Ouvrir le menu principal

Marguerite Wake

noble anglaise épouse d'Edmond de Woodstock

Marguerite Wake
Titre Baronne Wake de Liddell
(1349 - 1349)
Prédécesseur Thomas Wake
Successeur Jean de Kent
Biographie
Naissance
Décès
Père John Wake
Mère Jeanne de Fiennes
Conjoint John IV Comyn
(vers 1312 – 1314)
Edmond de Woodstock
(1325 – 1330)
Enfants Aymar Comyn
Edmond de Kent
Marguerite de Kent
Jeanne de Kent
Jean de Kent

Image illustrative de l’article Marguerite Wake

Marguerite Wake (v. 130029 septembre 1349), 3e baronne Wake de Liddell, est un membre de la noblesse anglaise. Elle est l'épouse d'Edmond de Woodstock, le plus jeune des fils du roi Édouard Ier.

Sommaire

BiographieModifier

Origines et jeunesseModifier

Marguerite Wake est la fille unique de John Wake et de Jeanne de Fiennes. Elle a une ascendance prestigieuse, son père étant notamment un arrière-petit-fils du prince de Galles Llywelyn le Grand et de Jeanne d'Angleterre, fille illégitime du roi d'Angleterre Jean sans Terre. Du côté maternel, Marguerite est la petite-fille de Guillaume II de Fiennes et de Blanche de Brienne. Sa mère est la sœur de Marguerite de Fiennes, faisant de Marguerite la cousine de Roger Mortimer, plus tard comte de March. Jeanne de Fiennes a également pour ancêtres l'empereur Jean de Brienne et son épouse Bérengère de León, qui est elle-même une descendante d'Aliénor d'Aquitaine et d'Henri II Plantagenêt.

Alors que Marguerite est encore un nourrisson, son père meurt en avril 1300. Sa mère décède quant à elle en 1309. Les possessions paternelles sont héritées par son frère aîné Thomas mais leur jeune âge les fait placer sous la garde de tuteurs : les deux enfants sont placés sous le contrôle successif d'Henry de Lacy, comte de Lincoln, puis de Pierre Gaveston, comte de Cornouailles et favori du roi Édouard II.

Premier mariageModifier

Aux alentours de 1312, Marguerite Wake épouse John IV Comyn, fils du prétendant au trône d'Écosse John III Comyn. Ce dernier, après la conquête de l'Écosse par le roi Édouard Ier en 1304, s'est soumis au roi d'Angleterre mais a été assassiné en 1306 par Robert Bruce qui, une fois son rival éliminé, s'est autoproclamé roi d'Écosse et s'est empressé de chasser les troupes anglaises de son royaume. John IV Comyn a été envoyé par sécurité à la cour d'Édouard Ier en Angleterre pour échapper aux partisans de Bruce et fait partie des Écossais exilés qui cherchent à tout prix à renverser Bruce et reconnaître le roi d'Angleterre comme leur suzerain légitime. Il est de jure seigneur de Badenoch après la mort de son père mais Robert Bruce semble avoir confisqué le titre lors de l'ouverture de son tout premier Parlement en 1309.

En juin 1314, le roi Édouard II décide de mener une campagne spectaculaire en Écosse, à laquelle se joignent les exilés écossais, et affronte l'armée de Bruce à Bannockburn. La bataille est une défaite cinglante pour les Anglais qui doivent s'enfuir en précipitation. John IV Comyn est tué au cours des combats. Marguerite Wake donne naissance peu après à un fils, Aymar Comyn, mis au monde avant le 16 août 1314. Aymar meurt sans doute avant le 26 mai 1316, alors qu'il n'est qu'un nourrisson, et la lignée des Comyn de Badenoch s'éteint à ce moment-là.

Second mariageModifier

En octobre 1325, Marguerite Wake reçoit une dispense papale pour pouvoir épouser le comte de Kent Edmond de Woodstock, demi-frère d'Édouard II. Le mariage a probablement lieu à la Noël 1325. Ils ont de leur mariage deux fils, Edmond et Jean, et deux filles, Marguerite et Jeanne. Le comte de Kent est impliqué dans les intrigues politiques qui ponctuent la fin du règne d'Édouard II et le début de celui de son fils Édouard III. Passif face à la déposition de son demi-frère en 1327, Kent est toutefois hostile à la reine Isabelle et son amant Roger Mortimer, tous deux régents au nom du jeune Édouard III. Même si Mortimer est le cousin de son épouse, Kent planifie un premier soulèvement en janvier 1329, qui échoue par manque de cohésion entre les rebelles.

Edmond de Woodstock ne cesse pourtant pas de comploter car il est arrêté en mars 1330 pour avoir supposément préparé la restauration sur le trône de son frère Édouard II, qui est en réalité mort peu après sa destitution. Convaincu de haute trahison, le comte de Kent est exécuté à Winchester sur ordre de Mortimer. Par ailleurs, sa veuve Marguerite Wake est incarcérée avec ses enfants à Salisbury, où elle accouche quelques semaines plus tard de son second fils Jean. Le frère de Marguerite, Thomas, est lui aussi impliqué dans la conspiration et doit s'enfuir en France pour échapper au funeste sort de son beau-frère.

Mort et successionModifier

Le traitement cruel réservé au comte de Kent mécontente Édouard III qui, en octobre 1330, fait arrêter et exécuter Roger Mortimer, qu'il accuse d'avoir usurpé l'autorité royale. La veuve et les enfants du comte de Kent sont libérés et accueillis à la cour où le roi et son épouse Philippa de Hainaut les traitent avec le respect dû à leur rang. Marguerite Wake hérite en mai 1349 des possessions et des biens de son frère aîné Thomas, mort sans descendance. Elle devient ainsi brièvement baronne Wake de Liddell jusqu'en septembre 1349, date à laquelle elle succombe à l'épidémie de peste noire qui commence alors à ravager l'Angleterre.

Marguerite a pour héritier d'abord son fils cadet Jean (son fils aîné Edmond étant mort en bas-âge) mais celui-ci meurt trois ans plus tard sans descendants. Les biens de la famille Wake sont alors transmis à la fille cadette de Marguerite, Jeanne. Comtesse de Kent par son père et baronne Wake par sa mère, Jeanne Plantagenêt se marie d'abord avec Thomas Holland puis avec Édouard de Woodstock, fils aîné d'Édouard III. Elle est ainsi la mère du futur roi d'Angleterre Richard II.

AscendanceModifier

Dans la fictionModifier

Marguerite Wake apparaît dans la nouvelle historique de Karen Harper, The First Princess of Wales, qui décrit notamment l'arrivée à la cour d'Édouard III de la famille du comte de Kent en 1330.

Marguerite est également un personnage du roman A Triple Knot, écrit en 2014 par Emma Campion. Ce roman s'intéresse particulièrement aux tensions entre Jeanne de Kent et sa famille lorsqu'elle veut faire valider par le pape son mariage avec Thomas Holland ainsi qu'aux relations très étroites de Jeanne avec son autre époux Édouard de Woodstock.

BibliographieModifier

  • Sharon Bennett Connolly, Heroines of the Medieval World, Gloucestershire, Amberley Publishing, (lire en ligne)