La Chapelle-Saint-Maurice

commune française du département de la Haute-Savoie

La Chapelle-Saint-Maurice
La Chapelle-Saint-Maurice
Vue du chef-lieu depuis le sommet du Semnoz.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Annecy
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Annecy
Maire
Mandat
Michel Mugnier-Pollet
2020-2026
Code postal 74410
Code commune 74060
Démographie
Gentilé Chapellains
Population
municipale
116 hab. (2018 en diminution de 13,43 % par rapport à 2013)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 46′ 46″ nord, 6° 09′ 03″ est
Altitude Min. 754 m
Max. 1 760 m
Superficie 6,48 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Annecy
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Annecy-4
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
La Chapelle-Saint-Maurice
Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie
Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
La Chapelle-Saint-Maurice
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Chapelle-Saint-Maurice
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Chapelle-Saint-Maurice

La Chapelle-Saint-Maurice est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

GéographieModifier

 
Rue principale (D10) du chef-lieu.

La commune de La Chapelle-Saint-Maurice est située dans le massif des Bauges, dans la vallée du Laudon, au sud d'Annecy.

La commune est membre du parc naturel régional du massif des Bauges[1].

Communes limitrophesModifier

  Saint-Eustache  
Leschaux N Entrevernes
O    La Chapelle-Saint-Maurice    E
S
Bellecombe-en-Bauges (Savoie)

UrbanismeModifier

TypologieModifier

La Chapelle-Saint-Maurice est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Annecy, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 79 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[5],[6].

Occupation des solsModifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (67,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (69,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (64,9 %), prairies (25 %), zones agricoles hétérogènes (7,5 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (2,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,3 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

ToponymieModifier

La section dite de La Chapelle-Blanche, relevant de la commune de Saint-Eustache, est érigée en commune indépendante, sous le nom de La Chapelle-Saint-Maurice, par décret du [8],[9].

Le syntagme « -Saint-Maurice » renvoie au martyr et saint patron de la Savoie, Maurice d'Agaune[10].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit La Shapala-San-Meuri, selon la graphie de Conflans[11].

HistoireModifier

Le premier édifice religieux de la Chapelle-Blanche a été fondé en 1375 par des bénédictins de Talloires[12]. La chapelle est une filiale de Saint-Eustache[12].

François de Sales, évêque de Genève, est en visite pastorale le , en présence du curé de la paroisse, Nicolas Challoz, Claude Proven et Jehan Jacquet[12].

L'actuelle église dédiée à saint Maurice est édifiée entre 1840 et 1842[13].

La commune de La Chapelle-Saint-Maurice est créée le , le chef-lieu est installé à la Chapelle[8]. Le territoire de cette commune correspondant à la section dite de la Chapelle-Blanche est détachée d'une partie de la commune de Saint-Eustache[8].

Politique et administrationModifier

 
Mairie de La Chapelle-Saint-Maurice.

Situation administrativeModifier

La Chapelle-Saint-Maurice est une commune du département de la Haute-Savoie, située dans le canton de Seynod, dans l'arrondissement d'Annecy[14]. Elle était membre avec l'ensemble des communes de la partie ouest du « grand lac », aussi dénommée dans le passé « rive gauche » et actuellement « rive ouest », de la communauté de communes de la rive gauche du lac d'Annecy, remplacée par le Grand Annecy depuis le . Les communes qui la composait sont Duingt, Entrevernes, Leschaux, Saint-Eustache, Saint-Jorioz et Sevrier.

La commune appartient à la deuxième circonscription de la Haute-Savoie.

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Michel Barthier SE ...
mars 2008 En cours Michel Mugnier-Pollet SE ...
Les données manquantes sont à compléter.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Ses habitants sont appelés les Chapellains et les Chapellaines[8].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1866. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[16].

En 2018, la commune comptait 116 habitants[Note 3], en diminution de 13,43 % par rapport à 2013 (Haute-Savoie : +6,11 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
248258228233241233216215188
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
193174172158131115105121112
1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017 2018
9296111115118118131119116
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

SantéModifier

EnseignementModifier

MédiasModifier

Radios et télévisionsModifier

La commune est couverte par des antennes locales de radios dont France Bleu Pays de Savoie, ODS Radio… Enfin, la chaîne de télévision locale TV8 Mont-Blanc diffuse des émissions sur les pays de Savoie. Régulièrement, l'émission La Place du village expose la vie locale du bassin annécien. France 3 et sa station régionale France 3 Alpes peuvent parfois relater les faits de vie de la commune.

Presse et magazinesModifier

La presse écrite locale est représentée par des titres comme Le Dauphiné libéré, L'Essor savoyard, Le Messager - édition Genevois, le Courrier savoyard.

ÉconomieModifier

TourismeModifier

En 2014, la capacité d'accueil de la commune, estimée par l'organisme Savoie Mont Blanc, est de 24 lits touristiques répartis dans 6 structures[Note 4], notamment 3 meublés[19].

Culture et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Façade de l'église Saint-Maurice.

EnvironnementModifier

Le territoire de la commune se trouve dans le parc naturel régional du massif des Bauges[1]. Une partie est d'ailleurs classée dans la zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique de type I du roc des Bœufs et de la montagne d'Entrevernes[20].

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Jean-Bernard Challamel, Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes. Le Genevois et Lac d'Annecy (Tome III), Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 2-7171-0200-0), p. 21-25, « Les cantons d'Annecy - Annecy-le-Vieux - Seynod », p. 138 « La Chapelle-Saint-Maurice ».

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  4. La structure Savoie Mont Blanc, pour ces données statistiques de capacité d'accueil en termes de lits touristiques d'une station ou d'une commune, additionne les établissements marchands, qui appartiennent au secteur de l'hôtellerie, et les hébergements non marchands, qui n'impliquent donc pas de transaction commerciale comme les résidences secondaires[19].
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 15 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

RéférencesModifier

  1. a et b Antoine Reille, Guide des parcs naturels régionaux : le patrimoine naturel, la vie traditionnelle, Delachaux et Niestlé, , 319 p. (ISBN 978-2-603-01151-5), p. 199.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 3 avril 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Annecy », sur insee.fr (consulté le 3 avril 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 15 avril 2021)
  8. a b c et d « La Chapelle-Saint-Maurice », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le 16 septembre 2015), Ressources - Les communes.
  9. D'après Henry Suter, « Chapelle », Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, sur henrysuter.ch, Henry Suter, 2000-2009 (consulté en juillet 2020).
  10. D'après Henry Suter, « Saint-Maurice », Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, sur henrysuter.ch, Henry Suter, 2000-2009 (consulté en juillet 2020).
  11. Lexique Français : Francoprovençal du nom des communes de Savoie : Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 12
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
    .
  12. a b et c Plaque commémorative en marbre, située dans l'église Saint-Maurice.
  13. a et b Françoise Dantzer, Les Bauges : Terre d'art sacré, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », , 251 p. (ISBN 978-2-84206-272-9, lire en ligne), p. 70.
  14. Code officiel géographique de La Chapelle-Saint-Maurice sur le site de l'Insee, consulté le 16 septembre 2015.
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. a et b « La capacité d'accueil touristique en Savoie-Mont-Blanc », Observatoire, sur le site Savoie-Mont-Blanc - pro.savoie-mont-blanc.com, (consulté en janvier 2015) : « Les données détaillées par commune, et par station : nombre de structures, nombre de lits par type d'hébergements (fichier : Détail des capacités 2014, .xlsx) ».
  20. « Portail des données communales », Direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement.