Megachurch

Une megachurch (parfois francisée mégachurch), mégaéglise ou méga-église[1], est une église protestante, généralement chrétienne évangélique, comptant plus de 2 000 personnes dans son assemblée[2],[3].

CaractéristiquesModifier

 
Culte à Faith Tabernacle, affiliée à Living Faith Church Worldwide, avec ses 50 400 sièges, à Lagos, au Nigeria

Ce sont des églises chrétiennes, de courant protestant, généralement évangélique, avec une assistance hebdomadaire de plus de deux mille personnes[4],[5],[6]. Si certaines églises catholiques dépassent 2 000 personnes à la messe du dimanche, elles ne sont généralement pas considérées comme des megachurches en raison du caractère protestant de la définition[7].

Elles offrent généralement d'autre services en parallèle du culte, comme des garderies, des cafétérias, des gymnases et des librairies [8].

En Afrique, certaines villes appartiennent à des megachurches, comme Redemption Camp de la Redeemed Christian Church of God et Canaanland de la Living Faith Church Worldwide, toutes deux en banlieue de Lagos, au Nigeria. Elles ont des auditoriums d’église de dizaines de milliers de places, des maisons, des routes, des supermarchés, des banques, des universités et même une centrale électrique[9].

HistoireModifier

L'histoire des megachurches remonte aux auditorium churches du début du XIXe siècle[10]. La première megachurch évangélique, le Tabernacle métropolitain comptant un auditorium de 6000 places, a été inauguré en 1861 à Londres au Royaume-Uni par le pasteur baptiste réformé Charles Spurgeon [11]. Aux États-Unis, l'Angelus Temple a été inauguré en 1923 avec un auditorium de 5,300 places à Los Angeles par Aimee Semple McPherson [12].

Les megachurches ont été des pionnières dans la télévision en créant des programmes télévisés (télévangélisme), notamment Old Time Gospel Hour fondé par la Thomas Road Baptist Church de Lynchburg et Jerry Falwell en 1956 [13]. Elles ont peu à peu établi leur propre collège biblique, comme le Rhema Bible Training College par l'église Rhema Bible Church à Broken Arrow (Oklahoma) et son pasteur Kenneth E. Hagin en 1974, qui comptait des campus dans 14 pays en 2014[14].

Elles se sont engagées dans divers autres domaines de la société, notamment le terrain de l'art avec le label Hillsong Music, fondé en 1991 par la Hillsong Church, à Sydney en Australie, et dont les chants ont été traduits dans diverses langues et ont eu une influence considérable dans les églises évangéliques au niveau mondial[15],[16], le terrain social (banque alimentaire et vêtements) avec le Dream Center fondé en 1994 par la Dream City Church de Phoenix (Arizona), qui a été établi dans d'autres villes et pays du monde[17], le terrain culturel, avec la société de production cinématographique Sherwood Pictures fondée en 2003 par Alex Kendrick et la Sherwood Baptist Church à Albany (Géorgie)[18],[19].,[20], l'éducation universitaire avec la Covenant University fondée en 2002 par la Living Faith Church Worldwide à Lagos, au Nigeria[21], le terrain humanitaire, avec le P.E.A.C.E. Plan établi en 2003 par Saddleback Church et Rick Warren à Lake Forest (Californie)[22],[23],[24].

NombresModifier

 
L'église des Highlands, à Birmingham (États-Unis), qui aurait une assistance de 38 000 personnes.

Le Leadership Network contient un répertoire de toutes les mégaéglises évangéliques du monde (hors Canada et USA), sur son site web [25]. Cette liste mondiale en compte plus de 270. L’Hartford Institute possède les répertoires du Canada et des USA. La liste américaine compte plus de 1 668 mégaéglises [26]et la liste canadienne, 22[27]. Au Burkina Faso, le Centre International d’Évangélisation de Ouagadougou, comptait 6 000 membres en 2010[28]. Au Canada, l'Église Nouvelle Vie de Longueuil, comptait 4 000 membres en 2011[29]. En Belgique, en 2008, l’Église La nouvelle Jérusalem de Bruxelles, comptait environ 3 000 membres et plus de 26 églises annexes dans plusieurs pays en 2008[30]. En France, Impact Centre Chrétien et Paris Centre Chrétien, en île-de-France, comptaient respectivement 2 000 personnes[31] et 3,000 personnes [32]; la même année, l’Église Porte Ouverte Chrétienne de Mulhouse comptait 2 200 membres[33].

GigachurchModifier

Dans certaines de ces mégaéglises, plus de 10 000 personnes se rassemblent en même temps. On parle alors de Gigachurch[34] ,[35],[36]. C'est le cas, par exemple, des églises Yoido Full Gospel Church à Seoul en Corée du Sud avec 12 200 places[37], Lakewood Church à Houston, aux États-Unis avec 16 000 places[38] ou de Faith Tabernacle à Lagos au Nigeria avec 50 000 places[39].

Implication socialeModifier

Selon le sociologue Sébastien Fath, les mégaéglises et les ONG humanitaires chrétiennes évangéliques qu'elles soutiennent développent un entrepreneuriat humanitaire international dont les hommes politiques tiennent de plus en plus compte; elles seraient des acteurs géopolitiques incontournables sur le terrain humanitaire[40].

CritiquesModifier

En 1992, le journaliste américain Robert McClory a comparé la mégaéglise Willow Creek Community Church à un McDonalds, en utilisant le terme «McChurch», en raison des nombreux cultes offerts et de la faible apparence nutritive du volet spirituel[41]. Selon l’auteur américain Phil Cooke, contrairement aux reproches de superficialité théologique, des megachurches sont impliquées dans la production de matériels d'étude biblique[42].

En 2005, le pasteur baptiste Al Sharpton a reproché aux megachurches de se concentrer sur la « morale de la chambre à coucher », soit des déclarations contre le mariage homosexuel et l’avortement, en ignorant les problèmes de justice sociale, comme l'immoralité de la guerre et l'érosion de la discrimination positive[43].

Le scénariste et producteur américain Al Jean a caricaturé ces églises en 2010, dans un épisode de la série les Simpsons, Sans foi ni toit en mettant en scène des changeurs d'argent dans une église avec des publicités sur les murs et des sièges luxueux. Dans cet épisode, l’église ressemble à un centre commercial et le pasteur y fait du placement de produit lors de ses sermons[44].

En 2011, le pasteur américain Tim Suttle a reproché aux megachurches la taille de leur assemblée qui ne permettrait pas une vie communautaire épanouie où chacun peut se soucier de l’autre[45]. Toutefois, la vie communautaire dans les megachurches peut aussi se passer dans des petits groupes de 8 à 15 personnes auxquels l’adhésion est libre, où des liens de confiance et des réflexions plus approfondies sont favorisés[46].

En 2013, l'auteur américain Glenn L. Starksles a reproché aux megachurches la promotion du vedettariat de leurs dirigeants ainsi que la faible relation de redevabilité externe de ces derniers[47].

En 2018, le professeur américain Scot McKnight du Northern Baptist Theological Seminary a reproché aux megachurches évangéliques la faible relation de redevabilité externe de leurs dirigeants en n’étant pas membre de dénomination chrétienne, les exposant davantage à des abus de pouvoir[48].

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Religion aux Etats-Unis: plus de 1.200 « méga-églises » protestantes », sur religion.info, (consulté le 27 avril 2017)
  2. Hartford Institute for Religion Research
  3. L.B.S., « le modèle des megachurches essaime à travers le monde », sur La Croix, (consulté le 26 avril 2017)
  4. Bryan S. Turner, The New Blackwell Companion to the Sociology of Religion, John Wiley & Sons, USA, 2010, p. 251
  5. Gary Laderman, Luis León, Religion and American Cultures: Tradition, Diversity, and Popular Expression, 2nd Edition [4 volumes], ABC-CLIO, USA, 2014, p. 363
  6. Anne C. Loveland, Otis B. Wheeler, From Meetinghouse to Megachurch: A Material and Cultural History, University of Missouri Press, USA, 2003, p. 3
  7. (en-US) « Megachurch Definition », Hirr.hartsem.edu (consulté le 6 février 2010)
  8. (en) George Thomas Kurian, Mark A. Lamport, Encyclopedia of Christianity in the United States, Volume 5, Rowman & Littlefield, USA, 2016, p. 1477
  9. Ruth Maclean, Eat, pray, live: the Lagos megachurches building their very own cities, theguardian.com, UK, 11 septembre 2017
  10. Anne C. Loveland, Otis B. Wheeler, From Meetinghouse to Megachurch: A Material and Cultural History, University of Missouri Press, USA, 2003, p. 35
  11. Stephen J. Hunt, Handbook of Megachurches, Brill, Netherlands, 2019, p. 50
  12. Jeff Oliver, Pentecost To The Present Book Three: Worldwide Revivals and Renewal, Bridge Logos Inc, USA, 2017, p. 117
  13. Mark Ward Sr., The Electronic Church in the Digital Age: Cultural Impacts of Evangelical Mass Media , ABC-CLIO, USA, 2015, p. 283
  14. Benjamin G. McNair Scott, Apostles Today: Making Sense of Contemporary Charismatic Apostolates: A Historical and Theological Appraisal, Wipf and Stock Publishers, USA, 2014, p. 81
  15. Monique Ingalls, Carolyn Landau, Tom Wagner, Christian Congregational Music: Performance, Identity and Experience, Routledge, USA, 2016, p. 138
  16. Kelsey McKinney, How Hillsong Church conquered the music industry in God’s name, thefader.com, USA, 11 octobre 2018
  17. Robert Crosby, A Dream of a Center: 'A Model for Faith-based Organizations', christianitytoday.com, USA, 15 août 2011
  18. J. Ryan Parker, Cinema as Pulpit: Sherwood Pictures and the Church Film Movement, McFarland, USA, 2012, p. 61
  19. John C. Lyden, Eric Michael Mazur, The Routledge Companion to Religion and Popular Culture, Routledge, USA, 2015, p. 91
  20. John C. Lyden, Eric Michael Mazur, The Routledge Companion to Religion and Popular Culture, Routledge, USA, 2015, p. 91.
  21. Martin Lindhardt, Pentecostalism in Africa: Presence and Impact of Pneumatic Christianity in Postcolonial Societies, BRILL, Netherlands, 2014, page 126
  22. Michelle A. Vu, Church, HIV/AIDS Conference: Global P.E.A.C.E. Plan Presented, christianpost.com, USA, 2 de diciembre de 2005
  23. Sébastien Fath, Dieu XXL, la révolution des mégachurches, Édition Autrement, France, 2008, p. 116
  24. Sharon Gramby-Sobukwe, Tim Hoiland, The Rise of Mega-Church Efforts in International Development: A Brief Analysis and Areas for Further Research, Transformation, 26(2), USA, 2009, p. 104–117
  25. Warren Bird, World Megachurches, leadnet.org, USA, consulté le 13 février 2016
  26. Hartford Institute, Database of Megachurches in the U.S., hartfordinstitute.org, USA, consulté le 13 février 2016
  27. Hartford Institute, Megachurches of Canada, hartfordinstitute.org, USA, consulté le 13 février 2016
  28. La Croix.com 8 octobre 2010
  29. Caroline Côté, Le Courrier du Sud, Église Nouvelle Vie : 4 000 fidèles au rendez-vous, Canada, 3 février 2011, pages 4 et 5
  30. Demart 2008
  31. L. B. S., Le modèle des megachurches essaime à travers le monde, la-croix.com, France, 10 aout 2015
  32. Mark J. Cartledge, Sarah Dunlop, Heather Buckingham, Sophie Bremner, Megachurches and Social Engagement: Public Theology in Practice, Brill, Netherlands, 2019, p. 76
  33. Anne Ducellier, lalsace.fr, Une église évangélique de 7 000 m2 inaugurée à Mulhouse, France, 10 mai 2015
  34. Sam Hey, Megachurches: Origins, Ministry, and Prospects, Wipf and Stock Publishers, USA, 2013, page 265
  35. Ed Stetzer, Megachurch Research - Terminology, christianitytoday.com, USA, 9 octobre 2008
  36. Alicia Budich, From Megachurch to "Gigachurch", cbsnews.com, USA, 6 avril 2012
  37. Stanley D. Brunn, The Changing World Religion Map: Sacred Places, Identities, Practices and Politics, Springer, USA, 2015, p. 2334
  38. John Leland, A Church That Packs Them In, 16,000 at a Time, nytimes.com, USA, 18 juillet 2005
  39. Barnaby Phillips, Church of the 50,000 faithful, news.bbc.co.uk, UK, 30 novembre 1999
  40. Sébastien Fath, Dieu XXL, la révolution des mégachurches, Édition Autrement, France, 2008, p. 42, 116.
  41. Robert McClory, Superchurch, chicagoreader.com, USA, 6 aout 1992
  42. Phil Cooke, What’s So Wrong With Megachurches?, huffpost.com, USA, 7 janvier 2014
  43. Associated Press, Megachurches have wrong focus, black leaders say, chron.com, USA, 2 juillet 2006
  44. Jean, Al. (2010), Commentaire pour "She of Little Faith", in The Simpsons: The Complete Thirteenth Season [DVD]. 20th Century Fox.
  45. Tim Suttle, The Failure of the Megachurch, huffpost.com, USA, 13 septembre 2011
  46. Terry Goodrich, Small Groups Are Crucial -- But Not a Cure-all for Megachurches, Baylor University Researchers Say, baylor.edu, USA, 28 février 2011
  47. Glenn L. Starks, Sexual Misconduct and the Future of Mega-Churches: How Large Religious Organizations Go Astray, ABC-CLIO, USA, 2013, p. 55-56
  48. James Wellman Jr., Katie Corcoran, Kate Stockly, Éloi Ficquet, High on God: How Megachurches Won the Heart of America, Oxford University Press, UK, 2020, p. 212

BibliographieModifier

  • (en) « Hillsong Pastor Brian Houston Announces Australia Megachurch's Expansion to So. California », The Christian Post,‎ (lire en ligne)
  • (en) « Hillsong plants new church in Cape Town », Christian Today,‎ (lire en ligne)
  • Frédéric Dejean, « La megachurch : un objet géographique », sur Géographie des religions : Approche spatiale des religions et du fait religieux,
  • Sarah Demart, « Le “combat pour l’intégration” des églises issues du Réveil congolais (RDC) », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 24, no 3,‎ , p. 147-165 (lire en ligne)
  • [Economist 1er novembre 2007] (en) « O come all ye faithful », Economist,‎ (lire en ligne)
  • Sébastien Fath, Dieu XXL, la révolution des mégachurches, Paris, Autrement, , 192 p. (ISBN 978-2-7467-0973-7, présentation en ligne)
  • (en) Sebastien Fath, French megachurches : a specific social framework? Between melting pot and gated communities, (lire en ligne)
  • [Hartford Institute] (en) « Megachurches », sur Hartford Insitute for Religion Research
  • (en) « World Megachurches », sur Leadership Network
  • (en) Robert Marquand, « In a France suspicious of religion, evangelicalism’s message strikes a chord », CSMonitor.com,‎ (lire en ligne)
  • [La Croix.com 8 octobre 2010] « Dix voix qui comptent sur la planète évangélique », La Croix.com,‎ (lire en ligne)
  • [Libération, 27 aout 2012] Bernadette Sauvaget, « Charisma les mystères d’une mégaéglise », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  • (en) Adam Smith, « Hillsong United: How a local phenomenon became a global movement... without losing its roots », Relevant, no 49,‎ (lire en ligne)