MAC Cosmetics

(Redirigé depuis MAC (cosmétiques))

MAC Cosmetics
logo de MAC Cosmetics

Création 1985
Dates clés 1998
Fondateurs Frank Toskan & Frank Angelo
Forme juridique FilialeVoir et modifier les données sur Wikidata
Slogan toutes les races, tous les sexes, tous les âges[N 1]
Siège social New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Drapeau des États-Unis États-Unis
Actionnaires Estée LauderVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Cosmétiques
Produits Maquillage
Société mère Estée Lauder
Site web www.maccosmetics.com
www.maccosmetics.co.ukVoir et modifier les données sur Wikidata

Chiffre d'affaires plus d'un milliard de dollars[1]

Make-up Art Cosmetics, plus connu sous le nom de M·A·C ou MAC Cosmetics, est un fabricant de cosmétiques fondé en 1985 à Toronto, au Canada et dont les bureaux sont situés à New York, aux États-Unis. MAC Cosmetics est contrôlé depuis 1994 par le groupe Estée Lauder, et propose une gamme très large de produits de maquillage pour le public et les professionnels.

HistoireModifier

OriginesModifier

M·A·C Cosmetics, Makeup Art Cosmetics, a été fondé en 1984 à Toronto, en Ontario (Canada), après leur rencontre qui date du début des années 1970, par Frank Toskan[2] et Frank Angelo ; ils sont à la fois maquilleur et photographe pour le premier, et propriétaire des salons de coiffure unisexes à l'enseigne the Hair Cutting Place à Toronto pour le second, salons qu'il revendra plus tard[3] ; ils sont également partenaires dans la vie comme en affaires.

Les produits sont créés bien avant la marque par les deux fondateurs[N 2], peu satisfaits des produits existants[2], dans des teintes « quasi indétectables » : ces produits de maquillage sont avant tout destinés au cinéma et à la photo[4], dans le but de résister à la chaleur des plateaux.

M·A·CModifier

 
Frank Angelo, créateur de Mac Cosmetics

La marque apparait en 1985 ; Frank Toskan devient directeur de la création et Frank Angelo directeur du marketing[3]. La première boutique ouvre en 1991 à Greenwich Village.

Les produits de la société étaient initialement destinés aux professionnels du maquillage, mais sont maintenant vendus directement aux consommateurs dans le monde entier. Frank Toskan déclare qu'il a « d'abord fabriqué des fards pour les mannequins, et puis les mannequins rappelaient, ils en voulaient pour leurs sœurs, pour leurs amies…[5] ». La marque continue par ailleurs de nos jours sa collaboration avec les professionnels comme lors des défilés : « D'une marque de niche [la photo ou le cinéma], MAC est devenue une marque globale »[1].

Dans les années 1990, alors que la marque compte plus d'une centaine de magasins dans le monde et réalise 200 millions de francs[N 3] de chiffre d'affaires[5], le développement à l'international de la marque pour l'ouverture de nouveaux points de vente, et l'adaptation des gammes de produits adaptée à chaque continent, laisse peu de temps aux fondateurs pour créer de nouveaux produits. L'entreprise Estée Lauder prend le contrôle de MAC Cosmetics en 1994, avec 51 % des parts[3] ; les deux fondateurs conservent le contrôle de la création, alors qu'Estée Lauder gère les affaires. La marque ouvre le premier magasin en France en 1996[2], dans le Quartier latin. L'un des fondateurs de l'entreprise, Frank Angelo, meurt en 1997 à l'âge de 49 ans d'un arrêt cardiaque à la suite d'une opération chirurgicale[3]. M·A·C réalise alors 250 millions de dollars de chiffre d'affaires, et le double dix ans après. L'entreprise Estée Lauder termine l'acquisition l'année suivante, Frank Toskan ayant décidé de vendre le reste de ses parts en février et de quitter l'entreprise qu'il a fondé à la fin de la même année 1998.

De nos jours, MAC Cosmetics est dans le trio de tête des marques de maquillage, avec un chiffre d'affaires annuels de plus d'un milliard de dollars et 500 points de vente en propre (dont plus d'une trentaine en France), tous tenus par des maquilleurs professionnels[1].

CommunicationModifier

Les premières années de sa création, l'entreprise ne faisait pas de publicité, le bouche-à-oreille suffisant à développer le chiffre d'affaires. Mais de nos jours, la marque au positionnement « haut de gamme[1] » se distingue dans ses publicités par l'utilisation de l'image de stars internationales comme Cyndi Lauper, Lady Gaga[6], Miley Cyrus, Nicki Minaj, Ricky Martin[7], Rihanna. Mais peuvent être aussi égérie des personnalités moins exposées comme RuPaul[2], Iris Apfel[8], Cindy Sherman[9], Daphne Guinness ou la bodybuildeuse Jelena Abbou[10].

De plus, régulièrement M·A·C diffuse des collections limitées à thèmes comme avec Dita von Teese en 2001, Barbie l'année suivante, Emanuel Ungaro ou Fafi[11] en 2008, Hello Kitty[12] ou Dsquared2[13] un an après, Rodarte[14] ou les personnages perfides de Disney[15] en 2010, avec Wonder Woman en 2011[16], Piggy la cochonne[17], et l'année suivante avec Beth Ditto[18] Marilyn Monroe[19],[20], ou Carine Roitfeld[21],[22], puis une collection en hommage à Antonio Lopez avec les mannequins vedettes des années 1970 Pat Cleveland, Marisa Berenson et Jerry Hall[23].

En , M·A·C et Puma s'associent pour lancer une collection capsule qui permet aux clientes d'accorder la couleur de leurs baskets avec celle de leur rouge à lèvres[24].

En octobre 2020, la danseuse et rappeuse Lisa Manoban devient ambassadrice de M•A•C.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. slogan original : « all sexes, all races, all ages »
  2. avec l'aide du chimiste Vic Casale
  3. environ 30 millions d'euros

RéférencesModifier

  1. a b c et d Dominique Chapuis, « MAC Cosmetics s'offre une vitrine sur les Champs-Elysées », sur lesechos.fr, Les Échos, (consulté le )
  2. a b c et d Emmanuelle Toscan du Plantier, « Tendance - La tornade MAC », Informations, sur lexpress.fr, L'Express, (consulté le )
  3. a b c et d (en) Anne-Marie Schiro, « Frank Angelo, 49, Cosmetics Innovator, Dies », sur nytimes.com, New York Magazine, (consulté le )
  4. Maïté Turonnet, « Quatre décennies de séduction », Styles, sur lexpress.fr, L'Express, (consulté le )
  5. a et b Charlotte Raab, « MAC, cosmétiquement correct », Économie, sur liberation.fr, Libération, (consulté le )
  6. Géraldine Dormoy, « Lady Gaga de nouveau égérie des cosmétiques MAC », Styles, sur lexpress.fr, L'Express, (consulté le )
  7. Elodie Bousquet, « David LaChapelle photographie Ricky Martin et Nicki Minaj pour M.A.C », Styles, sur lexpress.fr, L'Express, (consulté le )
  8. « À 90 ans, Iris Apfel devient l’égérie des cosmétiques M.A.C. », Beauté, sur elle.fr, Elle, (consulté le )
  9. « L'artiste Cindy Sherman, égérie pour des cosmétiques », Styles, sur lexpress.fr, L'Express, (consulté le )
  10. Relaxnews, « Une bodybuildeuse égérie d'une marque de cosmétiques », Style, sur lemonde.fr, M, (consulté le ) : « Le label a toutefois souvent eu recours à des égéries hors du commun et a fait apparaître Lady Gaga, Daphne Guinness ou encore la nonagénaire Iris Apfel dans ses campagnes. »
  11. Elodie Perrodil, « Fafi maquille MAC », Tendance, sur levif.be, Le Vif, (consulté le )
  12. (en) Jessica Bumpus, « Fashion Mews », News, sur vogue.co.uk, Vogue, (consulté le )
  13. « Collection M.A.C. DSquared2 », Tendance, sur levif.be, Le Vif, (consulté le )
  14. (en) Sharon Forrester, « Mac attack », Beauty, sur vogue.co.uk, Vogue, (consulté le )
  15. Monia Kashmire, « Mac lance une ligne de make-up pour les méchantes... », sur puretrend.com, (consulté le )
  16. Géraldine Dormoy, « MAC lance une ligne de maquillage Wonder Woman », Styles, sur lexpress.fr, L'Express, (consulté le )
  17. « Avec le retour des Muppets au cinéma, Miss Piggy devient une bête de mode », Mode, sur liberation.fr, Libération, (consulté le )
  18. Anaïs Giroux, « Beth Ditto créé une gamme de cosmétiques pour MAC », Styles, sur lexpress.fr, L'Express, (consulté le )
  19. « Marilyn, lucrative icône un demi-siècle après sa mort », Monde, sur challenges.fr, Challenges, (consulté le )
  20. Aurore Coulaud, « M.A.C dédie une collection make up à Marilyn Monroe », Beauté, sur elle.fr, Elle, (consulté le )
  21. Joy Pinto, « Mac lance une collection avec Carine Roitfeld », Obsession, sur nouvelobs.com, Le Nouvel Observateur, (consulté le )
  22. Joy Pinto, « Carine Roitfeld X M.A.C: les produits! », Obsession, sur nouvelobs.com, Le Nouvel Observateur, (consulté le )
  23. Anne-Laure Banse, « Jerry Hall, Marisa Berenson et Pat Cleveland, égéries M.A.C pour Antonio Lopez », sur lexpress.fr, (consulté le )

    « Marisa Berenson, Jerry Hall et Pat Cleveland. A respectivement 66, 57 et 71 ans, les trois muses de la mode, se sont réunies autour de M.A.C pour rendre hommage au célèbre illustrateur de mode Antonio Lopez. »

  24. FashionNetwork.com, « Puma : des sneakers aux couleurs des rouges à lèvres M.A.C », FashionNetwork.com,‎ (lire en ligne, consulté le )

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier