Liste des intendants de la généralité de Caen

page de liste de Wikipédia

La Généralité de Caen est la circonscription des intendants de Normandie, leur siège est Caen.

Les intendants de police, justice et finances sont créés en 1635 par un édit de Louis XIII, à la demande de Richelieu pour mieux contrôler l'administration locale.

Liste des intendants de la généralité de CaenModifier

Liste chronologique des Intendants de justice, police et finances de Caen
Date Nom
1638 Étienne d'Aligre II (-)
avocat, conseiller au Grand Conseil en 1615, envoyé en ambassade à Venise, puis conseiller d'État en 1635, intendant à Caen en 1638, conseiller d'honneur au parlement de Paris en 1651. Il est directeur des finances en 1649 et chef du conseil de commerce de marine en 1654. Louis XIV le nomme garde des sceaux de France en 1672 et chancelier de France (1674-1677). Il est alors le doyen de tous les conseils.
1639 Charles Le Roy de La Poterie (ou Potherie)
seigneur de la Poterie
procureur du roi au Châtelet (1609-1613), conseiller du roi en ses conseils, il est désigné le par Richelieu. Il se désigne comme intendant de la Normandie en la Généralité de Caen. Il est commissaire départi pour l'exécution d'une déclaration du roi et d'un arrêt du conseil datant des derniers jours de février et concernant le recouvrement des droits de francs-fiefs et de décharges de toute indemnité.
1646 Charles du Tronchay
seigneur de Ceinechour
conseiller au parlement de Paris en 1621, président à la troisième Chambre des Enquêtes en 1645
1657 Michel d'Aligre (1617-)
seigneur de Bois-Landry et de Villenesle, fils d'Étienne d'Aligre II
conseiller au parlement, maître des requêtes
1659 Jacques Favier du Boulay
sieur du Boulay-Thierry dit du Boulay-Favier
conseiller ordinaire du roi en ses conseils d'État et privé, maître des requêtes, intendant de Caen et intendant à Alençon (1644-1666)
1661 - 1665 François Dugué de Bagnols ( -)
par son mariage avec Marie-Angélique Turpin, il est le beau-frère du chancelier Le Tellier
conseiller au parlement de Paris en 1636, maître des requêtes en 1643, conseiller d'État, sous-doyen du Conseil d'État ; il est en 1661 intendant à Caen, intendant du Lyonnais et intendant à Grenoble entre et , puis uniquement à Grenoble de 1679 à 1682. Il est nommé le procureur du roi auprès de la commission de recherche des faux nobles. Protecteur des gens de lettres
1666 - 1675 Guy Chamillart (1624-)
père de Michel Chamillart
procureur au procès de Nicolas Fouquet
- 1676 Philippe Dreux
chevalier, seigneur du Plessis et de Vaugandry
conseiller du Roi, maître des requêtes, il est aussi intendant d'Alençon
- 1677 François Bazin de Brandeville
seigneur de Brandeville, Saint-Cyr, Morsan, parent du maréchal Jacques Bazin de Bezons
conseiller au Châtelet, puis conseiller au Grand Conseil, il est nommé en 1675 intendant à l'armée de Turenne. Intendant de Metz et du pays messin de février 1677 à 1681. Il succède le au marquis de Feuquières à l'ambassade de Suède qu'il quitte le
- 1682 Claude Méliand (1634- )
seigneur de Bréviande
maître des requêtes en 1673, intendant à Alençon (1676-1677), intendant de Caen en 1677, intendant de Rouen en 1682
1682 - 1686 Antoine Barillon de Morangis ( -)
sieur de Morangis et de Louans, marié à Catherine Boucherat, fille de Louis Boucherat, chancelier de France
maître des requêtes ordinaire de l'Hôtel du roi, intendant de Metz et du pays messin, intendant à Alençon (1677-1682), puis nommé le intendant à Orléans, juste avant sa mort
1686 - 1689 Armand-Jacques de Gourgues (1643-)
marquis de Vayres et d'Aulnay en 1680
lieutenant général de la Sénéchaussée de Guyenne, il est maître des requêtes en 1679. Il est ensuite intendant à Limoges (1684-1686), puis intendant à Caen en 1686 et doyen des maîtres des requêtes
1689 - 1706 Nicolas-Joseph Foucault (-)
avocat général au Grand Conseil, intendant de Haute-Guyenne, la mort de Colbert va lui faire perdre l'intendance de Montauban et l'éloigner de Paris pour être nommé intendant de Béarn, il obtient d'être intendant du Poitou pour son activisme contre les protestants en Béarn. Seignelay obtient pour lui du roi une commission d'intendant à Caen le . Membre honoraire de l'Académie des inscriptions et belles-lettres en 1701, conseiller d'État de semestre en 1704. En 1712 il est chef du conseil de Madame, duchesse-douairière d'Orléans, et assiste aux derniers jours de Louis XIV. Le , il est conseiller d'État ordinaire à la place de Bâville qui lui vend sa charge
1706 Nicolas-Joseph Foucault (-1772)
marquis de Magny, fils du précédent
avocat du roi au Châtelet en 1699, maître des requêtes en 1704, il succède à son père comme intendant à Caen en . Il est révoqué par le roi en pour des affaires financières dans lesquelles il s'était compromis. Après la mort de Louis XIV, il obtient du Régent l'autorisation d'acheter la charge d'introducteur des ambassadeurs. Trois ans plus tard, en 1718, une conduite insolente au cours d'une fête donnée par la duchesse de Berry, fille du régent, le conduit à la Bastille, où il reste dix jours mais perd sa charge. Compromis dans la conspiration de Cellamare, il s'enfuit en Espagne où il devient majordome de la reine d'Espagne. Il rentre ensuite en France et s'installe dans son château de Magny. Le récit de sa carrière est donné dans les Mémoires écrits par son père et dans ceux du duc de Saint-Simon
1709 Pierre Arnauld de Labriffe de Ferrières ( -)
chevalier, marquis de Ferrières, seigneur de Passy, fils Arnaud II de Labriffe
conseiller au parlement de Paris le , maître des requêtes, nommé en intendant à Caen, puis intendant de Bourgogne, de 1712 jusqu'à sa mort
1711 François Guinet ( -)
seigneur d'Arthel
maître des requêtes, conseiller d'État
1721 François Richer d'Aube ( -)
seigneur d'Aube, de Drubec et autres lieux, petit-neveu de Fontenelle
commissaire au Conseil du commerce en 1720, maître des requêtes en 1722, intendant de Soissons (1727-1731), Il publie l' «Essai sur les principes du droit et de la morale»
1727 Félix Aubery de Vastan (1681-)
maître des requêtes, auparavant intendant à Limoges en 1723, intendant du Hainaut (1724-1727), puis prévôt des marchands de Paris en 1740, conseiller d'État en 1743
- 1751 Louis Arnauld Labriffe de Ferrières (1705-)
petit-fils d'Arnaud II de Labriffe, fils de Pierre Arnauld de Labriffe de Ferrière, président au Grand Conseil en 1738, intendant à Caen en 1710
conseiller au parlement de Dijon en 1727, maître des requêtes en 1734, maître des requêtes, auparavant président au Grand Conseil
- 1775 François-Jean Orceau de Fontette (-)
chevalier, marquis de Tilly d'Orceau, baron de Fontette
conseiller au parlement de Paris en 1738, maître des requêtes le , président au Grand Conseil le . Il a été nommé chancelier de Monsieur, frère du roi. Il rets à l'intendance de Caen jusqu'au , car Turgot dû le démettre de sa charge à la suite d'une enquête qui montra qu'il s'était soustrait au paiement des impôts. Favorable aux idées des physiocrates, il a construit dans sa généralité de nombreuses routes en réalisant ces travaux en substituant le paiement en argent à la corvée
1775 - 1783 Charles-François-Hyacinthe d'Esmangart (-1793)
seigneur de Montigny, des Bordes, de Feynes, Pierrerue et autres lieux
intendant de Guyenne (1770-1775), intendant à Caen (1775-1783)
(-1793)
chevalier, seigneur de Montigny, des Bordes, de Feynes, de Pierrerue et autres lieux
conseiller au Grand Conseil le , grand rapporteur en la chancellerie en 1758, maître des requêtes le  ; après la nomination de Calonne à l'intendance de Metz le , il est désigné à sa place comme procureur général dans les procédures à faire contre de La Chalotais ; président au Grand Conseil le  ; nommé le intendant de Guyenne (1770-1775), puis nommé intendant à Caen (1775-1783), et intendant de Flandres et d'Artois à Lille (1783-1789), conseiller du roi en ses conseils
1783 - 1787 Charles-Henri de Feydeau (-)
marquis de Brou et de Dampierre-en-Burly, comte de Gien, maître des requêtes (1775), intendant du Berry (1776-1779), de Bourgogne (1781-1783) puis à Caen (1783-1787), directeur général adjoint des Economats, conseiller d'Etat, président de la Cour des aides (1798). Fils d'Antoine-Paul-Joseph Feydeau (1731-1762), marquis de Brou, intendant à Rouen, et petit-fils de Paul Esprit Feydeau de Brou, garde des sceaux de France (1762-1763).
1787 - 1790 Louis-Guillaume-René Cordier de Launay de Valéry (-)
Fils de René Cordier de Montreuil, président de la Cour des Aides de Paris, et de Marie Madeleine Masson de Plissey. Beau-frère du marquis de Sade, il s'est adonné à l'écriture. Il a laissé plusieurs écrits dont une traduction de L'Iliade de 1782, et un livre intitulé Théorie circonsphérique des deux genres de beau avec application à toutes les mythologies et aux cinq beaux-arts, édité à Berlin en 1806.
Il est reçu conseiller au parlement de Paris le , maître des requêtes le . Il se réfugie en Allemagne au début de la Révolution. Il perd sa femme, Pétronille de Raymond de la Lande, guillotinée avant le 26 prairial an III. Il se rend après en Russie où le baron Ludwig Heinrich von Nicolay lui fit obtenir le rang de conseiller d'État et la place de secrétaire de l'empereur Paul Ier. Il perdit cette place peu après, fut secrétaire de chancellerie au ministère du commerce russe et se retira dans une maison à Vassili-Ostrof, quartier de Saint-Petersbourg.


Voir aussiModifier

 
L'hôtel de l'intendance au XVIIIe siècle

BibliographieModifier

Articles connexesModifier