Marguerite Beaufort (1409-1449)

aristocrate anglais
Marguerite Beaufort
Description de l'image MargaretCourtenay ColytonChurch Devon.JPG.

Titre

Comtesse de Devon


(26 ans, 6 mois et 27 jours)

Prédécesseur Anne Talbot
Successeur Marie d'Anjou
Biographie
Dynastie Maison de Beaufort
Naissance 1409
Westminster
Décès 1449
Père Jean Beaufort
Mère Marguerite Holland
Conjoint Thomas de Courtenay
Enfant Jean de Courtenay

Description de l'image Arms_of_John_Beaufort,_1st_Earl_of_Somerset.svg.

Marguerite Beaufort (1409-1449) était une aristocrate anglaise membre de la Maison de Beaufort.

FamilleModifier

Marguerite Beaufort était la deuxième et plus jeune fille[1] de Jean Beaufort (1371-1410) et de son épouse Marguerite Holland (1385-1439), fille de Thomas Holland et d'Alice FitzAlan. Son père était un fils illégitime de Jean de Gand (1340-1399), le troisième fils survivant du roi Édouard III (1327-1377), par sa maîtresse et plus tard troisième épouse, Katherine Swynford. Marguerite était donc une arrière-petite-fille du roi Édouard III.

Marguerite avait des frères et sœurs d'une importance de premier plan[2] :

Mariage et descendanceModifier

Quelque temps après 1421, Marguerite épouse Thomas Courtenay, 13e comte de Devon (1414-1458), dont elle a eu trois fils et cinq filles. Ses fils ont tous été tués ou exécutés pendant la Guerre des Deux-Roses en raison de leur forte adhésion à la cause lancastrienne, ainsi la lignée aînée des Courtenay s'éteint, faute de postérité. Les enfants de Marguerite sont les suivants[3] :

  • Thomas de Courtenay, comte de Devon (1432-1461), fils aîné et héritier, qui peu après le épousa Marie d'Anjou[réf. nécessaire], fille illégitime de Charles IV du Maine. Le mariage était sans enfants. En tant que partisan lancastrien[4] pendant la Guerre des Deux-Roses, il a été fait prisonnier à la bataille de Towton, gagnée par le yorkiste Edouard IV, avant d'être décapité à York. Toutes ses terres et honneurs, y compris le comté de Devon[5], sont perdus[1].
  • Henry de Courtenay (décédé le ), chevalier, de West Coker, Somerset. En raison de la chute de son frère aîné, il n'a pas hérité du comté de Devon. Également partisan lancastrien il a été décapité pour trahison sur la place du marché de Salisbury, Wiltshire, le .
  • Jean de Courtenay, comte de Devon, (1435-1471). Après l'exécution de son frère aîné Thomas, le comté de Devon fut en accordé par le roi Edouard IV à son partisan Humfroi Stafford (1439-1469) connu comme "le comte de trois mois et pas plus ". À la suite du renversement de la domination des Yorkistes et de la restauration temporaire du roi lancastrien Henri VI, Stafford est décapité en et Jean de Courtenay est restauré dans les honneurs de sa famille. Cependant, la position fut de courte durée, les Yorkistes mettant définitivement fin au règne d'Henri VI en avril 1471 lors de la bataille de Barnet, et le , Courtenay est tué pendant la bataille de Tewkesbury, ayant commandé l'arrière de l'armée lancastrienne[6]. À sa mort, le comté tomba en vacance entre ses sœurs ou leurs descendants.
  • Jeanne de Courtenay, (née vers 1447), qui épousa en premières noces, Sir Roger Clifford, deuxième fils de Thomas Clifford, baron de Clifford, décapité après la bataille de Bosworth en 1485. Elle épouse ensuite Sir William Knyvet de Buckenham, Norfolk.
  • Élisabeth de Courtenay (née vers 1449), qui épousa, avant , Sir Hugh Conway.
  • Anne de Courtenay
  • Éléonore de Courtenay
  • Maud de Courtenay

Deux de ses nièces s'appelaient également Marguerite Beaufort : Marguerite Beaufort, comtesse de Stafford, mère d'Henry Stafford, et Marguerite Beaufort, mère du roi Henri VII.

Notes et référencesModifier

  1. a et b The Complete Peerage, vol.IV, p. 326, Earldom of Devon
  2. Richardson IV 2011, p. 38–40
  3. Richardson I 2011, p. 547 ; Richardson IV 2011, p. 38–43
  4. Vivian, Lt.Col. J.L., (Ed.) The Visitations of the County of Devon: Comprising the Heralds' Visitations of 1531, 1564 & 1620, Exeter, 1895, p. 245, pedigree of Courtenay
  5. Vivian, p. 245
  6. The Complete Peerage, vol.IV, p. 328, Earldom of Devon

BibliographieModifier

  • Brown, « Joan [Joan Beaufort] (d. 1445) », Oxford Dictionary of National Biography,‎ (DOI 10.1093/ref:odnb/14646, lire en ligne, consulté le 21 novembre 2013)
  • Charles H. Browning, The Magna Carta Barons and Their American Descendants, Londres, Genealogical Publishing Company,
  • George Edward Cokayne, The Complete Peerage, edited by Vicary Gibbs, vol. IV, Londres, St. Catherine Press,
  • Douglas Richardson, Magna Carta Ancestry : A Study in Colonial and Medieval Families, ed. Kimball G. Everingham, vol. I, Salt Lake City, , 2e éd. (ISBN 978-1-4499-6637-9 et 1-4499-6637-3)
  • Rosalind Marshall, Scottish Queens, 1034–1714, Tuckwell Press,
  • Alison Weir, Britain's Royal Families, The Complete Genealogy, Londres, Vintage Books, , 400 p. (ISBN 978-0-09-953973-5)
  • Alison Weir, Mistress of the Monarchy : The Life of Katherine Swynford, Duchess of Lancaster, Londres, Random House, (ISBN 978-0-345-45323-5, lire en ligne)