André Girard (1909-1993)

membre du réseau de la Résistance française "Alliance
(Redirigé depuis André Girard (résistant))

André Girard, né à Cahors le et mort à Lyon le , est un ancien cadre de la SEITA et un membre de la Résistance française, dans le réseau de renseignement Alliance.

BiographieModifier

André Jean Louis Girard est né le à Cahors ; rédacteur à l'administration des Tabacs depuis 1929, il exerçait ses fonctions, après sa capture à Dunkerque en juin 1940 et son évasion d'Allemagne en 1941, à Brive-la-Gaillarde.

Recruté par Marcel Lemoigne, frère d'un des cadres du réseau de renseignement Alliance (Joël Lemoigne), il intègre ce réseau le sous le pseudonyme de « Pointer »[1]. Il devient le chef du secteur « Hôpital » (région Centre-ouest)[2] après juin 43[3]. Sa récolte de renseignements lui permet de récupérer en octobre 1943 le plan d'évacuation des troupes d'occupation en France en cas de débarquement, qu'il transmet à Georges Lamarque, celui-ci le transmettant à Londres. En avril 1944, il dirige à la fois le secteur « Hôpital » et le secteur « Tunnel »[3]. En août 1944, il est arrêté, ainsi que quatre autres de ses agents, par les FFI du colonel Rivier (commandant régional), puis relâché avec ses compagnons par le colonel Guingouin, non sans avoir été privés de leurs biens[4].

Le , chargé de mission de 1re classe (assimilé au grade de capitaine) de la Direction générale des études et recherches, il était démobilisé à sa demande. Reversé dans son administration d'origine, il était muté à la manufacture des tabacs de Riom puis devenait directeur administratif et inspecteur de la Manufacture des tabacs de Lyon jusqu'à sa retraite. Il succédait également à Jacques Soustelle au conseil municipal de Lyon en 1962 au cours de la mandature de Louis Pradel.

En juin 1973, en qualité de président du comité "Jean Moulin" pour le Rhône, il inaugurait avec Laure Moulin, en présence de Raymond Aubrac et du docteur Frédéric Dugoujon, le monument érigé en hommage à Jean Moulin à Caluire-et-Cuire.

Décédé le à La Mulatière, commune limitrophe de Lyon, et inhumé dans le cimetière de Saint-Sauves d'Auvergne, André Girard était pendant de nombreuses années le trésorier national de l'Amicale des anciens du réseau Alliance. Il a publié ses mémoires de guerre en 1965 aux éditions France-Empire sous le titre Le temps de la méprise.

DécorationsModifier

OuvrageModifier

Notes et référencesModifier

  1. « « Hôpital » et ses actions », sur André Girard & le réseau Alliance (consulté le 20 juillet 2020)
  2. Beau et Gaubusseau 1984.
  3. a et b Fourcade, tome 2, p. 269.
  4. « Le temps de la méprise », sur André Girard & le réseau Alliance (consulté le 20 juillet 2020)

BibliographieModifier

Liens externesModifier