Ouvrir le menu principal

Le Portrait de Dorian Gray

roman d'Oscar Wilde
Page d'aide sur l'homonymie Pour l'actrice, voir Dorian Gray (actrice).

Le Portrait de Dorian Gray
Image illustrative de l’article Le Portrait de Dorian Gray
La couverture de la première parution du roman dans le Lippincott's[1]

Auteur Oscar Wilde
Pays Drapeau de l'Irlande Irlande
Genre Roman philosophique
Version originale
Langue Anglais
Titre The Picture of Dorian Gray
Éditeur Lippincott's Monthly Magazine
Lieu de parution Philadelphie, Drapeau des États-Unis États-Unis
Date de parution 1890
Version française
Traducteur Eugène Tardieu
Georges Maurevert

Anatole Tomczak (2016)

Date de parution 1891

Le Portrait de Dorian Gray (The Picture of Dorian Gray) est un roman d'Oscar Wilde écrit dans le contexte de l'époque victorienne et publié en 1890, puis révisé en 1891[2]. L'auteur y inclut des thèmes relevant de l'esthétique tels que l'art, la beauté, la jeunesse, la morale et l'hédonisme. C'est un roman fantastique, mais aussi philosophique, qui met en lumière la personnalité équivoque du dandy irlandais ainsi que le courant décadentiste, ce qui a suscité de virulents échanges de lettres entre Wilde et plusieurs journaux très critiques jugeant l'œuvre « répugnante »[3]. Principal représentant du courant de l'esthétisme anglais, Oscar Wilde profite de son roman pour illustrer et discuter les grands concepts de ce courant. On peut voir en Lord Henry l'auteur lui-même, amoureux des mots et dandy hédoniste connu pour ses mœurs légères.

RésuméModifier

Dorian, jeune dandy londonien d'une rare beauté, fait la connaissance de Lord Henry, dit Harry, chez son ami Basil Hallward, un peintre reconnu. Ce dernier vient d'achever le portrait du jeune homme, un chef-d'œuvre qu'ils contemplent tous les trois. Conscient de la fascination et de la perversion que Lord Henry pourrait exercer sur Dorian, cette « simple et belle nature », Basil demande à Lord Henry de ne pas tenter de le corrompre. Mais Dorian se laisse séduire par les théories sur la jeunesse et le plaisir de ce nouvel ami qui le révèle à lui-même en le flattant : « Un nouvel Hédonisme, voilà ce que le siècle demande. Vous pouvez en être le tangible symbole. Il n’est rien avec votre personnalité que vous ne puissiez faire »[4]. Va naître dès lors en lui une profonde jalousie à l'égard de son propre portrait peint par Basil. Il formule le souhait que le tableau vieillisse à sa place pour pouvoir garder lui-même sa beauté d'adolescent :

« Si c’était moi qui toujours devais rester jeune, et si cette peinture pouvait vieillir !... Pour cela, pour cela je donnerais tout !... Il n’est rien dans le monde que je ne donnerais... Mon âme, même ![5] »

Par la suite le jeune homme tombe amoureux d'une comédienne dont le jeu le fascine, Sibyl Vane, et lui promet le mariage. Mais son amour pour Dorian empêche Sibyl d'incarner ses personnages comme elle le faisait auparavant et son jeu devient très mauvais, ce que peuvent constater Basil et Lord Henry lorsque Dorian les emmène au théâtre. Profondément déçu et humilié, Dorian répudie Sibyl et la quitte brutalement, la laissant effondrée. En rentrant, il remarque sur le portrait une expression de cruauté qu'il ne lui connaissait pas. Il commence alors à soupçonner que son souhait insensé pourrait s'être réalisé. Le lendemain, il apprend par Harry le suicide de Sibyl. Étonnamment, il ne ressent qu'une peine superficielle à l'annonce de cette mort :

« Et cependant je me rends compte que je ne suis affecté par cette chose comme je le devrais être ; elle me semble simplement être le merveilleux épilogue d’un merveilleux drame. Cela a toute la beauté terrible d’une tragédie grecque, une tragédie dans laquelle j’ai pris une grande part, mais dans laquelle je ne fus point blessé.[6] »

C'est un moment charnière du roman, le moment où le retour en arrière n'est plus possible pour Dorian, bien qu'il ne le sache pas encore. Le portrait a commencé à changer : l'âme de Dorian n'est plus celle du jeune homme innocent qui pouvait éprouver de la compassion pour ses semblables.

Pour éviter la découverte de son terrible secret, il enferme le tableau dans une ancienne salle d'étude et se plonge dans la lecture d'un roman envoûtant que lui offre Lord Henry (bien que son titre ne soit jamais cité, on peut reconnaître À rebours de Joris-Karl Huysmans). Le style de vie de Dorian change alors radicalement. Montrant toujours une façade policée devant ses pairs, il court les bouges les plus infâmes de Londres, à la recherche de plaisirs de plus en plus raffinés. Il s'entoure d'objets rares et précieux, pierreries, parfums, tapisseries… Le tableau petit à petit s'enlaidit, à cause des signes de l'âge mais surtout des marques physiques du péché. Le jeune homme (qui n'en est plus vraiment un) est de plus en plus obsédé par le tableau, renonçant à ses résidences secondaires, inquiet dès qu'il le quitte. Il vient d'ailleurs souvent vérifier la dégradation physique du portrait, avec une certaine jouissance car il continue à ressembler, lui, au jeune homme innocent qu'il était auparavant, et cette apparence immarcescible à elle seule lui permet de démentir toutes les folles rumeurs qui courent au sujet de son comportement.

Basil venant lui faire la morale à propos de ces rumeurs, Dorian finit par lui révéler son secret : pour lui faire voir son âme, il lui montre le portrait. Puis, seul avec le peintre, Dorian conçoit une haine mortelle pour celui qu'il rend un peu responsable de ce qu'il est aujourd'hui. Fou de rage, il saisit un couteau et le tue. À nouveau, il est loin d'être submergé par les émotions, alors qu'il vient pourtant de tuer celui qu'il considérait comme un ami. Il se débarrasse ensuite du cadavre, usant du chantage avec un ancien ami, Alan Campbell, chimiste capable de faire disparaître un corps avec des produits chimiques. Peu après, Campbell se suicide.

Un soir où Dorian se rend dans les bas-fonds de Londres fumer de l'opium comme à son habitude, il se trouve par hasard et sans le savoir dans la même pièce que James Vane, le frère de Sibyl, qui le reconnaît en entendant le surnom de « Prince Charmant » que lui donne une fille de joie, ce surnom même que Sybil donnait à son amant. James se lance à la poursuite de Dorian avec l'intention de le tuer. Mais il hésite lorsqu'il se retrouve face à face avec Dorian, trompé par l'allure d'éternelle jeunesse de ce dernier, qui paraît avoir seulement vingt ans alors que Sybil s'est suicidée dix-huit ans plus tôt. Si Dorian parvient ainsi à échapper à son agresseur, il vit désormais dans la peur d'être retrouvé. Or un jour où il participe à une chasse en province, un de ses amis abat malencontreusement un homme caché dans les fourrés. Dorian découvre qu'il s'agit de James Vane. Ainsi, au moment où ses soupçons se trouvent confirmés, il est délivré de la menace qui pesait au-dessus de sa tête.

Reconnaissant d'être toujours en vie, il décide alors de devenir meilleur et de faire acte de rédemption pour que le portrait retrouve son aspect d'innocence. Après une première bonne action forcée, il court voir si le portrait n'aurait pas embelli; mais la toile porte désormais, en plus des marques du péché et du temps, un pli d'hypocrisie qui le rend plus infâme que jamais. Désespéré, Dorian enfonce le couteau qui a tué Basil dans le tableau, espérant se délivrer du rappel constant de ses crimes.

Un homme vieux et hideux est retrouvé mort en face du tableau qui, lui, a recouvré son aspect premier : l'effigie d'un jeune homme d'une beauté sublime, à l'innocence sans tache. Ce n'est qu'après l'examen des bagues du défunt qu'on reconnaîtra en lui Dorian Gray.

Genèse du romanModifier

André Gide raconte que Wilde lui aurait dit (probablement en plaisantant) qu'il avait écrit Le Portrait de Dorian Gray en quelques jours, parce qu'un de ses amis prétendait qu'il était incapable d'écrire des romans[7],[8]. En fait, le processus de rédaction fut beaucoup plus long et complexe : en 1889, Joseph Marshall Stoddart demande à Wilde d'écrire un roman pour le Lippincott's Monthly Magazine, dont il est l'éditeur, mais il faut neuf mois à Wilde pour produire son manuscrit[9]. La lecture de ce manuscrit montre que l'auteur s'est autocensuré, en supprimant notamment un passage où Basil déclare son amour à Dorian[10]. De plus, selon Frank Pierobon, il a « consenti pour l'édition en magazine à un véritable toilettage pour en gommer les références trop ouvertement homosexuelles »[11], mais il semble que Stoddart ait censuré le tapuscrit sans en informer Wilde avant la publication[12]. Malgré cette censure, la presse populaire s'est déchaînée contre le roman, jugé « empoisonné et immoral ». Pour la version publiée par Ward, Lock & Company, considérée comme définitive, Wilde s'est bien gardé de reprendre les passages censurés par Stoddart. En réponse aux attaques de la presse, Il a ajouté une préface composée d'aphorismes pour répondre aux critiques d'immoralité[13]. Il a aussi écrit six nouveaux chapitres (3, 5, 15, 16, 17, et 18)[14],[15]. Cet ajout ne semble pas avoir été dénué de considérations commerciales, car la vente de la nouvelle édition risquait d'être décevante après la diffusion de l'édition bon marché du Lippincott's, mais cela a permis à Wilde de développer le caractère de Dorian, son ambiguïté psychologique ainsi que l'histoire dramatique de sa famille que Lord Fermor révèle dans le nouveau chapitre 3[12],[16]. James Vane, le frère de Sybil, apparaît également dans ce nouveau chapitre. Ce personnage permet d'introduire une intrigue secondaire importante pour enrichir et amplifier l'évolution psychologique de Dorian[12] : au chapitre 15, il finit par retrouver Dorian, qu'il sait responsable de la mort de sa sœur et qu'il poursuit de sa vindicte.

Dans une lettre à Ralph Payne, Wilde confie qu'il a mis beaucoup de lui-même dans cet ouvrage, en particulier dans le personnage de Basil Hallward qui le représente tel qu'il se voit, alors que Lord Henry reflète l'image que le public a de lui[17]. Il suggère également que Dorian est une vision fantasmée de ce qu'il aurait voulu être, mais c'est peut-être aussi une évocation de son amant John Gray, qui signe « Dorian » les lettres qu'il adresse à l'auteur après la parution du roman[18].

Influences et sources d'inspiration du romanModifier

Le Portrait de Dorian Gray traite du rôle des influences dans le destin d'un homme. Tout commence en effet avec les mots de Lord Henry, qui font prendre conscience à Dorian à la fois de sa beauté et du caractère éphémère de celle-ci. C'est ce qui déclenche son vœu insensé. Sans l'influence des mots de Lord Henry, pas de roman. Or si les influences ont leur importance pour la trame du roman, elles en ont également beaucoup dans l'écriture d'Oscar Wilde[19].

Littérature gréco-romaineModifier

Le roman contient de nombreuses allusions aux ombres et à l'apparence des choses qui renvoient au mythe de la caverne de Platon[20]. La beauté physique de Dorian Gray qui cache la laideur de son âme renvoie également à la philosophie platonicienne, qui considère que la beauté de l'âme est « bien plus relevée que celle du corps »[21]. Le talent dont Sybil Vane fait preuve pour incarner les grands rôles féminins du répertoire théâtral évoque la mimesis telle qu'elle est définie par Platon, puis par Aristote[11].

Un autre mythe grec est également évoqué dans le roman : « Une fois, moquerie gamine de Narcisse, » Dorian « avait baisé, ou feint de baiser ces lèvres peintes, qui, maintenant, lui souriaient si cruellement »[22]. Selon Sebastian Dieguez, Wilde préfigure dans ce roman l'approche psychiatrique moderne du narcissisme[23].

Il est en outre possible de déceler l'influence d'une grande figure de la décadence romaine, Pétrone, l'auteur du Satyricon[24]. Dans bien des œuvres décadentistes, le héros exprime un mal-être typiquement « fin de siècle » par son comportement, sa recherche de plaisirs toujours plus raffinés et pervers, tout en restant incapable de trouver plus qu'une jouissance éphémère dans la dépravation de son âme.

Littérature anglosaxonneModifier

Pour Danielle Guérin-Rose, « l'ombre tutélaire de Shakespeare plane sur l'amour rêvé et tragique de Sybil et Dorian »[25]. Parmi les dramaturges élisabéthains, on peut également citer Christopher Marlowe, dont La Tragique Histoire du docteur Faust marque le début des grandes œuvres littéraires inspirées par la légende de Faust, légende à laquelle se rattache le roman de Wilde[26].

On retrouve aussi dans le roman l'influence de Walter Pater, qui fut le maître de Wilde à Oxford, et qui a contribué à définir l'esthétisme. Son œuvre The Renaissance[27] fut très controversée par sa défense de l'hédonisme et une certaine amoralité. Certains propos de Lord Henry font référence à ce courant de l'esthétisme : « nous avons perdu la faculté de donner de jolis noms aux objets. Les noms sont tout. Je ne me dispute jamais au sujet des faits; mon unique querelle est sur les mots : c’est pourquoi je hais le réalisme vulgaire en littérature. L’homme qui appellerait une bêche, une bêche, devrait être forcé d’en porter une; c’est la seule chose qui lui conviendrait »[28],[29].

Le critique britannique Robert McCrum suggère que l'œuvre a été influencée par Vivian Grey, le premier roman de Benjamin Disraeli publié anonymement en 1826[30]. Le nom de l'actrice Sibyl Vane, dont Dorian Gray tombe amoureux au début du roman, fait probablement référence à ce roman de Disraeli ainsi qu'à son titre le plus connu, Sybil : Vivian Grey a une histoire d'amour avec Violet Fane, dont la mort tragique peut rappeler celle de la Sibyl Vane du roman de Wilde[31]. Dans Vivian Grey, il est aussi question d'un tableau qui se modifie mystérieusement : les yeux du portrait se ferment à l'instant même de la mort du beau jeune homme qui y est représenté[32]. Pascal Aquien cite cet exemple d'utilisation du portrait en tant qu'élément fantastique dans les œuvres qui ont pu influencer Wilde, en particulier Le Portrait ovale d'Edgar Allan Poe (il note à ce propos que « Walter Pater souligne le charme que Poe exerçait sur Wilde »), ainsi que Melmoth ou l'Homme errant de Charles Robert Maturin, et deux nouvelles du recueil des Contes racontés deux fois de Nathaniel Hawthorne (Les Peintures prophétiques et Le Portrait d'Édouard Randolph)[33]. Pascal Aquien évoque également l'influence possible de L'Étrange du docteur Jekyll et de M. Hyde de Robert Louis Stevenson, où « l'altération des traits [du visage] reflète la vérité de l'âme ».

Littérature françaiseModifier

L'influence de La Peau de chagrin de Balzac sur Le Portrait de Dorian Gray est souvent évoquée. On peut voir un certain rapport entre les deux romans à travers la notion de décadence physique[34].

Wilde fait également référence à Théophile Gautier, avec qui il partage une conception de l'art comme puisant sa beauté de son inutilité[35]. Il cite son nom dans plusieurs chapitres (9, 11 et 14), et Dorian lit Émaux et Camées au chapitre 14[36].

Cependant, l'influence la plus marquante dans ce livre est sans nul doute celle de Joris-Karl Huysmans et de son œuvre À Rebours. Bien que Wilde n'y fasse pas explicitement référence, cette œuvre a servi de modèle pour le « livre empoisonné » que Lord Henry donne à Dorian, et qui ensorcelle tant ce dernier. Si les références à des chapitres de ce livre sont délibérément imprécises dans son roman, Wilde dut reconnaître au tribunal qu'il s'agissait bien du livre de Huysmans[37]. Richard Ellmann rapporte que Wilde considérait son roman comme une « variation fantastique » inspirée par le livre de Huysmans. La façon dont des Esseintes séduit et influence un jeune garçon dans À rebours est assez semblable à l'influence exercée par Lord Henry sur Dorian. Mais c'est surtout l'esthétisme décadent qui rapproche les deux ouvrages[38]. Ainsi, les goûts de Gray pour les collections de pierreries, tapisseries, parfums et autres objets, tels qu'ils sont décrits au chapitre 11, rappellent ceux de des Esseintes[39]. C'est probablement cette influence qui a été dénoncée par la critique au moment de la publication du roman de Wilde, en qualifiant ce dernier de « livre empoisonné » inspiré par des « déchets de la décadence française »[40].

AdaptationsModifier

Frank Pierobon estime que ce roman « ne peut être transposé au cinéma sans que l'essentiel en soit perdu »[11] : on ne peut être que déçu par la représentation physique de l'idéal de beauté qu'incarne Dorian Gray, et surtout par la reproduction du chef-d'œuvre que doit être son portrait. Pour Xavier Giudicelli, l'illustration de ce portrait relève de la gageure puisqu'il doit évoluer de la beauté sublime à une laideur monstrueuse[41],[42]. Il existe pourtant non seulement de nombreuses éditions illustrées du roman[43],[44], mais également beaucoup d'adaptations faisant appel à d'autres arts visuels.

Cinéma et télévisionModifier

Les informations suivantes proviennent principalement de : oscholars.files.wordpress.com[45] et imdb.com[46].

Le roman a inspiré de nombreuses adaptations, sur petit et grand écran :

  • 1916 : The Picture of Dorian Gray de Fred W. Durrant

À partir des années 1920, Marcel L'Herbier a commencé à travailler sur une adaptation cinématographique du Portrait de Dorian Gray, mais le film n'a jamais été réalisé bien qu'il ait maintenu ce projet pendant plus de vingt ans[48],[49].

Le personnage de Dorian Gray apparaît aussi dans les productions suivantes:

LittératureModifier

  • 1911 : Hisao Honna, critique littéraire et traducteur de Wilde en japonais, remarque dans sa critique d'un conte de Jun'ichirō Tanizaki, Himitsu (Le Secret), que le héros de ce récit ressemble à Dorian Gray, et que l'auteur est très influencé par Wilde[50]
  • 1985 : Le Portrait du mal de Graham Masterton
  • 2002 : Dorian de Will Self[51]
  • 2006 : The Bedroom Secrets of the Master Chefs de Irvine Welsh, traduction française : Recettes intimes de Grands Chefs, 2008

ThéâtreModifier

  • 1909 : Le Portrait surnaturel de Dorian Gray de Jean Cocteau[52],[53]
  • 1975 : Le Portrait de Dorian Gray, adaptation de Pierre Boutron
  • 2011 : Le Portrait surnaturel de Dorian Gray de Jean Cocteau, mise en scène de Patrick Rouzaud
  • 2013 : Le Portrait surnaturel de Dorian Gray de Jean Cocteau, adaptation de Pascal David
  • 2013 : Le Portrait de Dorian Gray, par la Compagnie des Framboisiers (adaptation et mise en scène d'Albertine Visentin)[54],[55]
  • 2014 : Dorian Gray, un portrait, par la compagnie Accès Libre au théâtre Instant T à Lyon[56]
  • 2015 : Le Portrait de Dorian Gray, par la Compagnie Le Talent Girondin, dans une adaptation d'Yvan Bregon[57]
  • 2015 : Le Portrait de Dorian Gray, à l'Inox à Bordeaux, avec Franck Desmedt[58]
  • 2015 : The Picture of Dorian Gray, adaptation de Merlin Holland et John O'Connor mise en scène par Peter Craze en tournée en Grande-Bretagne[59],[60]
  • 2015 : Le Portrait de Dorian Gray, adaptation et mise en scène de Thomas Le Douarec au théâtre du Château à Eu (Seine-Maritime)[61],[62]
  • 2015 : Il ritratto di Dorian Gray, mise en scène d'Annig Raimondi au Teatro Oscar à Milan[63]
  • 2016 : Le Portrait de Dorian Gray, adaptation et mise en scène de Imago des Framboisiers au Théâtre du Chapeau rouge (Avignon)[64]
  • 2018 : Le Portrait de Dorian Gray, adaptation et mise en scène de Stéphane Battle à L'Escale (Tournefeuille)[65]

Ballet - Théâtre musicalModifier

  • 1952 : Le Portrait surnaturel de Dorian Gray de Jean Cocteau et Ned Rorem (musique), avec Jean Marais (costumes, décors et récitant), Georges Reich (danseur) et Solange Schwartz (danseuse) à Barcelone
  • 1996 : The Picture of Dorian Gray, opéra de Lowell Liebermann (composition et livret)[66],[67],[68]
  • 2008 : Le Portrait de Dorian Gray, adaptation de Bernard Novet
  • 2014 : Dorian's Descent, comédie musicale au Met Theatre à Los Angeles[69]
  • 2015 : Flawless, un projet de drame musical sur un livret de Paul Keusseyan[70] et une musique de François Irlès[71]
  • 2015 : Le Portrait, spectacle de danse inspiré par le roman de Wilde, par la compagnie Danse et compagnie sous la direction de Xavier Gossuin, à la maison de la culture de Tournai[72]
  • 2015 : Dorian Gray, opéra de L'Ubica Cekovska, livret de Kate Pullingerovej, au théâtre slovaque national (Bratislava)[73]
  • 2016 : Le Portrait de Dorian Gray, comédie musicale de Daniele Martini (texte et musique)[19]
  • 2017 : Dorian Gray. Un désir de jeunesse éternelle, opéra de Mariana Ungureanu (compositrice) et Emmanuel Reibel (livret)[74],[75]
  • 2018 : Dorian Gray, la Belleza non ha pietà, de Daniele Martini (composition et livret)[65]
  • 2018 : Dorian Gray, « spectacle musical futuriste » des compagnies de théâtre musical Silbersee et de théâtre visuel Ulrike Quade Company (Pays-Bas)[76]

Bande dessinée - PeintureModifier

  • 2008 : Le Portrait de Dorian Gray de Stanislas Gros, éd. Delcourt
  • 2011 : Le Portrait de Dorian Gray d'Enrique Corominas, éd. Daniel Maghen[77]
  • 2015 : Autour d'un portrait, exposition à Saint-Malo d'une quarantaine de toiles d'Olivier Bour, qui s'est inspiré du roman de Wilde [78]
  • 2018 : The Picture of Dorian Gray : A Graphic Novel de Jorge Claudio Morhain[79]

Jeux vidéoModifier

  • 2011 : Le syndrome de Dorian Gray, production Big Fish Games
  • 2013 : Ozmafia de Poni-Pachet et édité par Idea Factory, avec Hiroyuki Honda faisant la voix de Dorian Gray

Livres audioModifier

En dehors des versions diffusées par Audiocite, il existe dans le commerce au moins trois narrations différentes du roman sous forme de livre audio en français :

  • Oscar Wilde, Le Portrait de Dorian Gray (texte intégral lu par Jacques Roland), éditions Le livre qui parle, coffret L071, Loubejac, 1995, 6 cassettes audio (durée non connue) (EAN 3354621000718) (notice BnF no FRBNF38310975)
  • Oscar Wilde, Le Portrait de Dorian Gray (texte intégral lu par Isabelle Bensoussan, Antoine Blanquefort, Sandrine Briard, Éric Boucher, Michel Chaigneau et Victor Vestia), éditions SonoBooK, coffret PDG, Paris, mars 2008, 1 disque compact MP3 (durée 7 h 10 min) (EAN 9782353290178) (notice BnF no FRBNF41419477)
  • Oscar Wilde (texte intégral lu par Denis Podalydès), Le portrait de Dorian Gray (coffret 863), Paris, Éd. Thélème distrib. les Belles lettres, , 6 disques compact (durée non connue) (ISBN 978-2-878-62560-8, notice BnF no FRBNF41476707)

Notes et référencesModifier

  1. (en) Robert McCrum, « The 100 best novels: No 27 – The Picture of Dorian Gray by Oscar Wilde (1891)) », sur theguardian.com, (consulté le 5 juin 2019)
  2. « Notes on The Picture of Dorian Gray », For the love of reading : notes and comments on books for readers and teachers,‎ (lire en ligne)
  3. Oscar Wilde, Œuvres, Gallimard, , p. 56
  4. Oscar Wilde, Le Portrait de Dorian Gray, Albert Savine, (lire sur Wikisource), p. 35
  5. Oscar Wilde, Le Portrait de Dorian Gray, Albert Savine, (lire sur Wikisource), p. 40
  6. Oscar Wilde, Le Portrait de Dorian Gray, Albert Savine, (lire sur Wikisource), p. 145
  7. André Gide, Oscar Wilde : In Memoriam (souvenirs). Le « De Profundis », Éditions du Mercure de France, , 51 p. (ISBN 9782715235809, lire en ligne)
  8. [En citant ces propos, Rose les commentent : « Il est permis de supposer que Wilde n'était pas tout à fait sérieux, alors que Gide l'était, sans aucun doute ».] David Charles Rose (trad. Danielle Guérin-Rose), « 9 - La vie, l'œuvre : quelques considérations sur les échanges entre Oscar Wilde et André Gide (1ère Partie) », Rue des Beaux-Arts,‎ janvier, février, mars 2016, p. 91 (lire en ligne)
  9. (en) Oscar Wilde et Nicholas Frankel (auteur de l'introduction et des annotations), The Picture of Dorian Gray : An Annotated, Uncensored Edition, Harvard University Press, , 295 p. (ISBN 9780674057920, lire en ligne), p. 38–64 (Textual Introduction)
  10. « 13 - Facsimilé de Dorian Gray », Rue des Beaux-Arts, no 65,‎ octobre, novembre, décembre 2018, p. 91-92 (lire en ligne)
  11. a b et c Frank Pierobon, « 6 - Oscar Wilde et le portrait surréel d'un désir invisible », Rue des Beaux-Arts, no 63,‎ avril, mai, juin 2018, p. 24-67 (lire en ligne)
  12. a b et c (en) Brett Beasley, « The Triptych of Dorian Gray (1890–91): Reading Wilde’s Novel as Three Print Objects », Cahiers victoriens et édouardiens, no 84,‎ (lire en ligne)
  13. [« Un livre n’est point moral ou immoral. Il est bien ou mal écrit. C’est tout. », préface de :] Oscar Wilde, Le Portrait de Dorian Gray, Albert Savine, (lire sur Wikisource), p. II
  14. [Le dernier chapitre (13 dans la version 1890) a été rallongé et coupé en deux (chap. 19 et 20 dans la version de 1891)] (en) Stanley P. Baldwin, « About The Picture of Dorian Gray », sur cliffsnotes.com (consulté le 17 juin 2019)
  15. (en) « Differences between the 1890 (left) and 1891 (right) editions of “The Picture of Dorian Gray” », le détail des modifications du texte opérées par Wilde après la publication en magazine est visualisé par un code couleur dans l'intégralité des deux versions du roman affichées côte à côte, sur mdoege.github.io (consulté le 17 juin 2019)
  16. (en) « The Picture of Dorian Gray Summary : Chapter Three », sur sparknotes.com (consulté le 17 juin 2019)
  17. (en) Oscar Wilde et Rupert Hart-Davis (éditeur), Letters, Harcourt, Brace, & World, , 958 p. (lire en ligne), p. 352
  18. (en) Neil McKenna, The Secret Life of Oscar Wilde, Arrow Books, , 718 p. (ISBN 9780099415459, lire en ligne), chap. 8 (« John and Dorian »), p. 159-170
  19. a b et c « Bulletin trimestriel de la Société Oscar Wilde », sur societeoscarwilde.fr, Rue des Beaux-Arts, avril, mai, juin 2016 (consulté le 10 juin 2019)
  20. Jean Delabroy, « Platon chez les dandies : Sur Le Portrait de Dorian Gray d'Oscar Wilde », Littérature, no 25 « Le signe et son double »,‎ , p. 42-63 (lire en ligne)
  21. Claudine Sagaert, « Beauté et laideur dans Le Portrait de Dorian Gray », Forma. Revista d’Humanitats, vol. 6,‎ , p. 83-97 (ISSN 2013-7761, lire en ligne [PDF])
  22. Oscar Wilde, Le Portrait de Dorian Gray, Albert Savine, (lire sur Wikisource), chap. 8, p. 152
  23. Sebastian Dieguez, « Dorian Gray : la chute de Narcisse », Cerveau & Psycho, no 44,‎ (lire en ligne)
  24. (en + fr) « (Carrington, Charles, publisher). Petronius. ~ The Satyricon of Petronius. [Nijmegen: Thieme for Charles Carrington in Paris, 1902]. », sur justincroft.com (consulté le 18 juin 2019)
  25. Danielle Guérin-Rose, « 1 - Éditorial : William et Oscar », Rue des Beaux-Arts, no 56,‎ , p. 3-9 (lire en ligne)
  26. (en) « The Picture of Dorian Gray Study Guide », sur gradesaver.com, Carter, Jon. Berkow, Jordan ed., (consulté le 19 juin 2019)
  27. (en) Walter Pater, The works of Walter Pater, vol. 1 : The Renaissance : Studies in Art and Poetry, Londres, Macmillan, , 239 p. (lire en ligne)
  28. Oscar Wilde, Le Portrait de Dorian Gray, Albert Savine, (lire sur Wikisource), p. 272
  29. (en) Christopher S. Nassaar, « The Problem of the Jewish Manager in The Picture of Dorian Gray », sur victorianweb.org, (consulté le 5 juin 2019)
  30. (en) Robert McCrum, « The 100 best novels: No 11 – Sybil by Benjamin Disraeli (1845) », sur theguardian.com, (consulté le 5 juin 2019)
  31. (en) Andrzej Diniejko, « Benjamin Disraeli’s Vivian Grey as a silver-fork novel with a key », sur victorianweb.org, (consulté le 5 juin 2019)
  32. (en) Benjamin Disraeli, Vivian Grey, Londres, Routledge, Warnes, and Routledge, , 435 p. (lire en ligne), partie I, chap. IV, p. 94-95
  33. [À ce propos, Pascal Aquien cite en plus Le Portrait de Nicolas Gogol] Pascal Aquien, « Du même à l’autre : la problématique du portrait chez Oscar Wilde », Sillages critiques, no 2,‎ (lire en ligne)
  34. Pierre Barbéris, Balzac et le mal du siècle, Gallimard, 1970, t. II, p. 1223 et suiv.
  35. « Il n’y a de vraiment beau que ce qui ne peut servir à rien ; tout ce qui est utile est laid, car c’est l’expression de quelque besoin, et ceux de l’homme sont ignobles et dégoûtants, comme sa pauvre et infirme nature. », [préface] Théophile Gautier, Mademoiselle de Maupin, G. Charpentier, (lire sur Wikisource), p. 22
  36. Claire Bitoun, « 6 - La présence fantastique de l'art dans les œuvres de Oscar Wilde et Théophile Gautier », Rue des Beaux-Arts, no 66,‎ janvier, février, mars 2019, p. 22-35 (lire en ligne)
  37. [L'ambiguïté sexuelle du Portrait de Dorian Gray fut utilisée par l'accusation lors du procès de Wilde] (en) Richard Ellmann, Oscar Wilde, New York, Vintage Books, (lire en ligne), p. 316
  38. (en) Michael Shea, « Fallen nature and infinite desire: A study of love, artifice, and transcendence in Joris-Karl Huysmans’s Á rebours and Oscar Wilde’s The Picture of Dorian Gray », Logos: A Journal of Catholic Thought and Culture, vol. 17, no 1,‎ , p. 115-139 (lire en ligne)
  39. Par exemple: « Il composa ainsi le bouquet de ses fleurs : les feuilles furent serties de pierreries d’un vert accentué et précis : de chrysobéryls vert asperge ; de péridots vert poireau ; d’olivines vert olive ; et elles se détachèrent de branches en almadine et en ouwarovite d’un rouge violacé, jetant des paillettes d’un éclat sec de même que ces micas de tartre qui luisent dans l’intérieur des futailles. », Joris-Karl Huysmans, À rebours, Paris, Georges Crès, (lire sur Wikisource), chap. IV, p. 56
  40. Danielle-Guérin Rose, « §1. Éditorial - Évolution des mœurs », Rue des Beaux-Arts,‎ janvier, février, mars 2014, p. 3-7 (lire en ligne)
  41. Xavier Giudicelli, « Illustrer The Picture of Dorian Gray : les paradoxes de la représentation », Études anglaises, no 69,‎ , p. 76-87 (lire en ligne)
  42. (en) Anne-Florence Gillard-Estrada, « Xavier Giudicelli, Portraits de Dorian Gray. Le texte, le livre, l’image. Préface de Pascal Aquien », Cahiers victoriens et édouardiens, no 85,‎ , p. 62-75 (lire en ligne)
  43. « 10. Bibliographie : Dorian gray et ses illustrateurs (de A à L ...) », Rue des Beaux-Arts, no 55,‎ avril, mai, juin 2016, p. 70-76 (lire en ligne)
  44. « 8 - Dorian gray et ses illustrateurs (de M à Z) », Rue des Beaux-Arts, no 63,‎ avril, mai, juin 2018, p. 73-77 (lire en ligne)
  45. (en)The Picture of Dorian Gray : Films (including television films), 2015, [1], [docx]
  46. (en)IMDb : Displaying results for "Dorian Gray", [2]
  47. (en) Tomás Costal Criado, « Dorian Gray from the page to the screen. A comparative semiotic analysis of The Picture of Dorian Gray (Oscar Wilde, 1891) and The Picture of Dorian Gray (Albert Lewin, 1945) », Alicante Journal of English Studies, no 29,‎ , p. 47-67 (lire en ligne)
  48. Michael Temple, « « Cet incomparable Wilde » : étude de trois scénarios de Marcel L’Herbier pour l’adaptation du Portrait de Dorian Gray », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze : Revue de l'association française de recherche sur l'histoire du cinéma, no 64,‎ , p. 102-119 (lire en ligne [PDF])
  49. « Maquette d’affiche pour « Le Portrait de Dorian Gray » », sur cinematheque.fr, (consulté le 13 juin 2019)
  50. Voir la revue Rue des Beaux-Arts, n°52, p. 29 (lire enligne)
  51. Josiane Paccaud-Huguet, « Dorian, an Imitation de Will Self : le mentir vrai de la fiction », Études anglaises, vol. 61,‎ , p. 43-57 (lire en ligne)
  52. Emily Eells, « §11. The critic as artist - Jean Cocteau : Le Portrait surnaturel de Dorian Gray », Rue des Beaux-Arts, no 33,‎ juillet, août 2011 (lire en ligne [docx])
  53. (en) Richard Hibbitt, « Two Tombeaux to Oscar Wilde: Jean Cocteau’s Le Portrait surnaturel de Dorian Gray and Raymond Laurent’s essay on Wildean aesthetics, A bilingual presentation of the texts edited and translated by Emily Eells », Cahiers victoriens et édouardiens, no 74,‎ , p. 265-268 (lire en ligne)
  54. Voir la revue Rue des Beaux-Arts, n°44, p. 22 (lire enligne)
  55. Reprises en 2014, 2015 et 2016 au théâtre Laurette (Paris, voir la revue Rue des Beaux-Arts, n°49, p. 25 (lire enligne), n°53, p. 20-21 (lire enligne) et n° 55, p. 17 (lire enligne), en 2017 au Théo Théâtre à Paris (voir la revue Rue des Beaux-Arts, n°58, p. 51 (lire enligne), et en 2019 au Théâtre de l'Orme à Paris (voir la revue Rue des Beaux-Arts, n°67, p. 20 (lire enligne)
  56. Voir la revue Rue des Beaux-Arts, n°46, p. 25-26 (lire enligne)
  57. Voir la revue Rue des Beaux-Arts, n°53, p. 18 (lire enligne)
  58. Voir la revue Rue des Beaux-Arts, n°51, p. 29 (lire enligne)
  59. Voir la revue Rue des Beaux-Arts, n°51, p. 35 (lire enligne)
  60. Reprise en 2016 aux Trafalgar Studios (Londres), voir la revue Rue des Beaux-Arts, n°54, p. 21 (lire enligne)
  61. Voir la revue Rue des Beaux-Arts, n°50, p. 31 (lire enligne)
  62. Reprise en tournée en 2016 (voir la revue Rue des Beaux-Arts, n° 58, p. 49-50, en 2017 au Festival d'Avignon (voir la revue Rue des Beaux-Arts, n°60, p. 17), en 2018 à La Compagnie des Soles en Avignon (voir la revue Rue des Beaux-Arts, n°64, p. 24), et en 2019 au Théâtre Le Ranelagh (voir la revue Rue des Beaux-Arts, n°67, p.24)
  63. Voir la revue Rue des Beaux-Arts, n°50, p. 37 (lire enligne)
  64. « Le Portrait de Dorian Gray »
  65. a et b « Le Portrait de Dorian Gray », sur societeoscarwilde.fr, Rue des Beaux-Arts, juillet, août, septembre 2018 (consulté le 8 juin 2019)
  66. (en) « Lowell Liebermann », sur usopera.com (consulté le 9 juin 2019)
  67. « 5. Opéra - The Picture of Dorian Gray », Rue des Beaux-Arts, no 48,‎ juillet, août, septembre 2014, p. 20-23 (lire en ligne)
  68. Tino Englebert, « 13 - Mad Scarlet Music », Rue des Beaux-Arts, no 54,‎ janvier, février, mars 2016, p. 77-81 (lire en ligne)
  69. Voir la revue Rue des Beaux-Arts, n°49, p. 24 (lire enligne)
  70. « Flawless : La beauté du diable… » [PDF], sur cercleesthetiqueetphilosophiquewildien.files.wordpress.com (consulté le 13 juin 2019)
  71. « Paul Keusseyan (livret) - François Irlès (musique) - Flawless - La beauté du diable », Rue des Beaux-Arts, no 53,‎ octobre, novembre, décembre 2015, p. 47-59 (lire en ligne)
  72. Voir la revue Rue des Beaux-Arts, n°52, p. 21 (lire enligne)
  73. Voir la revue Rue des Beaux-Arts, n°51, p. 25 (lire enligne)
  74. Tino Englebert, « 7 - The critic as artist », Rue des Beaux-Arts, no 60,‎ juillet, août, septembre 2017, p. 45-55 (lire en ligne)
  75. Naomi Toth a traduit le livret pour la version anglaise de l'opéra : Mariana Ungureanu et Adrien Alix (interviewer), « 10 - Dorian Gray - A Quest for Eternal Youth », Rue des Beaux-Arts, no 59,‎ avril, mai, juin 2017, p. 14 (lire en ligne)
  76. Tino Englebert, « Dorian Gray, spectacle musical futuriste de 'Silbersee' & 'Ulrike Quade Company' », Rue des Beaux-Arts, no 67,‎ avril, mai, juin 2019, p. 61-64 (lire en ligne)
  77. Laurence Grove, « §9. The Critic as Artist », Rue des Beaux-Arts,‎ mars, avril 2012 (lire en ligne [docx])
  78. Voir la revue Rue des Beaux-Arts, n°52, p. 12 (lire enligne)
  79. (en) « The Picture of Dorian Gray: A Graphic Novel », sur goodreads.com (consulté le 9 juin 2019)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Analyses du roman non citées ci-dessus:
    • Frédéric Monneyron, L'Androgyne décadent. Mythe, figures, fantasmes, ELLUG, 1996
    • Frédéric Monneyron, « Une lecture nietzschéenne de Dorian Gray » in Cahiers victoriens et édouardiens no 16, octobre 1982; Le corps fantastique dans « The Picture of Dorian Gray » d'Oscar Wilde in Les Cahiers du GERF, no 5, 1998
    • Xavier Giudicelli, « Portraits de Dorian Gray : Le texte, le livre, l'image », Presses de l'Université Paris-Sorbonne, 2016 (présentation en ligne)
    • Pascale McCarry, « 7. Les couleurs du livre (Oscar Wilde bibliophile) », Rue des Beaux-Arts, n°51, avril, mai, juin 2015, p. 36-71 (lire en ligne)
    • Élodie Degroisse, « 7. Entre obsession du beau et hantise de la décomposition dans The Picture of Dorian Gray », Rue des Beaux-Arts, n°53, octobre, novembre, décembre 2015, p. 22-42 (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier