Métro de Copenhague

Métro de Copenhague
(da)Københavns Metro
Image illustrative de l’article Métro de Copenhague

Image illustrative de l’article Métro de Copenhague

Situation Drapeau du Danemark Copenhague
Type Métro automatique
Entrée en service 2002
Longueur du réseau 38 km
Lignes 4
Stations 39
Rames AnsaldoBreda Driverless
(Hitachi Rail Italy)[1]
Fréquentation 63 000 000 en 2017[2]
Écartement des rails 1 435 mm[3]
Propriétaire Metroselskabet I/S[4]
Exploitant Metro Service A/S[5]
Vitesse moyenne 40 km/h[3]
Vitesse maximale 80 km/h[3]
Lignes du réseau (M1)(M2)(M3)(M4)
Réseaux connexes S-tog S-tog
DSB DSB

Image illustrative de l’article Métro de Copenhague
Carte du métro de Copenhague

Le métro de Copenhague (en danois: Københavns Metro) est un système de transport en commun de type métro automatique desservant les communes de Copenhague, de Frederiksberg et de Tårnby. Mises en service en 2002, 2007, 2019[6] et 2020[7] les lignes de métro 1, 2 et 3 et 4 comptent trente-neuf stations, dont neuf sont souterraines, sur un parcours total de 38 km.

Le métro est détenu par la société Metroselskabet I/S[4], détenue par les communes de Copenhague et de Frederiksberg et du gouvernement danois. L'exploitation et la maintenance du réseau sont assurés par la société Metro Service A/S[5].

HistoireModifier

GenèseModifier

En , le gouvernement danois prend la décision de construire un réseau de rail léger à Copenhague[6]. Certains espaces situés aux alentours d'Amager étaient peu développés et surtout à usage agricole. La ville de Copenhague décida donc de les dynamiser dans le cadre du projet Ørestad. Cela se fit en conjonction avec la construction du pont de l'Øresund. Ainsi, pour desservir ces nouveaux quartiers, un réseau de métro fut décidé, le S-tog (RER danois) ne les desservant pas. Trois matériels étaient alors en concurrence, un tram, un métro et un métro léger circulant à la fois en surface et en souterrain. Le métro fut choisi, en , pour sa grande capacité et sa vitesse, bien qu'elle était la solution la plus coûteuse.

En , les plans de construction du métro sont arrêtés. Ceux-ci prévoient deux lignes composées d'un tronçon commun ouest-est de Vanløse à Christianshavn avant de se séparer : vers le sud-ouest pour la ligne 1 en direction de Vestamager et vers le sud-est pour la ligne 2 en direction de l'aéroport de Copenhague.

Construction et mise en serviceModifier

La construction fut scindée en trois phases. La première se termina le et fut inaugurée par la reine Margrethe II. La deuxième phase a été divisée en deux parties. La première reliant Nørreport à Frederiksberg fut ouverte le . La seconde constituait la phase de travaux entre Frederiksberg et Vanløse et fut ouverte en . Il fallut néanmoins attendre pour que les travaux de la station Flintholm se terminent. La phase 3 constituant la fin de la construction de la ligne 2 jusqu'à l'aéroport, ouvrit le .

Une partie de la population de l'île d'Amager craignait que le métro ne divise le quartier en deux et tenta de stopper les travaux par voie juridique mais en vain[réf. nécessaire].

Aujourd'hui, la fiabilité du métro atteint 98 à 99 %[réf. nécessaire]. Il transporte 184 700 personnes par jour[8].

CityringenModifier

Le , les municipalités de Copenhague et de Frederiksberg tombent d'accord sur la création de la future ceinture périphérique ferroviaire dénommée Cityringen avec la numérotation 3[9]. Cette ligne circulaire prévoit de relier le centre-ville et les quartiers d'Østerbro, de Nørrebro, de Frederiksberg et de Vesterbro, mal desservies par les transports en communs existants. Le , le Parlement danois approuve le plan de la nouvelle ligne. La construction de cette ligne est estimée à 24,6 milliards de couronnes danoise[10].

Les travaux ont commencé en . Après 8 ans de travaux, la ligne 3 du métro entre en service le . Elle est inaugurée par la reine Margrethe II[11].

Prolongements ultérieursModifier

La ligne 4 du métro entre en service le sans célébration particulière du fait de la pandémie de maladie à coronavirus de 2019-2020[12]. Un prolongement vers le sud est en construction avec une mise en service prévue pour 2024[13].

ChronologieModifier

Date Ligne Évènement
    Mise en service de la ligne 1 entre Nørreport et Vestamager et de la ligne 2 entre Nørreport et Lergravsparken (tronçon commun des lignes 1 et 2 entre Nørreport et Christianshavn)
    Prolongement à l'ouest des lignes 1 et 2 de Nørreport à Frederiksberg (tronçon commun)
    Prolongement à l'ouest des lignes 1 et 2 de Frederiksberg à Vanløse (tronçon commun)
  Prolongement au sud-est de la ligne 2 de Lergravsparken à Københavns Lufthavn (aéroport de Copenhague)
  Mise en service de la ligne 3, circulaire reliant la gare centrale, le centre-ville et les quartiers de Vesterbro, Nørrebro, Østerbro et Frederiksberg
28 mars 2020   Mise en service de la ligne 4 entre København H et Orientkaj (tronçon commun avec la ligne 3 entre København H et Østerport)
2024   Prolongement au sud de la ligne 4 entre København H et Ny Ellebjerg


  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Réseau actuelModifier

PrésentationModifier

LignesModifier

Les lignes 1 et 2 suivent un tronçon commun de Vanløse à Christianshavn parcourant la capitale d'Ouest en Est. Ensuite, ces deux lignes se séparent afin de desservir l'ouest (ligne 1) et l'est (ligne 2) de l'île d'Amager. Seuls les tronçons entre Fasanvej et Islands Brygge ainsi qu'entre Christianshavn et Lergravsparken sont souterrains, le reste du réseau étant aérien.

La ligne 3 est circulaire et entièrement souterraine. Elle est en correspondance avec les lignes 1 et 2 aux stations Kongens Nytorv et Frederiksberg.

La ligne 4 est également entièrement souterraine et relie sur une axe nord-sud le quartier de Nordhavn (port du nord) et le centre-ville. Elle partage un tronçon commun avec la ligne 3 entre les stations København H et Orientkaj.

Ligne Parcours Mise en service Longueur en km Nombre de stations Dernière extension
  VanløseVestamager 2002 13,9 15 2003
  Vanløse ↔ Københavns Lufthavn 2002 14,2 16 2007
  København HKongens Nytorv ↔ Østerport ↔ Nørrebro ↔ Frederiksberg 2019 15,5 17 2019
  København HOrientkaj 2020 4,5 8 2020

StationsModifier

Le réseau comporte 39 stations, dont 25 souterraines et 14 en surface.

Les stations sont toutes conçues selon des principes fonctionnels et architecturaux similaires[14]. Les matériaux utilisés sont les mêmes dans toutes les stations.

Les stations des lignes 3 et 4 se différencient les unes des autres par l'utilisation de matériaux distinctifs sur les parois latérales des stations. Ces textures et teintes différentes font référence aux quartiers dans desservis par les stations[15]. Les stations en correspondance avec les trains régionaux sont de couleur rouge, en référence au logo de la DSB, compagnie ferroviaire danoise.

Dans les stations souterraines, des puits de lumière situés au niveau de la rue et des jeux de miroirs permettent d'apporter de la lumière naturelle jusque sur le quai central. Ce dernier est généralement accessible par des 2 séries de 2 escaliers mécaniques montants et descendants et un ascenseur.

Le quais et les voies sont séparés par des portes vitrées à ouverture automatique.

La station Marmokirken, la profonde du réseau, a la particularité de disposer de quais superposés.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Les stations de la branche sud de la ligne 4 seront construites selon les mêmes principes fonctionnels et architecturaux que celles lignes 1, 2 et 3. Elles comprendront des œuvres d'art permettant de les différencier visuellement[16].

ExploitationModifier

 
Temps d'attente affiché en station

Le métro est détenu par la société Metroselskabet I/S, détenue par les communes de Copenhague (50%) et de Frederiksberg (8,3%) et du gouvernement danois (41,7%)[4].

La gestion du métro est confiée depuis à la société Metro Service A/S qui emploie environ 285 salariés détenue à 51 % par ATM Milano S.p.A. et à 49 % par Ansaldo STS[5].

Horaires et fréquencesModifier

Les rames circulent en permanence, 24h/24, 7j/7. Les métros de Copenhague ne roulent pas selon un horaire précis, mais démarrent des différents terminus à intervalle de temps défini (intervalle variant selon le moment de la journée)[17].

Le tableau suivant indique, en minutes, le temps entre deux rames et ce indépendamment du sens sur la ligne[18].

Intervalle de temps entre deux passages d'une rame
Période de la journée Tronçon commun lignes 1 et 2

Vanløse - Christianshavn

Ligne 1 sud

Christianshavn - Vestamager

Ligne 2 sud

Christianshavn - Lufthavnen

Ligne 3

Cityringen

Ligne 4

Orientkaj - København H

Heures de pointe (07h - 09h / 14h - 18h) 2 4 4 3 3
Journée, soir et week-end 3 6 6 4-5 5
Nuits de Vendredi et Samedi (01h - 07h) 7-8 15 15 12 12
Nuits entre Dimanche et Jeudi (00h - 05h) 20 20 20 6 (mais dans une seule direction) 12

En raison de travaux de réparation ou d'entretien, il se peut que les fréquences de passages ne soient pas respectées. Dans ce cas, les informations concernant le changement d'horaire sont communiquées via le site internet et les panneaux d'affichages en station [19].

TarificationModifier

Les titres de transport du métro de Copenhague permettent également de voyager à bord des trains, S-tog, bus et bateaux-navettes dans la région de la capitale. La ville de Copenhague est divisée en zones de tarification[20]. Le prix du ticket varie en fonction du nombre de zones traversées.

En 2019, un ticket pour 2 zones coûte 24 couronnes danoises alors qu'un ticket pour 3 zones coûte 36 couronnes danoises[21] Un ticket pour 3 zones est nécessaire pour voyager entre le centre-ville et l'aéroport. Le voyage du centre-ville à l'aéroport dure 13 minutes[22]. Les tickets pour les zones 2 et 3 sont valables 60 minutes.

La Rejsekort est un titre de transport électronique au format de carte à puce sans contact sur laquelle il est possible de charger de l'argent[23]. L'utilisation de cette carte rend le prix du voyage moins important.

Les enfants de moins de 12 ans peuvent voyager gratuitement sur le réseau. Les enfants jusqu'à 16 ans bénéficient d'une tarification spéciale moins onéreuse.

Les vélos sont autorisés dans le métro en dehors des heures de pointes (du lundi au vendredi du 7h à 9h et de 15h30 à 17h30). Il est nécessaire de payer un supplément.

Pour les voyageurs occasionnels, il existe des abonnement de courte durée (24h, 48h, 72h ou 120h) appelés City pass et une carte du même type comprenant également des réductions pour les principales attractions touristiques de la ville, appelée Copenhagen Card.

FréquentationModifier

La station la plus fréquentée en 2017 est Nørreport avec en moyenne 48.000 passagers quotidiennement[8].

Matériel roulantModifier

 
Rame AnsaldoBreda à la station Vanløse.
 
Intérieur d'une rame AnsaldoBreda.

Le métro compte 34 rames, qui sont toutes automatisées et donc sans conducteur.

Le matériel provient de la firme italienne Hitachi Rail Italy, anciennement AnsaldoBreda[24], modèle Driverless[6]. Composées de 3 voitures en aluminium, ces rames peuvent transporter jusqu'à 306 passagers dont 72 assis[25]. Elles sont dépourvues de chauffeurs et sont contrôlées automatiquement par ordinateur[26].

Le centre de maintenance des lignes 1 et 2 se situe à proximité de la station Vestamager, terminus de la ligne 1. Le centre de maintenance de la ligne 3 se situe à Vesterbro, connecté au réseau entre les stations Enghave Plads et Københavnœ H.

Le réseau possède un écartement de rail de 1 435 mm avec conduite à droite et est alimenté en électricité par un troisième rail, la tension électrique étant de 750 Volts en courant continu[3].

Les rames destinées aux lignes 3 et 4 sont fabriquées par Hitachi Rail Italy et sont identiques aux précédentes bien qu'elles présentent quelques améliorations techniques et pratiques telles qu'une plus grande capacité (314 passagers) ou encore une vitesse maximale plus élevée (90 km/h)[27].

En 2018, huit rames similaires sont commandés auprès d'Hitachi pour circuler sur les lignes 1 et 2, pour une livraison en 2020[28].

Constructeur Modèle Nombre Affectation Années de
livraison
Longueur
Hitachi Rail Italy Driverless 34     2013 39 mètres
Hitachi Rail Italy Driverless 30     2019 39 mètres

Projets de développement en constructionModifier

Ligne 4 vers le sudModifier

 
Plan du métro de Copenhague en 2024

En , le Parlement danois approuve la construction d'une extension sud du métro.

Elle comportera 5 nouvelles stations souterraines et fera 4,5 km.

Les travaux ont commencé en et la ligne devrait être opérationnelle pour [29].

La construction de cette ligne est estimée à 9,1 milliards de couronnes danoise[10].

Prévisions de traficModifier

L'exploitant du métro prévoit que le réseau complet composée des lignes 1, 2, 3 et 4 transportera quotidiennement 617 000 passagers[30].

En 2035, ce serait au total 191 millions de passagers qui emprunteraient chaque année les 4 lignes du métro de Copenhague[30].

Projets de développement en discussionModifier

Plusieurs projets d'extensions de lignes existantes et de création de nouvelles lignes sont évoqués dans le cadre de nouveaux projets de développements ou portés par des élus locaux pour desservir des zones déjà développées. Ces projets, parfois redondants ou qui pourraient être combinés, n'ont pas encore fait l'objet de décision.

Prolongement de la ligne 2 à l'ouestModifier

La ligne 2 pourrait être prolongée à l'ouest vers Rødovre.

Prolongement de la ligne 4 au nordModifier

La ligne 4 sera prolongée au nord vers Nordhavn et pourrait être prolongée au-delà vers Hellerup.

Prolongement de la ligne 4 au sudModifier

La ligne 4 pourrait être prolongée au sud vers Valby, Hvidovre et Rødovre.

Nouveaux axes pressentisModifier

La ville de Copenhague semble avoir réservé la numération 5 pour une ligne de métro qui reprendrait le tracé de la ligne F du S-tog entre Flintholm et Ny Elllebjerg[réf. nécessaire].

Deux autres axes sont pressentis en 2011 par la ville de Copenhague (Københavns Kommune) pour être desservis par le métro[31],[32] :

En 2018, une étude de la ville de Copenhague confirme que le scénario envisagé serait plutôt une troisième option combinant les projets initiaux de lignes 6 et 7 avec une ligne en boucle appelée Havneringen comprenant éventuellement des branches vers Brønshøj ou vers la future extension de la ville sur l'île artificielle appelée Lynetteholmen[33],[34] et dont les stations pourraient être :

  • Brønshøj Torv,
  • Bellahøj,
  • Bispebjerg Hospital,
  • Bispebjerg Station (S-tog)
  • Skjolds Plads (M3).
  • Rigshospitalet,
  • Stengade,
  • Forum (M1, M2),
  • København H (M3, M4, S-tog),
  • Islands Brygge (M1),
  • Amagerbro (M2),
  • Prags Boulevard,
  • Kløverparken,
  • Refshaleøen,
  • Lynetteholmen.

Desserte de MalmöModifier

En mai 2018, les maires de Copenhague et de Malmö, située en Suède sur l'autre rive du détroit de l'Øresund, annoncent leur volonté de relier les deux villes par le métro[35]. Le projet pourrait voir le jour à l'horizon 2035 et est estimé à 30 milliards de couronnes danoises, financé en partie avec les recettes du péage du pont de l'Øresund. Il permettrait de relier les gares centrales deux deux villes en 23 minutes, soit 17 minutes de moins que le trajet actuel en train.

Desserte de LynetteholmenModifier

En octobre 2018, le gouvernement danois (Regeringen) et la ville de Copenhague (Københavns Kommune) annoncent la construction entre 2035 et 2070 de Lynetteholmen, une ïle artificielle située au nord-est de Copenhague sur laquelle pourraient habiter à terme 35 000 habitants. Le projet prévoit une desserte de cette nouvelle partie de la ville par le métro[36]. Des études de faisabilité devraient aboutir fin 2019 pour déterminer le tracé de la nouvelle ligne qui pourrait ainsi desservir Amager, Refshaleøen, Lynetteholmen et éventuellement Nordhavn sur la rive opposée du port[37].

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Hitachi Rail Italy Driverless » (consulté le 6 janvier 2019)
  2. (da) « Metroen i tal » (consulté le 3 janvier 2019)
  3. a b c et d (da) « Toget i tal » (consulté le 3 janvier 2019)
  4. a b et c (en) « Metroselskabet » (consulté le 15 janvier 2019)
  5. a b et c (en) « Metro Service » (consulté le 3 janvier 2019)
  6. a b et c (da) « Efter ti års byggerod: I dag åbner Cityringen », sur dr.dk, (consulté le 28 mars 2020)
  7. (da) TV2 Lorry, « Nu er metro til Nordhavn åben - her er alt, du skal vide om M4 », sur tv2lorry.dk, (consulté le 28 mars 2020)
  8. a et b (da) « Passagertal per station » (consulté le 3 janvier 2019)
  9. (da) « Tidslinje for Cityringen » (consulté le 4 janvier 2019)
  10. a et b (da) « Finansiering af metrobyggeriet » (consulté le 4 janvier 2019)
  11. (da) « Dronning Margrethe indviede Cityringen: 'De 17 nye stationer vil flette byen endnu bedre sammen' », sur dr.dk, (consulté le 28 mars 2020)
  12. (da) « Ny metrolinje åbnes uden fest eller markering », sur dr.dk, (consulté le 28 mars 2020)
  13. (da) « Metro til Sydhavn », sur m.dk (consulté le 28 mars 2020)
  14. (en) « Stations » (consulté le 4 janvier 2019)
  15. (da) « Arkitektur » (consulté le 5 janvier 2019)
  16. (da) « Metrokunst til Sydhavn » (consulté le 5 janvier 2019)
  17. (da) « Se metroens køreplan » (consulté le 20 mai 2020)
  18. (en) « Timetable » (consulté le 3 janvier 2019)
  19. (en) « Timetable changes » (consulté le 3 janvier 2019)
  20. (en) « Maps » (consulté le 3 janvier 2019)
  21. (en) « Tickets » (consulté le 3 janvier 2019)
  22. (en) « Take the metro from the airport to Copenhagen » (consulté le 4 janvier 2019)
  23. (en) « Rejsekort » (consulté le 4 janvier 2019)
  24. (en) « Copenhagen Metro - Ansaldo STS » (consulté le 3 janvier 2019)
  25. (da) « Toget i tal » (consulté le 4 janvier 2019)
  26. (da) « Metroens styresystem » (consulté le 3 janvier 2019)
  27. (da) « De nye metrotog » (consulté le 4 janvier 2019)
  28. (en) David Briginshaw, « Copenhagen orders more metro trains »,
  29. (en) « The Sydhavn extension will open in 2024 » (consulté le 3 janvier 2019)
  30. a et b (da) « Prognose for passagertal » (consulté le 4 janvier 2019)
  31. (da) « Fremtidens metro- og letbaneplaner for København », sur berlingske.dk, (consulté le 23 mai 2019)
  32. (da) « Fremtidens metro på kryds og tværs », sur jyllands-posten.dk, (consulté le 23 mars 2019)
  33. (da) « København kan få ny metrolinje mellem Brønshøj og Refshaleøen », sur politiken.dk, (consulté le 23 mars 2019)
  34. (da) « Udbygning af kollektiv infrastruktur i København 2 », sur Københavns Kommune, (consulté le 3 avril 2019)
  35. (da) « Frank Jensen vil have metro til Malmø: Skal finansieres af Øresundsbroen », sur dr.dk, (consulté le 23 mars 2019)
  36. (da) « Regeringen og Københavns Kommune vil bygge en helt ny bydel », sur trm.dk, (consulté le 23 mars 2019)
  37. (da) « Faktaark om Østlig Ringvej og metrobetjening af Lynetteholmen », sur trm.dk, (consulté le 23 mars 2019)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier