Lady Bird (film, 2017)

film de Greta Gerwig sorti en 2017

Lady Bird est une comédie dramatique américaine écrite et réalisée par Greta Gerwig, sortie en 2017 aux États-Unis.

Lady Bird
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo du film Lady Bird.

Réalisation Greta Gerwig
Scénario Greta Gerwig
Musique Jon Brion
Acteurs principaux
Sociétés de production Scott Rudin Productions
Management 360
IAC Films
Pays de production Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie dramatique
Durée 93 minutes
Sortie 2017


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Se déroulant entre 2002 et 2003 à Sacramento, en Californie, le film relate le passage à l'âge adulte d'une lycéenne de la classe moyenne et sa relation tendue avec sa mère. La distribution comprend notamment Saoirse Ronan, Laurie Metcalf, Tracy Letts, Lucas Hedges, Timothée Chalamet, Beanie Feldstein, Stephen McKinley Henderson et Lois Smith.

Lady Bird est présenté en avant-première au Festival du film de Telluride le et sort aux États-Unis deux mois plus tard, le . La presse a salué le scénario et la mise en scène de Greta Gerwig, ainsi que les performances de Saoirse Ronan et Laurie Metcalf. Il est considéré par de nombreux critiques comme l'un des meilleurs films de 2017 et l'un des meilleurs films des années 2010. Lors de la 90e cérémonie des Oscars, il obtient cinq nominations sans en remporter aucune : meilleur film, meilleure actrice pour Saoirse Ronan, meilleur second rôle féminin pour Laurie Metcalf, meilleur scénario original et meilleur réalisateur. Aux Golden Globes, le film remporte deux prix pour quatre nominations, ceux du meilleur film musical ou comédie et meilleure actrice dans un film musical ou une comédie pour Saoirse Ronan. Il est également nommé pour trois British Academy Film Awards.

SynopsisModifier

Présentation généraleModifier

Automne 2002. Christine "Lady Bird" McPherson est une lycéenne d'un lycée catholique de Sacramento. Elle rêve de poursuivre ses études dans une université sur la côte Est, ce à quoi s'oppose sa mère Marion. Au cours de sa dernière année de lycée, elle va découvrir de nouvelles expériences comme l'amour, le théâtre et l'université.

Résumé détailléModifier

Durant l'automne 2002, Christine « Lady Bird » McPherson vit avec sa famille à Sacramento en Californie et fréquente le lycée catholique Immaculate Heart of Mary[N 1]. À l'approche de ses 18 ans, elle cherche à s'émanciper d'une existence qui lui semble trop étroite et d'une ville qui lui déplait. Elle aspire à fréquenter une université d'excellence dans « une ville culturelle » sur la côte Est. Sa famille a des difficultés financières et sa mère, Marion, lui dit régulièrement qu'elle est ingrate pour ce qu'elle a. Les critiques de Marion poussent Lady Bird à sauter d'une voiture en marche, se cassant ainsi le bras. Elle s'inscrit à un cours de théâtre avec sa meilleure amie Julianne "Julie" Steffans. Elle y rencontre son premier amour, Daniel "Danny" O'Neill, qui fréquente Xavier, l'école des garçons. Lady Bird déçoit sa mère en passant son dernier Thanksgiving avant la remise des diplômes chez la riche famille de Danny au lieu de la sienne. Après la première de Merrily We Roll Along, leur relation prend fin lorsque Lady Bird et Julie découvrent que Danny embrasse un autre garçon dans une salle de bain.

Sur les conseils de Marion, Lady Bird accepte un emploi dans un café. Elle y rencontre Kyle, un élève cool de l'école des garçons, et ils se lient d'amitié. Lady Bird abandonne Julie et laisse tomber les essais de la nouvelle pièce de théâtre pour se lier avec Jenna Walton, une fille populaire, avec laquelle elle vandalise la voiture d'une religieuse. Elle découvre que l'endroit le plus cool pour traîner, le "Deuce", est en fait un parking. Au fur et à mesure que Lady Bird se rapproche de Kyle et Jenna, elle délaisse progressivement Julie et abandonne complètement le programme de théâtre. Lady Bird console Danny un jour après qu'il a exprimé sa peur de faire son coming out, et ils redeviennent amis.

Lors d'une fête, Kyle et Lady Bird s'embrassent et Kyle affirme qu'il est vierge. Plus tard, Lady Bird perd sa virginité avec lui, mais il révèle qu'il a déjà eu des rapports sexuels avant elle. Cela bouleverse Lady Bird et l'incite à chercher du réconfort auprès de sa mère. Lorsque Lady Bird est suspendue de l'école pour avoir pris la parole lors d'une assemblée pro-vie, Jenna tente de lui rendre visite chez elle, mais découvre que Lady Bird avait déclaré que la maison de la grand-mère de Danny était la sienne afin de l'impressionner. Lady Bird admet son mensonge et Jenna accepte de lui pardonner en raison de leur amitié mutuelle avec Kyle, bien que l'amitié entre Lady Bird et Jenna commence à devenir tendue et distante.

Lady Bird apprend que son père, Larry, est sans emploi et qu'il lutte contre la dépression depuis des années. Elle postule à des universités de la côte Est, malgré l'insistance de Marion qui affirme que la famille ne peut pas payer les frais d'inscription. Elle est aidée par son père, qui remplit les demandes d'aide financière à l'insu de Marion. Lady Bird est acceptée à l'Université de Californie à Davis, mais elle est déçue car elle trouve que c'est trop près de chez elle. Apprenant qu'elle est sur la liste d'attente pour une université de New York, elle ne partage pas la nouvelle avec sa mère, craignant sa réaction. Lady Bird se rend à son bal de fin d'année avec Kyle, Jenna et Jonah, le petit ami de Jenna, mais les trois autres décident d'aller à une fête à la maison. Lady Bird est d'abord d'accord, puis change d'avis et prend la parole pour dire qu'elle veut vraiment aller au bal. Lady Bird leur demande de la déposer à l'appartement de Julie, où ils renouent leur amitié et vont au bal ensemble.

Après la remise des diplômes, Danny révèle accidentellement à Marion la place de Lady Bird sur la liste d'attente, et celle-ci ne parle plus à sa fille pendant tout l'été. Le jour de son dix-huitième anniversaire, le père de Lady Bird partage un cupcake avec elle, et elle achète un paquet de cigarettes, un ticket à gratter et un numéro de Playgirl pour fêter son entrée dans l'âge adulte. Lady Bird apprend qu'elle a été acceptée dans une école à New York et qu'elle peut payer les frais de scolarité grâce à une aide financière et celle de son père. Ses parents l'emmènent à l'aéroport, mais Marion refuse d'entrer pour leur dire au revoir. Elle se met à pleurer en quittant l'aéroport et revient en voiture, pour découvrir que Lady Bird a déjà passé la sécurité. Elle pleure dans les bras de son mari, qui la console en lui disant que Lady Bird « reviendra ».

Arrivée à New York, Lady Bird trouve dans ses bagages plusieurs lettres écrites par sa mère et jetées à l'origine, mais secrètement recueillies et transmises par son père. Elle recommence à utiliser son prénom et est hospitalisée après avoir beaucoup bu lors d'une fête. En quittant l'hôpital, elle se rend à un service religieux presbytérien et est émue aux larmes. Elle appelle chez elle et laisse un message vocal d'excuses à sa mère, la remerciant pour tout ce qu'elle a fait pour elle.

Fiche techniqueModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

DistributionModifier

  Source et légende : version québécoise (VQ) sur Doublage.qc.ca[1]

ProductionModifier

Genèse et développementModifier

 
Greta Gerwig et Saoirse Ronan lors d'une projection des Filles du docteur March en 2019.

Greta Gerwig passe plusieurs années à écrire Lady Bird. Bien qu'il ait été décrit comme « semi-autobiographique »[2], elle affirme que « rien dans le film n'est littéralement arrivé dans ma vie, mais il y a des éléments qui résonnent avec ce que je connais »[3]. Le scénario initial dépassait les 350 pages et s'intitulait Mères et filles (Mothers and Daughters). Bien qu'elle admette qu'il n'était pas exactement « cohérent d'un point de vue narratif »[C 1], ce scénario lui a permis de cerner les meilleurs éléments de l'histoire[3]. Selon elle, « c'était comme 350 pages de trucs, qu'ensuite j'ai en quelque sorte examiné afin de déterminer ce qui me semblait être le cœur de l'histoire »[C 2],[3].

Cette première version du scénario nécessite quelques retouches[4]. Il faut plusieurs années à Gerwig pour couper environ 200 pages du scénario et changer son titre en Lady Bird[4]. Ce n'est qu'une fois le scénario terminé que Gerwig comprend qu'elle va le mettre en scène, ce qu'elle n'envisageait pas faire jusque-là[4].

Elle a ensuite remis le script à son manager, Evelyn O'Neill, en lui demandant si elle accepterait de le produire, malgré le fait qu'elle n'ait produit aucun film[5]. Celle-ci accepte, expliquant avoir aussi peu d'expérience en production que Gerwig en réalisation[5].

En 2015, Gerwig et son équipe obtiennent un financement d'IAC Films, qui produit le film aux côtés de Scott Rudin Productions[5]. Lady Bird est le premier long-métrage de Greta Gerwig en tant que cinéaste indépendante ; en 2008, elle avait co-écrit et co-réalisé Nights and Weekends avec Joe Swanberg[6].

Distribution des rôlesModifier

En , Greta Gerwig rencontre Saoirse Ronan au Festival international du film de Toronto, où elles font respectivement la promotion de Maggie a un plan (Maggie's Plan) et de Brooklyn. Les deux femmes lisent le scénario à voix haute dans une chambre d'hôtel, avec Saoirse Ronan dans le rôle de Lady Bird[7],[8]. La cinéaste comprend dès la deuxième page que Saoirse Ronan est le bon choix pour le rôle-titre[7],[8] : « Cette lecture a donné un résultat tellement différent de ce que j’avais imaginé — et tellement supérieur aussi ! Elle était déterminée, drôle, bouleversante, et son jeu était à la fois universel et précis »[4]. En , soit quelques mois plus tard, Saoirse Ronan fait officiellement partie du casting[9].

Après avoir vu le film Manchester by the Sea au festival du film de Sundance, Greta Gerwig propose à Lucas Hedges de jouer dans Lady Bird[10], lui présentant les rôles de Danny et Kyle, deux petits amis de l'héroïne. Il choisit le rôle de Danny, dont il se sent « plus proche »[11],[12], ce que Gerwig avait escompté[10]. Quant à Laurie Metcalf, elle est choisie après que Gerwig a observé son travail au théâtre[13]; le reste du casting — dont Tracy Letts, Timothée Chalamet, Beanie Feldstein, John Karna et Jordan Rodrigues — est annoncé en [14],[15],[16].

TournageModifier

Le tournage devait commencer en , mais est reporté au mois d'août en raison de l'engagement de Saoirse Ronan pour une représentation des Sorcières de Salem (The Crucible) d'Arthur Miller[17]. Le tournage commence le à Sacramento, en Californie, pour une semaine[5]. Cinq semaines sont passées sur place à Los Angeles[5], avec un tournage supplémentaire à New York, et le tournage s'achève le [18].

Pour préparer les acteurs et l'équipe technique du film, Greta Gerwig leur confie ses anciens annuaires de lycée, des photos, des journaux intimes, ainsi que des écrits de l'écrivaine Joan Didion. Elle leur fait également visiter sa ville natale, Sacramento[19]. Elle explique au directeur de la photographie Sam Levy que son ambition est que le film ressemble « à un souvenir »[20], et qu'elle cherche à offrir un pendant féminin à des histoires comme Les Quatre Cents Coups et Boyhood[2].

Gerwig comptait tourner le film sur une pellicule Super 16, mais en raison de contraintes budgétaires, le film est finalement tourné avec l'Arri Alexa Mini[21]. Pour le rôle de Lady Bird, Saoirse Ronan se teint les cheveux en rouge et ne porte pas de maquillage pour cacher son acné[22]. Il s'agit pour elle d'« une très bonne occasion de laisser le visage d'une adolescente dans un film ressembler au visage d'une adolescente dans la vraie vie »[C 3],[22]. Durant le tournage, Gerwig a recours à une technique qu'elle a apprise de la réalisatrice Rebecca Miller avec qui elle a collaboré sur le film Maggie a un plan. Chaque jour, elle arrive une heure avant tout le monde afin de mettre les acteurs et l'équipe à l'aise en sachant exactement comment la journée va se dérouler. Elle interdit également les téléphones portables sur le plateau, une pratique empruntée à son conjoint, le cinéaste Noah Baumbach[23].

Post-productionModifier

Greta Gerwig passe environ trente semaines à monter le film avec le chef monteur Nick Houy[24], qui lui avait été recommandé par Jen Lame, monteuse d'entre autres Frances Ha et Mistress America[25].

Si la plupart des scènes présentes dans le scénario sont dans film, d'autres sont coupées au cours du montage[26]. Ainsi, la scène d'adieu entre Lady Bird et Julie est supprimée, Gerwig considérant qu'elles se sont déjà dit au revoir à ce moment du récit[26]. De même, la scène du discours de campagne que prononce Lady Bird quand elle se présente aux élections du BDE est coupée car elle ne colle pas avec le reste du film[26].

Pendant la post-production, le bruit numérique est accentué pour créer l'effet d'une copie d'une photographie[21].

Le montage se termine environ deux semaines avant sa première au festival du film de Telluride le [27].

Bande originaleModifier

Lady Bird
Original Motion Picture Soundtrack
Jon Brion en 2004.
Bande originale de Jon Brion
Film Lady Bird
Sortie
Durée 27:24
Genre musique de film
Format CD, Digital, Vinyle
Label Lakeshore Records

Pour Lady Bird, Greta Gerwig souhaitait une partition mélodique et structurée, et qu’elle soit au premier plan[28]. Elle fait appel au compositeur Jon Brion, pour qui elle a une grande admiration[28]. Dès leur première rencontre, il joue une maquette de ce devient par la suite le thème principal du film[28].

Il compose la musique pas à pas, en visionnant des images du film et en discutant avec Gerwig[28]. Il a la particularité de travailler la nuit, se mettant au travail vers 22 heures et s'arrêteant vers 6 heures du matin[28]. Pour ajouter de l'émotion, il privilégie l'usage des bois au détriment des cordes[28].

Constituée de vingt-trois morceaux, la bande originale de Jon Brion sort en téléchargement le dans l'album Lady Bird (Original Motion Picture Soundtrack)[29].

Liste des morceaux
No Titre Durée
1. Title Credits 1:47
2. Sign Up 0:49
3. Drive Home 0:42
4. Lb / Danny 0:16
5. Pick Up 0:31
6. Lady Bird Kiss 1:45
7. Rose Garden 1:42
8. Lb Steals Math Grade Book 0:24
9. Thanksgiving in Sacramento 0:51
10. Coffee Shop 0:34
11. Hope 0:49
12. More Hope 1:41
13. Consolation 1:18
14. Hope Against Hope 1:09
15. Model Homes 0:45
16. Maybe 0:35
17. Looking Forward 0:25
18. Summer in Sacramento 1:18
19. Packing Up 1:16
20. Leaving 1:22
21. Hope? 0:40
22. Reconcile 1:24
23. Lady Bird 5:10
27:24
Lady Bird
Soundtrack from the Motion Picture

Bande originale de divers artistes
Film Lady Bird
Sortie
Durée 52:53
Format CD, téléchargement
Label Legacy Recordings

En parallèle des compositions originales de Jon Brion, Lady Bird comprend plusieurs chansons déjà existantes datant des années 1990 et 2000[30]. On peut ainsi entendre Hand in My Pocket d'Alanis Morissette lorsque le père de Lady Bird la dépose à l'école, Cry Me a River de Justin Timberlake durant la fête de Jenna ou encore Crash Into Me de Dave Matthews Band pendant le trajet de la voiture vers le bal[30].

Ces chansons sont réunies dans un autre album, Lady Bird - Soundtrack from the Motion Picture, sorti le [30].

Liste des morceaux
No TitreInterprète Durée
1. Prayer of St. Francis (From St. Francis Hymn) (dialogue)Beanie Feldstein 0:20
2. Hand in My PocketAlanis Morissette 3:38
3. Little of Your LoveHaim 3:32
4. Panis AngelicusAdolf Fredrik Girls Choir 3:33
5. ‘It's given to me - by me' (dialogue)Saoirse Ronan 0:09
6. Days of SteamJohn Cale 1:58
7. As We Go AlongThe Monkees 1:58
8. ‘Center of Attention' (dialogue)Beanie Feldstein 0:04
9. OverturePaul Gemignani 3:52
10. Crash into MeDave Matthews Band 5:13
11. Happy BirthdayAltered Images 2:58
12. ‘City College' (dialogue)Laurie Metcalf 0:10
13. Snoop Dog, BabyReel Big Fish 3:25
14. Always See Your FaceLove 3:19
15. The Nutcracker Ballet, Op. 71: No. 13. Waltz of the Flowers (Excerpt)Leonard Slatkin 2:09
16. This Eve of PartingJohn Hartford 2:32
17. ‘Wrong Side of the Tracks' (dialogue)Lucas Hedges 0:13
18. Little Plastic CastleAni DiFranco 4:03
19. Tha CrossroadsBone Thugs-N-Harmony 3:43
20. Rosa MysticaThe University Of Notre Dame Folk Choir 3:57
21. ‘Let's Just Sit' (dialogue)Laurie Metcalf 0:13
52:53

AccueilModifier

Sortie au cinémaModifier

En , A24 acquiert les droits de distribution du film dans le monde entier[31]. Le film est présenté en première mondiale au festival du film de Telluride le [32], puis est projeté au Festival international du film de Toronto le et au Festival du film de New York le [33]. En , Universal Pictures reprend les droits de distribution dans tous les territoires à l'exception de l’Amérique du Nord[34], où la distribution du film est assurée par A24. Lady Bird sort en salles aux États-Unis le [35], au Royaume-Uni le et en Irlande le [36].

Accueil critiqueModifier

Les performances de Saoirse Ronan et Laurie Metcalf sont acclamées par la critique et leur permettent d'être nommées aux Oscars respectivement dans les catégories meilleure actrice et meilleure actrice dans un second rôle.

Lady Bird est très bien accueilli par la critique, qui salue le scénario, la réalisation ainsi que les performances de Saoirse Ronan et Laurie Metcalf[37],[38]. Sur Rotten Tomatoes, le film a actuellement un taux d'approbation de 99% sur la base de 394 critiques, avec une note moyenne de 8,710[39]. Le consensus critique du site indique que « Lady Bird offre un regard neuf sur les bouleversements de l'adolescence et révèle le talent de la scénariste-réalisatrice Greta Gerwig »[C 4],[39]. Le , il devient le film le plus évalué de tous les temps à rester au niveau de 100 % sur le site avec 164 critiques positives, battant le précédent détenteur du record, Toy Story 2, qui avait alors 163 critiques positives[40]. Lady Bird reste à ce niveau jusqu'à la 196e critique, celle du critique Cole Smithey, qui est négative[41],[42]. Le critique admet par la suite avoir volontairement abaissé le score de Rotten Tomatoes car il le trouvait trop élevé[42]. Sur Metacritic, le film a une note moyenne pondérée de 94 sur 100, basée sur 50 critiques, ce qui indique une « acclamation universelle »[43].

Dans la presse anglophoneModifier

Anthony Oliver Scott du New York Times salue le film, le trouvant « exceptionnellement bien écrit, rempli de dialogues et de disputes percutantes. Chaque réplique semble avoir été dite par une vraie personne, ce qui signifie que le film est également remarquablement interprété »[C 5],[44]. Pour Todd McCarthy du Hollywood Reporter, Lady Bird est « de taille modeste mais créativement ambitieux »[C 6], faisant l'éloge de Saoirse Ronan, qui, selon lui, « semble s'améliorer sans cesse »[C 7],[45]. Les prestations de Saoirse Ronan et Laurie Metcalf sont également saluées par Mick LaSalle du San Francisco Chronicle, qui trouve le film magnifique, chaleureux et inspiré[46].

Ann Hornaday, du Washington Post, décrit Lady Bird comme un « triomphe de style, de sensibilité et d'esprit »[C 8], tout en saluant la performance de Saoirse Ronan et la réalisation de Gerwig[47]. Peter Travers du magazine Rolling Stone, attribue au film 3,5 étoiles sur quatre, le jugeant « tout simplement irrésistible »[C 9],[48]. Il fait l'éloge de l'intrigue et de la narration du film, ainsi que de sa mise en scène, qu'il qualifie de « véritable triomphe »[C 10],[48]. Le critique salue aussi les performances de Ronan et Metcalf, qu'il qualifie de « dignes d'un Oscar »[C 11],[48]. Enfin, il considère Lady Bird comme un des meilleurs films de l'année 2017[48]. Richard Roeper, du Chicago Sun-Times, qualifie le film d'« unique, original, frais et merveilleux »[C 12] et d'« attrayant »[C 13], tout en louant les performances de Laurie Metcalf et de Tracy Letts : « Il n'y a pas de niveau d'interprétation plus élevé que celui que [Metcalf] et [Letts] atteignent dans ce film. C'est à cela que ressemble la grandeur »[C 14],[49]. Pour Alonso Duralde de The Wrap, « Gerwig actrice pivote habilement entre le loufoque et le poignant, il n'est donc pas surprenant que Gerwig cinéaste équilibre aussi délicatement l'hilarité et le déchirement »[C 15],[50].

Pour Jim Vorel du magazine Paste, Lady Bird dépeint une relation maternelle abusive et estime que le comportement de Marion, la mère de Lady Bird, présente des similitudes avec celui des personnes atteintes de troubles de la personnalité borderline[51].

En FranceModifier

L'accueil critique en France est très positif : le site Allociné recense une moyenne des critiques presse de 3,85, et des critiques spectateurs à 3,75[52].

Pour Cécile Mury de Télérama, Greta Gerwig « réussit l’exploit d’être très singulière, tout en exprimant une crise de croissance universelle »[53]. Elle fait l'éloge des dialogues du film, qu'elle juge « malins, inspirés, jamais trop écrits », et trouve que « ce récit d’apprentissage est si habité, si bien ancré dans son contexte, son milieu, son époque, qu’il dépasse le simple portrait féminin pour devenir un grand et beau film choral »[53]. Jacques Mandelbaum du Monde est également conquis par Lady Bird, bien qu'il n'égale pas selon lui les Les Quatre Cents Coups de François Truffaut et Deep End de Jerzy Skolimowski qu'il considère comme les meilleurs films de récit initiatique[54]. Il salue la justesse du récit ainsi que la délicatesse de la mise en scène de Gerwig[54]. Il apprécie également la vivacité du film, qui « traite les bonheurs et les malheurs sur un pied d’égalité » pour mieux exprimer « la danse incertaine, fébrile, rayonnante et étrange de l’adolescence »[54]. Eric Vernay de Première juge le rythme du film « saccadé », regrettant que « les saynètes s’enchainent sans respiration, se percutent dans une légèreté de ton qui ne tarde pas à se teinter d’amertume » et comparant Lady Bird à un vieux journal intime feuilleté à toute vitesse[55]. Toutefois, il considère que les nombreux évènements du récits « balayé[s] en accéléré finit par distiller en creux un sillon plus profond, le regard mi-nostalgique mi-lucide sur une jeunesse un peu ratée, à contre-temps, car jamais savourée dans l’instant, passée à cocher les cases d’une to-do-list de premières fois Disney tout en voulant s’en débarrasser comme d’une peau morte, dans l’espoir naïf de lendemains chantants. Et quand ce lendemain arrive, forcément, on jette un œil au rétro avec une pointe de regret »[55].

Moins enthousiaste, Geoffrey Crété d'Écran Large évoque un teen movie sans ambition aux mésaventures calibrées et prévisibles, affirmant que « Lady Bird est [...] trop scolaire pour véritablement emporter et dépasser le cadre très restreint du genre »[56]. Bien qu'il ne soit pas convaincu par ce qu'il considère être les caractéristiques de la coming of age story, il reconnaît à Gerwig « une sensibilité et une finesse certaines »[56]. Il salue également la performance de Saoirse Ronan et de façon plus large le « casting excellent jusque dans les très beaux seconds rôles » qui selon lui confère au film « un cœur rayonnant qui en camoufle les faiblesses »[56]. Mitigées, Les Fiches du cinéma évoquent « une chronique douce-amère dont le charme ne suffit pas, hélas, à masquer le manque d’envergure »[57].

Box-officeModifier

Lady Bird rapporte environ 50 millions de dollars aux États-Unis et Canada et 30 millions dans le reste du monde, portant le total à près de 80 millions[58], pour un budget de 10 millions[59].

Le film débute au cinéma dans quatre salles aux États-Unis, où il rapporte 364 437 $ pour une moyenne de 91 109 $ par salle[60], soit la deuxième meilleure moyenne de 2017 et la meilleure jamais enregistrée pour un film réalisé par une femme[61]. Lors de la deuxième semaine, la diffusion du film est étendue à 37 salles et rapporte 1,2 million de dollars, terminant dixième au box-office[62]. La semaine suivante, le film sort dans 201 salles de plus et rapporte 2,5 millions de dollars, se classant à la huitième place du box-office[63].

Lady Bird sort officiellement en salles le , dans 724 cinémas, et rapporte 4 millions de dollars pendant le week-end (5,4 millions de dollars pendant les cinq jours de Thanksgiving), se classant à la onzième place. Lady Bird devient le film le plus rentable d'A24 aux États-Unis, devant Moonlight, qui avait rapporté 27,9 millions de dollars sur le sol américain[64]. Le week-end du , après l'annonce des cinq nominations du film aux Oscars du cinéma, il rapporte 1,9 million de dollars, soit une augmentation par rapport aux 1,1 million de dollars de la semaine précédente[65].

Au total, Lady Bird est resté 22 semaines au cinéma aux États-Unis et au Canada[66] et 11 semaines en France[67], où il réalise environ 300 000 entrées[68],[69].

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
  États-Unis /   Canada 48 958 273 $[66] 22
  France 305 698 entrées[68] 11

  Total mondial 78 965 611 $[66] -

DistinctionsModifier

Lady Bird reçoit de nombreux prix et nominations[70]. Il est choisi par le National Board of Review, l'American Film Institute et le magazine Time comme l'un des 10 meilleurs films de 2017[71],[72],[73].

Lors de la 90e cérémonie des Oscars, Lady Bird est nommé dans les catégories meilleur film, meilleur réalisateur et meilleur scénario original pour Gerwig, meilleure actrice pour Saoirse Ronan et meilleure actrice dans un second rôle pour Laurie Metcalf[74], mais ne remporte aucune des cinq catégories dans lesquelles il est nommé.

Aux Golden Globes, Lady Bird est nommé dans quatre catégories et en remporte deux : meilleur film musical ou comédie et meilleure actrice dans un film musical ou une comédie pour Saoirse Ronan[75].

Lors de la 24e cérémonie des Screen Actors Guild Awards, le film est nommé dans les catégories meilleure actrice pour Saoirse Ronan, meilleure actrice dans un second rôle pour Laurie Metcalf et meilleure distribution[76]. Lady Bird reçoit également huit nominations à la 23e cérémonie des Critics' Choice Movie Awards, dont celles du meilleur film, du meilleur réalisateur, de la meilleure actrice, du meilleur second rôle féminin, du meilleur scénario original et de la meilleure distribution[77].

Dans une série d'articles consacrés aux meilleurs films des années 2010, IndieWire classe Lady Bird à la 10e place des meilleurs films de la décennie. Rolling Stone le classe 23e, The A.V. Club le classe 10e, Business Insider le classe 5e et Consequence of Sound le classe 90e. Il est le 13e film le plus mentionné dans les listes des meilleurs films de la décennie, au même rang que Spider-Man: New Generation, selon Metacritic. En 2018, IndieWire classe le scénario de Lady Bird à la huitième place des meilleurs scénarios américains du 21e siècle[78].

AnalyseModifier

Aspects autobiographiquesModifier

« Aucun des événements du film n’a eu lieu en tant que tel, mais les émotions liées à ma famille, à mon enfance et à mon départ y sont vraies. »[79]

— Greta Gerwig

Greta Gerwig ne veut pas que Lady Bird soit perçu comme une œuvre autobiographique, en dépit des nombreux parallèles pouvant être établis avec sa propre jeunesse[3]. En effet, à l'instar du personnage de Lady Bird, la réalisatrice est originaire de Sacramento, sa mère est infirmière, son père est informaticien[80] et elle a fréquenté un lycée privé catholique[3]. Elle nuance ce rapprochement en expliquant que le personnage de Lady Bird est l'exact opposé de son adolescence : « J'étais un enfant qui suivait les règles [...] Je n'ai jamais demandé à quelqu'un de m'appeler par un autre nom ou teint mes cheveux en rouge vif quand j'étais au lycée »[C 16],[81].

Si Lady Bird reflète certains éléments de son propre passage à l'âge adulte, la cinéaste tenait à ne pas faire une réplique exacte de son expérience au lycée et s'est simplement inspiré du cadre de sa jeunesse[3], si bien que les événements du film sont fictifs. Pour elle, « les personnages finissent par vous parler, et vous dire ce qu'ils veulent faire et ce qui est important pour eux [...] D'une certaine manière, votre travail consiste autant à écrire qu'à écouter ce que ces personnages qui vous traversent vous disent »[C 17],[3].

Style visuelModifier

Visuellement, Lady Bird se distingue par ses couleurs chaudes, peu réalistes, utilisées pour évoquer la nostalgie et le passé[25]. L'ambition de Gerwig est que le film ressemble à un souvenir sans pour autant recourir à des tons sépia ou au vignettage devenus clichés[19]. Avec son chef-opérateur Sam Levy, elle opte pour une esthétique proche des photocopies Xerox du début des années 2000, recherchant une image à la fois vieille et dynamique[82]. Une de leurs intentions est de créer une distance avec le film en faisant ressentir la présence du cadre et de la mise en scène, mais sans pour autant enjoliver la réalité de Sacramento et distraire le spectateur[19],[25].

Ils s'inspirent également d'œuvres du début du siècle, notamment des photographies de Lise Sarfati et des peintures de Wayne Thiebaud[20],[83]. Les portraits de jeunes femmes de Lise Sarfati, à la fois sobres et esthétiques, servent d'inspiration visuelle pour Lady Bird[83]. Wayne Thiebaud est quant à lui un artiste qui, pour Greta Gerwig, a su « saisir les couleurs, la topographie sans relief et la beauté propres au nord de la Californie ». Gerwig est influencée par son usage de teintes pastel, qu'elle trouve puissant[25].

Pour mettre en images la vision de Gerwig, le chef-opérateur Sam Levy utilise au cours du tournage une combinaison de vieux objectifs Panavision permettant d'exploiter le grain de l'image existant dans la caméra numérique Arri Alexa[83]. Le résultat est une image à la fois artisanale et numérique, que Gerwig décrit comme « saturée, presque peinte mais avec une couche en moins [...] comme un souvenir »[C 18],[83]. Enfin, ils collaborent avec l'étalonneur Alex Bickel pour parvenir à obtenir le style qu'ils cherchent[25].

La mise en scène se caractérise quant à elle par des plans très cadrés et composés, à l'opposé de la caméra à l’épaule[84]. La caméra ne se déplace que pour suivre les personnages, pour donner l'impression au spectateur d'évoluer avec eux[20]. Pour les mouvements de caméra, Gerwig et son chef-opérateur privilégient l'usage d'une Dolly plutôt que d'un Steadicam[20].

Projet de suitesModifier

En , lors d'un épisode de The A24 Podcast, Greta Gerwig exprime son intérêt pour la réalisation de suites de Lady Bird, déclarant vouloir « faire une série de quatre films sur Sacramento »[C 19] à l'image de la saga L'Amie prodigieuse d'Elena Ferrante[85].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Lady Bird fréquente une école catholique réservée aux filles, à laquelle est adjointe une école de garçons, avec laquelle les élèves participent à des activités mixtes.
  2. Ce surnom ne provient pas de l'ancienne première dame Lady Bird Johnson, mais de la comptine Ladybird Ladybird de la Mère l'Oye.

Citations originalesModifier

  1. (en) « narratively cohesive ».
  2. (en) « It was like 350 pages of stuff, that then I kind of looked at and figured out what felt essential and what felt like the core of the story to me ».
  3. (en) « a really good opportunity to let a teenager's face in a movie actually look like a teenager's face in real life ».
  4. (en) « Lady Bird delivers fresh insights about the turmoil of adolescence and reveals debuting writer-director Greta Gerwig as a fully formed filmmaking talent ».
  5. (en) « exceptionally well-written, full of wordplay and lively argument. Every line sounds like something a person might actually say, which means that the movie is also exceptionally well acted ».
  6. (en) « modestly scaled but creatively ambitious ».
  7. (en) « just seems to keep getting better all the time ».
  8. (en) « triumph of style, sensibility and spirit ».
  9. (en) « simply irresistible ».
  10. (en) « full-blown triumph ».
  11. (en) « Oscar calling ».
  12. (en) « unique and original and fresh and wonderful ».
  13. (en) « appealing ».
  14. (en) « There’s no level of acting on a higher plane than what [Metcalf] and [Letts] achieve in this film. This is what greatness looks like ».
  15. (en) « Gerwig the actress skillfully pivots between the wacky and the poignant, so it's no surprise that Gerwig the auteur so delicately balances hilarity and heartbreak ».
  16. (en) « Like, I was a very rule-following kind of gold star-getting kid. I colored inside the lines. I mean, I never made anyone call me by a different name or dyed my hair bright red when I was in high school ».
  17. (en) « I think that the characters end up talking to you, and telling you what they want to be doing and what is important to them [...] In some ways, your job is to listen as much as to write, and to listen to what these characters that are coming through you are telling you ».
  18. (en) « It looks painted and almost more saturated, but it’s lost a layer. It looks like a memory ».
  19. (en) « I would like to do a quartet of Sacramento films ».

RéférencesModifier

  1. « Fiche du doublage québécois du film », sur Doublage Québec (consulté le ).
  2. a et b (en) Esther Zuckerman, « How Greta Gerwig Turned the Personal Lady Bird Into a Perfect Movie », sur Rolling Stone, (consulté le ).
  3. a b c d e f et g (en) Kate Erbland, « Greta Gerwig Explains How Much of Her Charming Coming-of-Age Film Lady Bird Was Inspired By Her Own Youth », sur IndieWire, (consulté le ).
  4. a b c et d « Les secrets de tournage du film Lady Bird », sur Allociné (consulté le ).
  5. a b c d et e (en) Mia Galuppo, « 'Lady Bird': How Greta Gerwig Re-created 2002 to Tell Her Coming-of-Age Story », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  6. (en) Simran Hans, « Lady Bird review – a magical portrait of adolescence », sur The Guardian, (consulté le ).
  7. a et b (en) Josh Rottenberg, « Greta Gerwig talks about her directorial debut and casting Saoirse Ronan in Lady Bird », sur Los Angeles Times, (consulté le ).
  8. a et b (en) Christina Radish, « Greta Gerwig on Lady Bird and What Made Saoirse Ronan Perfect for the Title Role », sur Collider, (consulté le ).
  9. (en) Dave McNary, « Saoirse Ronan Starring in Greta Gerwig’s Drama Lady Bird », sur Variety, (consulté le ).
  10. a et b Dossier de presse 2018, p. 27.
  11. (en) Jackson McHenry, « Lucas Hedges Is Obsessed With His Lady Bird Co-stars, and Kept His Puka Necklace », sur Vulture, (consulté le ).
  12. (en) Lynn Hirschberg, « Lucas Hedges Confesses He Was Almost Thrown Out of Madonna’s Oscars Party », sur W Magazine, (consulté le ).
  13. (en) Nicole Sperling, « Lady Bird’s Laurie Metcalf on the Mom Role That Hit Close to Home and Roseanne’s Revival », sur Vanity Fair, (consulté le ).
  14. (en) Amanda N'Duka, « John Karna Joins Lady Bird Bevy; Natasha Liu Bordizzo Checks Into ‘Hotel Mumbai’ », sur Deadline, (consulté le ).
  15. (en) Amanda N'Duka, « Greta Gerwig’s Lady Bird Adds Jordan Rodrigues; Cailee Spaeny Cast In ‘Pacific Rim 2’ », sur Deadline, (consulté le ).
  16. (en) Lauren McCarthy, « Lady Bird‘s Beanie Feldstein Has Boundless Potential (and the Enthusiasm to Match) », sur W Magazine, (consulté le ).
  17. (en) Devan Coggan, « Greta Gerwig wants to hug every Lady Bird crew member after Golden Globe nominations », sur EW.com, (consulté le ).
  18. (en) « Lady Bird - Production Listing », sur Backstage.com (consulté le ).
  19. a b et c (en) Julie Miller, « How Greta Gerwig’s Lady Bird Came to “Look Like a Memory” », sur Vanity Fair, (consulté le ).
  20. a b c et d (en) Jordan Raup, « Lady Bird Cinematographer Sam Levy on Greta Gerwig, Frank Ocean, and Éric Rohmer », sur The Film Stage, (consulté le ).
  21. a et b (en) « All The Way Home with Barry Jenkins & Greta Gerwig », sur a24films.com, (consulté le ).
  22. a et b (en) Julie Miller, « Saoirse Ronan Reveals the Secrets Behind Her Stunning Lady Bird Transformation », sur Vanity Fair, (consulté le ).
  23. (en) Nell Minow, « Greta Gerwig on "Lady Bird" », sur HuffPost, (consulté le ).
  24. (en) Tim Gray, « Lady Bird’ Editor Nick Houy on Keeping It Tight and Emotional », sur Variety, (consulté le ).
  25. a b c d et e Dossier de presse 2018, p. 38.
  26. a b et c Dossier de presse 2018, p. 39.
  27. (en) Amy Leland, « A Conversation: Lady Bird director Greta Gerwig and editor Nick Houy », sur postPerspective, (consulté le ).
  28. a b c d e et f Dossier de presse 2018, p. 41.
  29. (en) « ‘Lady Bird’ Soundtrack Details », sur Film Music Reporter, (consulté le ).
  30. a b et c Cinezik, « Lady Bird (2018) - la BO • Musique de Jon Brion • Soundtrack », sur cinezik.org (consulté le ).
  31. (en) Mike Fleming Jr, « A24 Lands Worldwide Rights To Greta Gerwig-Directed Lady Bird », sur Deadline, (consulté le ).
  32. (en) Pete Hammond, « Telluride Film Festival: ‘Darkest Hour’, ‘Battle Of The Sexes’, Lady Bird Among World Premieres – Complete 2017 Lineup », sur Deadline, (consulté le ).
  33. (en) « Lady Bird », sur Film at Lincoln Center (consulté le ).
  34. (en) Dave McNary, « Focus Takes International Distribution on Saoirse Ronan’s Lady Bird », sur Variety, (consulté le ).
  35. (en) Anthony D'Alessandro, « Greta Gerwig’s Lady Bird Going A Week Earlier In November », sur Deadline, (consulté le ).
  36. (en) Tom Connick, « What the critics have to say about hyped indie film Lady Bird », sur NME, (consulté le ).
  37. (en) Todd McCarthy, « Lady Bird: Film Review | Telluride 2017 », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  38. (en) Peter Debruge, « Film Review: Lady Bird », sur Variety, (consulté le ).
  39. a b et c (en) « Lady Bird (2017) », sur Rotten Tomatoes (consulté le ).
  40. (en) Sarah Weldon, « Lady Bird sets Rotten Tomatoes record as best-reviewed movie of all time », sur EW.com, (consulté le ).
  41. (en) Zack Sharf, « Lady Bird No Longer Has a Perfect 100% on Rotten Tomatoes (and Nobody is Happy About It) », sur IndieWire, (consulté le ).
  42. a et b (en) Napier Lopez, « Film critic admits he purposefully lowered a perfect Rotten Tomatoes score », sur The Next Web, (consulté le ).
  43. a et b (en) « Lady Bird », sur Metacritic (consulté le ).
  44. (en) Anthony Oliver Scott, « Review: Greta Gerwig’s Lady Bird Is Big-Screen Perfection », sur The New York Times, (consulté le ).
  45. (en) Todd McCarthy, « 'Lady Bird': Film Review | Telluride 2017 », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  46. (en) Mick LaSalle, « Gerwig's Lady Bird is warm and inspired », sur San Francisco Chronicle, (consulté le ).
  47. (en) Ann Hornaday, « Greta Gerwig makes a triumphant debut as a solo director with Lady Bird », sur Washington Post, (consulté le ).
  48. a b c et d (en) Peter Travers, « ‘Lady Bird’ Review: Greta Gerwig’s Coming-of-Age Story Is Simply Irresistible », sur Rolling Stone, (consulté le ).
  49. (en) Richard Roeper, « Greta Gerwig's Lady Bird so appealing, we can't wait to see her next », sur Chicago Sun-Times, (consulté le ).
  50. (en) Alonso Duralde, « Lady Bird Film Review: Greta Gerwig Crafts a Lovely Portrait of the Artist as a Young Woman », sur The Wrap, (consulté le ).
  51. (en) Jim Vorel, « Lady Bird and Cycles of Abuse », sur Paste Magazine, (consulté le ).
  52. « Lady Bird », sur Allociné (consulté le ).
  53. a et b Cécile Mury, « “Lady Bird”, la chronique enchantée d’une ado en crise signée Greta Gerwig », sur Télérama, (consulté le ).
  54. a b et c Jacques Mandelbaum, « « Lady Bird » : l’ir­répressible désir d’ailleurs d’une ado américaine », sur Le Monde, (consulté le ).
  55. a et b Eric Vernay, « Lady Bird : Teen movie mélancolique [Critique] », sur Première, (consulté le ).
  56. a b et c Geoffrey Crété, « Lady Bird : critique planante », sur Écran Large, (consulté le ).
  57. « Les sorties du 28 février 2018 », sur Les Fiches du cinéma (consulté le ).
  58. (en) « Box-office de Lady Bird », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  59. (en) Mia Galuppo, « 'Lady Bird': How Greta Gerwig Re-created 2002 to Tell Her Coming-of-Age Story », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  60. (en) Brian Brooks, « Greta Gerwig’s Lady Bird Takes Year’s Best Per Theater Average Of $93K – Specialty Box Office », sur Deadline.com, (consulté le ).
  61. (en) Joanna Robinson, « How Greta Gerwig’s Lady Bird Just Took a Big Leap Forward in the Oscar Race », sur Vanity Fair, (consulté le ).
  62. (en) Anthony D'Alessandro, « ‘Daddy’s Home 2’ Gives Comedies A Lift; ‘Orient Express’ Attracts Adults In A ‘Ragnarok’-Ruled Weekend – Sunday AM », sur Deadline.com, (consulté le ).
  63. (en) Anthony D'Alessandro, « Can ‘Coco’ Whip ‘Justice League’ For Top Spot Over Thanksgiving Stretch? – Box Office Preview », sur Deadline.com, (consulté le ).
  64. (en) Michael Nordine, « Lady Bird Is Now A24’s Highest-Grossing Film, Surpassing ‘Moonlight’ », sur IndieWire, (consulté le ).
  65. (en) Anthony D'Alessandro, « Byron Allen’s Entertainment Studios’ ‘Hostiles’ Beats Expectations & Wins Over Middle America With $10M-$11M Debut », sur Deadline.com, (consulté le ).
  66. a b et c (en) « Box-office de Lady Bird », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  67. (en) « Box-office français de Lady Bird », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  68. a et b « Lady Bird (2017) », sur www.jpbox-office.com (consulté le ).
  69. « Lady Bird », sur www.cine-directors.net (consulté le ).
  70. (en) Jason Dietz, « Best of 2017: Film Awards & Nominations Scorecard », sur Metacritic, (consulté le ).
  71. (en) « AFI Awards 2017 », sur American Film Institute (consulté le ).
  72. (en) « National Board of Review announces 2017 Award Winners », sur National Board of Review, (consulté le ).
  73. (en) Stephanie Zacharek, « The Top 10 Movies of 2017 », sur Time, (consulté le ).
  74. (en) Sandra Gonzalez, « Greta Gerwig's best director nomination is a huge deal », sur CNN, (consulté le ).
  75. (en) Rebecca Rubin, « Golden Globe Nominations: Complete List », sur Variety, (consulté le ).
  76. (en) Kimberly Nordyke, « SAG Awards: 'Three Billboards,' 'Big Little Lies' Top Nominees », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  77. (en) Pete Hammond, « Critics’ Choice Awards Nominations: ‘The Shape Of Water’ Leads With 14; Netflix Tops TV Contenders », sur Deadline.com, (consulté le ).
  78. (en) Jude Dry, Chris O'Falt, Kate Erbland, Eric Kohn, Zack Sharf, Jenna Marotta, Anne Thompson, William Earl, Michael Nordine, David Ehrlich, « The 25 Best American Screenplays of the 21st Century, From ‘Eternal Sunshine’ to Lady Bird », sur IndieWire, (consulté le ).
  79. Dossier de presse 2018, p. 6.
  80. Axel Scoffier, « Critique : Lady Bird », sur Critikat, (consulté le ).
  81. (en) John Boone‍, « How Lady Bird Director Greta Gerwig's Love Letter to Her Childhood Became an Oscars Frontrunner (Exclusive) », sur Entertainment Tonight, (consulté le ).
  82. (en) Carolyn Giardina, « Cinematography Secrets to ‘Baby Driver, ‘Lady Bird’ and ‘Wonder Woman’ », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  83. a b c et d (en) Chris O'Falt, « How Greta Gerwig’s Brilliant Use of Colors Turned ‘Lady Bird’ Into an Emotional Nostalgia Trip », sur Indiewire, (consulté le ).
  84. Dossier de presse 2018, p. 35.
  85. (en) Yohana Desta, « Greta Gerwig Is Planning a Series of Spiritual Sequels to Lady Bird », sur Vanity Fair, (consulté le ).

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier