Ouvrir le menu principal

La Chapelle-Vaupelteigne

commune française du département de l'Yonne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Chapelle.

La Chapelle-Vaupelteigne
La Chapelle-Vaupelteigne
Portail de l'église Saint-Sébastien.
Blason de La Chapelle-Vaupelteigne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Auxerre
Canton Chablis
Intercommunalité Chablis, Villages et Terroirs
Maire
Mandat
Jean-Jacques Carre
2014-2020
Code postal 89800
Code commune 89081
Démographie
Population
municipale
89 hab. (2016 en diminution de 5,32 % par rapport à 2011)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 50′ 48″ nord, 3° 45′ 59″ est
Altitude Min. 122 m
Max. 252 m
Superficie 5,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

Voir sur la carte administrative de Bourgogne
City locator 14.svg
La Chapelle-Vaupelteigne

Géolocalisation sur la carte : Yonne

Voir sur la carte topographique de l'Yonne
City locator 14.svg
La Chapelle-Vaupelteigne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Chapelle-Vaupelteigne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Chapelle-Vaupelteigne

La Chapelle-Vaupelteigne est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne-Franche-Comté.

Sommaire

GéographieModifier

Communes limitrophesModifier

  Villy  
Lignorelles N Maligny
O    La Chapelle-Vaupelteigne    E
S
Beine Chablis Fontenay-près-Chablis

HistoireModifier

Au lieu-dit les Roches se trouve un site archéologique du bronze final III[1],[N 1].

Des photographies aériennes permettent d'attester d'une présence romaine sur le site[2].

En 1116, la possession de la chapelle-Vaupelteigne (Capellam de Valepenetele) est confirmée à l'abbaye de Saint-Michel de Tonnerre par Godefroy, évêque de Langres[3].

Les 3 et 4 février 2007, La Chapelle-Vaupelteigne accueillit la Saint-Vincent tournante.

HéraldiqueModifier

Les armes de la Chapelle-Vaupelteigne se blasonnent ainsi :

« Parti d'or et de sinople, aux sept merlettes de sable becquées et ailées d'or, au chef d'argent chargé de sept grappes de raisin d'or tigées et feuillées de sinople ».

ÉconomieModifier

Politique et administrationModifier

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1945 Armand Tremblay    
1945 1946 Robert Grépier    
1946 1989 Aimé Phillipon    
1989 1995 Adhémar Boudin    
mars 2001 en cours Alain Crochot[5]    

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7].

En 2016, la commune comptait 89 habitants[Note 1], en diminution de 5,32 % par rapport à 2011 (Yonne : -0,56 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
182226224251259257270280272
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
237247250220215209220206204
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
204205229157157144143129130
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
125139128104119106968892
2016 - - - - - - - -
89--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. En 1979 les sites connus du bronze final III ne sont pas très nombreux dans le sud-est de l'Yonne. Ce sont : les Milosotes à Noyers ; le Gros Chêne à Cry ; le Coin à Argentenay ; le Petit Béru à Tonnerre ; les Roches à La Chapelle-Vaupelteigne ; grottes de Villiers-Tournols à Massangis ; Fontaine Sainte-Marguerite à Guillon ; Cisery ; les Fontaines Salées à Saint-Père-sous-Vézelay ; grotte au Larron à Voutenay-sur-Cure ; grotte de Nermont à Saint-Moré ; grottes et dépôt de fondeur (de métal) à Arcy ; et grotte de la Roche au Loup à Merry-sur-Yonne. Voir Poitout & Mordant 1979, p. 56.
Notes sur la population
  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Bernard Poitout et Claude Mordant, « Les incinérations du Bronze final des Milosiottes à Noyers (Yonne) », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 76, no 2,‎ 1979, p. 55-62 (lire en ligne, consulté le 16 juillet 2018), p. 56.
  2. Bataille 1992, p. 28
  3. Cartulaire général de l'Yonne
  4. Annuaire historique du département de L'Yonne p 84
  5. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 15 décembre 2013.
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. Notice no PA00113638, base Mérimée, ministère français de la Culture

AnnexeModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Alain Bataille, Pascal Dibie, Jean-Pierre Fontaine, Jean-Charles Guillaume, Jean-Paul Moreau, Ferdinand Pavy, Line Skorka, Gérard Taverdet et Marcel Vigreux (préf. Henri de Raincourt), Yonne., Paris, Editions Bonneton, (ISBN 2-86253-124-3)

Liens externesModifier