Ouvrir le menu principal

Ligne de Metz-Ville à la frontière allemande vers Überherrn

ligne de chemin de fer française

Ligne de
Metz-Ville à la frontière allemande vers Überherrn
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Metz, Anzeling
Historique
Mise en service 1908
Électrification 1956 – 1960
Concessionnaires Est (1863 – 1871)
EL (1871 – 1919)
AL (Non concédée) (1919 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 174 000
Longueur 55,170 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification 25 kV – 50 Hz
d'Anzeling à la frontière
Nombre de voies 2 d'Anzeling à la frontière

La ligne de Metz-Ville à la frontière allemande vers Überherrn est une ligne de chemin de fer de la Lorraine, en partie déclassée.

Elle porte le numéro 174 000[1] dans la nomenclature du réseau ferré national.

HistoriqueModifier

La section entre Anzeling et Hargarten - Falck, partie d'un itinéraire « de Thionville à Niderbronn », est déclarée d'utilité publique le 14 juin 1861[2]. Par une convention signée avec le ministre des Travaux publics le 1er mai 1863, la Compagnie des chemins de fer de l'Est en reçoit la concession. Cette convention est approuvée par décret impérial le 11 juin 1863[3].

Durant l'annexion de l'Alsace-Lorraine de 1871 à 1918, le Reich allemand pense réorienter le réseau ferroviaire vers l'Allemagne. En 1882, il est question de construire une ligne stratégique passant par Vigy. Son but premier est de permettre le transport des troupes vers le District de Lorraine. Ainsi son tracé est indépendant du réseau existant qui est saturé par endroits. Par ailleurs il présente l'avantage d'être le plus court entre Metz et la Prusse.

Après de nombreux débats sur le tracé, elle est déclarée d'utilité publique. Les travaux durent 5 ans. Ils sont particulièrement difficiles à cause des percements des tunnels et des constructions des viaducs.

Dans les années 1930, cette ligne a été utilisée pour la construction de la ligne Maginot.

En 1944, lors du repli des Allemands, les viaducs furent dynamités et les tunnels bouchés.

La section de Vantoux-Vallières à Vigy (PK 5,380 à 11,700) est déclassée par décret le 12 novembre 1954[4].

InfrastructureModifier

Ouvrages d'artModifier

Le terrain étant assez accidenté la ligne présente un nombre d'ouvrages d'art important. À savoir quatre viaducs de structure métallique et trois tunnels.

Aujourd'hui, seuls les gares, les tunnels et les culées des viaducs sont encore visibles.

ViaducsModifier

  • Vantoux-Vallières : 279 m
  • Failly : 574 m, 34 m de haut, le plus long du réseau Alsace Lorraine
  • de la Canner : 262 m
  • Villers : 170m

TunnelsModifier

 
Tunnel de Vallières - Borny
  • Borny : 70 m, encore utilisé pour la voie rapide
  • Failly : 770 m
  • Saint Bernard : 925 m
  • Tunnel de Téterchen : deux galeries, 996 m
  • Tunnel d'Hargarten : deux galeries, 377 m

ÉlectrificationModifier

La ligne a été électrifiée en 25 kV - 50 Hz d'Anzeling à Hargarten - Falck le 7 février 1956[5] (depuis Thionville) et de Hargarten-Falck à la frontière le 14 janvier 1960[5].

Notes et référencesModifier

  1. Classement sonore des infrastructures de transport de la Moselle page 19 Arrêté
  2. « N° 9323 - Décret impérial qui déclare d'utilité publique l'établissement d'un chemin de fer de Niderbronn à la ligne de Metz à Thionville : 14 juin 1861 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 18, no 953,‎ , p. 235.
  3. « N° 11549 - Décret impérial qui approuve la convention passée, le 1er mai 1863, entre le ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, et la Compagnie des chemins de fer de l'Est : 11 juin 1863 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 22, no 1141,‎ , p. 138 - 146 (lire en ligne).
  4. « Décret no 54-1099 du 12 novembre 1954 portant déclassement de certaines lignes et sections de lignes de chemin de fer d’intérêt général », Journal officiel de la République Française,‎ , p. 10676-10677 (ISSN 0373-0425, lire en ligne).
  5. a et b Revue de l'AFAC Chemins de fer n° 1998/6 pages 257 à 272.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Livre : Le chemin de fer en Lorraine (André Schontz - Arsène Felten - Marcel Gourlot) Edition Serpenoise 1999

Article connexeModifier