d'albâtre et mesure 38,9 cm de haut, 17,8 cm de large et 25,2 cm de profondeur. Cette pièce, unique pour la sculpture royale égyptienne, montre la mère royale Ânkhésenpépi II assise sur un trône. Elle est identifiée par une inscription portant son nom à ses pieds. Du fait de son rang, Ânkhésenpépi II porte un coiffe de vautour sur sa perruque. La tête du vautour était à l'origine fabriquée séparément en pierre ou en métal et attachée sur le front de la statue, mais elle est aujourd'hui perdue. Sur les genoux d'Ânkhésenpépi II est assis son fils Pépi II. Bien qu'il s'agisse évidemment d'une représentation de l'enfant roi, il est représenté dans la posture typique et les insignes complets d'un souverain adulte. Il porte un tablier et une coiffe némès. Sa main droite est positionné comme un poing et placée sur sa cuisse, tenant un tissu plié. Sa mère place ses mains sur son dos et ses genoux pour le protéger. Le bloc sous les pieds du roi donne le nom de Pépi avec l'ajout "Aimé de Khnoum", ce qui pourrait être une indication que la statue provient à l'origine d'Éléphantine, le principal lieu de culte de Khnoum[22].

La deuxième statue a été trouvée par Gustave Jéquier dans le temple mortuaire de la pyramide du roi à Saqqarah et se trouve maintenant au Musée égyptien du Caire (Inv. n° JE 50616). Il est également en albâtre et montre le roi dans son enfance. Pépi II est représentée nue et accroupie. Il a les cheveux courts et un serpent Uraeus sur le front. La main droite, qui n'est plus conservée aujourd'hui, était à l'origine tenue par la bouche[23].

Pour une troisième pièce, l'attribution à Pépi II n'est pas certaine, mais par des comparaisons stylistiques, elle est tout à fait probable. Il s'agit de la tête d'une statue en albâtre, qui montre également un enfant roi et qui ressemble beaucoup à la pièce du Caire. La pièce est d'origine inconnue et se trouve actuellement au Musée Petrie de Londres[24].

De même, la tête d'une quatrième statue ne peut être placée stylistiquement que sous le règne de Pépi II. Il a été acquis en 1966 par le Metropolitan Museum of Art de New York dans le commerce de l'art. La tête est en pierre noire et montre un roi avec un némès[25].

En outre, on sait, grâce à un décret de Coptos, que Pépi II a fait construire une statue royale en cuivre dans le temple de Min. Cependant, la statue elle-même n'a pas été préservée[26].

Activités hors d'ÉgypteModifier

Commerce et expéditions minièresModifier

Pépi II semble avoir poursuivi la politique étrangère de ses prédécesseurs. De nombreuses expéditions du règne de Pépi II sont attestées par des inscriptions, dont une dans les mines de cuivre et de turquoise de Ouadi Maghara dans le Sinaï datant de l'Année du 2e recensement du bétail[27] et deux expéditions dans les carrières d'albâtre de Hatnoub en Moyenne-Égypte, la première datant de l'Année du 14e recensement du bétail et la seconde l'Année du 31e recensement du bétail. Les contacts commerciaux avec la ville de Byblos dans le Liban actuel sont également documentés par de nombreuses découvertes (principalement des vases en albâtre) portant les noms de Pépi II, qui ont été trouvés dans le temple de cette ville[28],[29].

Comme sous son prédécesseur Mérenrê Ier, le commerce avec la Nubie a également joué un rôle central. Les relations avec le sud, cependant, sont dominées par les hostilités croissantes sous le règne de Pépi II. Déjà dans la 2e année du règne de Pépi II, Hirkhouf, un fonctionnaire d'Éléphantine, a fait un voyage au Pays de Yam. Il avait déjà visité la Nubie à trois reprises sous le règne de Mérenrê Ier et a décrit ces voyages en détail dans sa tombe à Qubbet el-Hawa. Il ressort clairement de ces rapports qu'un changement de situation politique a rendu visiblement plus difficile son retour au pays lors de sa troisième expédition et qu'il n'est rentré sain et sauf en Égypte que grâce à un fort contingent de troupes du prince de Yam. Il n'y a pas de rapport sur son quatrième et dernier voyage[30]. Au lieu de cela, Hirkhouf avait une copie d'une lettre du jeune Pépi II qu'il a fait inscrire dans sa tombe, dans laquelle le jeune Pépi II exprime sa grande joie que Hirkhouf lui apporte un nain dansant (probablement un Pygmée) de Yam et lui conseille d'en prendre très grand soin[27].

Les voyages mentionnés dans la tombe de Khoui à Qubbet el-Hawa semblent avoir été en grande partie pacifiques. Là-bas, un serviteur nommé Khnoumhotep rapporte qu'avec son maître Khoui et un autre haut fonctionnaire nommé Tjétji, il a effectué un total de onze voyages en Nubie et au Pays de Pount, probablement dans l'actuelle Érythrée ou l'actuelle Somalie[27].

De plus, le désert occidental est parcouru par de multiples routes commerciales, reliant l’oasis d’Al-Kharga, l’oasis de Siwa, et celle d’Ad-Dakhla à la Vallée du Nil[16].

Expéditions militairesModifier

Sabni, cependant, fait état de conflits hostiles dans sa tombe à Qubbet el-Hawa. Son père Mékhou avait mené une expédition en Nubie et y était mort. De toute évidence, il a été assassiné, car son corps est resté en Nubie et Sabni a dû se rendre en Nubie avec un plus grand contingent de soldats pour le ramener chez lui[27]. Sabni lui-même est apparemment mort à Éléphantine immédiatement après son retour d'une expédition en Nubie. Son fils, appelé Mékhou également, séjourna lui-même en Nubie à cette époque et, à son retour, il reçut le soutien de la Résidence royale pour l'aménagement de la tombe de son père[31].

Une autre inscription à Qubbet el-Hawa vient de Pépinakht, dit Héqaib. Elle raconte deux entreprises militaires en Nubie. Le roi l'avait envoyé pour pirater les deux pays Ouaouat et Irtjet. Pépinakht rapporta que lors de sa première campagne, il tua plusieurs enfants de princes et de chefs militaires et conduisit un grand nombre de prisonniers de guerre en Égypte. Lors de sa deuxième campagne, il finit par capturer les deux princes de Ouaouat et d'Irtjet et leurs enfants ainsi que deux hauts commandants et les emmena en Égypte avec de nombreux bovins et chèvres. Une troisième expédition militaire a conduit la Pépinakht dans le désert oriental. Là, le commandant Aaénânkh et sa troupe d'accompagnement avaient été assassinés par des Bédouins (appelés Habitants des sables par les Égyptiens) alors qu'ils construisaient un navire qui devait faire route vers le Pays de Pount. Pépinakht a mené une expédition punitive contre ces Bédouins et a ramené le corps d'Aaénânkh à la Résidence[27].

Administration de l'ÉtatModifier

Au début du règne de Pépi II, sa mère Ânkhésenpépi II a joué le rôle de régente, mais son oncle Djaou a également joué un rôle important. Djaou a tenu la direction du nome d'Abydos. Le rôle de vizir a été scindé en deux, un pour la Haute-Égypte et un pour la Basse-Égypte, donnant une plus grande décentralisation du pouvoir loin de la capitale royale de Memphis. En outre, le siège de vizir de Basse-Égypte a été déplacé à plusieurs reprises, le vizir du sud était basé à Thèbes. Djaou a été suivi en tant que vizir par Idi et Pépinakht. Ânkh-Pépi-Hériib et Ânkh-Pépi-Henikem sont connus comme nomarques en Moyenne-Égypte. Les vizirs à Memphis étaient Ihikhenet et Khénou, Ima-Pépi et Chenai, Khabaou et Nihebsed-Néferkarê ainsi que Téti[32]. La charge de nomarque, quant à elle, devient héréditaire et exempt de taxe.

L'importante administration du Vizir sous Pépi II a subi une restructuration de ses compétences. Le titre de chef de tous les travaux du roi était désormais directement lié à la Résidence du Vizir. Il était donc directement responsable des projets de construction royale et du recrutement de la main-d'œuvre. En contrepartie, les administrations du Grenier et du Trésor, qui étaient auparavant très étroitement liés aux vizirs, étaient désormais de plus en plus occupés par des fonctionnaires n'ayant pas le titre de vizirs. Sous le règne de Pépi II, on peut constater dans l'administration provinciale qu'au moins occasionnellement, la fonction de gardien du Grenier était également occupée par des vizirs. Cependant, cela n'a presque jamais été le cas pour la celle liée au Trésor. La répartition des titres suggère que Pépi II avait initialement l'intention de mettre l'administration provinciale sur un pied d'égalité avec l'administration de la résidence ou même de la rendre indépendante de celle-ci. Cependant, cette mesure n'a été que partiellement mise en œuvre pour l'administration du Grenier et pratiquement pas du tout pour l'administration du Trésor. Au lieu de cela, le contrôle sur les deux administrations est resté de facto entre les mains de l'administration de la résidence par la nomination de fonctionnaires de rang inférieur dans la province[33].

Déclin de l’Ancien EmpireModifier

Les raisons de ce déclin de l'État central égyptien remontent certainement à bien Pépi II. Mais elles n'ont pas encore été clarifiées de manière concluante et étaient probablement de nature complexe. Alors que les ouvrages plus anciens considéraient encore majoritairement que la principale raison en était la recherche d'une autonomie toujours plus grande et le pouvoir croissant des nomarques (par exemple, James Henry Breasted[27] mais aussi Wolfgang Helck[34]), prenant pour exemple le fait que Pépi Ier se maria avec deux sœurs, filles d’un nomarque, et fait de leur frère un vizir, des études systématiques sur les titres des fonctionnaires et de leurs titulaires ont montré qu'une décentralisation de l'administration et une croissance générale de la fonction publique avaient bien eu lieu. Les services centraux clés tels que les administrations du Grenier et du Trésor, mais aussi celui du Chef de tous les travaux du roi, restaient cependant très étroitement liés à l'administration de la Résidence et donc directement au roi. Selon Petra Andrássy, il n'y a aucune preuve d'une forte augmentation du pouvoir des nomarques, ni dans la sphère économique ni dans la sphère militaire[35]. Selon elle, l'augmentation générale du nombre de fonctionnaires semble être devenue un facteur de crise, car leur coût est devenue de plus en plus problématique. Par exemple, un nombre toujours plus réduit de tombes privées indique une pénurie de ressources[36]. L'exonération accrue des temples aux taxes semble également avoir affaibli la capacité d'action de l'administration de la résidence[37]. Des facteurs climatiques, surtout la baisse des précipitations combinée à la faible crue du Nil, ont apparemment aggravé les problèmes économiques de l'Egypte[38].

Selon une proposition plus récente de Karl Jansen-Winkeln, cependant, le principal facteur responsable de la chute de l'Ancien Empire n'est ni une crise administrative ni un changement climatique défavorable, mais surtout une invasion du delta du Nil par des tribus du Proche-Orient[39]. Jansen-Winkeln fonde son argumentation principalement sur des sources écrites telles que l'Enseignement pour Mérikarê. Des fouilles récentes dans le delta semblent également appuyer son hypothèse. Par exemple, la ville de Mendes aurait été détruite et ses habitants assassinés à la fin de la VIe dynastie[40].

Après la mort de Pépi II, les expéditions dans les régions extérieures à l'Égypte ont cessé temporairement. Le Ouadi Maghara n'a été visité à nouveau qu'environ 200 ans plus tard, au cours de la XIIe dynastie[41]. Les contacts commerciaux avec Byblos ne sont plus documentés après le règne de Pépi II jusqu'au Moyen Empire[42]. Les expéditions vers le Pays de Pount n'ont été retrouvées que sous Montouhotep III. (XIe dynastie)[43], alors que la Nubie ne sera à nouveau sous contrôle égyptien qu'à la XIIe dynastie[44].

Le papyrus d'Ipou-OurModifier

Le papyrus d'Ipou-Our décrit les lamentations d'Ipou-Our dans une Égypte affligée par des désastres naturels et dans un état de chaos, un monde sens dessus dessous, où les pauvres sont devenus riches, et les riches, pauvres ; un monde où la guerre, la famine et la mort sont partout. Le thème de cette œuvre a été considéré précédemment comme soit une lamentation inspirée par le chaos supposé de la Première Période intermédiaire, soit comme une fiction historique dépeignant la chute de l'Ancien Empire des siècles auparavant, ou encore, une combinaison d'éléments des deux.

SépultureModifier

 
Restitution du complexe pyramidal de Pépi II.

Pour son complexe de pyramides portant le nom de Men-Ânch-Néferkarê (Néferkarê est durable et vivant), Pépi II a choisi un site à Saqqarah-sud, immédiatement au nord-ouest du mastaba de Chepseskaf de la IVe dynastie. Le site a été découvert entre 1926 et 1932 par Gustave Jéquier.

Le complexe pyramidaleModifier

 
Restitution de la pyramide de Pépi II et de celles de ses épouses.

Le temple de la vallée était précédé d'une large terrasse orientée nord-ouest-sud-est, qui longeait un canal. Aux deux extrémités, des rampes permettent d'accéder à la terrasse depuis l'eau. Au milieu de la terrasse se trouvait l'accès au temple de la vallée. Le temple se compose d'une salle à piliers, d'un vestibule derrière et de plusieurs réserves. Plusieurs scènes de la décoration murale du temple ont été conservées. La chaussée, orientée vers le sud-ouest, relie le temple de la vallée au temple funéraire[45].

Le temple mortuaire comptait initialement trois chapelles représentant trois centres religieux : Héliopolis, Saïs et Bouto. Le hall d'entrée et une cour entourée de piliers y sont adjacents. Au nord et au sud se trouvent des magasins. Derrière la cour se trouve un couloir transversal qui sépare le public de la zone intime du temple. Dans le couloir, de nombreux vestiges de la décoration en relief ont été conservés, notamment des représentations de la fête-Sed, de la fête de Min et de l'exécution d'un prince libyen. Ce dernier, cependant, est une copie d'une représentation du temple mortuaire de la pyramide de Sahourê et ne se réfère donc probablement pas à un événement réel. La partie intérieure du temple se compose d'une chapelle de culte à cinq niches, d'une antichambre carrée et d'une salle d'offrandes. Au nord et au sud de ces pièces se trouvent d'autres réserves. L'antichambre carrée présente des représentations de la cour qui rend hommage au roi ; dans la salle des sacrifices, le roi est représenté enlacé avec des dieux. Au sud-est de la pyramide royale, une petite pyramide de culte a été érigée[45].

La pyramideModifier

 
Pyramide en ruine de Pépi II.

Dans ses dimensions et sa structure, la pyramide suit un programme standard établi depuis Djedkarê Isési et est donc largement identique à ses prédécesseurs. La pyramide avait une base carrée de 78,75 m de côté, soit 150 coudées, convergeant vers le sommet à ~ 53° et mesurait autrefois 52,5 m, soit 100 coudées de haut. Il représente donc le dernier grand bâtiment de l'Ancien Empire. Le noyau du bâtiment est constitué de blocs de calcaire reliés par un mortier d'argile ; les blocs de parement sont en calcaire de Tourah. Au cours d'une extension ultérieure, une ceinture de murs de 7 m de large a été construite autour de la pyramide terminée. Dans ce processus, la chapelle nord a été démolie et le mur d'enceinte déjà construit a dû être déplacé de plusieurs mètres[45],[46].

L'entrée des infrastructures se trouve sur le côté nord. De là, un couloir mène en pente descendante à une chambre puis continue ensuite horizontalement. Le couloir est muni d'un dispositif de blocage constitué de trois blocs de granit massifs. Ses murs sont décorés des textes des pyramides. Juste en dessous du centre de la pyramide se trouve l'antichambre. De là, la chambre funéraire conduit au Serdab à l'est et à la chambre funéraire à l'ouest. Le Serdab est composé d'une seule pièce et n'a pas de niches. L'antichambre et la chambre funéraire ont un plafond orné d'étoiles. Les murs des chambres ont des passages des textes des pyramides, mais le mur ouest de la chambre funéraire est conçu comme une façade de palais. Le sarcophage en granit et le couvercle d'une vase canope ont été trouvés dans la chambre funéraire. La momie de Pépi II n'a pas été conservée[45].

Les pyramides de reinesModifier

 
Restitution des pyramides de Neith et d'Ipout II situées au nord et au nord-ouest de la pyramide du roi.

Au sud et au nord-ouest de sa propre pyramide, Pépi II a fait construire trois complexes de pyramides à l'extérieur du mur d'enceinte pour ses épouses Neith, Ipout II et Oudjebten. Les pyramides de Neith et d'Ipout II sont situées à l'angle nord-ouest du complexe funéraire royal alors que celle d'Oudjebten est située au sud. Pépi II a également eu pour épouse les reines Ânkhésenpépi III et Ânkhésenpépi IV, mais la première possède sa propre pyramide près de celle de Pépi Ier tandis que le lieu du tombeau originel de la seconde est inconnu, seul un tombeau de fortune a été retrouvé dans le complexe funéraire d'Ipout II.

La pyramide de Neith est le plus ancien des trois complexes. La base carrée faisait 23,9 m de côté et la hauteur était de 21,5 m. Les infrastructures consistent en un couloir descendant avec une pierre de blocage, une chambre funéraire et un serdab. Le plafond de la chambre funéraire est décoré d'étoiles, les murs de textes des pyramides et à l'ouest d'une façade de palais. De nombreux vases en pierre brisés de l'équipement funéraire ont été préservés. Le temple mortuaire est situé au sud de la pyramide. Il se compose d'un vestibule, d'une cour entourée de piliers, de réserves, d'une salle de sacrifices et d'une salle à trois niches, dans laquelle se trouvaient à l'origine les statues de la reine. Au sud-est de la pyramide se trouve une petite pyramide de culte. Entre les deux structures, 16 maquettes de bateaux en bois ont été trouvées dans une fosse. L'ensemble du complexe est entouré de son propre mur d'enceinte[45].

La pyramide d'Ipout II est située au sud-ouest de la pyramide de Neith et est légèrement plus petite que celle-ci. La base carrée faisait 22 m de côté et la hauteur était de 15,8 m. Les infrastructures et le temple mortuaire ont la même structure que la pyramide de Neith, une petite pyramide de culte est également présente. Probablement après la mort de Pépi II, Ânkhésenpépi IV a été enterrée dans un des entrepôts, pour laquelle peut-être aucune autre pyramide royale n'avait été construite. Le couvercle de son sarcophage, qui était une pierre où étaient inscrits des annales royales de la VIe dynastie, est d'une importance particulière[45].

La pyramide de Oudjebten est située au sud de la pyramide du roi. La base carrée faisait 23,9 m de côté et la hauteur était de 25,6 m. Le bâtiment fortement détruit possède deux murs d'enceinte, son propre temple mortuaire et une petite pyramide de culte. Dans les infrastructures, on a trouvé des fragments de textes des pyramides qui décoraient à l'origine la chambre funéraire et peut-être aussi les couloirs[45].

La nécropoleModifier

Surtout au nord et à l'est, et dans une moindre mesure au sud et à l'ouest du complexe pyramidal, de nombreuses tombes privées ont également été construites. Ces cimetières furent encore utilisés jusqu'au début de la Première Période intermédiaire et, dans une moindre mesure, jusqu'au début du Moyen Empire[47].

TitulatureModifier

NotesModifier

  1. a b c d et e Hratch Papazian, « The State of Egypt in the Eighth Dynasty », dans Towards a New History for the Egyptian Old Kingdom: Perspectives on the Pyramid Age, BRILL, coll. « Harvard Egyptological Studies », (lire en ligne)
  2. a et b Michel Baud: Famille royale et pouvoir sous l'Ancien Empire égyptien. Tome 2. Institut Français d'Archéologie Orientale, Le Caire 1999, (ISBN 2-7247-0250-6), p. 471
  3. On parle de roi, le terme pharaon n'existant pas encore à cette époque.
  4. D'après J. P. Allen
    Autres avis de spécialistes : -2254 à -2194 (J. von Beckerath), -2245 à -2180 (D. Franke, T. Schneider), -2236 à -2143 (J. Málek), -2300 à -2206 (D. B. Redford).
  5. A. Labrousse and J. Leclant, "Une épouse du roi Mérenrê Ier: la reine Ankhesenpépy II", in M. Barta (ed.), Abusir and Saqqara in the Year 2000, Prague, 2000. p. 485–490
  6. A. Labrousse and J. Leclant, "Les reines Ânkhesenpépy II et III (fin de l'Ancien Empire): campagnes 1999 et 2000 de la MAFS", Compte-rendu de l'Académie des inscriptions et belles-lettres/, (CRAIBL) 2001, p. 367–384
  7. Jürgen von Beckerath, Chronologie des pharaonischen Ägypten (Mainz 1997), p. 151
  8. a et b Anthony Spalinger, Dated Texts of the Old Kingdom, SAK 21, 1994, p.308
  9. a et b Hans Goedicke, The Death of Pepi II-Neferkare" in Studien zur Altägyptischen Kultur 15, (1988), pp.111–121
  10. Michel Baud, "The Relative Chronology of Dynasties 6 and 8" in Ancient Egyptian Chronology (Leiden, 2006) p. 152–57
  11. a et b David Henige (University of Wisconsin), How long did Pepy II reign?, GM 221 (2009), p. 44-48
  12. Naguib Kanawati, Conspiracies in the Egyptian Palace, Unis to Pepy I (London: Routledge, 2003), 4.170.
  13. Darell D. Baker: The Encyclopedia of the Pharaohs: Volume I – Predynastic to the Twentieth Dynasty 3300 – 1069 BC, Stacey International, (ISBN 978-1-905299-37-9), 2008
  14. Ann Gibbons, How the Akkadian Empire Was Hung Out to Dry, Science 20 August 1993: 985. Online citation
  15. Jean-Daniel Stanley, Michael D. Krom, Robert A. Cliff, Jamie C. Woodward, Short contribution: Nile flow failure at the end of the Old Kingdom, Egypt: Strontium isotopic and petrologic evidence, Geoarchaeology, Volume 18, Issue 3, pages 395–402, March 2003 Online citation
  16. a et b Ian Shaw, The Oxford History of Ancient Egypt. Oxford University Press, 2000, (ISBN 0-19-280458-8), p. 116–117.
  17. Pascal Vernus, Jean Yoyotte, The Book of the Pharaohs, Cornell University Press 2003, (ISBN 0-8014-4050-5), p. 74.
  18. Ancientsites.com « Copie archivée » (version du 9 octobre 2008 sur l'Internet Archive)
  19. Omar Zuhdi, Count Harkhuf and The Dancing Dwarf, KMT 16 Vol:1, printemps 2005, p. 74–80.
  20. T. Schneider: Lexikon der Pharaonen. Düsseldorf 2002, S. 194.
  21. Dorothea Arnold: Relief Fragment from Coptos. In: Metropolitan Museum of Art (Hrsg.): Egyptian Art in the Age of the Pyramids. Metropolitan Museum of Art, New York 1999, (ISBN 0-87099-906-0), S. 444–445.
  22. Catharine H. Roehrig: Pair Statue of Queen Ankh-nes-meryre II and Her Son Pepi II Seated. In: Metropolitan Museum of Art (Hrsg.): Egyptian Art in the Age of the Pyramids. Metropolitan Museum of Art, New York 1999, (ISBN 0-87099-906-0), S. 437–439.
  23. Audran Labrousse: Die Pyramiden aus der Zeit der 6. Dynastie. In: Zahi A. Hawass (Hrsg.): Die Schätze der Pyramiden. Weltbild, Augsburg 2004, (ISBN 3-8289-0809-8), S. 272.
  24. UCL Petrie Collection Online Catalogue.
  25. metmuseum.org: Royal head from a small statue
  26. Wolfgang Schenkel: Memphis · Herakleopolis · Theben. Die epigraphischen Zeugnisse der 7.–11. Dynastie Ägyptens (= Ägyptologische Abhandlungen. Band 12). Harrassowitz, Wiesbaden 1965, S. 12–14.
  27. a b c d e et f James Henry Breasted: Ancient records of Egypt. Historical documents from the earliest times to the Persian conquest. Volume I: The first to seventeenth dynasties. University of Chicago Press, Chicago 1906, §§ 355–360 (PDF; 12,0 MB).
  28. Bertha Porter, Rosalind L. B. Moss: Topographical Bibliography of Ancient Egyptian Hieroglyphic Texts, Reliefs and Paintings. VII. Nubia, the Deserts, and Outside Egypt. Griffith Institute, Oxford 1952, Reprint 1975, (ISBN 0-900416-23-8), S. 388–391 (PDF; 21,6 MB).
  29. G. Edward Brovarski, « First Intermediate Period, overview » in Kathryn A. Bard et Steven Blake Shubert, eds. Encyclopedia of the Archeology of Ancient Egypt (New York: Routledge, 1999), p. 46.
  30. Edward Wente, Letters from Ancient Egypt, Scholars Press, 1990, (ISBN 1-55540-473-1), p. 20–21
  31. Elmar Edel: Die Grabungen auf der Qubbet el Hawa 1975. In: Walter F. Reineke (Hrsg.): Erster Internationaler Ägyptologenkongreß, Kairo 2.–10. Oktober 1976 (= Schriften zur Geschichte und Kultur des Alten Orients. Band 14). Akademie-Verlag, Berlin 1979, S. 194–196.
  32. T. Schneider: Lexikon der Pharaonen. Düsseldorf 2002, S. 193–194.
  33. Petra Andrássy: Untersuchungen zum ägyptischen Staat des Alten Reiches und seinen Institutionen (= Internetbeiträge zur Ägyptologie und Sudanarchäologie. Band XI). Berlin/ London 2008 (PDF; 1,51 MB), S. 41–42.
  34. Wolfgang Helck: Geschichte des alten Ägypten (= Handbuch der Orientalistik. Abt. 1: Der Nahe und Mittlere Osten. Band 1). Brill, Leiden/ Köln, 1. Auflage. 1968, S. 76–78, (Onlineversion, Aufl. von 1981).
  35. Petra Andrássy: Untersuchungen zum ägyptischen Staat des Alten Reiches und seinen Institutionen (= Internetbeiträge zur Ägyptologie und Sudanarchäologie. Band XI). Berlin/ London 2008 (PDF; 1,51 MB), S. 137.
  36. Petra Andrássy: Untersuchungen zum ägyptischen Staat des Alten Reiches und seinen Institutionen (= Internetbeiträge zur Ägyptologie und Sudanarchäologie. Band XI). Berlin/ London 2008 (PDF; 1,51 MB), S. 137–140.
  37. Eva Martin-Pardey: Untersuchungen zur ägyptischen Provinzialverwaltung bis zum Ende des Alten Reiches. Gerstenberg, Hildesheim 1976, S. 150.
  38. Jaromir Malek: The Old Kingdom (c.2686–2160 BC). In: Ian Shaw (Hrsg.): The Oxford History of Ancient Egypt. Oxford University Press, Oxford 2000, (ISBN 0-19-280458-8), S. 107.
  39. Karl Jansen-Winkeln: Der Untergang des Alten Reiches. In: Orientalia. Nova Series. (Or) Band 79, Rom 2010, S. 302–303.
  40. Donald Redford: City of the Ram-Man: The story of ancient Mendes. Princeton University Press, Princeton 2010, (ISBN 978-0-691-14226-5), S. 46–50.
  41. Bertha Porter, Rosalind L. B. Moss: Topographical Bibliography of Ancient Egyptian Hieroglyphic Texts, Reliefs and Paintings. VII. Nubia, the Deserts, and Outside Egypt. Griffith Institute, Oxford 1952, Reprint 1975, (ISBN 0-900416-23-8), S. 341 (PDF; 21,6 MB).
  42. Bertha Porter, Rosalind L. B. Moss: Topographical Bibliography of Ancient Egyptian Hieroglyphic Texts, Reliefs and Paintings. VII. Nubia, the Deserts, and Outside Egypt. Griffith Institute, Oxford 1952, Reprint 1975, (ISBN 0-900416-23-8), S. 387–392(PDF; 21,6 MB).
  43. Kenneth Anderson Kitchen: Punt. In: Wolfgang Helck, Eberhard Otto (Hrsg.): Lexikon der Ägyptologie. Band IV. Megiddo–Pyramiden. Harrassowitz, Wiesbaden 1982, Sp. 1199.
  44. Steffen Wenig: Nubien. In: Wolfgang Helck, Eberhard Otto (Hrsg.): Lexikon der Ägyptologie. Band IV. Megiddo–Pyramiden. Harrassowitz, Wiesbaden 1982, Sp. 529.
  45. a b c d e f et g Miroslav Verner: Die Pyramiden. Rowohlt, Reinbek 1997, (ISBN 3-499-60890-1), S. 399–409.
  46. Mark Lehner: Geheimnis der Pyramiden. ECON, Düsseldorf 1997, (ISBN 3-572-01039-X), S. 161.
  47. Bertha Porter, Rosalind L. B. Moss: Topographical Bibliography of Ancient Egyptian Hieroglyphic Texts, Reliefs and Paintings. III2. Memphis. Part 2. Ṣaqqâra to Dahshûr. 2. Auflage. University Press, Oxford 1981, (ISBN 0-900416-23-8), S. 676–687 (PDF; 33,5 MB).

BibliographieModifier

Liens externesModifier