Ouvrir le menu principal

Le Boullay-Mivoye

commune française du département d'Eure-et-Loir

Le Boullay-Mivoye
Le Boullay-Mivoye
Église et rue Saint-Rémy
Au premier plan, le socle de l'ancienne éolienne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Dreux
Canton Dreux-2
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Dreux
Maire
Mandat
Stéphane Huet
2014-2020
Code postal 28210
Code commune 28054
Démographie
Gentilé bétulois-bétuloises
Population
municipale
477 hab. (2016 en augmentation de 8,41 % par rapport à 2011)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 38′ 53″ nord, 1° 24′ 20″ est
Altitude Min. 115 m
Max. 162 m
Superficie 10,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Le Boullay-Mivoye

Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir

Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Le Boullay-Mivoye

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Boullay-Mivoye

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Boullay-Mivoye

Le Boullay-Mivoye est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire.

GéographieModifier

SituationModifier

Communes limitrophesModifier

Hameaux et écartsModifier

  • Fonville, sur la D 308 en direction de Charpont, est une ancienne seigneurie. S'y trouve une ancienne chapelle nommée Saint-Nicolas, vendue en 1793 et convertie en grange. En 1218, Fonville appartenait à l’abbaye Notre-Dame de Coulombs[1] ;
  • l'ancien hameau de Saint-Lôt, au nord de la commune en limite de Marville-Moutiers-Brûlé.

Transports et voies de communicationsModifier

Réseau routierModifier

La commune du Boullay-Mivoye était autrefois traversée par la route nationale 154. Cette route est aujourd'hui déviée pour limiter le bruit et la circulation dans le village.

C'est à cette ancienne route romaine reliant Rouen et Orléans qu'elle doit la seconde partie de son nom, "Mivoye", c'est-à-dire à mi-chemin entre les deux villes.

Desserte ferroviaireModifier

La gare la plus proche est la gare de Dreux, distante de 10 km.

BusModifier

ToponymieModifier

La première apparition du toponyme "Boullay" date du IXe siècle dans un inventaire des domaines de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés (le Polyptyque d'Irminon). La dichotomie entre Le Boullay-Mivoye et Le Boullay-Thierry date du XIIe ou XIIIe siècle.

La première partie du nom "Boullay" rappelle la présence ancienne de bouleaux sur la commune. La seconde partie du nom "Mivoye" vient de sa position approximative à mi chemin de la route entre Rouen et Orléans.

HistoireModifier

Il existe des traces anciennes de présence humaine sur le territoire comme la Pierre-Fixte, divers restes de fermes gauloises ou gallo-romaines.

Le hameau de Fonville fut à l'origine le "domaine d'Offun" ou Offoni Villa au VIIIe siècle, puis Offounvilla au XIIIe siècle et enfin Auffonville au XVIIIe siècle.

Au cours de la Révolution française, la commune a failli porter le nom de Boullay-Brutus[2].

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier


  Pour un article plus général, voir Élections municipales de 2014 en Eure-et-Loir.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1944 1948 Henri Mabeau    
1948 1953 René Rousseau    
1953 1989 Jean Labiche    
1989 2014 Christian Mary    
2014 En cours Stéphane Huet DVD Artisan

Politique environnementaleModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4].

En 2016, la commune comptait 477 habitants[Note 1], en augmentation de 8,41 % par rapport à 2011 (Eure-et-Loir : +0,82 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
371404390341320316368351372
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
356345370353342343331330300
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
286296266238264276274253240
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
223233266347353344385433460
2016 - - - - - - - -
477--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

EnseignementModifier

Manifestations culturelles et festivitésModifier

ÉconomieModifier

  • Agriculture.

Culture locale et patrimoineModifier

Église Saint-RémiModifier

Article détaillé : Église Saint-Rémi.

L'église, construite aux XVe et XVIe siècles[1], possède notamment 9 baies ornées des vitraux de Gabriel et Jacques Loire[7].

Autres lieux et monumentsModifier

  • La Pierre-Fixte ou Pierre-Frite : un mégalithe préhistorique aujourd'hui enterré ;
  • Le château d’eau, construit en 1902 ;
  • Le monument aux morts, situé dans le cimetière ;
  • La mare, rue de la Mairie ;
  • La Ferme fortifiée ;
  • D’anciennes marnières, situées entre le village et le hameau.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Cartes postales anciennesModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Maurice Clavel (1920-1979) qui, dans Le temps de Chartres, fait le récit de ses entretiens avec Jérôme et Délia, dans la salle d'école de la commune, pour préparer le sabotage de la ligne de Chartres à Dreux[8].
  • Louis Gardel (né en 1939), écrivain, il possédait une résidence secondaire au Boullay-Mivoye.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. a et b Communauté d'agglomération du Pays de Dreux, « Le Boullay-Mivoye », sur http://www.dreux-agglomeration.fr (consulté le 7 septembre 2018).
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Le Boullay-Mivoye », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 4 décembre 2012).
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. Nathalie Loire, « Gabriel Loire : inventaire complet », sur http://www.ateliers-loire.fr, (consulté le 24 décembre 2016).
  8. Maurice Clavel, Le temps de Chartres : roman, René Julliard, , 214 p., p. 161 à 164.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier