Maison d'Aspremont

(Redirigé depuis Maison d'Apremont)

La Maison d'Aspremont (ou d'Apremont) est une ancienne famille de la noblesse française, maintenant éteinte, dont l'origine se trouve en Lorraine (Apremont-la-Forêt), et remonte au-delà du XIIe siècle. L'abbé Cistercien Christophe Butkens explique que la plus ancienne mention d'un d'Aspremont est un certain Gobert d'Aspremont, cité comme témoin séculier dans une charte de 1131 par laquelle Albéron de Chiny, évêque de Verdun, donne les terres et revenus permettant de fonder l'abbaye de Chatillon[1].

Blason de Armoiries de la famille d'Aspremont
"Probablement issus des avoués de Saint-Vanne qui gravitent autour de l’évêque de Verdun à la fin du Xe siècle, les seigneurs d’Apremont constituent un remarquable exemple d’ascension sociale : à la fin du XIIIe et au cours du XIVe siècle, leur lignage figure parmi les plus puissantes familles de seigneurs lorrains; le , le roi des Romains Charles IV élève la seigneurie d’Apremont et de Dun à la baronnie[2]."

Gobert V d'Aspremont fut nommé Baron par saint Louis, et ses descendants portèrent le titre de comtes d'Aspremont, Amblise et Dun. Le , la seigneurie d’Apremont fut élevée en baronnie par l’empereur Charles IV, qui lui octroie, le , un certain nombre de droits régaliens, dont le droit d’anoblir, de légitimer les bâtards, de battre monnaie et de créer des tabellions.

Le château d'Apremont est reconstruit au XIIe siècle par les sires d'Aspremont-Briey sur une montagne isolée non loin de Commercy, il fut le chef-lieu d'une baronnie qui relevait de l'évêché de Metz, au faîte de sa gloire cette baronnie comprenait environ 280 villes et villages[3].

Membres notablesModifier

 
Gisant de Gobert d'Aspremont à l'abbaye de Villers-la-Ville
 
Monument à Esther d'Aspremont à Pont-à-Mousson

Généalogie de la maison d'ApremontModifier

Nous fournissons ci-dessous la liste complète des membres de cette famille, dont les dix premières générations doivent impérativement être considérées comme hypothétiques, du fait de leur ancienneté dans le temps.

La première génération démarrerait avec :

  • Sigfridus Ier d'Aspremont, né vers 700-710, d'où :
  • Théobald Ier d'Aspremont, né vers 730 marié à Agnès de Barville, d'où :
  • Sigfridus II d'Aspremont,  né vers 750 marié à Mechihilde von der Mosel  (fille de Lothars von der Mosel), d'où :
  • Théobald II d'Aspremont, né vers 780 marié à Béatrix von Salm, d'où :
  • Sigfridus III d'Aspremont, né vers 800-810, marié à Bertha de Briey, d'où :
  • Théobald III d'Aspremont né vers 830 marié à Elisabeth de Bolo, (fille de Henry de Bolon), d'où :
  • Odwin d'Aspremont né vers 860 marié à Mechtilde de Granpré en 89 (fille de Henry de Granpré), d'où :
  • Théobald IV d'Aspremont marié à Lucrétia d'Ancona, d'où :
  • Dolinus d'Aspremont marié à Margarete de Chimay, d'où :
  • Albert II d'Aspremont  marié à Ida de Briey (fille de Théobald de Briey), d'où :
  • Arnold I d'Apremont né vers 1005, décédé en 1060, grand voué de la moitié du comté de Briey

marié à Adèle ou Odile ou encore Mechtilde d'Arles ou d'Arlon, d'où trois fils au moins qui correspondent à la XIIème génération.

Génération XII

1 Thierry d’Apremont  né en 1025, attesté en 105 

2 Gobert Ier d’Apremont, né vers 1027, décédé vers 1061, seigneur d’Apremont, Verdun, Meuse

   Il est attesté en 1051-1052 et semble très lié avec l’évêque de Toul, Udon. Descendance :

   - Guy d’Apremont  né vers 1050/1060 marié à une épouse inconnue, d'où :

        - Jeanne d’Apremont née vers 1090, mariée à Liébaut Ier de Bauffrémont né vers 1085 + 1140/1165, fils de Hugues, comte Palatin

            dont :  a) Hugues II de Bauffrémont

                       b) Liébaud II de Bauffrémont né vers 1110, mort vers 1165 - attesté en 1115, excommunié vers 1157 (Aurejac)

                          marié à Pétronille de Dabo dont - Hugues de Bauffrémont.

3 Albert d'Apremont (fils attesté), baron d'Apremont et Dun, né vers 1030 julien, décédé le à 84 ans marié à Marguerite de Thionville

      (fille de Théodoric d'après Don Calmet ), d'où :

     - Gobert II d’Apremont qui suit en génération XIII

     - Arnold II d'Apremont qui suit en XIII bis,

Génération XIII

Gobert II d’Apremont

Né en 1052, décédé en 1095 ou 1096, il apparaît pour la première fois sur un acte de l’abbé de St Mihiel en 1083, comme témoin.

Il défend Verdun en 1084 et fonde le prieuré d’Apremont entre 1089 et 1090. Il est seigneur d'Apremont. Reelende d'Apremont entre dans ce prieuré, sans doute sa fille naturelle, car dite née vers 1059, selon un auteur, mais plus probablement fille de l'un de ses frères (pour être reconnu seigneur d’un lieu, il fallait, au départ, fonder un monastère, un prieuré ou un hospice) marié à Helwide de Luxembourg (ou Hauvy ) née en 1058, fille de Thierry (Frédéric) de Luxembourg, duc de Luxembourg  né vers 1005 et décédé en 1106 et de Gerberde de Boulogne, d'où :

- Jeanne d’Apremont née vers 1085

- Halwvide d’Apremont née vers 1080, décédée vers 1128. Héritière d’Apremont mariée à Thierry Ier  de Briey seigneur de Rouvres, né 1095-1128, lequel devient, par ce mariage, seigneur d’Apremont de 1103 à 11 fils de Albert de Briey (Adalbert), avoué de Briey et Ita de Briey

       Il n’y a très probablement pas d’héritier mâle chez Gobert II. Dans ce cas, et seulement quand la famille est  très importante, le futur gendre renonce à ses titres pour porter les armes et les titres de sa femme afin de donner un héritier à la  maison noble appelée à disparaître sans cette astuce.

       d'où : A Gobert III de Briey - d'Apremont qui suit en génération XIV

B Albert de Romont-Apremont, bienfaiteur de l’abbaye Saint Paul de Verd

XIV

Gobert III d'Apremont, (vers 1103 - vers 1141/57), dit aussi "Gobert de Briey", seigneur d'Apremont[3]. Il épouse Hadwige, (vers 1100 - ?), fille de Geoffroy II de Joinville et d'Hodierne de Courtenay, de qui il a :

  • Thierry, (vers 1117 - ?), seigneur de Romont,
  • Geoffroi, (1120 - ?),
  • Adélaïde/Alix, (vers 1121 - ?), elle épouse Drogon de Dreux, (vers 1125 - 1177),
  • Gobert IV qui suit (génération XV).

Gobert IV d'Apremont, (1127 - 1162/63), seigneur d'Apremont, il succède à son père vers 1140 et assiste à la fondation de l'abbaye de Chatillon par Albéron de Chiny[3].

Il épouse Adélaïde, (1115 - 1191), fille de Gauthier de Dun et d'Alsina, de qui il a :

  • Sophie, (avant 1163 - ), dame d'Yvoi, elle épouse Anseau III de Garlande, (vers 1165 - 1200),
  • Gobert V qui suit,
  • Adelaïde, (vers 1145 - ?),
  • Béatrice, (1147/60 - 1197), elle épouse Hugues de Mussy,
  • Adèle.

Gobert V d'Apremont, (vers 1140 - Palestine le 24//), seigneur d'Apremont et de Dun. Il épouse Ide, (1145 - ?), fille d'Albert Ier de Chigny et d'Agnès de Bar, de qui il a :

  • Louis, (? - 1189/90), il épouse Hadvise de Joigny, (1130 - ?),
  • Thomas,
  • N..., (1179 - ?), elle épouse Garin de Mousson,
  • Laurette, (1182 - ?), elle épouse en premières noces Gauthier de Brixey, (vers 1175 - ?), puis en secondes noces Thierry II de Romont, (1183 - avant 1218),
  • Geoffroi Ier qui suit.

Geoffroi Ier d'Apremont, (1162 - /), seigneur d'Apremont et de Dun[3]. Il épouse Élisabeth, (1150/60 - 1228), fille de Guillaume Ier de Dampierre et d'Ermengarde de Monchy, de qui il a :

  • Gobert VI qui suit,
  • Jean Ier, (? - ), chanoine des églises de Metz et de Verdun puis évêque de Verdun et de Metz,
  • Élisabeth, (vers 1195 - ?), elle épouse Simon de Passavant, (1182 - 1232),
  • Guy/Guillaume, ( 1204 - 1218/24)
  • Dreux,
  • Ermengarde, (1200 - ?), elle épouse Robert II von Esch, (1205 - 1262/67),
  • Henri, (1210 - ?),
  • Isabelle, (vers 1215 - ?).

Gobert VI d'Apremont, (vers 1187/91 - Abbaye de Villers-la-Ville ), dit "le Bienheureux", seigneur d'Apremont et de Dun. Il succède à son père vers 1208 et reçoit la même année l'inféodation de la terre de Conflans (Pont-Saint-Vincent ?), il participe à la croisade des Albigeois en 1208-1229, il accompagne l'empereur Frédéric II à la sixième croisade à cette occasion les moines de l'Villers en font le récit : « L'empereur Frédéric II, imbu du renom de Gobert d'Aspremont comme d'un capitaine adextre aux armes et très illustre par les belles prouesses qu'il avoit faites en France, feit tous ses efforts pour l'attirer à sa suytte, de sorte qu'après plusieurs dons qu'il luy promeit et beaucoup de propoz fardez pleins de tromperies, à la par fin il luy persuada de se croiser pour l'accompagner en Palestine, sur un jurement qu'il feit que la cause qui le poulsoit à ceste expédition estoit fondée en dévotion et piété. Sur telles promesses, le fidèle et valeureux prince fut déceu, et avec grande troupe de soldats se joignit audit empereur or, arrivé que fut l'empereur en Palestine, incontinent il feit desbarquer une partie de son armée, et laissant le reste dans les basteaux pour faire leur debvoir en mer, il feit paroistre par effects évidens à quelle fin il estoit là venu, quand avec grande multitude de ses troupes et basteaux il molestoit ettourmentoit nonpas les Infidèles, mais les Chrestiens et Templiers. Le valeureux Gobert en fut incontinent adverty par le maistre des Templiers et par le grand commandeur des chevaliers de Saint-Jean, de sorte que se deuillant très fort de la déloyauté et perfidie de l'empereur, ensemble de se veoir déceu de ses bonnes intentions, il se joignit avec toute son armée et autres soldats qu'il avoit attirez au camp de l'empereur, aux susdits Templiers, suyvant quoy il feit planter ses enseignes et banderolles sur les tranchées, afin de se déclarer ennemy du meschant empereur, faire parade de ses bonnes intentions et encourager les autres chrestiens. Par ce fait l'empereur apperceut incontinent la perte qu'il avoit encourue d un homme tant signalé, qui s'estoit retiré de luy pour suivre la meilleure partie ; cause pour quoy il changea de conseil et prit la fuyte, se retirant bientost d'où il estoit venu » ; de retour de Palestine, et après avoir rétabli l'ordre sur ses terres menacées par une révolte soutenue par le comte de Bar Henri II, il effectue un pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle puis se retire à l'abbaye de Villers-la-Ville où il mourra et sera inhumé dans le cloître[3].

Il épouse avant 1221 Julienne, (? - 1238/39), dame de Chaumont, fille de Roger de Rozoy et d'Alix d'Avesne, de qui il a :

  • Geoffroi II, (après 1215 - Mansourah ), seigneur d'Apremont et comte de Sarrebruck par son mariage avec Laure, (? - /71), fille de Simon III de Sarrebruck et de Laurette de Lorraine, elle prend le titre de comtesse après le décès de son père Simon III en 1243, à sa mort Geoffroi II institue son frère Gobert héritier de toutes ses terres à l'exception de celles d'Apremont qu'il laisse à son épouse Laurette de Sarrebruck, Cette dernière, remariée avec un seigneur nommé Loup, cède à sa mort le comté de Sarrebruck à sa sœur Mahaut/Mathilde épouse d'Amédée III de Montfaucon,
  • Gobert VII qui suit,
  • Jean, chanoine de Verdun, prévôt de Montfaucon,
  • Gui, (? - 1270/74), seigneur de Rubigny, il participe aux croisades de Louis IX en 1258 et 1270 où il meurt à Tunis,
  • Jacqueline, (1232 - ?),
  • Alix, (vers 1232 - ?), elle épouse en 1248 Wauthier III de Ligne, (1225 - avant 1290),
  • Marguerite, (1235 - ?), abbesse de Juvigny-sur-Loison,
  • Jeanne, (1237 - ?), elle épouse Hugues de Beauffremont,
  • Étienne, doyen de Toul vers 1239,
  • N..., elle épouse Simon de Lignange,
  • N... mariée à Thierry comte de Richecourt, ils eurent Guillaume d'Apremont, comte de Richecourt, et Jean III de Richecourt dit "d'Apremont" évêque de Verdun de 1296 à 1302,
  • Isabelle/Jeanne, elle épouse Simon de Sarrebruck, (? - 1325), dernier comte de ce domaine, sans postérité le comté de Sarrebruck revient à Laurette de Sarrebruck,
  • Bertha, elle épouse Gobert van Biwel,
  • Agnès, (après 1221 - ?), elle épouse Jean de Lens, (vers 1200 - ?).

Gobert VII d'Apremont, (vers 1217 - 1279), seigneur d'Apremont, de Dun et de Rouvres, il participe au tournoi de Chauvency en 1285 et part avec ses frères à la croisade de Louis IX[3].

Il épouse en 1254 Agnès, (? - 1277), fille de Thomas II de Coucy, seigneur de Vervins fils de Raoul Ier de Coucy, et de Mahaut de Rethel, fille de Hugues II comte de Rethel, puis en secondes noces Marie de Belrain. Du premier mariage il a :

Geoffroi III d'Apremont, (vers 1255 - Courtrai 11//), seigneur d'Apremont, de Conflans et de Dun, il succède à son père vers 1284, il participe au tournoi de Chauvency en 1285[3].

Il épouse en 1280 Isabelle, (1268 - Quiévrain le ), dame de Quiévrain et d'Amblise, fille de Nicolas de Quiévrain et de Julienne de Looz.

Dès cette époque la maison d'Apremont donnait naissance à de nombreuses branches[3] :

  • Celle des sires ou barons d'Apremont, de Dun et de Buzancy, princes d'Ambise, éteinte en 1550, titré par Charles IV roi de Bohème en 1354 en faveur de Geoffroi IV.
  • Celle des seigneurs de Sorcy et de Rombise, baron de Nanteuil, formée en 1475 par Geoffroi d'Apremont, fils d'Edouard d'Apremont et de Béatrix de Haraucourt. En 1600 cette branche se divisait en deux rameaux :
    • Louise-Marguerite, comtesse d'Apremont, fille de Charles III comte d'Apremont, épousait le Charles IV de Lorraine puis en 1679 Henri-François comte de Mansfeld, prince de Fondi, de qui elle eut deux filles : Marie-Anne, princesse de Mansfeld (elle épouse le Guillaume-Florentin rhingrave de Salm) et Marie-Eléonore, princesse de Mansfeld (elle épouse le son cousin Charles-François prince de Mansfeld.
    • Le rameau des seigneurs de Coulomne et de Sorcy éteint en 1652.
  • Celle des marquis de Vandy avec Guillaume d'Apremont fils de Geoffroi et de Michelle de Sezanne.
  • Celle des seigneurs de Bretainville et de Saint-Laurent avec Bernard fils naturel de Jean d'Apremont. Bernard épousait vers 1350 Marguerite de Saint-Laurent.

RéférencesModifier

  1. Christophe Butkens. Annales généalogiques de la maison de Lynden (Anvers, 1626)
  2. Mathias Auclair, Les Sceaux des seigneurs d’Apremont des origines au XIVe siècle, acte des deux journées d’étude organisées par le CTHS les 26 et 27 octobre 2006 sur le thème de l’héraldique et de la sigillographie, p. 14 (lire en ligne dans le Bulletin de liaison des sociétés savantes).
  3. a b c d e f g et h Archives généalogiques et historiques de la noblesse de France

SourcesModifier

  • P. Louis Lainé, Archives généalogiques et historiques de la noblesse de France, ou Recueil de preuves, mémoires et notices généalogiques, servant à constater l'origine, la filiation, les alliances et les illustrations religieuses, civiles et militaires de diverses maisons et familles nobles du royaume, (lire en ligne), p. 14 à 43
  • Les premiers seigneurs d'Apremont [1]
  • Geneall, Aspremont [2]
  • Fabpedigree, Aspremont [3]
  • Roglo, seigneur d'Apremont [4]