Maladie de Kawasaki

maladie infantile

Maladie de Kawasaki
Description de cette image, également commentée ci-après
Aspect caractéristique de la langue dans la maladie de Kawasaki.
Spécialité Immunologie et pédiatre (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
CIM-10 M30.3
CIM-9 446.1
OMIM 611775
DiseasesDB 7121
MedlinePlus 000989
eMedicine 965367Voir et modifier les données sur Wikidata
eMedicine ped/1236 
MeSH D009080
Symptômes Langue framboisée (en), adénopathie, fièvre et diarrhéeVoir et modifier les données sur Wikidata
Médicament Infliximab et acide acétylsalicyliqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Patient UK Kawasaki-disease-pro

Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La maladie de Kawasaki, également appelé « syndrome lympho-cutanéo-muqueux » ou « syndrome adéno-cutanéo-muqueux », est une maladie infantile, d'origine immunologique, consistant en une vascularite fébrile touchant les artères de moyen et petit calibre.

L'hypothèse dominante est qu'il s'agit d'une maladie infectieuse, peut-être secondaire à une co-infection par plusieurs germes, se traduisant par une inflammation des artères. C'est une maladie émergente en Europe.

Bien que dans les trois quarts des cas, la maladie puisse évoluer favorablement sans intervention, il est indispensable de la traiter en raisons des complications graves (problèmes cardiaques, anévrismes, choc toxique, choc cytokinique) pouvant intervenir dans la quatrième semaine à quelques mois plus tard.

Historique

Au Japon, dès 1961, le pédiatre Tomisaku Kawasaki signale une nouvelle maladie chez des enfants de moins de 5 ans qu'il appelle syndrome adéno-cutanéo-muqueux. Il se heurte au scepticisme de ses collègues japonais qui considèrent qu'il s'agit d'une forme atypique de réactions allergiques médicamenteuses déjà connues. Mais d'autres médecins japonais font un lien entre cette maladie et des complications cardiovasculaires[1].

En 1967, Kawasaki publie une description clinique complète[2],[3] sur la base d'une étude de 50 cas. Il la publie dans une revue japonaise d'allergologie, pour éviter un conflit avec les partisans d'une cause allergique[1].

Le Japon instaure alors un système national de surveillances et d'études épidémiologiques, sous l'égide d'un Japan Kawasaki Research Committee, qui permet de détecter près de 5000 à 6000 nouveaux cas par an, environ 150 cas pour cent mille enfants de moins de 5 ans[1].

La maladie a d'abord été considérée comme particulière au Japon, mais en 1974, 9 cas sont reconnus à Hawaï et publiés en anglais ; la même année l'article original en japonais de Kawasaki est traduit en anglais[4]. Ces deux publications déclenchent des études internationales. Dans les années qui suivent, la maladie de Kawasaki est signalée aux États-Unis, au Canada et en Europe, et enfin dans le monde entier. Cependant, les incidences sont beaucoup plus faibles qu'au Japon ; par exemple aux États-Unis, dans les années 1980-1990, de 4 à 15 cas pour cent mille enfants de moins de 5 ans[1].

Vidéo avec des sous-titres.

Le premier cas français est signalé en 1979[5],[6]. En 1982, une enquête rétrospective retrouve 118 cas répertoriés dans les années précédentes[7]. En 1997, l'incidence de la maladie est estimée à 200 nouveaux cas par an en France[8].

Dans son étude de 1967, Kawasaki indiquait que ni les antibiotiques, ni les anti-inflammatoires, ne modifiaient le cours de la maladie. En 1981, une publication signale l'effet favorable d'un traitement par immunoglobulines intraveineuses (IgIV) sur le purpura thrombocytopénique idiopathique de l'enfant. Ce qui donne l'idée à des chercheurs japonais de les essayer dans la maladie de Kawasaki.

Dans les années qui suivent, des études multicentriques randomisées sont organisées aux États-Unis pour évaluer divers protocoles de traitement. Elles permettent de déterminer que l'association IgIV et aspirine réduit le risque de lésions cardiaques de 20 % à moins de 5 %, avec disparition plus rapide des signes cliniques et biologiques. En 1988, ce traitement fait partie des recommandations de l'Académie américaine de pédiatrie[1], et depuis, il reste la base des traitements adoptés contre la maladie de Kawasaki[9].

En avril 2020, lors de la pandémie de Covid-19, une recrudescence de cas évocateurs de la maladie de Kawasaki est constatée au Royaume-Uni, en Italie et en France. Ces cas sont souvent associés à des cas de Covid-19 chez le jeune enfant[10] (lire ci-dessous).

Épidémiologie

Données récentes

Par ordre de fréquence, cette maladie vient en deuxième position après le purpura rhumatoïde en matière de vascularites infantiles[11]. Elle atteint, dans plus des trois quarts des cas, l'enfant entre 6 mois et 5 ans[12], avec un maximum vers l'âge de 2 ans[13]. Elle affecte plus souvent les garçons (3 garçons pour 2 filles). La maladie est rare avant l'âge de 3 mois, ce qui suggère une protection par anticorps d'origine maternelle, et elle est très rare chez les adolescents et adultes[9].

Elle se retrouve dans tous les pays, mais avec des incidences variables, ce qui peut dépendre de facteurs ethniques, environnementaux, et du système de surveillance (fiabilité du recueil des données). De façon générale, on constate une nette progression de l'incidence dans les vingt premières années de surveillance de la maladie, jusqu'à une stabilisation des données[13],[14].

La maladie de Kawasaki est dix fois plus fréquente dans les pays asiatiques que dans les pays occidentaux. L'incidence la plus forte est observée au Japon, pouvant aller jusqu'à 264 cas pour 100 000 enfants de moins de 5 ans ; suivi de la Corée du Sud (134) et de Taïwan (82)[14].

Dans le reste de l'Asie, l'incidence semble dépendre du niveau de développement industriel et de la mise en place de système de surveillance et d'accès aux soins. En Chine, les incidences les plus fortes se retrouvent à Hong-Kong (74), Shangaï et Pékin (50 à 55)[14].

Les données concernant l'Amérique latine, le Moyen-Orient et l'Afrique sont absentes ou très limitées[14].

Aux États-Unis, l'incidence est de 17 à 21 cas pour 100 000 enfants de moins de 5 ans[14] : les asiatiques et ceux issus des îles du Pacifique, vivant aux États-Unis ont une incidence de la maladie deux fois et demi supérieure[13], ce qui suggère fortement une origine génétique aux variations géographiques[15].

En Europe et en Australie, l'incidence est de l'ordre de 4 à 15 cas pour 100 000 enfants de moins de 5 ans[9]. Elle est la plus faible dans les pays scandinaves (4 à 6), et la plus forte en Irlande et en Italie (14 à 15). La France se situe en position moyenne avec 9 cas pour 100 000 enfants de moins de 5 ans (étude réalisée dans le nord de la France durant la période 2005-2006)[13].

Il existe une périodicité saisonnière. En Asie et surtout au Japon, la maladie est le plus souvent reportée en hiver-début du printemps, avec un autre pic moins important au début de l'été. Le Japon a signalé des années plus fortes que d'autres, alors que la Chine a son pic au printemps-début de l'été[13].

La périodicité hiver-début du printemps se retrouve aussi aux États-Unis et en Europe, la Finlande se distingue avec un pic automne-hiver, alors qu'Hawaï n'observe pas de périodicité, ce qui pourrait être lié à son climat tropical[13]. Ces variations saisonnières et l'atteinte exclusive des petits enfants sont en faveur d'une origine infectieuse (ce qui n'exclut pas d'autres causes, génétiques et environnementales)[16].

Maladie nouvelle ou méconnue ?

La reconnaissance de la maladie à partir des années 1960, du Japon au reste du monde, peut relever de deux processus : il s'agit d'une maladie nouvelle, d'apparition récente, ou d'une maladie ancienne. S'il s'agit d'une maladie ancienne méconnue, elle aurait été présente en étant confondue avec d'autres, par exemple la périartérite noueuse de l'enfant ou la scarlatine avant l'ère des antibiotiques. Après la seconde guerre mondiale, les progrès médicaux (hygiène, antibiotiques, vaccins...) réduisent fortement les fièvres éruptives de l'enfant, la maladie de Kawasaki est ainsi « démasquée », devenue apparente au regard médical[1].

Le fait que la maladie soit ancienne ou nouvelle ne résout pas le problème de son origine et de ses causes. Les données épidémiologiques ont fait suggérer très tôt que la maladie de Kawasaki avait une base génétique avec un ou des facteurs infectieux, ce qui expliquerait sa reconnaissance d'abord au Japon, puis à Hawaï, aux États-Unis et en Europe. Des facteurs environnementaux, rendant la maladie plus virulente, sont aussi possibles : elle parait être associée avec le plus grand développement économique dans un monde industrialisé[1],[13].

La maladie de Kawasaki, au tournant des XXe et XXIe siècle, pourrait devenir la première cause de maladie cardiovasculaire acquise (non congénitale) de l'enfant. Pour les tenants de l'existence d'un système écologique des maladies (par exemple, le concept de pathocénose), la maladie de Kawasaki prendrait la place occupée autrefois par le rhumatisme articulaire aigu[13],[17].

Causes possibles

Ses causes sont encore très discutées, et elles étaient encore totalement inconnues dans les années 1990 et restent discutées. On connaissait les particularités histologiques de la maladie, à savoir que les tissus atteints étaient infiltrés par des cellules immunitaires plutôt de type mononucléées, lymphocytes, macrophages, plasmocytes, mais assez peu de neutrophiles, alors que les neutrophiles sont les leucocytes les plus augmentés dans le sang lors de la maladie[18].

L'hypothèse génétique

La prédominance asiatique de la maladie ne diminuant pas lors de l'émigration[15] a fait émerger l'étude de potentiels facteurs génétiques qui rendraient plus susceptibles de déclencher la maladie[19]. Puis des simulations épidémiologiques orientent vers l'hypothèse d'une biotoxine préformée ou d'un agent environnemental aéroporté par des vents soufflant de la Chine du nord vers le Japon, non vers l'hypothèse infectieuse directe[20].

En outre le risque de survenue de la maladie dans la fratrie est décuplé par rapport à la population générale. Si les parents ont eu la maladie, les enfants ont deux fois plus de risque de l'avoir que la moyenne[21],[22]. En étudiant la liaison des polymorphismes de l’ensemble du génome, des chercheurs ont montré un polymorphisme dans l’intron 1 du gène codant l’ITPKC dans la population japonaise[23].

L'hypothèse infectieuse et immunologique

Elle a été évoquée devant la saisonnalité de la maladie (prédominance hivernale)[10],[12] et la géographie groupée des cas.

Une infection multi-bactérienne pourrait expliquer ce syndrome[24],[25] : la flore intestinale des malades contiendrait de 10 à 100 fois plus de deux bactéries pathogènes, des staphylocoques produisant des superantigènes auxquels le système immunitaire des malades répond par de la fièvre et d'éventuels œdèmes, et des bactéries caractérisées par une protéine dite « HSP 60 », qui stimulent également la production de cette protéine par les parois des vaisseaux sanguins qui sont alors attaqués par le système immunitaire du patient. La proportion de lymphocyte CD8+ dans les parois des artères atteintes est plus grande que la proportion de lymphocyte CD4+, ce qui suggérerait un germe intracellulaire[26].

Parmi les facteurs infectieux suspectés figurent Yersinia enterocolitica, les adénovirus, le virus d'Epstein-Barr, les Herpes virus, et les coronavirus[27].

En 2005 des chercheurs américains notent la présence d’un supposé nouveau coronavirus humain (dit New Haven HCoV) dans les échantillons nasopharyngés de huit enfants sur un groupe de 11 atteints de la maladie de Kawasaki, alors que dans le groupe témoin de l'étude, un seul enfant sur 22 portait aussi ce virus[28], mais plusieurs études montreront plus tard de ce coronavirus est le coronavirus NL-63 et aucune association n'a pu être retrouvée entre ce coronavirus et la Maladie de Kawasaki[29],[30],[31],[32],[33].

L'hypothèse environnementale

Dans les années 2010, la piste aéroportée de l'origine de la maladie semble se confirmer : des spores infectieux du champignon Candida portés par les courants atmosphériques pourraient bien être responsables [34]. En effet, en 2011, le climatologue catalan Xavier Rodó découvre une corrélation entre les courants atmosphériques, le régime des vents, et les pics d'apparition de la maladie au Japon et aux États-Unis (notamment à Hawaï)[35].

La maladie a un tableau clinique qui évoque celui de l’acrodynie associée à l'intoxication mercurielle, ce qui fait évoquer l'implication d'une toxine environnementale[36] : altération générale, avec fièvre de plus de cinq jours, érythème, atteinte palmo-plantaire et chéilite[37]. De plus, en 2007 au Japon, un taux de mercure urinaire plus élevé a été trouvé chez des malades MK, comparé à celui d'un groupe-témoin[38], et un patient traité par chélateur (D-pénicillamine) a favorablement évolué[38].

Clinique

Spontanément (sans traitement), la maladie de kawasaki débute par une phase aigüe, fébrile, d'une durée de 1 à 2 semaines, suivie d'une phase subaiguë de 3 à 6 semaines avec normalisation progressive. Dans près de 25 % des cas (sans traitement précoce), des complications cardiaques peuvent apparaitre, faisant la gravité de la maladie[27].

Manifestations principales

 
(A) Conjonctivite bilatérale bulbaire, dite non-exsudative. (B) Langue framboisée, avec chéilite douloureuse (lèvres rouges et fissurées) (C) Éruption cutanée diffuse atteignant le périnée (D) Érythème palmaire avec souvent œdème douloureux de la face dorsale des mains (E) Érythème plantaire et œdème de la face dorsale du pied (F) Desquamation des doigts (G) Érythème et induration sur le site d'une précédente vaccination par le BCG (H) Desquamation érythémateuse péri-anale[39].

La maladie se caractérise par six manifestations principales qui définissent des critères diagnostiques[9], l'ordre d'apparition le plus fréquent étant[40] :

  1. Une forte fièvre (supérieure à 38,5 °C), de plus de cinq jours et ne cédant pas aux médicaments antipyrétiques ou aux antibiotiques. Elle peut être accompagnée d'une altération de l'état général, de maux de tête ;
  2. une conjonctivite bilatérale bulbaire (du globe oculaire plus que de la paupière), dite non-exsudative (non purulente), avec une photophobie chez les plus de deux ans ;
  3. une atteinte de la muqueuse buccale réalisant un énanthème (pharyngite) avec une langue framboisée, et une chéilite douloureuse (lèvres rouges et fissurées) ;
  4. des ganglions gonflés au niveau du cou (adénopathies cervicales), souvent unilatéraux et volumineux (plus de 1,5 cm de diamètre)[9].
  5. une éruption cutanée réalisant un exanthème d'aspect variable : de type scarlatiniforme, à type de grandes plaques confluentes, ou de type morbilliforme, par petites plaques, pouvant aussi ressembler à un syndrome de Stevens-Johnson. Elle apparait au niveau des membres, du tronc et du siège, souvent suivie d'une desquamation du siège, péri-anale caractéristique[16]. Chez les moins de deux ans, une inflammation de cicatrices du BCG peut s'observer entre le 1e et le 4e jour de fièvre[12],[9] ;
  6. l'atteinte des extrémités est très caractéristique de la maladie : érythème à la paume des mains et à la plante des pieds, suivi d'un œdème induré de la face dorsale des mains et des pieds. Les ongles peuvent prendre une coloration orange-brun entre le 5e et 8e jour de fièvre[9]. Une desquamation de la pulpe des doigts et des orteils, et autour des ongles, apparaît vers la 2e ou 3e semaine d'évolution.

Des formes atypiques, plus rares (9 à 10 % des cas), ne répondant pas à ces critères, peuvent se voir chez les moins de 2 ans et les plus de 5 ans. Ce qui peut faire demander une échocardiographie dans des cas de fièvre inexpliquée avec syndrome inflammatoire[40].

Autres manifestations

D'autres manifestations sont fréquentes, mais ne sont pas prises en compte dans l'évaluation diagnostique (sauf les atteintes cardiaques qui font la gravité de la maladie).

Une altération de l'état général, des maux de tête, une grande irritabilité peuvent témoigner d'une atteinte méningée. Il peut exister des douleurs articulaires, abdominales et uro-génitales signant des atteintes inflammatoires diverses.

Les atteintes cardiaques sont particulièrement surveillées tout au long de l'évolution[9],[27], surtout l'apparition d'une myocardite (20 %), d'une vascularite des coronaires, avec formation ultérieure d'anévrysmes des coronaires[41].

Diagnostic

Il n'existe pas de marqueur biologique spécifique de la maladie. Plusieurs signes biologiques sont évocateurs : un syndrome inflammatoire non spécifique (augmentation de la VS et de la CRP) et une anémie avec hyperleucocytosegranulocyte neutrophile) et surtout thrombocytose[27],[41] parfois tardive[42].

Diagnostic positif

Le diagnostic repose essentiellement sur les arguments cliniques (âge, tableau clinique et évolution), appuyés par le syndrome inflammatoire biologique et la mise en évidence d'éventuels anévrismes coronariens à l'échocardiographie[41].

Les critères de diagnostic sont[9],[40] :

  • Une fièvre de plus de 5 jours, associée à 4 critères au moins (voir liste des 6 critères plus haut) ;
  • ou une fièvre de plus de 5 jours avec moins de critères, mais associée à des anomalies des coronaires détectées à l'échographie ;
  • ou une fièvre de moins de 5 jours, mais associée à 5 critères.

Diagnostic différentiel

L'absence de fièvre, ou l'absence de syndrome inflammatoire, doivent faire remettre en cause le diagnostic de Kawasaki. Les diagnostics à éliminer sont[9],[27] :

Évolution et complications

La maladie évolue le plus souvent favorablement en deux à trois semaines (seuls 0,5 % à 2,8 % des malades en meurent) ; mais certains patients développent des complications cardiaques (anévrismes coronariens), immunitaires ou feront une rechute.

  • Risque cardiaque et d'anévrismes : il se manifeste par la survenue d'une myocardite, d'une péricardite ou d'une atteinte des artères coronaires pouvant entraîner un infarctus, une insuffisance cardiaque aiguë et des troubles du rythme cardiaque.
    Une dilatation des artères coronaires peut être objectivée dans un peu moins de la moitié des cas dès la seconde semaine de la maladie[12]. Dans les quatre cinquièmes des cas, cette dilatation régresse mais des anévrismes peuvent apparaître dans le dernier cinquième. Dans ces cas, la cicatrisation se fait vers la constitution d'une fibrose de l'artère avec constitution de rétrécissements de cette dernière (sténose) se manifestant par un défaut d'apport d'oxygène au muscle cardiaque (ischémie), pouvant se compliquer d'angine de poitrine ou d'infarctus du myocarde. Ces complications surviennent, le plus souvent, moins d'un an après le début de la maladie[43].
    D'autres artères peuvent avoir la même évolution de manière plus rare[12].
    À long terme, le risque d'infarctus du myocarde persiste, même s'il est moindre[44].
  • Complications immunitaires : dans 2 % des cas environ, un syndrome de tempête de cytokines survient. C'est une complication aiguë et grave. Cette incidence de 2 % est sans doute sous-estimée, car les symptômes de la maladie et les aspects cliniques et biologiques du syndrome sont en grande partie identiques. Un diagnostic de tempête de cytokines doit être posé quand l'enfant atteint de la maladie de Kawasaki KD ne répond pas au traitement par transfusion d'immunoglobulines humaines et que la fièvre est récalcitrante[45].
    Les tests portant sur l'évolution des transaminases, des globules blancs et plaquettes sont utiles mais ne suffisent pas à confirmer le diagnostic. Seul le test standard d'hyperferritinémie (> 500 ng/mL), test aisément disponible, rapide et peu coûteux, fait en laboratoire, peut confirmer le diagnostic.
    Si un syndrome de libération de cytokines (SLC) est diagnostiqué rapidement, et qu'un traitement immunomodulateur est aussitôt mis en œuvre, le pronostic est très amélioré (en termes de mortalité et de morbidité). L'IL-1β a un rôle pathogénétique reconnu dans les deux cas, ce qui invite à recommander l'utilisation précoce de bloqueurs de l'Interleukine 1 (IL-1) si la maladie de Kawasaki est réfractaire et que se développe une réaction immunitaire exagérée[45].
  • Rechutes : elles sont rares mais possibles, même plusieurs années après avoir été soigné.

Lien avec la Covid-19 (Kawa-Covid-19)

Fin avril 2020, plusieurs dizaines de nouveaux cas évoquant la maladie de Kawasaki sont détectés hors d'Asie, principalement en Europe (Royaume-Uni[46], France[47], Belgique, Italie[48] et Espagne) mais aussi aux États-Unis[49], au Québec[50] et en Australie[51]. Il ne s'agit cependant pas de la forme classique de la maladie, mais d'une tempête de cytokines produisant une forme atypique[51] de la maladie avec manifestations de douleurs abdominales en sus des symptômes habituels de la maladie.

Selon le Groupe français d’étude des vascularites, la maladie de Kawasaki a « des pics d’incidence d’allure épidémique, ainsi qu’une recrudescence hivernale des cas » ce qui suggère qu'elle soit causée par un agent infectieux « qui n’a pas encore été identifié à ce jour »[51]. Or, cela se passe en pleine pandémie de Covid-19, et plusieurs de ces nouveaux cas sont des enfants déjà confirmés positifs à la Covid-19, ou se trouvant des zones fortement touchées par la Covid-19. Ces cas sont donc potentiellement suspects d'infection par le SARS-CoV-2 (le coronavirus causant la Covid-19)[52]. Ceci amène des chercheurs à s'intéresser à une potentielle origine infectieuse (non identifiée) dans le déclenchement de la maladie de Kawasaki[51]'[52]. Tandis que d'autres s'intéressent à un potentiel lien entre la maladie de Kawasaki et la principale complication de la Covid-19, la « tempête de cytokines », une réponse excessive du système immunitaire au SARS-CoV-2 qui affecte les poumons et provoque des difficultés respiratoires[51].

On notera toutefois que certains des nouveaux patients atteints par cette forme de la maladie de Kawasaki ont été diagnostiqués négatifs à la Covid-19, et que même s'il y a une recrudescence de nouveaux cas détectés de la maladie de Kawasaki, ils restent peu nombreux dans l'absolu (125 nouveaux cas en France dont un décès[53], une cinquantaine de cas au Royaume-Uni dont un décès[54], 10 en Belgique, 3 aux États-Unis)[51]. Et en soi, il n'est même pas sûr que ces enfants soient porteurs de la maladie de Kawasaki elle-même : il se peut qu'ils soient plutôt atteints par des « symptômes de type Kawasaki » mais pas forcément par la maladie elle-même[51]. Les liens éventuels entre la maladie de Kawasaki, une cause infectieuse — dont le SARS-CoV-2 — et la cytokine, sont donc des pistes d'études, mais ces liens n'étaient pas confirmés fin avril 2020[51]. À Paris toutefois, tous les cas (une vingtaine) atteints par cette forme ont été identifiés comme positifs au Sars-CoV-2[55].

L'OMS a lancé fin avril une investigation sur un lien possible entre le nouveau coronavirus et ce syndrome qui affecte de jeunes enfants[56].

Une étude menée par le service de pédiatrie générale de l'hôpital Robert Debré à Paris est publiée le 20 juillet 2020[57]. Elle relève qu'en avril 2020, soit deux semaines après le pic de l'épidémie en France, les admissions de cas de Kawasaki avaient augmentés de +497%, puis qu'ils s'étaient effondrés durant le confinement[57]. Le coronavirus SARS-CoV-2 étant le seul agent infectieux circulant massivement en France à cette période, cette étude prouve l'existence d'un lien entre la Covid-19 et ces cas de maladie de Kawasaki[57]. Elle nomme également cette variante spécifique de la maladie Kawa-Covid-19[57]. Les auteurs rappellent que les cas de Kawa-Covid-19 restent cependant rares en nombre absolus[57].

Traitement

Il existe des recommandations publiées par l'American Heart Association en 2017, portant sur le diagnostic, la prise en charge et le traitement de la maladie de Kawasaki[58].

L'aspirine est utilisé comme anti-agrégant plaquettaire et comme anti-inflammatoire même si l'effet réel sur la maladie n'est pas formellement démontré[59].

Une cure unique d'immunoglobulines polyvalentes en intraveineuse à forte dose (2 g·kg-1 en deux jours) permet d'améliorer substantiellement l'état de l'enfant et réduit le risque de complications cardiaques[60].

En cas de récidives ou de formes résistantes, l'infliximab[61], les corticoïdes[62] ont été testés avec un certain succès. L'ajout de la ciclosporine permet de diminuer le risque d'atteinte des artères coronaires[63].

Dans les formes graves, l'association d'immunoglobulines et de corticoïdes pourrait améliorer le pronostic cardiaque[64].

Surveillance

L'échographie du cœur permet de mesurer la dilatation des artères gauche et droite. Pour les enfants dont la maladie est survenue après l'âge de cinq ans, une épreuve d'effort peut être faite à partir de 6 ans.

Les cas non compliqués se résolvent sans séquelles, alors que les patients atteints d'anévrysmes artériels des coronaires sont exposés à un risque plus élevé d'événements cardiovasculaires à long terme tels qu'une cardiopathie ischémique prématurée[65].

Notes et références

  1. a b c d e f et g (en) Jane C. Burns, Howard I. Kushner, John F. Bastian et Hiroko Shike, « Kawasaki Disease: A Brief History », Pediatrics, vol. 106, no 2,‎ , e27–e27 (ISSN 0031-4005 et 1098-4275, PMID 10920183, DOI 10.1542/peds.106.2.e27, lire en ligne, consulté le 4 mai 2020)
  2. (en) Kawasaki T « Acute febrile mucocutaneous syndrome with lymphoid involvement with specific desquamation of the fingers and toes in children » Jpn J Allergy (Arerugi) 1967;16:178-222
  3. « Syndrome de Kawasaki : diagnostic et traitements », sur Santé sur le net (consulté le 28 avril 2020)
  4. (en) Tomisaku Kawasaki, Fumio Kosaki, Sumio Okawa et Itsuzo Shigematsu, « A New Infantile Acute Febrile Mucocutaneous Lymph Node Syndrome (MLNS) Prevailing in Japan » (Traduction anglaise de l'article japonais original), Pediatrics, vol. 54, no 3,‎ , p. 271–276 (ISSN 0031-4005 et 1098-4275, PMID 4153258, lire en ligne, consulté le 4 mai 2020)
  5. F. Dievart, « Le syndrome adeno-cutaneo-muqueux », Le Concours Médical,‎ , p. 2317-2320.
  6. GM Breviere, « Le syndrome adeno-cutanéo-muqueux avec atteinte pulmonaire. », Archives françaises de Pédiatrie, vol. 36,‎ , p. 182-187
  7. J.J. Benichou, « Le syndrome de Kawasaki », La Revue du Praticien, vol. 42, no 14,‎ , p. 1779-1782
  8. Joël Gaudelus, « Syndrome de Kawasaki », La Revue du Praticien, vol. 47,‎ , p. 1442-1446.
  9. a b c d e f g h i et j Charlotte Brocco, « Kawasaki infantile : quand y penser ? », La Revue du Praticien - médecine générale, vol. 33, no 1016,‎ , p. 168-169.
  10. a et b Florian Gouthière, « Des enfants souffrent-ils d’une forme grave et atypique de Covid-19 au Royaume-Uni et en France? », sur Libération.fr, (consulté le 29 avril 2020)
  11. Marsaud C, Koné-Paut I. Maladie de Kawasaki. EMC - Pédiatrie 2016;11(1):1-8[Article 4-025-D-60]
  12. a b c d et e (en) Harnden A, Takahashi M, Burgner D, « Kawasaki disease » BMJ 2009;338:b1514. PMID 19416993 DOI:10.1136/bmj.b1514
  13. a b c d e f g et h Ritei Uehara et Ermias D. Belay, « Epidemiology of Kawasaki Disease in Asia, Europe, and the United States », Journal of Epidemiology, vol. 22, no 2,‎ , p. 79–85 (ISSN 0917-5040, PMID 22307434, PMCID 3798585, DOI 10.2188/jea.JE20110131, lire en ligne, consulté le 6 mai 2020)
  14. a b c d et e Karim Elakabawi, Jing Lin, Fuyong Jiao et Ning Guo, « Kawasaki Disease: Global Burden and Genetic Background », Cardiology Research, vol. 11, no 1,‎ , p. 9–14 (ISSN 1923-2829, PMID 32095191, PMCID 7011927, DOI 10.14740/cr993, lire en ligne, consulté le 6 mai 2020)
  15. a et b (en) Holman RC, Curns AT, Belay ED, Steiner CA, Schonberger LB, « Kawasaki syndrome hospitalizations in the United States, 1997 and 2000 », Pediatrics, vol. 112, no 3 Pt 1,‎ , p. 495-501. (PMID 12949272) modifier
  16. a et b Welton M. Gersony, « Diagnostic et traitement de la maladie de Kawasaki », JAMA - France, vol. 16, no 228,‎ , p. 675-681.
  17. Surjit Singh, Pandiarajan Vignesh et David Burgner, « The epidemiology of Kawasaki disease: a global update », Archives of Disease in Childhood, vol. 100, no 11,‎ , p. 1084–1088 (ISSN 1468-2044, PMID 26111818, DOI 10.1136/archdischild-2014-307536, lire en ligne, consulté le 8 mai 2020)
  18. (en) Amano S, Hazama F, Kubagawa H, Tasaka K, Haebara H, Hamashima Y, « General pathology of Kawasaki disease. On the morphological alterations corresponding to the clinical manifestations », Acta Pathol Jpn, vol. 30, no 5,‎ , p. 681-94. (PMID 7446109) modifier
  19. (en) Kyung Lim Yoon, « Update of genetic susceptibility in patients with Kawasaki disease », Korean J Pediatr, vol. 58, no 3,‎ , p. 84-8. (PMID 25861330, PMCID PMC4388975, DOI 10.3345/kjp.2015.58.3.84, lire en ligne [PDF]) modifier
  20. (en) Rodó X, Curcoll R, Robinson M, Ballester J, Burns JC, Cayan DR, Lipkin WI, Williams BL, Couto-Rodriguez M, Nakamura Y, Uehara R, Tanimoto H, Morguí JA, « Tropospheric winds from northeastern China carry the etiologic agent of Kawasaki disease from its source to Japan », Proc Natl Acad Sci U S A, vol. 111, no 22,‎ , p. 7952-7. (PMID 24843117, PMCID PMC4050536, DOI 10.1073/pnas.1400380111, lire en ligne) modifier
  21. Junichiro KOYAMA, « ISSN (International Standard Serial Number), ISSN Network and Japanese National Centre for ISSN », Journal of Information Processing and Management, vol. 50, no 3,‎ , p. 144–154 (ISSN 0021-7298 et 1347-1597, DOI 10.1241/johokanri.50.144, lire en ligne, consulté le 30 avril 2020)
  22. (en) R Uehara, M Yashiro, Y Nakamura et H Yanagawa, « Kawasaki disease in parents and children », Acta Paediatrica, vol. 92, no 6,‎ , p. 694–697 (DOI 10.1111/j.1651-2227.2003.tb00602.x, lire en ligne, consulté le 30 avril 2020)
  23. (en) Yoshihiro Onouchi, Tomohiko Gunji, Jane C Burns et Chisato Shimizu, « ITPKC functional polymorphism associated with Kawasaki disease susceptibility and formation of coronary artery aneurysms », Nature Genetics, vol. 40, no 1,‎ , p. 35–42 (ISSN 1061-4036 et 1546-1718, PMID 18084290, PMCID PMC2876982, DOI 10.1038/ng.2007.59, lire en ligne, consulté le 30 avril 2020)
  24. « Une infection par plusieurs bactéries à l'origine de la maladie de Kawasaki ?  », http://www.bulletins-electroniques.com, le 4 décembre 2009.
  25. (en) Nagata S, Yamashiro Y, Ohtsuka Y, Shimizu T, Sakurai Y, Misawa S, Ito T, « Heat shock proteins and superantigenic properties of bacteria from the gastrointestinal tract of patients with Kawasaki disease », Immunology, vol. 128, no 4,‎ , p. 511-20. (PMID 19950419, PMCID PMC2792135, DOI 10.1111/j.1365-2567.2009.03135.x, lire en ligne [html]) modifier
  26. (en) Brown TJ, Crawford SE, Cornwall ML, Garcia F, Shulman ST, Rowley AH, « CD8 T lymphocytes and macrophages infiltrate coronary artery aneurysms in acute Kawasaki disease », J Infect Dis, vol. 184, no 7,‎ , p. 940-3. (PMID 11528596, DOI 10.1086/323155, lire en ligne [html]) modifier
  27. a b c d et e Rolando Cimaz, « La maladie de Kawasaki », La Revue du Praticien, vol. 57,‎ , p. 1985-1988. (lire en ligne)
  28. (en) Frank Esper, Eugene D. Shapiro, Carla Weibel et David Ferguson, « Association between a Novel Human Coronavirus and Kawasaki Disease », The Journal of Infectious Diseases, vol. 191, no 4,‎ , p. 499–502 (ISSN 0022-1899 et 1537-6613, DOI 10.1086/428291, lire en ligne, consulté le 30 avril 2020)
  29. (en) Ermias D. Belay, Dean D. Erdman, Larry J. Anderson et Teresa C. T. Peret, « Kawasaki Disease and Human Coronavirus », The Journal of Infectious Diseases, vol. 192, no 2,‎ , p. 352–353 (ISSN 0022-1899 et 1537-6613, PMID 15962234, PMCID PMC7110085, DOI 10.1086/431609, lire en ligne, consulté le 30 avril 2020)
  30. (en) Chisato Shimizu, Hiroko Shike, Susan C. Baker et Francesca Garcia, « Human Coronavirus NL63 Is Not Detected in the Respiratory Tracts of Children with Acute Kawasaki Disease », The Journal of Infectious Diseases, vol. 192, no 10,‎ , p. 1767–1771 (ISSN 0022-1899 et 1537-6613, PMID 16235175, PMCID PMC2888540, DOI 10.1086/497170, lire en ligne, consulté le 30 avril 2020)
  31. (en) Luan‐Yin Chang, Bor‐Luen Chiang, Chuan‐Liang Kao et Mei‐Hwan Wu, « Lack of Association between Infection with a Novel Human Coronavirus (HCoV), HCoV‐NH, and Kawasaki Disease in Taiwan », The Journal of Infectious Diseases, vol. 193, no 2,‎ , p. 283–286 (ISSN 0022-1899 et 1537-6613, PMID 16362893, PMCID PMC7109937, DOI 10.1086/498875, lire en ligne, consulté le 30 avril 2020)
  32. (en) Samuel R. Dominguez, Marsha S. Anderson, Mary P. Glodé et Christine C. Robinson, « Blinded Case‐Control Study of the Relationship between Human Coronavirus NL63 and Kawasaki Syndrome », The Journal of Infectious Diseases, vol. 194, no 12,‎ , p. 1697–1701 (ISSN 0022-1899 et 1537-6613, DOI 10.1086/509509, lire en ligne, consulté le 30 avril 2020)
  33. (en) Takashi Ebihara, Rika Endo, Xiaoming Ma et Nobuhisa Ishiguro, « Lack of Association between New Haven Coronavirus and Kawasaki Disease », The Journal of Infectious Diseases, vol. 192, no 2,‎ , p. 351–352 (ISSN 0022-1899 et 1537-6613, DOI 10.1086/430797, lire en ligne, consulté le 30 avril 2020)
  34. « A l'origine de la maladie de Kawasaki: un champignon transporté par le vent? »
  35. (en) Mysterious disease rides on the winds across the Pacific Ocean » .
  36. (en) J. Mutter and D. Yeter, « Kawasakis Disease, Acrodynia, and Mercury », Current Medicinal Chemistry, vol. 15, no 28,‎ (DOI 10.2174/092986708786848712, lire en ligne, consulté le 30 avril 2020)
  37. (en) Carolyn Beck, Bernice Krafchik, Jeffrey Traubici et Sheila Jacobson, « Mercury Intoxication: It Still Exists », Pediatric Dermatology, vol. 21, no 3,‎ , p. 254–259 (ISSN 0736-8046 et 1525-1470, DOI 10.1111/j.0736-8046.2004.21314.x, lire en ligne, consulté le 30 avril 2020)
  38. a et b Junichiro KOYAMA, « ISSN (International Standard Serial Number), ISSN Network and Japanese National Centre for ISSN », Journal of Information Processing and Management, vol. 50, no 3,‎ , p. 144–154 (ISSN 0021-7298 et 1347-1597, DOI 10.1241/johokanri.50.144, lire en ligne, consulté le 30 avril 2020)
  39. (en) Kim DS, « Kawasaki disease », Yonsei Medical Journal, vol. 47, no 6,‎ , p. 759–72. (PMID 17191303, PMCID PMC2687814, DOI 10.3349/ymj.2006.47.6.759, lire en ligne)
  40. a b et c Aaron Saguil, Matthew Fargo et Scott Grogan, « Diagnosis and management of kawasaki disease », American Family Physician, vol. 91, no 6,‎ , p. 365–371 (ISSN 1532-0650, PMID 25822554, lire en ligne, consulté le 10 mai 2020)
  41. a b et c E. Pilly, Maladies Infectieuses et Tropicales 2018, Alinéa Plus, (ISBN 978-2-916641-66-9), p. 145-146.
  42. (en)Harnden A, Tulloh R, Burgner D, « Kawasaki disease » BMJ, 2014;349:g5336. PMID 25230954 DOI:10.1136/bmj.g5336
  43. (en) Kato H, Ichinose E, Kawasaki T, « Myocardial infarction in Kawasaki disease: clinical analyses in 195 cases » J Pediatr. 1986;108:923-7. PMID 3712157
  44. (en) Kato H, Sugimura T, Akagi T, Sato N, Hashino K, Maeno Y et al. « Long-term consequences of Kawasaki disease. A 10- to 21-year follow-up study of 594 patients » Circulation 1996;94:1379-85.
  45. a et b (en) Rolando Ulloa-Gutierrez, Martin Prince Alphonse, Anita Dhanranjani et Rae S. M. Yeung, « Kawasaki Disease-Associated Cytokine Storm Syndrome », dans Cytokine Storm Syndrome, Springer International Publishing, (ISBN 978-3-030-22094-5, DOI 10.1007/978-3-030-22094-5_23, lire en ligne), p. 393–406
  46. PICS Statement: Increased number of reported cases of novel presentation of multisystem inflammatory disease, picsociety.uk, 27/04/2020.
  47. Coronavirus : questions autour d’une hausse de cas de syndromes inflammatoires infantiles, Pascale Santi, Cécile Ducourtieux, Le Monde 29/4/2020, maj. 30/04/2020.
  48. Infiammazioni che colpiscono i bambini, la lettera dei pediatri italiani: «Attenzione, malattie forse legate al Coronavirus», Fabio Giuffrida, Open online, 28/04/2020.
  49. COVID-19 and Kawasaki Disease: Novel Virus and Novel Case Veena G. Jones, Marcos Mills, Dominique Suarez, Catherine A. Hogan, Debra Yeh, J. Bradley Segal, Elizabeth L. Nguyen, Gabrielle R. Barsh, Shiraz Maskatia and Roshni Mathew, Hospital Pediatrics April 2020, hpeds.2020-0123. DOI:10.1542/hpeds.2020-0123
  50. Pauline Gravel, « Hausse des cas infantiles d’une rare maladie inflammatoire grave », Le Devoir, 6 mai 2020.
  51. a b c d e f g et h Grégory Rozières, « Coronavirus chez les enfants et maladie de Kawasaki: ce que l'on sait », sur huffingtonpost.fr, Huffington Post, (consulté le 29 avril 2020)
  52. a et b Félix Roudaut, « Coronavirus : qu’est-ce que la maladie de Kawasaki qui inquiète le monde médical ? », sur rtl.fr, (consulté le 29 avril 2020)
  53. « Coronavirus : un premier enfant atteint d'une forme proche de la maladie de Kawasaki est mort en France », sur francetvinfo.fr, (consulté le 15 mai 2020)
  54. « Royaume-Uni: un ado meurt d'une maladie grave probablement liée au coronavirus », sur france24.com, (consulté le 13 mai 2020)
  55. « Maladie de Kawasaki : tous les enfants touchés à Paris ont été en contact avec le coronavirus. », sur lci.fr, 1ermai 2020.
  56. WHO 'urgently' investigating link between coronavirus and syndrome that affects young kids, Henry Austin, NBCNEWS, 30/04/2020.
  57. a b c d et e « Coronavirus : selon une étude, les admissions d'enfants touchés par la maladie de Kawasaki ont augmenté de près de 500% », sur francetvinfo.fr, (consulté le 20 juillet 2020)
  58. (en)McCrindle BW, Rowley AH, Newburger JW et al. Diagnosis, treatment, and long-term management of Kawasaki disease: A scientific statement for health professionals From the American Heart Association, Circulation, 2017;135:e927-e999
  59. (en) Baumer JH, Love SJ, Gupta A, Haines LC, Maconochie I, Dua JS, « Salicylate for the treatment of Kawasaki disease in children » Cochrane Database Syst Rev. 2006;(4):CD004175.
  60. (en) Oates-Whitehead RM, Baumer JH, Haines L, Love S, Maconochie IK, Gupta A et al. « Intravenous immunoglobulin for the treatment of Kawasaki disease in children » Cochrane Database Syst Rev. 2003;(4):CD004000.
  61. (en) Burns JC, Mason WH, Hauger SB et al. « Infliximab treatment for refractory Kawasaki syndrome » J Pediatr. 2005;146:662-667.
  62. (en) Wright DA, Newburger JW, Baker A, Sundel RP, « Treatment of immune globulin-resistant Kawasaki disease with pulsed doses of corticosteroids » J Pediatr. 1996;128:146-149.
  63. Hamada H, Suzuki H, Onouchi Y et al. Efficacy of primary treatment with immunoglobulin plus ciclosporin for prevention of coronary artery abnormalities in patients with Kawasaki disease predicted to be at increased risk of non-response to intravenous immunoglobulin (KAICA): a randomised controlled, open-label, blinded-endpoints, phase 3 trial, Lancet, 2019;393:1128-1137
  64. (en) Kobayashi T, Saji T, Otani T et al. on behalf of the RAISE study group investigators. « Efficacy of immunoglobulin plus prednisolone for prevention of coronary artery abnormalities in severe Kawasaki disease (RAISE study): a randomised, open-label, blinded-endpoints trial » Lancet 2012;379:1613-1620.
  65. « Orphanet: Maladie de Kawasaki », sur www.orpha.net (consulté le 15 mai 2020)