Ouvrir le menu principal

La Pellerine (Maine-et-Loire)

commune française du département de Maine-et-Loire
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Pellerine.

La Pellerine
La Pellerine (Maine-et-Loire)
L'abside de l'église Saint-Aubin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Saumur
Canton Beaufort-en-Vallée
Intercommunalité CC Baugeois-Vallée
Maire
Mandat
Christian Boitteau
2014-2020
Code postal 49490
Code commune 49237
Démographie
Gentilé Pellerinois, Pellerinoise
Population
municipale
145 hab. (2016 en diminution de 9,37 % par rapport à 2011)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 27′ 42″ nord, 0° 07′ 26″ est
Altitude 98 m
Min. 54 m
Max. 97 m
Superficie 5,3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
La Pellerine

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
La Pellerine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Pellerine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Pellerine

La Pellerine est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire.

Cette commune rurale se situe dans le Baugeois, au sud de Méon et au nord de Courléon, enclavée au sein de Noyant-Villages.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Ce village angevin de l’ouest de la France se situe dans l'Est du Baugeois, au sud de Noyant, sur la routeD 142 qui va de Méon (au nord) à Parçay-les-Pins (au sud). Baugé se trouve à 19 km et Saumur à 27 km[1],[2].

Le Baugeois est la partie nord-est du département de Maine-et-Loire. Elle est délimitée au sud par la vallée de l'Authion et celle de la Loire, et à l'ouest par la vallée de la Sarthe[3].

Aux alentoursModifier

Les communes les plus proches sont Breil (3 km), Linières-Bouton (4 km), Méon (4 km), Parçay-les-Pins (4 km), Noyant (6 km), Meigné-le-Vicomte (7 km), Dénezé-sous-le-Lude (8 km), Mouliherne (8 km), Courléon (8 km) et Auverse (8 km)[2].

Géologie et reliefModifier

L'altitude de la commune varie de 54 à 97 mètres[4]. Son sous-sol se compose de grès tertiaire et calcaire d'eau douce. On trouve aussi quelques alluvions anciennes au Sud[5].

Le relief du Baugeois est principalement constitué d'un plateau, aux terrains sablonneux, siliceux ou calcaires[6], caractérisés par de larges affleurements sédimentaires, crétacés, sables et calcaires aux teintes claires.

Son territoire s'étend sur une superficie de plus de 5 km2 (530 hectares)[4]. Une enclave de la commune se situe sur le territoire de Parçay-les-Pins.

La Pellerine se situe sur l'unité paysagère du Plateau du Baugeois[7]. Une partie de la commune est classée en zone Natura 2000, pour le lac de Rillé et les forêts avoisinantes, et en zone naturelle d'intérêt écologique, floristique et faunistique (ZNIEFF), pour les zones des massifs forestiers de la Breille, de Pont Ménard, de la Graine de sapin et zones de transition[8].

HydrographieModifier

La rivière Le Lathan traverse le territoire de la commune[1].

ClimatModifier

Son climat est tempéré, de type océanique. Le climat angevin est particulièrement doux, de par sa situation entre les influences océaniques et continentales. Généralement les hivers sont pluvieux, les gelées rares et les étés ensoleillés[6].

UrbanismeModifier

Morphologie urbaine : Le village s'inscrit dans un territoire essentiellement rural.

En 2009 on trouvait 94 logements sur la commune de La Pellerine, dont 71 % étaient des résidences principales, pour une moyenne sur le département de 91 %, et dont 76 % des ménages en étaient propriétaires[9]. En 2013, on y trouvait 95 logements, dont 73 % étaient des résidences principales, pour une moyenne sur le département de 90 %, et dont 79 % des ménages en étaient propriétaires[10].

Enclave de la PellerineModifier

Une partie de son territoire était enclavée dans la commune voisine de Parçay-les-Pins jusqu'en 2017. Depuis le , suite à la fusion des quatorze communes de la communauté de communes du canton de Noyant entourant La Pellerine, c'est l'intégralité de la commune qui s'est vue enclavée dans la commune nouvelle de Noyant-Villages.

ToponymieModifier

Formes anciennes du nom : Ecclesia in page Andegavo cum villula (...) en 974, Obedientia Preregrina en 1060, La Pelerine vers 1200, La Pellerine aux XVIe et XVIIIe siècles[5].

Origine du nom : La Pellerine était à l'origine un lieu d'étape pour les voyageurs, sans qu'ils effectuent pour autant un pèlerinage[11].

Une autre commune porte le nom de « La Pellerine » : La Pellerine (Mayenne).

Nom des habitants : les Pellerins ou les Pellerinois[11].

HistoireModifier

Moyen ÂgeModifier

Dès le Xe siècle, La Pellerine est un petit centre (villula), avec des moulins sur le ruisseau, une église et un marché[5].

Ancien RégimeModifier

Sous l'Ancien Régime, la paroisse dépend de la sénéchaussée angevine de Baugé, de son grenier à sel, et sur le plan religieux du diocèse d'Angers et du doyenné de Bourgueil[5].

Époque contemporaineModifier

Avec la réorganisation administrative sous la Révolution, La Pellerine devient en 1790 une commune du département de Maine-et-Loire. Elle est rattachée successivement au canton de Parçay, puis à celui de Mouliherne en 1791, et enfin à celui de Noyant en 1801[5]. Ce dernier est intégré au district de Baugé, puis en 1800 à l'arrondissement de Baugé, et à sa disparition en 1926, à l'arrondissement de Saumur[12].

Politique et administrationModifier

Administration municipaleModifier

La commune est érigée en municipalité en 1790[12]. Le conseil municipal est composé de 11 élus[13].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Christian Boitteau[14]    
Les données manquantes sont à compléter.

JumelagesModifier

La commune ne comporte pas de jumelage[15].

IntercommunalitéModifier

La Pellerine fait partie, de 2001 à 2016, de la communauté de communes du canton de Noyant. Cette structure intercommunale regroupait les quinze communes du canton, dont Breil, Linières-Bouton, Méon, Noyant et Parçay-les-Pins[16],[17]. La communauté de communes était membre du Pays des Vallées d'Anjou, structure administrative d'aménagement du territoire, comprenant six communautés de communes : Beaufort-en-Anjou, Canton de Baugé, Canton de Noyant, Loir-et-Sarthe, Loire Longué et Portes-de-l'Anjou.

La commune fait, à cette époque, également partie du SICTOD Nord Est Anjou, membre du SIVERT, syndicat intercommunal de valorisation et de recyclage thermique des déchets de l'Est Anjou qui se trouve à Lasse[18], et du SIVU AEP de la région de Noyant pour le traitement de l'eau potable[16].

Le , La Pellerine devient membre de la nouvelle communauté de communes, Baugeois Vallée.

Autres circonscriptionsModifier

Jusqu'en 2014, La Pellerine fait partie du canton de Noyant et de l'arrondissement de Saumur[19]. Ce canton compte alors les quinze mêmes communes que celles de la communauté de communes. Dans le cadre de la réforme territoriale, un nouveau découpage territorial pour le département de Maine-et-Loire est défini par le décret du 26 février 2014. La commune est alors rattachée au canton de Beaufort-en-Vallée, avec une entrée en vigueur au renouvellement des assemblées départementales de 2015[20].

La commune fait partie de la troisième circonscription de Maine-et-Loire, composée de huit cantons, dont Baugé et Longué-Jumelles. Cette circonscription de Maine-et-Loire est l'une des sept circonscriptions législatives que compte le département.

Population et sociétéModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[22].

En 2016, la commune comptait 145 habitants[Note 1], en diminution de 9,37 % par rapport à 2011 (Maine-et-Loire : +2,61 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
120151166194207204221241201
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
194216222227227235220237204
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
198215217180180200183196235
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
247226165156143135154157161
2016 - - - - - - - -
145--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (29,3 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (21 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (52,9 % contre 48,4 % au niveau national et 48,6 % au niveau départemental).

Pyramide des âges
Pyramide des âges à La Pellerine en 2007 en pourcentage[25]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
12,0 
75 à 89 ans
10,8 
16,9 
60 à 74 ans
18,9 
24,1 
45 à 59 ans
27,0 
19,3 
30 à 44 ans
17,6 
15,7 
15 à 29 ans
8,1 
12,0 
0 à 14 ans
17,6 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2007 en pourcentage[26]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,2 
6,3 
75 à 89 ans
9,2 
11,8 
60 à 74 ans
13,0 
19,9 
45 à 59 ans
19,4 
20,6 
30 à 44 ans
19,5 
20,3 
15 à 29 ans
19,1 
20,6 
0 à 14 ans
18,6 

Vie localeModifier

Hormis la mairie, il n'existe pas de services publics sur la commune. Il faut se rendre à la commune voisine de Breil ou bien à Noyant[16].

L’hôpital local le plus proche se trouve à Baugé (95 places) ainsi que plusieurs maisons de retraite[27].

La collecte des déchets ménagers (tri sélectif) est organisée par la communauté de communes du Canton de Noyant[18].

ÉconomieModifier

Tissu économiqueModifier

Commune principalement agricole, en 2009, sur les 15 établissements présents sur la commune, 40 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour 18 % sur le département)[28]. L'année suivante, en 2010, sur 15 établissements présents sur la commune, 40 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 7 % du secteur de l'industrie, aucun du secteur de la construction, 40 % de celui du commerce et des services et 13 % du secteur de l'administration et de la santé[9].

Sur 17 établissements présents sur la commune à fin 2013, 24 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 12 % sur le département), 6 % du secteur de l'industrie, 6 % du secteur de la construction, 53 % de celui du commerce et des services et 12 % du secteur de l'administration et de la santé[10].

AgricultureModifier

Liste des appellations présentes sur le territoire[29] :

  • IGP Bœuf du Maine, IGP Porc de la Sarthe, IGP Volailles de Loué, IGP Volailles du Maine,
  • IGP Rillettes de Tours, IGP Œufs de Loué,
  • IGP Cidre de Bretagne ou Cidre breton.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Bâtiment inscrit aux monuments historiques[30] :

Autres ouvrages inscrits à l'inventaire général du patrimoine culturel[30] :

  • Plusieurs maisons et fermes, des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles ;
  • Plusieurs moulins, des XVIIIe et XIXe siècles ;
  • Presbytère du XVIIIe siècle.

Personnalités liées à la communeModifier

Pour approfondirModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. a et b IGN et BRGM, Géoportail La Pellerine (49), consulté le 3 juin 2012.
  2. a et b Lion1906, Distances orthodromiques à partir de La Pellerine (49), consulté le 3 juin 2012 - Les distances affichées sont des distances orthodromiques (à vol d'oiseau).
  3. P.Wagret J.Boussard J.Levron S. Mailliard-Bourdillon, Visages de l'Anjou, Horizons de France, 1951, p. 10.
  4. a et b IGN, Répertoire Géographique des Communes (RGC 2010), consulté le 2 février 2011 - Données consultables sur WikiAnjou.
  5. a b c d et e Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, 1874-1878, Édition révisée de 1989 par André Sarazin et Pascal Tellier, t. 3, p. 124 et suivantes.
  6. a et b Comité météorologique départemental, Les régions naturelles, le climat, consulté le 24 mai 2011.
  7. Département de Maine et Loire - DIREN Pays de la Loire - DDE Maine et Loire, Atlas des paysages de Maine-et-Loire, Le Polygraphe Éditeur, 2003, p. 58 à 71 - Données consultables sur WikiAnjou.
  8. DREAL Pays de la Loire, Données environnementales GéoSource, consultées le 3 juin 2012.
  9. a et b Insee, Statistiques locales du territoire de La Pellerine (49), consultées le 27 janvier 2013.
  10. a et b Insee, Statistiques locales du territoire de La Pellerine (49), consultées le 23 juiuillet 2016.
  11. a et b Pierre-Louis Augereau, Les secrets des noms de communes et lieux-dits du Maine-et-Loire, Cheminements, 2005, p. 126.
  12. a et b EHESS, Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, Notice communale de La Pellerine (49), consultée le 3 juin 2012.
  13. Nombre de conseillers municipaux sur le Code général des collectivités territoriales.
  14. Préfecture de Maine-et-Loire, Liste des maires élus en 2014, document du 11 avril 2014.
  15. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 7 juillet 2013).
  16. a b et c C. C. Noyant, « Communauté de communes »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 3 juin 2012.
  17. Insee, Composition de l'EPCI du Canton de Noyant (244900015), consulté le 7 juillet 2013.
  18. a et b SIVERT Est Anjou, SICTOD Nord Est Anjou, consulté le 6 février 2011 - Syndicat intercommunal de collecte et de traitement des ordures ménagères et des déchets de la région Nord-Est d'Anjou regroupant dix-huit communes.
  19. Insee, Code officiel géographique, Fiche de la commune de La Pellerine (49), consultée le 21 février 2015.
  20. Légifrance, Décret no 2014-259 du 26 février 2014, portant délimitation des cantons dans le département de Maine-et-Loire.
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  25. « Évolution et structure de la population à La Pellerine en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 juillet 2011)
  26. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 juillet 2011)
  27. Fédération Hospitalière de France, Hôpital intercommunal du Baugeois et de la Vallée (Baugé), consulté le 9 novembre 2011.
  28. Insee, Statistiques 2009 du territoire de La Pellerine, consultées le 3 juin 2012.
  29. INAO, Fiche de La Pellerine (49), consultée le 3 juin 2012 - AOC Appellation d'origine contrôlée (FR), AOP Appellation d'origine protégée (CE), IGP Indication géographique protégée (CE).
  30. a et b Ministère de la Culture, Monuments historiques et Inventaire général du patrimoine culturel, base Mérimée consultée le 10 février 2011.
  31. « Église Saint-Aubin », notice no PA49000063, base Mérimée, ministère français de la Culture.