Fin de siècle

L'expression « fin de siècle » (parfois écrite « fin-de-siècle ») est communément associée aux mouvements culturels et artistiques français qui émergent à la fin du XIXe siècle comme le symbolisme, le modernisme, le décadentisme ou l'Art nouveau.

Par extension, cette expression s'applique aussi à l'influence de ces courants sur l'ensemble de l'Europe. Elle est utilisée directement en français par les Anglo-Saxons, entre autres.

Cette période a été largement considérée comme une période de dégénérescence, mais aussi comme une période marquée par l'espoir d'un nouveau commencement[1]. L' « esprit » fin de siècle fait souvent référence aux marqueurs culturels qui ont été reconnus comme prégnants au début des années 1880 et 1890, notamment l'ennui, le cynisme, le pessimisme et « la croyance communément partagée que la civilisation menait à la décadence »[2],[3].

L'expression « fin de siècle » est appliquée communément à l'art et aux artistes français, car les traits de cette culture y apparurent en premier, mais le mouvement affecta nombre de pays européens[4],[5]. Le terme devint alors applicable aux sentiments et aux traits associés à la culture, et non plus uniquement à la reconnaissance du mouvement français en lui-même. Les idées et préoccupations développées par les artistes fin de siècle ont donné l'impulsion pour des mouvements comme le symbolisme et le modernisme[6].

Certains des grands thèmes politiques véhiculés par cet esprit fin de siècle ont été très controversés et souvent cités comme ayant exercé une influence majeure sur le fascisme[7],[8] et comme à l'origine de la science géopolitique, incluant la théorie du lebensraum[9].

Origines et fondementsModifier

Penser le récit historique et découper le temps en fonction des siècles révèle un aspect arbitraire : si cette vue de l'esprit n'est pas propre au XIXe siècle, c'est pourtant à cette époque-ci que cette découpe va se justifier en des discours, où l'on peut lire l'émergence, inédite, d'une « conscience du siècle » dont font preuve les acteurs sociaux-culturels de ce temps, lesquels ne sont pas uniquement des penseurs français. Ce mode de pensée, qui envisage sa propre métamorphose, sa mutation, son évolution, connotées aussi bien positivement que péjorativement, s'exprime sous la forme de grandes ruptures[10],[11]

En 1888, une pièce de théâtre grand-guignol, intitulée Fin de Siècle par Henry de Fleurigny[12] mettant en scène adultère, meurtre et tromperie connaît à Paris un certain succès. L'année suivante, un roman du même nom signé Humbert de Gallier[13] reprend les mêmes thèmes. En 1890, Jules Ricard publie ses Histoires fin de siècle[14] et, en décembre, un journal illustré intitulé Fin de Siècle est lancé, dirigé par un financier, François Mainguy. Pour promouvoir son journal, Mainguy lança le « bal Fin de siècle » à grands renforts de danseuses déshabillées et fut condamné pour outrage à la pudeur. En 1891, l'écrivain Joris-Karl Huysmans réemploie cette expression qui connaît un usage croissant. En 1894 est publié le Dictionnaire d'argot fin-de-siècle de Charles Virmaître[15] et Léo Taxil parle de « corruption fin-de-siècle » dans un essai polémique[16].

Dans son essai France: Fin de Siècle (1986), l'historien américain Eugen Weber associe cette prolifération sémantique à d'autres expressions commençant par « fin de… » et qui émergent simultanément, comme « fin du monde », « fin de race », fin d'une époque, etc., et la relie au sentiment de finitude, à une forme de mélancolie et aux angoisses engendrées entre autres par le progrès technique parfois en total décalage avec les traditions de cette époque. De son côté, Alain Corbin, tout en appréciant l'éminence de cet historien, souligne les limites d'une telle analyse.

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Schaffer, Talia. Literature and Culture at the Fin de Siècle. New York: Longman, 2007, p. 3.
  2. Meštrović, Stjepan G. The Coming Fin de Siecle: An Application of Durkheim's Sociology to modernity and postmodernism. Oxon, England, UK; New York, New York, USA: Routledge (1992 [1991], p. 2).
  3. (en) Nicoletta Pireddu, « Primitive marks of modernity: cultural reconfigurations in the Franco-Italian fin de siècle », Romanic Review, vol. 97, nos 3–4,‎ , p. 371–400 (lire en ligne)
  4. McGuinness, Patrick (Ed.)Symbolism, Decadence and the Fin de Siècle: French and European Perspectives. Exeter: University Press, 2000: p. 9.
  5. Pireddu, Nicoletta. Antropologi alla corte della bellezza. Decadenza ed economia simbolica nell'Europa fin de siècle. Verona: Fiorini, 2002.
  6. (en) J. T. Has-Ellison, « Nobles, Modernism, and the Culture of fin-de-siecle Munich », German History, vol. 26, no 1,‎ , p. 1–23 (ISSN 0266-3554 et 1477-089X, DOI 10.1093/gerhis/ghm001, lire en ligne, consulté le 3 août 2020)
  7. Sternhell, Zeev. "Crisis of Fin-de-siècle Thought." International Fascism: Theories, Causes and the New Consensus. London and New York (1998): p. 169.
  8. Payne, Stanley G. A history of fascism, 1914–1945. Oxon, England, UK: Routledge, (1995, 2005): p. 23–24.
  9. Stephen Kern, Culture of Time and Space, 1880–1918, (Massachusetts & London: Harvard University Press, 1983).
  10. [vidéo] Dominique Kalifa, « La conscience du siècle », conférence du 18 mai 2015, Université Paris I Panthéon-Sorbonne — sur Canal U.
  11. « La conscience du siècle », sur www.canal-u.tv (consulté le 3 août 2020)
  12. F. de Jouvenot et Henry de (1849-1916) Fleurigny, Fin de siècle : pièce en 4 actes / par MM. F. de Jouvenot et H. Micard, (lire en ligne)
  13. Humbert de (1865-1924) Gallier, Fin de siècle / par Humbert de Gallier, (lire en ligne)
  14. Jules (1848-1903) Ricard, Histoires fin de siècle / par J. Ricard, (lire en ligne)
  15. Charles (1835-1903) Virmaître, Dictionnaire d'argot fin-de-siècle / par Charles Virmaître ; [préface de Léo Trézenik], (lire en ligne)
  16. Léo (1854-1907) Taxil, La corruption fin-de-siècle / par Léo Taxil, (lire en ligne)
  17. Alain Corbin, « Eugen Weber, Fin de siècle. La France à la fin du XIXe siècle », Annales, vol. 43, no 5,‎ , p. 1198–1200 (lire en ligne, consulté le 3 août 2020)
  18. Frédéric Chauvaud, « Anne-Emmanuelle Demartini et Dominique Kalifa (dir.), Imaginaire et sensibilités au XIXe siècle, Études pour Alain Corbin », Histoire, économie & société, vol. 25, no 4,‎ , p. 165–165 (lire en ligne, consulté le 3 août 2020)

Articles connexesModifier