Ouvrir le menu principal

Le Boullay-Thierry

commune française du département d'Eure-et-Loir

Le Boullay-Thierry
Le Boullay-Thierry
La mare.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Dreux
Canton Dreux-2
Intercommunalité Agglo du Pays de Dreux
Maire
Mandat
Frédéric Giroux
2014-2020
Code postal 28210
Code commune 28055
Démographie
Population
municipale
556 hab. (2016 en diminution de 4,47 % par rapport à 2011)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 38′ 20″ nord, 1° 25′ 52″ est
Altitude Min. 110 m
Max. 176 m
Superficie 12,87 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Le Boullay-Thierry

Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir

Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Le Boullay-Thierry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Boullay-Thierry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Boullay-Thierry
Liens
Site web www.le-boullay-thierry.com

Le Boullay-Thierry est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire.

GéographieModifier

SituationModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Communes limitrophesModifier

Lieux-dits et écartsModifier

  • Minières.

ToponymieModifier

Le Boullay-Thierry tire son nom d'un seigneur du nom de Thierry. Au commencement du XIIe siècle, on trouve déjà le nom de Boullay-Thierry, ce seigneur a donc vécu avant cette époque.

HistoireModifier

Les seigneursModifier

La plus ancienne famille connue ayant possédé le Boullay-Thierry est la famille du Boulay ou du Boullay-Thierry qui tire son nom de la terre même dont elle jouissait. La plupart des nobles n'étaient connus que par le nom de leurs terres et ce nom est devenu leur patronyme.

Vers 1220, le roi Philippe-Auguste fait dresser le ban et l'arrière ban des nobles qui dépendaient de la châtellenie de Nogent-le-Roi, le seigneur du Boullay-Thierry est alors Hugues du Boulay (en latin Hugo de Booleio). À sa suite, à la fin du XIIIe siècle, on trouve Hue du Boulay, époux de Marguerite de Pacy, fille de Robert de Pacy, dit d'Étampes, panetier de Louis IX (Saint-Louis) ; puis, en 1320, son fils Jehan du Boulay-Thierry, à la suite duquel on trouve Hue du Boulay, Chambellan de Charles VI, époux de Marguerite de Trie, mort le 3 octobre 1392. Celui-ci n'avait pas eu d'enfant légitime, c'est sa femme qui hérite de ses biens. Il eut toutefois un fils adultérin avec Alix de Mareuil : Jean du Boulay, dit Sanglier.

Marguerite de Trie, veuve d'Hue du Boulay, se remarie en 1396 avec Hervé de Coich, chevalier, chambellan du roi et du dauphin Charles et seigneur de la Grange. À sa mort, probablement en 1418, son frère Jacques de Trie, un des plus riches seigneurs de son temps, hérite de ses biens. À la mort de celui-ci, le 5 octobre 1432, c'est son fils Philippe de Trie, époux de Jeanne de Havart, qui lui succède. N'ayant pas eu d'enfants, Philippe de Trie, décédé le 23 août 1487, lègue la seigneurie du Boullay-Thierry à sa sœur Jeanne de Trie, alors veuve de Martin Pillavoine, seigneur de Jeufosse. Son fils Guillaume I de Pillavoine hérite de la seigneurie en 1489, il meurt en 1508 et c'est son fils Guillaume II de Pillavoine qui lui succède. Celui-ci étant mort sans enfants, c'est son neveu Quentin de Pillavoine, époux en 1555 d'Antoinette de Marolles, qui hérite de la seigneurie du Boullay-Thierry. Celui-ci meurt en 1569 lors de la Bataille de Jarnac laissant une fille unique, Anne de Pillavoine, mariée en 1584 avec Richard de Morteaux, sieur de Vigny, Boisgerome, Serazereux, Fadainville et Marville-Moutiers-Brûlé, avec lequel elle eut quatre enfants.

La seigneurie du Boullay-Thierry est vendue à Jacques Favier, un chapelier ayant fait fortune comme marchand à Calais, s'occupant de la fourniture des armées, il achète la charge de commissaire des guerres, puis devient Gentilhomme de la chambre du Roi et conseiller d'État. Peu de temps après avoir acheté la terre du Boullay-Thierry, il en fait hommage le 8 mars 1618 à la châtellenie de Nogent-le-Roy. Il a acquis les terres et seigneuries du Boullay-Thierry, du Boullay-Mivoie, Fouville, le Mesnil-Ponceaux et le fief de la vicomté de Nogent-le-Roi. Marié le 17 janvier 1572 avec Madeleine Lambert et remarié en janvier 1592 avec Anne de Baynast, Jacques I Favier meurt avant 1622.

C'est son fils, issu de son second mariage, Jacques II Favier qui hérite de la seigneurie du Boullay-Thierry. Conseiller au Parlement de Paris, maître des requêtes de l'hôtel, intendant de la généralité d'Alençon, Jacques II Favier fait construire le château du Boullay-Thierry. Marié en 1637 avec Anne Vallée, il meurt le 6 février 1671 et est enterré dans l'église du Boullay-Thierry où sa tombe, une grande dalle dans le chœur, est toujours présente.

C'est sa fille Angélique-Elisabeth Favier (décédée en 1732 au château du Boullay-Thierry) qui hérite de la seigneurie du Boullay-Thierry, elle se marie en 1671 avec Denis Talon (1626-1698) fils d'Omer Talon (1595-1652) avec lequel elle a un seul fils : Omer Talon, né à Paris le 25 février 1676, qui prend le titre de marquis du Boullay et du Tremblay-le-Vicomte. Celui-ci est capitaine de cavalerie, puis colonel du régiment d'Orléanais en 1700 ; marié le 4 février 1700 avec Marie-Louise Molé, fille de Louis Molé, Président à mortier au Parlement de Paris, il meurt de la petite vérole à Paris le 10 juillet 1709.

C'est son fils aîné Louis Denis Talon (1701-1744) qui lui succède. Marquis du Boulay, conseiller au Parlement de Paris (1721), avocat général (1724) et président à mortier (1731), Louis Denis Talon se marie le 6 avril 1724 avec Françoise-Madeleine Chauvelin, fille de Louis Chauvelin, conseiller et grand trésorier du roi. Dans un acte de 1762, son épouse est ainsi qualifiée : "Très haute et très puissante Dame Madame Françoise Madeleine Chauvelin, veuve de très haut et très puissant seigneur Monseigneur Louis Denis Talon, chevalier, conseiller du Roy en tous ses conseils, Président de son Parlement, Dame du Boulay-Thierry, Mignières, Boulay-Mivoie, Fonville, Vicomtesse héréditaire du Tremblay-le-Vicomte, Dame de Champigny, la Villeneuve d'Ardelles, la Houssaie et autres lieux.[1]"

Lui succède Jean Baptiste Talon (décédé en 1772), époux de Marie Charlotte Radix, auquel succède son fils Antoine Omer Talon (1760-1811) auquel Françoise Madeleine Chauvelin, veuve de Louis Denis Talon, a légué le domaine du Boullay-Thierry par testament en date du 12 mai 1768. Antoine Omer Talon est conseiller du roi en son conseil de Paris, avocat audit siège, et parrain, le 10 mai 1778, de la cloche de l'église du Boullay-Thierry. Marié avec Jeanne Agnès Gabrielle de Pestre, en 1789 il est nommé suppléant à la députation aux États-Généraux pour le bailliage de Chartres et siège à l'Assemblée constituante de 1789 en remplacement Charles-Philippe-Simon de Montboissier-Beaufort-Canillac, démissionnaire.

Antoine Omer Talon est le père de Zoé Talon, née le 25 août 1785 au Boullay-Thierry, décédée à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) le 19 mars 1852, dernière favorite, ami et confidente du roi Louis XVIII.

Le 4 septembre 1792, suivant acte reçu par Maître Charpentier, notaire à Paris, Antoine Omer Talon vend le domaine du Boullay-Thierry à Alexandre-François de La Rochefoucauld, époux d'Adélaïde Françoise Pyvart Chastulé[2].

La Révolution françaiseModifier

Pendant la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de Boullay-la-Société[3].

Le ConsulatModifier

20 mars 1801 : "Bonaparte, premier consul de la République, sur la présentation du ministre de l'intérieur, arrête : le citoyen Anne-Marie-Louis Devougny-Boquestan, propriétaire, maire du Boulay-Thierry, membre du premier arrondissement du département d'Eure-et-Loir, est nommé membre du conseil général dudit département, en remplacement du citoyen Siker, démissionnaire. Signé Bonaparte. Pas le premier Consul, le secrétaire-d'état, signé Hugues N. Maret[4]."

La guerre de 1870Modifier

Le Boullay-Thierry est envahi par les Prussiens le 25 octobre 1870 qui le quittent le 13 mars 1871.

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires à partir de 1919
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1800 1845 Louis de Vougny de Boquestant    
1845 ? Hippolyte de Vougny de Boquestant    
1919 1922 Désiré Havard    
1922 ? Prevet    
1945 1956 Joseph Polvèche    
1956 ? Raoul Doublet    
1977 ? Henri Lefort    
2001 2014 Jean-Luc Doublet    
2014 En cours Frédéric Giroux SE Ingénieur conseil

Politique environnementaleModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6].

En 2016, la commune comptait 556 habitants[Note 1], en diminution de 4,47 % par rapport à 2011 (Eure-et-Loir : +0,82 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
686685695611537488472477453
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
436417381361353344366352331
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
329307321306305293294257236
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
240234282324348483531573560
2016 - - - - - - - -
556--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

EnseignementModifier

Manifestations culturelles et festivitésModifier

ÉconomieModifier

 
Éoliennes du Boullay-Thierry.

Parc éolien du chemin de TulerasModifier

En novembre 2006 a été mis en service par Enertrag un parc de six éoliennes Enercon E66/2000 d'une puissance de 2 MW chacune, trois sur la commune de Villemeux-sur-Eure et trois sur la commune du Boullay-Thierry, développant une puissance totale de 12 MW[9].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Église Saint-LubinModifier

L'église Saint-Lubin du Boullay-Thierry date des XIIIe et XVe siècles,   Inscrit MH (2007)[10].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Château du Boullay-ThierryModifier

Le château du Boullay-Thierry date des XVIIe et XVIIIe siècles,   Inscrit MH (2007)[11].

Après avoir appartenu pendant plusieurs générations à la famille Talon, le château fut vendu successivement :

- par Antoine Omer Talon à Alexandre François de la Rochefoucault, époux d'Adélaïde Françoise Pyvart Chastulé, suivant acte reçu par Maître Charpentier, notaire à Paris, le 4 septembre 1792 ;

- par Alexandre François de la Rochefoucault et son épouse à Antoine Roy, le 28 décembre 1793 ;

- par Antoine Roy à Étienne Feuillant, suivant acte reçu par Maître Charpentier, notaire à Paris, le 6 février 1795 ;

- par Étienne Feuillant à Jean Baptiste André Pochet, suivant acte reçu par Maître Raguideau, notaire à Paris, le 26 avril 1795.

Au décès de Jean Baptiste André Pochet (1738-1802), sa fille Constance Marie Thérèse Pochet (1769-1829) en hérita, elle était mariée avec Anne Marie Louis de Vougny de Boquestant (1758-1847), Chevalier de Saint-Louis, capitaine de dragons du régiment de Languedoc, maire du Boullay-Thierry pendant 45 ans, membre du Conseil général d'Eure-et-Loir pendant 27 ans, il décède au château du Boullay-Thierry le 12 juin 1847 à 89 ans[12]. C'est leur fils Anne Marie Hippolyte de Vougny de Boquestant (1791-1865), époux en 1822 d'Aimée Charlotte Robert de Saint-Vincent (1800-1831) qui hérite du château du Boullay-Thierry, ses 148 hectares de terre en labour et bois, composèrent sa dotation en majorat, acceptée par le Garde des Sceaux, Ministre Secrétaire d’État de la Justice, le 17 décembre 1818[13]. Puis c'est la fille de ces derniers Louise Marie de Vougny de Boquestant, née le 2 août 1831 au château du Boullay-Thierry où elle est morte le 14 décembre 1915, mariée le 11 avril 1849 à Paris 10e arrondissement avec Emmanuel Pourroy de Quinsonnas (1818-1901) qui en hérita, puis leur fils Fernand Pourray de Quinsonnas, né en 1852, marié avec Gabrielle Marguerite Marie Geisler, puis leur unique fils Pierre Marie Albin Octavien Pourroy de l'Auberivière, comte de Quinsonnas, né le 10 août 1886 à Paris.

Le 13 décembre 1909, Pierre de Quinsonas avait été condamné par le conseil de guerre du Mans à un mois de prison pour désertion[14].

Pilote aviateur, il devait se marier le 28 juillet 1917 avec la fille du duc d'Uzès lorsqu'il fut mortellement blessé, alors qu'il marchait au sol, au camp d'aviation de Villacoublay par l'hélice de l'avion du pilote Chalandel[15]. Décoré de la croix de guerre à titre posthume, ses obsèques eurent lieu le 24 juillet 1917.

Par testament olographe en date du 1er août 1914, déposé chez Maître Ader, notaire à Paris, Pierre de Quinsonas a légué le château du Boullay-Thierry à l'armée française[16].

En octobre 1918, l'armée confia le château et son domaine au Comité américain pour les régions dévastées (CARD) fondé par les américaines Ann Morgan et Ann Murray-Dike, qui venait en aide aux populations civiles de l'Aisne sinistrée. Le quartier général de l'association humanitaire se trouvait au château de Blérancourt. Pendant sept ans, de 1917 à 1924, 350 bénévoles américaines sillonnèrent la Picardie afin de secourir, ravitailler, aider les civils de toutes les manières possibles. Des dispensaires médicaux, des écoles, des écoles ménagères et des bibliothèques furent ouverts. Le château du Boullay-Thierry, qui présentait l'avantage d'être loin du front, fut utilisé par le CARD comme centre d'hébergement, école et dispensaire médical et accueillit 90 enfants ayant perdu un père ou une mère pendant la guerre[17],[18],[19]. Des films muets et des photographies y furent réalisés en 1919 et 1920 pour témoigner des initiatives réalisées et obtenir des fonds [20], tout particulièrement à l'occasion d'une fête, le "May festival", où furent conviés des dizaines de personnalités et un jazz band de l'armée américaine.

Les 14, 15, 21, 22, 28 et 29 novembre, 5, 6, 12 et 13 décembre 1920, le mobilier du château est vendu aux enchères sur place par les greffiers de paix de Nogent-le-Roi, l'annonce précise : « Très beau mobilier moderne et ancien, dont divers pièces signées Jacob, Julienne, Roh, Mantel, Héricourt, faïences, porcelaines, tableaux, tapisseries, équipages, voitures et harnais ».

Le 15 février 1921, le château et ses deux fermes, soit 328 hectares au total, sont à vendre sur surenchère du sixième au Palais de Justice de Dreux. La mise à prix est fixée à 700,100 francs[21].

Le château est acheté par Monsieur Dequeeker, un exploitant de mines du charbon du Nord, qui l'achète pour ses bois dont il avait besoin pour étayer ses mines.

En 1945, le château est acheté par Usinor qui en fait une colonie de vacances, avec piscine, pour les enfants de ses employés de Denain (Nord) et de Montataire (Oise). En 1976, ce sont 450 enfants sur trois sessions de trois semaines qui venaient l'été comme colon au Boullay-Thierry, mais suite aux difficultés de l'industrie sidérurgique dans les années 1970 et au début des années 1980, la société réduit de façon drastique son personnel, si bien qu'en 1981 elle a beaucoup moins d'enfants d'employés à y envoyer et décide, après avoir envisagé de le transformer en maison de retraite, de le vendre[22].

En 1959, une pierre de 100 kilos provenant du château fut transférée au Canada pour être la première pierre d'une nouvelle aile de l'hôpital Jean Talon à Montréal[23].

Le château est aujourd'hui la propriété d'une personne privée.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Guillaume Doyen (1729-1794), né le 17 janvier 1729 au Boullay-Thierry[24], feudiste, géographe, auteur d'une "Histoire de la Ville de Chartres, du Pays chartrain et de la Beauce" en deux volumes[25]. Il étudia la géométrie à l'âge de 10 ans, et à 15 ans fut employé par César-François Cassini pour établir la Carte de Cassini. Marié avec Marie Françoise Laplanche[26], il a eu neuf enfants, dont quatre lui survécurent. En 1785, il est nommé administrateur du bureau des pauvres de la ville de Chartres.
  • Rémy Claye (1735-1795), fils du régisseur du château de Boullay-Thierry, laboureur, élu député à l'Assemblée constituante de 1789, mort au Boullay-Thierry le 19 février 1795[27].
  • Vincent Chevard (1748-1826), né le 3 février 1748 au Boullay-Thierry[28], fils de Pierre Chevard, jardinier au château du Boullay-Thierry et de Marguerite Angélique Houlbrac. Praticien, puis notaire à Chartres, de 1776 à 1801, il devient maire de Chartres en 1791 et 1792, puis de 1800 à 1802. Il est l'auteur d'une "Histoire de Chartres et de l'ancien Pays chartrain" en deux volumes[29]. Une rue de Chartres porte son nom. En 1776, il épouse Marie Madeleine Sainsot, fille d'un huissier à Verge de la cathédrale de Chartres. Son frère, Pierre Jacques Chevard, époux de Françoise Marie Houlet, est jardinier au château du Boullay-Thierry. Un autre de ses frères, Lubin Chevard, époux en premières noces de Louise Dablin et en secondes noces de Marie Jeanne Gascon, est boulanger au Boullay-Thierry. Son troisième frère, Louis Chevard, est charron au Boullay-Thierry[30]
  • Antoine Omer Talon (1760-1811), chevalier, marquis de Boullay-Thierry, vicomte héréditaire de Nogent-le-Roi, conseiller au parlement de Paris, élu le 21 mars 1789 député suppléant de la noblesse par le bailliage de Chartres aux États généraux de 1789 ;
  • Zoé Talon (1785-1852), comtesse Achille de Baschi du Cayla, fille du précédent, née dans la commune, dernière favorite, confidente et amie du roi Louis XVIII.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Acte de donation par ladite dame au profit de l'église, fabrique et paroisse du Boullay-Thierry, reçu par Maître Marchand, notaire à Chartres, le 19 juillet 1762. Archives départementales d'Eure-et-Loir, cote 2E8 634
  2. Les informations sur les seigneurs du Boullay-Thierry sont tirées du livre "Châteaux en Eure-et-Loir", volume 2, du chanoine Charles Métais, archives du diocèse de Chartres, 1908, consultable notamment à la médiathèque de Chartres.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Le Boullay-Thierry », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 4 décembre 2012).
  4. Journal officiel de la préfecture d'Eure-et-Loir, An 9, no 3.
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. « Parcs éoliens en France, zone 28 », sur https://www.thewindpower.net, .
  10. « Église paroissiale Saint-Lubin », notice no PA28000029, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  11. « Château du Boullay-Thierry », notice no PA28000028, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  12. Journal des Villes et des Campagnes du 22 juin 1847.
  13. Feuille d'annonces du département d'Eure-et-Loir du 21 janvier 1819.
  14. Article publié dans "Le Petit Parisien", du 14 décembre 1909, intitulé "Le hussard vagabond - Le comte de Quinsonas en conseil de guerre", consultable sur le site internet Gallica.
  15. Les circonstances de sa mort sont indiquées dans le livre "La Panthère" de Stéphanie des Horts, éditions Jean-Claude Lattès, 2010
  16. Recueil des actes administratifs de l'année 1917, préfecture de la Seine, page 585.
  17. Coproduction RMN /Historial de la Grande Guerre, Des américaines en Picardie - Au service de la France dévastée 1917-1924, Péronne,
  18. « L'aide américaine en Picardie », sur www.histoire-image.org, (consulté le 8 novembre 2017)
  19. « Panneaux de l'exposition consacrée CARD à l'occasion du Centenaire »
  20. « Vidéo dite "de propagande" du Fonds Ann Morgan » (consulté en consulté le 08 novembre 2017)
  21. Annonce parue dans le journal "Le Figaro" du 2 février 1921, page 6 et L'Action républicaine du 5 février 1921.
  22. L'Action républicaine du 6 février 1981 : Boullay-Thierry. Crise de la sidérurgie. Usinor vend son château.
  23. L'Écho républicain de la Beauce et du Perche, 22 août 1959 : "Du Boullay-Thierry au Canada"
  24. https://books.google.fr/books?id=rnRnnc0s_WsC&pg=PA140&lpg=PA140&dq=guillaume+doyen+le+boullay+thierry&source=bl&ots=XeE1qBi7Lh&sig=9mL-AZ_hiLR5tXSXCcIKoeD7kbU&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwj0j7TX4eHRAhVLnRoKHRYZBtsQ6AEIHDAB#v=onepage&q=guillaume%20doyen%20le%20boullay%20thierry&f=false
  25. Son histoire de Chartres est consultable en ligne : https://archive.org/details/bub_gb_N0Kmnj2z5P0C
  26. Voir l'inventaire après son décès des 3, 4, 13, 22, 29 floréal et 5 prairial an II, archives départementales d'Eure-et-Loir,cote 2 E 4 354.
  27. Son portrait : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8559275w.r=r%C3%A9mi%20claye?rk=21459;2
  28. Acte de baptême dans les registres paroissiaux de Boullay-Thierry, année 1748, image 325/351 sur le registre en ligne des Archives départementales d'Eure-et-Loir.
  29. Nécrologie de Vincent Chevard publiée dans les Feuilles d'Annonces du département d'Eure-et-Loir" du 18 mai 1826, no 20.
  30. Contrat de mariage de Lubin Chevard en date du 16 mai 1773. Archives départementales d'Eure-et-Loir, cote 2E8 646