Ouvrir le menu principal

Macadam Cowboy

film sorti en 1969
(Redirigé depuis Midnight Cowboy)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cowboy.
Macadam Cowboy
Titre original Midnight Cowboy
Réalisation John Schlesinger
Scénario Waldo Salt
d’après James Leo Herlihy
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Sortie 1969

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Macadam Cowboy[1] (Midnight Cowboy) est un film dramatique américain réalisé par John Schlesinger sorti en 1969.

Classé X à sa sortie en salles par la commission de classification américaine en raison de ses scènes érotiques, il a été récompensé par trois Oscars en 1970 (dont celui du meilleur film, une première pour un film classé X), avant d'être finalement interdit aux moins de 17 ans en 1971.

SynopsisModifier

Joe Buck, jeune cow-boy à la gueule d'ange, quitte sa petite ville natale du Texas pour s'établir à New York, où, sûr de son physique, il ambitionne de devenir gigolo. Mais il va très vite déchanter : ne trouvant pas de clientes, Joe, candide et bercé d'illusions, se retrouve à court d'argent. Il croise alors la route de Rico « Ratso » Rizzo, un SDF infirme doublé d'un petit escroc. La solitude et la détresse aidant, ces deux paumés deviennent malgré eux compagnons de galère, accrochés à leurs rêves pour continuer d'y croire...

Fiche techniqueModifier

Distribution[2]Modifier

DistinctionsModifier

ProductionModifier

 
L'acteur Dustin Hoffman en 1968, l'année de tournage du film.

GenèseModifier

John Schlesinger avait réalisé Loin de la foule déchaînée en 1967, qui avait été un échec. Bien que son agent lui ait déconseillé, jugeant le sujet trop scabreux, Schlesinger voulait tourner une adaptation du roman de James Leo Herlihy, Midnight Cowboy, publié en 1965. Il trouva sans problème les financements.

Warren Beatty se proposa pour tenir le rôle de Joe Buck mais Schlesinger lui préféra Jon Voight, alors à ses débuts. Dustin Hoffman, qui venait de recevoir une nomination à l'Oscar du meilleur acteur pour Le Lauréat, manifesta quant à lui son intérêt pour le rôle de Ratso le clochard, or il n'avait joué jusqu'alors que des rôles de garçon modèle. Il donna donc rendez-vous aux producteurs, se déguisa en clochard et leur demanda de l'argent. Ils ne se rendirent alors pas compte que le clochard était Dustin Hoffman, qu'ils attendaient. Il obtint donc le rôle du film[3].

TournageModifier

La plus grande partie de l'action fut filmée à Manhattan, plus précisément à Greenwich Village, Upper East Side, Park Avenue, la partie sud de Central Park et à Times Square et ses alentours. Les tournages intérieurs ont quant à eux été réalisés dans un passage souterrain du métro, un bloc d'appartements promis à la démolition, au Peninsula Hotel (au 700 de la 5e avenue), rebaptisé le Barclay Hotel pour les besoins du film, au mont-de-piété, dans la boutique d'un tailleur pour hommes ainsi qu'à la gare routière du Port Authority, à l'angle de la 40e rue et de la 8e avenue[4].

Le cimetière de Long Island fut réquisitionné pour devenir le théâtre de l'une des scènes du film. Enfin c'est à l'angle de la 58e rue et de la 6e avenue que Dustin Hoffmann et Jon Voight provoquent un formidable bouchon. Plusieurs séquences ont aussi été filmées en dehors de New York. Les scènes du début sont tournées à Big Spring, une petite ville de la plaine du Texas (d'où est originaire Joe Buck) et les scènes de la fin du film sont tournées à Miami Beach. D'autres scènes encore furent tournées aux Filmways Studios, situés dans la partie est de la 127e rue.

MusiqueModifier

La chanson du générique de début, Everybody's Talkin' est une reprise de Fred Neil par Harry Nilsson, dont la ballade composée pour le film, I Guess The Lord Must Be In New-York City, fut refusée. Toots Thielemans interprète le solo d'harmonica.

Analyse du filmModifier

Macadam Cowboy fait partie, avec Les Désaxés de John Huston, des films qui marquent la fin de l'âge d'or du genre western : le cow-boy est présenté comme un gigolo, loin de la vision traditionnelle des héroïques pionniers de l'Ouest américain.[réf. nécessaire]

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Barney Hoskyns (trad. de l'anglais par François Delmas et Héloïse Esquié), Waiting for the sun : Une histoire de la musique à Los Angeles [« The Story of the Los Angeles Music Scene »], Editions Allia, (ISBN 978-284485-164-2), p. 291 et 303.  

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Selon les sources spécialisées (Dictionnaire des films Larousse, B.I.F.I., Encyclo-ciné entre autres - le mot « cowboy » est orthographié à l'anglaise sans trait d'union.[réf. nécessaire]
  2. Macadam Cowboy - Cineclap.free.fr
  3. Page III du supplément du journal Le Monde, 4 mai 2008.
  4. À cet endroit furent également tournés des films comme Cocktail, Frankie and Johnnie ou Recherche Susan désespérément.