Ouvrir le menu principal

Michaël Denard

danseur et chorégraphe, comédien
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Denard.
Michaël Denard
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (74 ans)
DresdeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Maître de ballet, danseur, metteur en scèneVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinctions

Michaël Denard est un danseur et acteur de théâtre français né à Dresde le , de mère allemande et de père français.

Sommaire

BiographieModifier

Michaël Denard commence la danse tardivement, l'année du bac, à Tarbes, avec Mme Marie GARCIA puis avec Mme Yvette Le Rohellec. En 1963, il est engagé dans le corps de ballet du Capitole de Toulouse, et en 1964, pour une saison, dans celui de l'Opéra de Nancy. Il "monte" à Paris, où il suit les cours de Solange Golovine. Sa première apparition parisienne a lieu en 1965, avec les Ballets Européens de Lorca Massine. En 1966, Pierre Lacotte l'invite aux JMF où il danse pour la première fois avec Ghislaine Thesmar, qui deviendra sa partenaire privilégiée ("Combat de Tancrède et Clorinde" au Festival d'Aix).

Parallèlement, il entre fin 1966 sur audition au Ballet de l'Opéra de Paris comme surnuméraire, Il va en gravir rapidement les échelons : coryphée en avril 1967, sujet en mars 1968, Premier Danseur en mars 1969.

Le 19 décembre 1969, après avoir participé au Premier Festival de Danse International de Paris avec les Jeunes Danseurs de l'Opéra, il est invité à danser Siegfried avec Lynn Seymour (Odette-Odile) dans Le Lac des cygnes (Version Kenneth MacMillan) à Berlin-Ouest.

1970 marque le brillant développement de sa carrière. Il est d'abord le partenaire de la grande Yvette Chauviré dans le "Mariage d'Aurore", lors de la tournée de la troupe de l'Opéra en URSS. Puis sa rencontre avec Maurice Béjart va le propulser parmi les "grands" danseurs de l'époque. Ce dernier crée pour Josyane Consoli "Comme la Princesse Salomé est belle ce soir..." Elle le choisit comme partenaire. En avril, Maurice Béjart l'invite à venir danser Roméo au Ballet du XXe siècle à Bruxelles (Laura Proença/Juliette, Paolo Bortoluzzi/Mercutio). Puis il crée pour lui "L'Oiseau de feu", dont la première triomphale est donnée le 31 octobre par la troupe de l'Opéra au Palais des Sports de Paris, dans le cadre d'un programme Béjart/Stravinsky. Il dansera ce rôle dans le monde entier.

Le 15 juillet 1971, il apprend sa nomination de Danseur Étoile à New York, où il est invité par l'American Ballet Theatre pour sa saison d'été. La même année, il reçoit le Prix Nijinsky. Début 1972, il danse James auprès de Ghislaine Thesmar (La Sylphide) dans le ballet éponyme remonté par Pierre Lacotte pour la télévision française. Ce ballet entre au répertoire du Ballet de l'Opéra de Paris le 9 juin 1972. D'artiste invitée, Ghislaine Thesmar devient danseuse étoile. Désormais, Michaël Denard et elle vont former un couple prestigieux et être programmés ensemble dans la plupart des grands ballets classiques, romantiques et contemporains.

Cela n'empêchera pas Michaël Denard d'être aussi le partenaire de nombreuses grandes ballerines de l'époque, de Claire Motte à la jeune Sylvie Guillem : Noëlla Pontois, Natalia Makarova, Cynthia Gregory, Natalia Bessmertnova, Elisabeth Platel, Françoise Legrée, Lynn Seymour et d'autres encore. Pendant toute sa carrière, il va créer ou reprendre des ballets des chorégraphes majeurs de l'époque (George Balanchine, Jerome Robins, Alwin Ailey, John Neumeier, Youri Grigorovich, Merce Cunningham, Carolyn Carlson,Lucinda Childs, Antony Tudor, Hans Van Manen, Glen Tetley, Roland Petit, Maurice Béjart, etc.) Tout comme il offre des interprétations très novatrices de personnages tel Siegried du Lac ou le Prince Albrecht de Giselle, Il marque de son empreinte des rôles-phares du répertoire, tel l'"Apollon musagète" de George Balanchine . Il a l'occasion de danser plusieurs versions (jusqu'à quatre pour le Lac des Cygnes signé Bourmeister, Bruhn, MacMillan, Noureyev) de tous les grands ballets, sur les scènes les plus prestigieuses du monde - Kirov, Bolchoï, American Ballet Theatre, Theatre Colon de Buenos Aires, Opera de Rome, Théâtre de la Monnaie de Bruxelles, StaatsOper de Berlin...

Dès son entrée à l'Opéra, il travaille aussi avec de nombreux jeunes chorégraphes et il va toujours rester fidèle au Théâtre du Silence créé par ses amis Jacques Garnier et Brigitte Lefèvre, transfuges du Ballet de l'Opéra, participant à maintes de leurs créations et dansant avec eux dans le monde entier, du Festival d'Avignon à Tokyo, en passant par les États-Unis, l'Italie ou l'Angleterre. Il parachève ses interprétations dramatiques en prenant des cours de théâtre des le tout début de sa carrière (Grenier de Toulouse) puis auprès de divers professeurs et spécifiquement de Jean-Laurent Cochet. Il pourra ainsi non seulement aborder des rôles mêlant danse et théâtre ("Le Journal d'un fou" de Alain Marty," Hippolyte" de Jean-Pierre Miquel et Alain Marty, "Le Martyre de Saint Sébastien" de Bob Wilson) mais aussi rôles de comédien "Un mari idéal" d'Oscar Wilde). Sa soirée d'adieux a lieu le 9 décembre 1989, mais il ne quitte ni le monde de la danse ni la scène. Le 9 janvier 1990, il crée à l'Opéra de Berlin, avec le Béjart Ballet Lausanne, le rôle du récitant dans "Ring um den Ring". Ce Ring de Wagner revisité par Maurice Béjart va ensuite tourner dans le monde entier.

Entre 1993 et 1996, il se lance dans une nouvelle expérience, en qualité de directeur de la Danse au StaatsOper de Berlin, dont la direction musicale est assurée par Daniel Barenboïm..

Il remonte ensuite sur la scène de l'Opéra de Paris dans des rôles dits "de caractère" comme la Mère Simone de "La Fille mal gardée" ou "Le Rendez-vous" de Roland Petit.. Ses adieux définitifs ont lieu en juillet 2009. Il incarne alors le Père Duval dans la "Dame aux Camélias" de John Neumeier.

Il se consacre aussi à l'enseignement, au sein même de l'Opéra ou comme professeur invité dans de nombreux stages et institutions étrangers prestigieux (Mariinsky de Saint Pétersbourg)

Danseur emblématique des années 1970 - 1980[réf. nécessaire]

De 1993 à 1996, il est nommé directeur du ballet du Staatsoper de Berlin.

Après sa retraite officielle, il continue d'officier entre les murs de l'Opéra de Paris en devenant professeur et maître de ballet pour la compagnie, tout en continuant d'apparaître occasionnellement sur scène dans des rôles de caractère : la Mère Simone dans La Fille mal gardée (rôle dans lequel il fait ses adieux définitifs en juillet 2009, à l'âge de 65 ans) ou Duval Père dans La Dame aux camélias.[réf. nécessaire]

Il tourne également pour le cinéma et la télévision, par exemple Les Filles du Lido et La Rumba avec Roger Hanin. En 2007, Michaël Denard est à l'affiche de la pièce Hannah et Lise.

Il est chevalier de la Légion d'honneur et officier de l'Ordre des Arts et des Lettres.

Anne-Marie Pol fait référence à ce danseur étoile qui a marqué sa génération dans les livres de la série Danse ! où il a pour rôle le « petit père » de danse de Nina Fabbri, la ballerine héroïne du livre.

ThéâtreModifier

TélévisionModifier

Michaël Denard fut le tout premier invité de l'émission "Numéro un" de Maritie et Gilbert Carpentier, le 5 avril 1975[1].

RéférencesModifier

Liens externesModifier