Gobert d'Aspremont

Moine Cistercien

Le bienheureux Gobert d'Aspremont, né vers 1187 et décédé à l’abbaye de Villers-en-Brabant le , est un chevalier croisé, devenu moine cistercien à l’abbaye de Villers-en-Brabant. Contemporain de Sainte Julienne de Cornillon, il est considéré comme saint dans le ménologe cistercien et sa fête liturgique est célébrée régionalement le .

Gobert d'Aspremont
Gobert d'Aspremont.jpg
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Activités
Feudataire, Chevalier croisé, moineVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Autres informations
Ordre religieux
Image pieuse du Bienheureux Gobert

BiographieModifier

Fils cadet de Geoffroi Ier d'Aspremont et d'Elisabeth de Dampierre et neveu du comte de Flandre, Guy de Dampierre, Gobert est élevé dans la tradition chevaleresque. S'il n'est pas destiné à hériter, son père le choisit comme prochain seigneur d'Aspremont car il avait plus de disposition pour le métier des armes que son aîné, Jean, qui fut évêque de Verdun, de 1217 à 1224, avant de devenir évêque de Metz[1].

Après s'être distingué pendant toute sa jeunesse par sa bravoure et son intelligence au combat, Gobert devint seigneur d'Aspremont. Jeune chevalier, il se met au service du roi de France et participe à la croisade contre les Albigeois. Il suit ensuite l’empereur Frédéric II dans sa croisade en Palestine (6e croisade). Lorsqu'il apprend que l'empereur souhaite reprendre le contrôle de Saint-Jean-d'Acre des mains des Ordres Militaires, Gobert rejoint les Hospitaliers et les Templiers avec bon nombre de soldats. À la vue de la bannière des Aspremont sur les murs de la cité, Frédéric II recule et laisse la cité tranquille[2].

D'abord croisé, Gobert devient ensuite pèlerin en se rendant à Jérusalem afin d'y vénérer le tombeau du Christ[3]. Il quitte ensuite la Terre Sainte et part effectuer un deuxième pèlerinage, celui de Saint-Jacques-de-Compostelle[4].

Revenu dans son pays en 1230[4], il doit faire face au comte de Bar qui avait profité de son absence pour saccager ses terres et assiéger la ville de Metz où son frère, Jean, l'appela à l'aide[5].

Ensuite, il abandonne le métier des armes et se retire à l'abbaye de Villers-en-Brabant et reçoit l’habit cistercien en 1237[6]. Il est pour quelque temps ermite en Picardie. Il se distingue par une grande austérité de vie et une profonde dévotion pour la Vierge-Marie. Il meurt le à l’Abbaye de Villers où l’on peut encore voir son gisant.

 
Gisant de saint Gobert, à Villers

Notes et référencesModifier

  1. Degive Gobert, Bienheureux Gobert (Comte d'Aspremont en Lorraine) (Cistercien de Villers en Brabant), Abbaye de Val-Dieu, p.5
  2. Van Drival E., "Le Bienheureux Gobert d'Aspremont", dans Annales du Cercle Archéologique d'Enghien, t.2, Enghien, 1883, p. 309
  3. Degive Gobert, op. cit., p. 7
  4. a et b Van Drival E., op. cit, p. 310
  5. Van Drival E., op. cit, p. 311
  6. Degive Gobert, op. cit., p. 8

Voir AussiModifier

BibliographieModifier

  • Coomans Thomas, l'abbaye de Villers-en-Brabant : construction, configuration et signification d'une abbaye cistercienne gothique, Bruxelles, Racines, 2000 (Cîteaux : Commentarii cisterciences).
  • Degive Gobert, Bienheureux Gobert (Comte d'Aspremont en Lorraine) (Cistercien de Villers en Brabant), Abbaye de Val-Dieu.
  • Maisières Thibaut de, "La tombe de Gobert d'Aspremont au cloître de Villers", dans Bulletin de l'Association de la Noblesse de Belgique, , n. 23.
  • Sanderus, Chorographia sacra Villarii, 1659.
  • Souplet Maxime (chanoine), Le Bienheureux Gobert, sire d'Aspremont en pays Verdunois, Moine de Villers-en-Brabant, Verdun, Imprimerie Joseph Martin, 1952.
  • Van Drival E., "Le Bienheureux Gobert d'Aspremont", dans Annales du Cercle Archéologique d'Enghien, t.2, Enghien, 1883.

Lien ExterneModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexeModifier