Ouvrir le menu principal

Les Bonnes Causes

film sorti en 1963
Les Bonnes Causes
Réalisation Christian-Jaque
Scénario Paul Andréota
Christian-Jaque
d'après le roman[1] de Jean Laborde
dialogue de Henri Jeanson
Acteurs principaux
Sociétés de production Flora Film
Mizar Films
Méditerranée Cinéma
Pays d’origine Drapeau de la France France Drapeau de l'Italie Italie
Genre drame policier
Durée 120 minutes
Sortie 1963

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Bonnes Causes est un film franco-italien réalisé par Christian-Jaque et sorti en 1963.

SynopsisModifier

Gina est l'infirmière dévouée de Paul Dupré, riche industriel soigné pour des problèmes cardiaques. Dupré meurt brutalement lors d'une injection faite par Gina et, aussitôt, son épouse Catherine accuse Gina avec l'aide du célèbre avocat Charles Cassidi qui est aussi son amant depuis peu. Gina se trouve défendue par un avocat débutant, Me Philliet. L'enquête est menée par le juge d'instruction Albert Gaudet. Très vite Gaudet trouve que trop de coïncidences ou d'incohérences accablent Gina, que la connivence et la liaison avérée entre Catherine Dupré et Cassidi sont troublantes, d'autant que Cassidi a écrit X articles sur le crime parfait. Mais quand Gaudet croit avoir trouvé le témoin nécessaire pour confondre Catherine Dupré, celui-ci perd ses moyens face à Cassidi qui sait pourtant que Catherine Dupré est coupable. Gaudet demande à être dessaisi, témoigne au procès pour la vérité, l'intégrité et la justice mais Gina est condamnée à 8 ans de prison. À peine la sentence prononcée Catherine Dupré part pour la Côte d'Azur avec un autre amant. Cassidi comprend qu'il a été manipulé, demande à Me Philliet de se pourvoir en cassation, et jure de faire tout pour que justice soit faite... puisque Gina est innocente.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Autour du filmModifier

  • Le film a été tourné en studio à Billancourt.
  • Chez la maison de rendez-vous tenue par Madame Majorie, on voit au mur une reproduction d'un tableau de Jules Arsène Garnier, Le constat d'adultère.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. a et b Jean Laborde, Les Bonnes Causes, Paris, Plon, (réimpr. Paris, Plon, collection « Presses pocket » no 427-428, 1966, 377 p. (notice BnF no FRBNF33067721)), 1re éd., 344 p. (notice BnF no FRBNF33067720).

Lien externeModifier