Saison 16 de New York, unité spéciale

(Redirigé depuis L'Homme de Glasgow)

Saison 16 de New York, unité spéciale
Description de l'image New York, unité spéciale.jpg.

Série New York, unité spéciale
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d'origine NBC
Diff. originale
Nb. d'épisodes 23

Chronologie

La seizième saison de New York, unité spéciale, ou La Loi et l'Ordre : Crimes sexuels au Québec, (Law and Order: Special Victims Unit), série télévisée américaine, est constituée de vingt-trois épisodes, diffusée du au sur NBC.

Distribution de la saisonModifier

Acteurs principauxModifier

Acteurs récurrentsModifier

  • Leslie Odom Jr. : le révérend Curtis Scott (épisodes 8 et 21)
  • Bronwyn Reed : la baby-sitter Lucy Huston (épisodes 1, 3, 4, 9, 15, 19 et 23)
  • Thedra Porter : l'assistante sociale Chantal Jackson (épisodes 4, 9 et 23)

Invités spéciauxModifier

InvitésModifier

ProductionModifier

Le , NBC renouvelle la série pour une seizième saison[6] dont la diffusion est prévue pour le [7]. La production de la saison débute le , avec le tournage du premier épisode[8], intitulé Girls Disappeared, achevé au début du mois de juin[9]. Un deuxième épisode a également été achevé au cours du mois de juin avec le troisième épisode prévu, mais celui-ci a été repoussé afin de donner du repos à l'équipe de la série[10],[11].

Également en , le scénariste et producteur délégué Warren Leight (en) révèle que la seizième saison suivra les événements de l'épisode final de la saison précédente, avec l'inspecteur Nick Amaro (Danny Pino) « envoyé aux entrailles du Queens à faire les interpellations de véhicules »[12].

Liste des épisodesModifier

Épisode 1 : Mère de cœurModifier

Titre original
Girls Disappeared (trad. litt. : « Des filles portées disparues »)
Numéro de production
344 (16-01)
Code de production
1601
Première diffusion
Réalisation
Alex Chapple
Scénario
Robert Brooks Cohen et Kevin Fox
Audiences
  •   États-Unis : 10,07 millions de téléspectateurs[14] (première diffusion)
  •   Canada : 1,77 million de téléspectateurs[15] (première diffusion + différé 7 jours)
  •   France : 2,10 millions de téléspectateurs[16] (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé
L'inspecteur Amaro, qui travaille maintenant en tant que simple policier dans le Queens, arrête une prostituée mineure qui révèle qu'elle a été témoin du meurtre d'Ellie Porter, la mère du fils adoptif du sergent Benson, Noah. Benson demande alors à Amaro d'aller en infiltration, ce qui déclenche une série d'événements qui met tout le monde en danger, y compris le bébé Noah. Pendant ce temps, Benson annonce une nouvelle recrue à l'équipe, l'inspecteur Carisi, qui débute sur un mauvais pied.

[17]

Épisode 2 : Tombé en disgrâceModifier

Titre original
American Disgrace (trad. litt. : « Disgrâce américaine »)
Numéro de production
345 (16-02)
Code de production
1602
Première diffusion
Réalisation
Arthur W. Forney
Scénario
Audiences
  •   États-Unis : 7,73 millions de téléspectateurs[18] (première diffusion)
  •   Canada : 1,35 million de téléspectateurs[19] (première diffusion + différé 7 jours)
  •   France : 2,08 millions de téléspectateurs[20] (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé
Carla Cannon, représentante d'une ligne de vêtements nommée Orion Bay, déclare à la presse qu'elle a été violée par une superstar du basket-ball, Shakir Wilkins. Un scandale risque d'éclater d'autant plus que ce dernier vient de renouveler son contrat avec la marque. En instance de divorce avec son épouse, il nie les faits et pense que la prétendue victime veut son argent. Mais Rollins est contactée par son ancien chef à Atlanta. Celui-ci lui dévoile qu'une autre femme affirme avoir été également agressée sexuellement par Shakir Wilkins. Quant au directeur d'Orion Bay, Orion Bauer, il a acheté leur silence afin de protéger l'image de sa vedette et de sa société. Une troisième victime, Tiana, le dénonce également. Alors qu'il atteste qu'elles étaient consentantes au moment de leur relation sexuelle, Wilkins est finalement arrêté pour viol. Pourtant, lors de son procès, Tiana se rétracte et révèle qu'Orion Bauer l'a payée pour proférer de fausses accusations contre Wilkins mais les deux autres femmes restent sur leur position. Dès lors, l'unité spéciale s'intéressent à Bauer et à sa fille Cordelia qui n'est d'autre que son avocate...

[17]

Épisode 3 : Triste célébritéModifier

Titre original
Producer's Backend (trad. litt. : « Le Plan caché du producteur »)
Numéro de production
346 (16-03)
Code de production
1603
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Jill Abbinanti et Brianna Yellen
Audiences
  •   États-Unis : 7,55 millions de téléspectateurs[21] (première diffusion)
  •   Canada : 1,27 million de téléspectateurs[22] (première diffusion + différé 7 jours)
  •   France : 1,78 million de téléspectateurs[23] (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé
Nick intervient sur un accident de la route, la conductrice est Tensley Evans, une actrice et ancienne enfant star. Elle était saoule et a pris la fuite mais Nick l'a rattrapée et l'a arrêtée. Au tribunal, Tensley dit que Nick lui a fait des avances sexuelles pour la laisser partir. En réalité, la starlette a dit ça pour éviter de se retrouver en prison. C'est la quatrième fois qu'elle se retrouve au tribunal. L'Unité Spéciale doit prouver que Tensley a menti.

[17]

Épisode 4 : Le ManifesteModifier

Titre original
Holden's Manifesto (trad. litt. : « Le Manifeste d'Holden »)
Numéro de production
347 (16-04)
Code de production
1604
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Audiences
  •   États-Unis : 7,16 millions de téléspectateurs[24] (première diffusion)
  •   France : 2,02 millions de téléspectateurs[25] (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé
Alors qu'Olivia s'inquiète pour Noah qui est à l'hôpital, l'unité spéciale enquête sur une série d'agressions au couteau, dont les victimes sont des jeunes et jolies femmes qui n'ont à priori rien en commun, à part le fait d'avoir côtoyé, à un moment de leur vie, un certain Holden March. Ce dernier, un jeune homme instable et mal dans sa peau, semble en vouloir à la terre entière et surtout aux femmes qui, selon lui, ont eu tort de ne l'avoir jamais remarqué. Avant d'agir, Holden a rédigé un manifeste de 300 pages dans lequel il explique les raisons des ses agissements et il liste toute les personnes qui sont à l'origine des souffrances qu'il a vécues depuis l'enfance. Pour lui, l'heure est venue de passer à l'action et de se venger. Lorsqu'il prend une classe en otage, Rollins et Amaro interviennent et se retrouvent face à lui. Rollins tente alors d'établir le dialogue et Holden semble réceptif...

[17]

Épisode 5 : Requiem pour une starModifier

Titre original
Pornstar's Requiem (trad. litt. : « Le Requiem de la star du porno »)
Numéro de production
348 (16-05)
Code de production
1605
Première diffusion
Réalisation
Jennifer Getzinger
Scénario
Robert Brooks Cohen et Céline C. Robinson
Audiences
  •   États-Unis : 7,19 millions de téléspectateurs[26] (première diffusion)
  •   France : 1,92 million de téléspectateurs[27] (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé
L'épisode débute avec Evie, une jeune fille de 18 ans, qui participe à une vidéo X pour gagner de l'argent afin de payer ses études à la prestigieuse université d'Hudson. Deux étudiant, Justin et Daniel, voient la vidéo et décident de l'inviter à une fête étudiante. Malheureusement pour elle, il lui tendent un piège et la violent dans une salle de bain malgré ses pleurs et ses protestations. Elle se décide à porter plainte ; cependant, au cours de l'enquête, l'avocat des deux étudiants relève à l'unité spéciale qu'Evie a tourné de nombreux films X, dans lesquels elle est mise en scène en train de se faire humilier et violer. Au cours du procès, la défense tente ainsi de plaider le fait que Justin et Daniel ont confondu réalité et fiction, suggérant le fait que pour une jeune fille qui tourne dans des films X violents, le "non" veut forcément dire "oui". Barba est peu optimiste quant à l'issue de l'affaire car, selon lui, dans le système judiciaire américain, les actrices porno n'ont jamais gain de cause. Quant à Dodds, il se pose en soutien de l'Université d'Hudson, qui ne veut pas que cette affaire fasse de vagues... et demande expressément à Olivia de "choisir ses combats"...

[17]

Épisode 6 : L'Homme de GlasgowModifier

Titre original
Glasgowman's Wrath (trad. litt. : « La Colère de l'homme de Glasgow »)
Numéro de production
349 (16-06)
Code de production
1606
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Brianna Yellen et Jill Abbinanti
Audiences
  •   États-Unis : 7,00 millions de téléspectateurs[28] (première diffusion)
  •   France : 2,18 millions de téléspectateurs[29] (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé
Le lendemain d'Halloween, en pleine nuit, trois jeunes filles, Perry, Mia et sa petite sœur Zoe, partent en expédition dans un parc afin de rencontrer "l'homme de Glasgow", un fantôme vivant dans un manoir et issu d'un conte qu'a entendu Perry de la bouche de sa baby-sitter. Mais, quelques heures plus tard, seule Zoe est retrouvée vivante dans les bois. Elle a subi un traumatisme crânien et plusieurs coups de couteau mais son état est stable. Quant à Perry et Mia, elles sont portées disparues. Une chasse à l'homme commence alors dans la forêt. Les policiers ne tardent pas à y localiser l'individu soupçonné, un homme vivant dans la nature, Charlie Dorsey. Mais ce dernier nie les faits. Rétablie, Zoe raconte à l'unité spéciale que "l'homme de Glasgow" l'a attaquée et qu'il a kidnappé les deux autres filles. Leur seul moyen de retrouver leurs traces est une caméra qu'elles ont abandonnée sur les lieux. Après avoir rendu visite au baby-sitter de Perry, qui a dessiné une carte imaginaire du parc, les inspecteurs parviennent à les retrouver vivantes mais blessées. Interrogée, Perry leur révèle que c'est bien Charlie qui leur a fait du mal mais ils parviennent à prouver son innocence. Ils comprennent que Perry est bien la coupable mais, pour se défendre, elle cherche à leur faire croire qu'elle a agi sous l'influence de "l'homme de Glasgow"...

[17]

Épisode 7 : Chicago, New YorkModifier

Titre original
Chicago Crossover (trad. litt. : « Chicago, New York »)
Numéro de production
350 (16-07)
Code de production
1607
Première diffusion
Réalisation
Steve Shill
Scénario
Ed Zuckerman
Audiences
  •   États-Unis : 10,01 millions de téléspectateurs[30] (première diffusion)
  •   France : 2,7 millions de téléspectateurs[31] (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé
L'Unité Spéciale des Victimes et un officier de la police de Chicago, Erin Lindsay, tentent de traquer le demi-frère de Lindsay qui peut être en mesure d'aider à mettre fin à un réseau de pornographie infantile.
Commentaires
Deuxième partie d'un crossover qui a débuté dans Chicago Fire (épisode 7 de la saison 3) et se conclut dans (l'épisode 7 de la saison 2) Chicago PD[32].

[17]

Épisode 8 : Tyran domestiqueModifier

Titre original
Spousal Privilege (trad. litt. : « Un privilège conjugal »)
Numéro de production
351 (16-08)
Code de production
1608
Première diffusion
Réalisation
Sharat Raju
Scénario
Audiences
  •   États-Unis : 7,93 millions de téléspectateurs[33] (première diffusion)
  •   France : 2,29 millions de téléspectateurs[34] (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé
En visionnant un site people diffusant des documents privés de personnes connues, Fin tombe sur une vidéo où un ancien joueur de football et actuel commentateur sportif américain, A.J. Martin, frappe sa compagne au point de l'assommer dans un parking. Fin et Benson décident de mener l'enquête et récoltent des renseignements sur la vie du couple, mais ni Martin, ni sa petite amie ne semblent prêts à coopérer. Mais, rapidement, une deuxième vidéo circule dans les médias et prouve qu'il la maltraite. Dès lors, le bureau du procureur décide de poursuivre l’homme pour violences conjugales. Pendant le procès, pour rétablir sa réputation, Martin demande sa compagne en mariage et c’est ensemble qu’ils se battent contre ces accusations, la femme refusant d’admettre que son mari la frappe. Déterminés à prouver le contraire, Benson et Barba vont tout faire pour démontrer qu'elle est une victime de violences conjugales et qu'elle refuse de parler pour protéger sa vie de famille, en l’occurrence son jeune garçon.

[17]

Épisode 9 : Classé sans suiteModifier

Titre original
Pattern Seventeen (trad. litt. : « Des adolescentes de 17 ans prises pour cible »)
Numéro de production
352 (16-09)
Code de production
1609
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Kevin Fox
Audiences
Invités
Résumé détaillé
Aux premières lueurs du jour, un violeur en série agresse sexuellement de très jeunes filles. Certaines d'entre elles racontent à l'unité spéciale qu'il portait des gants en latex et qu'il fredonnait un chant d'église durant le viol. Ces détails rappellent à Rollins le mode d'opératoire d'un criminel sexuel qui sévissait à Atlanta, en Géorgie, qu'elle n'avait alors pas réussi à attraper. Dès lors, Benson l'envoie avec Fin là-bas où ils découvrent que beaucoup de kits de viol n'ont jamais été traités, ce qui a permis au violeur de continuer à sévir en toute tranquillité d'état en état. Mais Rollins, qui doit également faire face à son ancien chef Charles Patton, parvient à retrouver l'une de ses anciennes victimes qui leur dévoile qu'elle l'a aussi entendu chantonner lors de son agression. De son côté, alors qu'une juge la menace de lui retirer son enfant, Benson est confrontée à son chef-adjoint William Dodds qui lui annonce qu'elle est sur la sellette à cause des ratés de l'arrestation du violeur et qu'elle doit s'expliquer face à sa hiérarchie. Pourtant, l'unité spéciale parvient à retrouver la trace du criminel, un certain Albert Beck qui a commis d'innombrables viols dans plusieurs États. Peu de temps avant, une nouvelle victime new-yorkaise leur a raconté que son chien a réussi à le griffer et qu'il a pris la fuite. Néanmoins, ce dernier avait mis fin à ses crimes au moment où il s'est mit en couple avec une mère de famille, Lauren, avant de recommencer. Les inspecteurs découvrent que sa fille mineure Beth couchait avec lui tout en étant consentante et qu'elle lui envoyait des photos pornographiques d'elle. Pour ne pas être arrêtée pour pornographie infantile, la mère collabore avec les inspecteurs pour le piéger. Pourtant, à cause du manque d'analyses des kits du viol en dehors de New York, il ne pourra être jugé que pour ses faits commis dans cette ville et à Atlanta. Finalement, face à ses supérieurs, Benson leur explique que le manque de moyens économiques dans leurs services et départements des autres villes, d'intérêt pour les analyses de kits de viol et de considération sérieuse pour le témoignage des victimes sont les problèmes majeurs de cette affaire. Ils n'ont pas pu mettre fin aux agissements de Beck plus tôt à cause de ces lacunes au sein de la police. Quant à Rollins, Patton lui propose de se revoir mais, visiblement troublée par sa proposition, elle lui raccroche au nez...

[17]

Épisode 10 : C'est du passé...Modifier

Titre original
Forgiving Rollins (trad. litt. : « Indulgente Rollins »)
Numéro de production
353 (16-10)
Code de production
1610
Première diffusion
Réalisation
Michael Slovis
Scénario
Audiences
  •   États-Unis : 7,76 millions de téléspectateurs[36] (première diffusion)
  •   France : 2,11 millions de téléspectateurs[37] (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé

À la suite de l'arrestation du violeur en série Albert Beck, qui a sévi d'État en État, le chef adjoint Patton, de la police d'Atlanta et son nouvel inspecteur, Reese Taymor, visitent New York pour une conférence sur les crimes sexuels. Lors de son discours, il déclare que tous les États devraient collaborer ensemble pour matcher et relier les ADN des criminels pour les identifier et les arrêter plus rapidement. Pourtant, l'unité spéciale sait qu'il se vante beaucoup trop alors qu'il ne s'est pas préoccupé des kits de viol jamais analysés de l'affaire Beck. De son côté, Rollins réserve un accueil froid à son ancien chef qui se montre très dragueur avec sa nouvelle recrue. Le lendemain, les inspecteurs apprennent que Taymor a été retrouvée inconsciente dans sa chambre d'hôtel. Une nouvelle qui rend Rollins distante et froide avec ses collègues. À l'hôpital, après avoir nié les faits face à elle, la victime révèle à Benson qu'elle a été violée et battue par Patton. Mais elle lui annonce aussitôt qu'elle ne portera pas plainte ni qu'elle témoignera contre lui. Pourtant, les vidéos de surveillance prouvent bien que Patton est entré dans sa chambre mais avec son consentement, ce qui montre qu'elle aurait pu être consentante pour coucher avec lui. De plus, lorsque Benson et le chef-adjoint Dodds interrogent Rollins sur sa relation professionnelle avec Patton, elle reste évasive et flou.

Interrogé, Patton se défend en affirmant que Taymor était bien consentante mais Dodds lui rapporte qu'elle l'accuse de viol. Aussitôt, face aux inspecteurs, le suspect prétend que Rollins tente de le piéger en influençant Taymor et sous-entend qu'elle a couché avec lui pour sauver sa sœur criminelle. Fin tente de faire parler Rollins en lui demandant sa vérité. Elle lui explique qu'elle a bien accepté une faveur sexuelle pour faire supprimer le casier judiciaire de sa sœur mais Fin pense qu'elle a plutôt subi un viol, ce qu'elle réfute immédiatement. Mais il comprend que Patton est un prédateur sexuel, qu'il l'a agressée sexuellement et qu'elle a peur de parler comme Taymor...

Finalement, alors que Rollins s'est entraînée pour son témoignage avec Barba et que la cour refuse de l'auditionner en raison du manque de preuves, celui de Taymor est fragilisé par l'avocat de Patton. Interrogé et coincé par Barba, ce dernier est victime d'une crise d'angoisse en plein procès. Pour ne pas être humilié devant son épouse et les médias, il collabore avec Barba et accepte de plaider coupable pour le viol de Taymor, de prendre sa retraite et d'être inscrit au fichier des délinquants sexuels pour ne pas aller en prison. Cependant, il n'avoue pas le viol de Rollins et n'éprouve aucun remords la concernant.

Quant à Benson, elle est au courant pour ses problèmes d'addiction aux jeux d'argent et son manque de compassion pour Taymor notamment. Elle lui conseille son psychiatre mais Rollins décide de ne pas s'y rendre. Elle se rend compte que le récit de son viol n'a pas permit l'incrimination de son ancien chef qui réussit à échapper à la prison...

[17]

Épisode 11 : Une valise encombranteModifier

Titre original
Agent Provocateur (trad. litt. : « Un agent provocateur »)
Numéro de production
354 (16-11)
Code de production
1611
Première diffusion
Réalisation
Alex Chapple
Scénario
Audiences
  •   États-Unis : 6,68 millions de téléspectateurs[38] (première diffusion)
  •   France : 2,33 millions de téléspectateurs[39] (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé
Une jeune fille de quinze ans se faufile pour assister à une fête avec sa célébrité préférée, Scott Russo. Les choses prennent un tournant tragique lorsque l'adolescente se retrouve agressée sexuellement et laissée pour morte dans une ruelle. Russo et son manager sont alors soupçonnés quand des images de sécurité de la fête disparaissent et sont mises en ligne sur un site web. Lorsque le directeur du site refuse de remettre les images à l'unité spéciale, Barba se bat pour obtenir la vérité en faisant arrêter l'homme pour rétention de preuves.

[17]

Épisode 12 : Coup de sangModifier

Titre original
Padre Sandunguero (trad. litt. : « Un père charmant »)
Numéro de production
355 (16-12)
Code de production
1612
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Audiences
  •   États-Unis : 6,77 millions de téléspectateurs[40] (première diffusion)
  •   France : 2,19 millions de téléspectateurs[41] (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé
Le père d'Amaro, Nicolas, invite sa famille à son mariage avec une femme de 28 ans. Lorsqu'Amaro décline l'invitation, un combat enflamme le mariage, provoquant l'arrestation de Nicolas pour agression. Amaro et l'Unité Spéciale des Victimes se retrouvent alors coincés dans l'enquête, avec les services internes gardant un œil sur l'implication d'Amaro. Barba prend alors l'affaire mais cela nécessite qu'Amaro se présente en tant que témoin lors du procès, ce qui l'oblige à révéler des secrets de famille et à faire face à la possibilité que celle-ci se déchire.

[17]

Épisode 13 : Quand le brouillard se dissipeModifier

Titre original
Decaying Morality (trad. litt. : « Une moralité décomposée »)
Numéro de production
356 (16-13)
Code de production
1613
Première diffusion
Réalisation
Michael Pressman
Scénario
Kevin Fox et Brianna Yellen
Audiences
  •   États-Unis : 6,20 millions de téléspectateurs[42] (première diffusion)
  •   France : 2,00 millions de téléspectateurs[43] (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé
Benson et Rollins traitent une victime de viol trouvée avec ses vêtements déchirés qui affirme avoir été violée dans les toilettes d'une pizzeria. Avec un casier judiciaire et un procès en cours contre le NYPD, le commissariat est à court de preuves et le suspect est relâché. Furieux, le père de la victime mène sa propre enquête, au risque de changer la vie de sa famille ainsi que de rendre le travail plus difficile pour l'Unité Spéciale des Victimes.

[17]

Épisode 14 : Du virtuel à la réalitéModifier

Titre original
Intimidation Game (trad. litt. : « Jeu d'intimidation »)
Numéro de production
357 (16-14)
Code de production
1614
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Céline C. Robinson et Robert Brooks Cohen
Audiences
  •   États-Unis : 6,12 millions de téléspectateurs[44] (première diffusion)
  •   France : 2,23 millions de téléspectateurs[45] (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé

Un week-end, alors que Benson rend visite à son psychiatre pour lui partager sa joie d'adopter prochainement le petit Noah, Carisi, Rollins et Fin flânent dans une convention de jeux vidéo où ils testent les nouveautés. Parmi la gigantesque foule, ils y rencontrent notamment Leslie Connolly, le baby-sitter de l'affaire "l'homme de Glasgow" qui en a créé un en s'inspirant de ses propres dessins et de cette fausse légende urbaine. Pendant ce temps, à un stand, une jeune femme, Sarah, est verbalement attaquée par deux hommes agressifs qui insultent également sa boss, Raina Punjabi, la développeuse du jeu vidéo Amazonian Warriors: Protectors of the Rainforest game qu'ils considèrent comme "féminazi" puis ces derniers repartent. Lorsqu'elle se rend dans les toilettes, ils l'agressent physiquement mais elle parvient à se défendre. Alertée, Rollins s'occupe d'elle et l'emmène au poste de police. Celle-ci blâment la misogynie régnant dans le monde des jeux vidéo. Selon elle, beaucoup de jeunes hommes rejettent leur jeu car il est non-violent et "non-stupide" contrairement au phénomène "Kill or Be Slaughtered", plébiscité par des geeks qui détestent la présence des femmes parmi eux. Sur des blogs ou le dark web, les prédateurs en ligne veulent à tout prix empêcher la sortie de leur jeu, quitte à spéculer que Punjabi aurait couché avec un homme d'affaires fortuné, son petit ami Steven Kaplan, afin de se faire une place dans ce business tout en utilisant son argent pour le financer.

Cependant, interrogée par Rollins et Fin, Punjabi ne se préoccupe que du jour J et refuse de le reporter. Elle leur explique qu'elle a toujours eu des menaces de mort sur le Net et qu'elle n'a peur de ses nombreux détracteurs. Elle leur dévoile le contexte dans lequel elle travaille, un monde très masculin où les hommes refuseraient que les femmes créent des jeux comme eux. De plus, beaucoup trop préoccupée par le lancement de son jeu vidéo, elle refuse de collaborer avec eux et, sur son site, propose une récompense à ceux qui lui donneront des infos sur les individus qui ont brutalisé son employée. Mais, au commissariat, Connolly montre à l'unité spéciale un article sur un forum où des joueurs en ligne se félicitent de l'agression de Sarah. Poussé par Carisi, Connolly leur envoie un message pour les rencontrer afin de continuer de harceler Sarah. Ce dernier et Carisi parviennent à leur donner rendez-vous en se faisant passer pour deux geeks misogynes. Le plan fonctionne et Carisi arrête les deux agresseurs de Sarah. Lors du tapissage, elle les reconnaît aussitôt.

L'affaire est loin d'être close. Lors d'un repas partagé ensemble à leur bureau, Fin et Rollins tombent sur une interview de Punjabi à la télévision mais elle dérape brusquement en direct lorsqu'une armada d'agents du SWAT défonce sa porte et l'encerclent tout en la pointant avec leurs fusils d'assaut. Sur place, les deux inspecteurs apprennent qu'ils ont reçu plusieurs coups de fil au 911 prétextant qu'il y aurait une prise d'otages chez elle, qu'elle retiendrait des enfants et cacherait des armes. Imperturbable contrairement à son petit ami, Punjabi démontre qu'elle n'est pas effrayée mais leur avoue avoir été "doxée", ce qui signifie que ses informations personnelles, comme son adresse par exemple, ont été divulguées sur le Net. Dès lors, les cybercriminels ont appelé en masse le 911 pour leur faire croire qu'elle est une terroriste. Lorsque les inspecteurs l'informent des appels au meurtre et au viol, relayés sur les forums de jeux vidéo ou le dark web, la concernant, elle refuse encore de reporter le lancement de sa création événementielle car elle se considère comme le visage de proue des femmes dans cette industrie vidéoludique beaucoup trop masculine. Même si les cybercriminels veulent sa mort, elle ne lâchera pas prise et leur demande de ne pas la protéger lorsqu'elle prendra la parole pour présenter son jeu vidéo. Cependant, craignant pour sa vie, l'unité spéciale décide tout de même d'être discrètement présente dans la salle du lancement d'Amazonian Warriors.

Le jour J est arrivé. Devant un auditorium blindé, Punjabi lance enfin son jeu vidéo. Mais son discours est perturbé lorsqu'elle est visée au front et à la poitrine par des lasers rouges. Benson et Fin virent les jeunes hommes qui veulent lui faire peur de cette façon de la salle mais la situation s'envenime rapidement. Les lumières s'éteignent et des fumigènes sont lancés pour créer la panique. Effrayée, la foule se dirige vers la sortie et les inspecteurs perdent la trace de Punjabi. Comme son micro est tombé à terre, ils entendent un garde de sécurité qui tente de l'amener en sécurité. Dans la salle de contrôle, grâce à une caméra de surveillance, Carisi comprend qu'il la kidnappe et qu'il l'emmène à l'extérieur. Dehors, l'unité spéciale appréhende son ravisseur qui, sous la contrainte, collabore avec eux en leur donnant le pseudonyme de l'un des kidnappeurs de Punjabi, la couleur de la camionnette dans laquelle elle a été embarquée ainsi que sa plaque d'immatriculation. Selon lui, ils voulaient simplement lui faire peur. Soudainement, dans la rue, un Jumbotron dévoile une vidéo en direct de Punjabi ligotée et bâillonnée à l'intérieur du véhicule. Elle est entourée de trois hommes masqués. L'un d'eux adresse un message à la police : « Que le jeu commence ».

En retraçant le parcours du van, l'unité spéciale le retrouve à l'entrée d'un entrepôt désaffecté. Elle y découvre un logo "Kill or Be Slaughtered" sur un mur ainsi qu'une vidéo enregistrée ici même. Ils déchirent ses vêtements et l'agressent physiquement. Un autre message est délivré : « Niveau terminé ». Peu de temps après, en livestream sur le dark web, ils assistent à son viol puis la forcent à affirmer que les "salopes" n'ont pas leur place dans le monde des jeux vidéo, qu'elle n'a jamais aimé Kaplan et qu'elle a couché avec lui uniquement pour qu'il produise son jeu vidéo. Rollins géolocalise la vidéo en direct qui est enregistrée dans la maison d'une enseignante, Mrs. Rossi, à State Island. Pourtant, les enquêteurs s'interrogent sur leur plan car, jusqu'ici, opérant sur le dark web, ils ont tout fait pour ne pas être repérés sur le Net. Chez Mrs. Rossi, ils constatent qu'elle a un adolescent geek mais celui-ci est absent. Dans le sous-sol de la maison, ils s'aperçoivent que le viol de Punjabi a bien été filmé dans cet endroit. De plus, l'armurerie a été vidée de toutes ses armes à feu. Sa mère est emmenée au commissariat pour être interrogée sur la personnalité de son fils. Elle ne veut pas croire que son seul enfant soit capable de poster des messages haineux envers des femmes ni de violer une femme. Mais Carisi lui prouve qu'elle le connait très mal.

De son côté, Rollins reçoit un appel alarmant de Punjabi qui lui signale qu'elle a réussi à voler un téléphone de l'un de ses ravisseurs et qu'elle se trouve dans un garage. Elle la supplie de la sauver ou, sinon, elle va mourir. Geek comme eux, Fin explique à ses collègues que ces cybercriminels agissent comme des personnages de jeux vidéo et qu'ils les considèrent comme des joueurs qui doivent surmonter des étapes pour enfin les confronter face à face. Selon lui, ils l'ont menacée pour qu'elle l'appelle afin qu'ils recréent le niveau final de leur jeu préféré "Kill or Be Slaughtered" : si la police intervient, elle tombera dans un guet-apens sans issue d'autant plus que ces jeunes sont surarmés.

Finalement, l'unité spéciale et le SWAT retrouvent le garage en question et la retrouvent. Ligotée sur une chaise, elle a un fusil scotché sur la porte d'entrée. Au moindre mauvais mouvement, le piège se déclenchera et elle tuera un flic contre sa volonté. Des enregistrements de tirs sont déclenchés mais Benson demande au SWAT de ne pas ouvrir le feu. Heureusement, Benson réussit à la sauver. Carisi, Fin et Rollins poursuivent ses kidnappeurs sur le toit. Une fusillade éclate entre eux. L'un d'eux, le fils de Mrs. Rossi, Anthony, se rend et clame que les deux autres sont devenus incontrôlables. Il révèle à Rollins qu'il a géolocalisé la vidéo du viol dans son sous-sol pour qu'ils les retrouvent facilement. Il est aussitôt menotté. Quant à Carisi, à cause de la maladresse au tir du second geek, Pierce, qui a tenté de l'abattre, il l'intercepte facilement. Mais le dernier, Brandon, lui pointe son pistolet sur la nuque et lui dit de se préparer à mourir. Misogyne comme ses amis, il ordonne également à Rollins de jeter son arme à feu tout en la comparant à Punjabi. Deux femmes qui n'ont rien à faire dans des métiers pour hommes, selon ses mots. Les deux inspecteurs sont secourus par Fin qui vise Brandon et lui demande de baisser à son tour son revolver. Le jeune homme refuse et, au moment où il s'apprête à tirer sur Fin, Fin l'abat en légitime défense. Punjabi est saine et sauve tandis que Pierce et Anthony sont appréhendés.

Dans le bureau de Benson, Fin lui déclare que, en tant que joueur de jeux vidéo, il arrive à distinguer le virtuel et la réalité contrairement à ces trois geeks criminels. Craignant une enquête des affaires internes sur son meurtre de sang-froid, Benson lui rapporte que non et qu'il est en congé administratif non payé pour quelques jours. Fin lui rend son badge et pistolet mais Benson lui ordonne de les garder pour la raison suivante : son tir est justifié. Fin lui rétorque qu'ils font simplement leur boulot qui consister à protéger les victimes et à arrêter les "méchants".

Chez Punjabi et son compagnon, Rollins leur indique que l'un des deux ravisseurs veut passer un accord en plaidant coupable tandis que l'autre souhaite aller jusqu'au procès. Bafouée et meurtrie, Punjabi acceptera quand même de témoigner. Défaitiste, elle ne s'imaginait pas victime de la misogynie ultraviolente présente dans le monde vidéoludique. Elle met fin à sa carrière dans les jeux vidéo. Surprise, Rollins lui rappelle qu'elle ne voulait pas se laisser abattre par ces nombreux détracteurs. Mais elle n'y peut rien. Comme elle le dit, "ils ont gagné" contre elle...

[17]

Épisode 15 : Tout pour ma filleModifier

Titre original
Undercover Mother (trad. litt. : « Une mère sous couverture »)
Numéro de production
358 (16-15)
Code de production
1615
Première diffusion
Réalisation
Steve Shill
Scénario
Audiences
  •   États-Unis : 6,45 millions de téléspectateurs[46] (première diffusion)
  •   France : 2,18 millions de téléspectateurs[47] (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé
Alors qu'il infiltre un réseau de trafic de sexe pour le démanteler, Carisi rencontre Martha Thornhill. Elle explique qu'elle s'est déguisée en madame dans l'organisation afin d'essayer de trouver et de sauver sa fille, Ariel, qui a été enlevée il y a trois ans. Elle abandonne finalement son travail seule et demande à l'Unité Spéciale des Victimes de l'aider. L'équipe essaie alors de briser le proxénète et ses acolytes, tandis qu'Ariel reste disparue, et découvre qu'elle peut avoir de l'aide de l'intérieur grâce à un vieil ami. Pendant ce temps, le Dr Warner découvre que le proxénète est le père biologique de Noah et avertit Benson.

[17]

Épisode 16 : Fin de romanceModifier

Titre original
December Solstice (trad. litt. : « Solstice de décembre »)
Numéro de production
359 (16-16)
Code de production
1616
Première diffusion
Réalisation
Sharat Raju
Scénario
Ed Zuckerman
Audiences
  •   États-Unis : 7,72 millions de téléspectateurs[48] (première diffusion)
  •   France : 1,96 million de téléspectateurs[49] (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé
Walter Briggs, un célèbre auteur, est placé au milieu d'une querelle entre sa sixième épouse, Charmaine et ses filles qui se soucient de son bien-être, suscité par une accusation envers Charmaine qui abuserait sexuellement son mari en lui donnant des médicaments pour l'érection à son insu afin d'avoir un enfant. Lorsque Walter est hospitalisé pour une crise cardiaque, Charmaine le retire de l'hôpital contre l'avis du médecin avant que les tests ne soient effectués. Une crise cardiaque subséquente provoque la mort de Walter, incitant Barba à poursuivre l'accusation d'homicide involontaire contre Charmaine. Pendant le procès, un enregistrement vidéo que Walter a enregistré avant sa démence est publié, révélant ses sentiments et ce qu'il souhaite pour sa famille. Pendant ce temps, Barba se bat avec la décision de mettre sa grand-mère dans une maison de retraite.

[17]

Épisode 17 : Coopérations forcéesModifier

Titre original
Parole Violations (trad. litt. : « Violations de conditionnelle »)
Numéro de production
360 (16-17)
Code de production
1617
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Jill Abbinanti
Audiences
  •   États-Unis : 5,92 millions de téléspectateurs[50] (première diffusion)
  •   France : 2,04 millions de téléspectateurs[51] (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé

La sœur de Carisi se prépare pour la naissance de son enfant avec son fiancé, Tommy, mais les événements prennent une mauvaise tournure quand Tommy retourne vers ses anciennes habitudes et accuse son agent de libération conditionnelle, Donna Marshall, de viol. Avec l'aide de Benson et de l'équipe, Carisi enquête sur l'allégation de Tommy, mais Barba fait face à une bataille difficile dans le but de convaincre un jury qu'une femme peut violer un homme. Pour se défendre, Marshall déclare que Tommy l'a brusquée pour qu'elle couche avec lui et elle a accepté ses avances mais ce dernier réitère qu'elle l'a menacé d'un pistolet pour qu'elle lui fasse une fellation contre son gré. Le superviseur de Marshall, Ralph Kessel, prend sa défense en affirmant qu'une femme ne peut pas agresser sexuellement un homme. Quelques heures plus tard, alors que Bella s'emporte contre Tommy et Carisi qui tentent de la raisonner, Marshall leur rend visite avec des agents et découvre de la drogue dans leur chambre mais, abasourdi, Tommy déclare qu'elle n'est pas à lui. En fin de compte, Kessel a averti Marshall que l'unité spéciale enquête sur elle pour viol et elle a voulu piéger Tommy en déposant de la substance illicite chez lui. Alors que les inspecteurs découvrent que les habits de Tommy qu'il portait lors de son agression contiennent l'ADN de Marshall et que le sachet de drogue n'a pas été touché par Tommy, ils découvrent que cette preuve provient d'un dealer, Jordan Dolphy, pris en charge par... Marshall. Ce dernier leur avoue qu'elle le viole régulièrement et qu'elle verse en échange du vinaigre dans ses tests d'urine. En acceptant d'être violé, il pouvait continuer à vendre sa came. Pourtant, lors du procès de Marshall, alors que Tommy est fragilisé par l'avocat de Marshall qui insinue qu'un homme costaud comme lui peut se défendre contre une femme qui l'agresse, Dolphy ne se présente pas devant la juge. Mais, le lendemain, il accepte de témoigner... pour défendre Marshall et explique que l'unité spéciale lui a demandé de mentir contre elle. Mais Barba démontre au jury que ce dernier se drogue toujours, que ses tests d'urine ont été trafiqués par Marshall en échange de son viol et que Kessel lui a demandé de mentir pour protéger Marshall et sa réputation contre la suppression de ses accusations de deals de drogues. En fin de compte, Dolphy et Tommy ont bien été violés par Marshall.

La sachant démasquée, l'avocat de Marshall négocie avec Barba pour qu'elle soit seulement emprisonnée pour falsification des preuves mais ce dernier refuse et la plaide également pour viols. Furieuse, Marshall s'emporte contre Benson en lui expliquant qu'elle a une vie misérable depuis qu'elle s'occupe de délinquants et qu'elle en a profité pour les dominer sexuellement mais Benson lui explique qu'elle n'est pas autorisée à les violer. Finalement, Marshall est placée en probation pour cinq ans et enregistrée à vie dans le fichier des délinquants sexuels. Quant à Bella, découvrant que son petit ami n'était pas consentant, elle accepte de faire la paix avec Tommy sous les yeux de Carisi.

[17]

Épisode 18 : Sous le feu des projecteursModifier

Titre original
Devastating Story (trad. litt. : « Une histoire dévastatrice »)
Numéro de production
361 (16-18)
Code de production
1618
Première diffusion
Réalisation
Michael Slovis
Scénario
Samantha Corbin-Miller
Audiences
  •   États-Unis : 6,25 millions de téléspectateurs[52] (première diffusion)
  •   France : 1,91 million de téléspectateurs[53] (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé
Skip Peterson, un animateur de télévision, diffuse une interview avec Heather Manning, une étudiante, qui affirme avoir subi un viol collectif dans une fraternité étudiante. L'histoire de Manning devient virale et l'affaire se transforme rapidement en un véritable dilemme avec une pression sur l'Unité Spéciale pour les Victimes afin d'ouvrir une véritable enquête. Cependant, le manque de preuves et la fragilité de la victime prouvent au jury que les différents suspects ne sont pas véritablement coupables.

[17]Épisode 19 : Diffusions viralesModifier

Titre original
Granting Immunity (trad. litt. : « Un octroi d'immunité »)
Numéro de production
362 (16-19)
Code de production
1619
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Brianna Yellen et A. Zell Williams
Audiences
  •   États-Unis : 7,31 millions de téléspectateurs[54] (première diffusion)
  •   France : 1,94 million de téléspectateurs[55] (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé

Après qu'une soirée entre étudiants mineurs dégénère en orgie sexuelle, des photos sont rapidement publiées sur le Net. La situation devient vite incontrôlable lorsqu'elles circulent sur des sites pédo-pornographiques. Alors que Barba recherche celui qui a permis leur publication virale, l'unité spéciale confisque tous les téléphones des élèves du lycée huppé et privé afin de contenir leur diffusion tandis que leurs parents veulent éviter un scandale. Mais une épidémie de rougeole arrête subitement les recherches pendant que Noah contracte la maladie comme la plupart des jeunes qui ont participé à la fête. Tout en traitant avec la situation de Noah, Benson découvre que son fils a été contaminé à l’hôpital au moment où il allait se faire vacciner. Celui qui l'a infecté n'est d'autre que le petit frère du patient zéro, un lycéen qui a assisté à l'orgie. Malade, ce dernier a permis la propagation de rougeole. En enquêtant sur sa mère, Trudy Malko, Benson apprend qu'elle n'a jamais vacciné ses enfants car elle pense que c'est beaucoup trop dangereux pour eux. Mais elle influence également un groupe de mères qui ont refusé que leurs enfants soient obligatoirement immunisés. Soutenues par elles, telle une gourou, Malko leur a conseillé de prendre rendez-vous avec le docteur Setrakian qui a falsifié les dossiers médicaux de leurs bébés aujourd’hui adolescents. Dès lors, la considérant comme responsable de l'épidémie, Barba la traduit en justice et veut démontrer qu'elle a mis en danger leur vie tandis que l'avocat de Malko insinue que les antibiotiques peuvent être encore plus nocifs que le virus pour l'organisme humain. Finalement, Barba réussit à l'incriminer en prouvant qu'elle est responsable de la contagion alors qu'elle a montré sa haine des études scientifiques. Elle est condamnée à trois mois de prison et une période de probation de neufs mois.

De son côté, Benson s'effondre en voyant son fils hospitalisé à l'hôpital car son système immunitaire se fragilise à cause de la rougeole...

Épisode 20 : De Chicago à New York, deuxième partieModifier

Titre original
Daydream Believer (trad. litt. : « Un rêveur plein d'espoirs »)
Numéro de production
363 (16-20)
Code de production
1620
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Julie Martin et Ed Zuckerman
Audiences
  •   États-Unis : 9,28 millions de téléspectateurs[56] (première diffusion)
  •   France : 1,29 million de téléspectateurs[57] (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé
Nadia Decotis a été enlevée par Grégory Yates. Les équipes des lieutenant Benson & sergent Voight se démènent pour la retrouver. Après s'être débarrassé de Nadia, Yates s'attaque à d'autres femmes. Après progression de l'enquête, ils découvrent que Yates enterrent les corps de ses victimes au Pelham Bay Park, y compris... celui de Nadia. Au cours de l'autopsie de cette dernière, il a été découvert qu'elle a été battue, violée vaginalement et analement, avant d'avoir été assassinée. Lors de son jugement, Grégory Yates est déclaré coupable des chefs d'accusations de viol et meurtre au second degré.
Commentaires
Conclusion d'une soirée crossover qui a débuté dans Chicago Fire (épisode 21 de la saison 3) à 20 h et qui s'est poursuivie dans Chicago PD (épisode 20 de la saison 2) à 21 h[58].

[17]

Épisode 21 : Double véritéModifier

Titre original
Perverted Justice (trad. litt. : « Justice pervertie »)
Numéro de production
364 (16-21)
Code de production
1621
Première diffusion
Réalisation
Alex Chapple
Scénario
Robert Brooks Cohen et Céline C. Robinson
Audiences
  •   États-Unis : 6,11 millions de téléspectateurs[59] (première diffusion)
  •   France : 2,004 millions de téléspectateurs[60] (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé
Bayard Ellis demande à l'Unité Spéciale pour les Victimes de rouvrir l'enquête d'un homme qui a été reconnu coupable d'inceste et de viol envers sa fille. Celle-ci, qui est une toxicomane, revient alors sur son témoignage d'origine en affirmant qu'il s'agissait d'un mensonge et que sa mère l'a forcée à le dire au tribunal. La levée des charges est tout de même refusée. L'équipe se tourne alors vers le capitaine Cragen, qui est à la retraite, afin de comprendre l'affaire et découvre des preuves qui n'ont jamais été présentées lors du procès initial.

[17]

Épisode 22 : EnfantillagesModifier

Titre original
Parent's Nightmare (trad. litt. : « Le Cauchemar d'un parent »)
Numéro de production
365 (16-22)
Code de production
1622
Première diffusion
Réalisation
Scénario
Kevin Fox et Brendan Feeney
Audiences
Invités
Résumé détaillé
Owen Farhidi, un garçon de huit ans, est enlevé à la sortie de l'école. Après avoir reçu une demande de rançon, la mère d'Owen, Dana, contacte l'équipe afin d'obtenir de l'aide. Amaro travaille alors avec la mère et son ex-mari, Sam, quand des images prouvent que la victime connaît son ravisseur. Pendant ce temps, les supérieurs du sergent Benson désirent avoir un lieutenant à la tête de l'Unité, ce qui oblige Benson à envisager de passer l'examen de lieutenant et à choisir un sergent.

[17]

Épisode 23 : Tout a une fin...Modifier

Titre original
Surrendering Noah (trad. litt. : « Extrader Noah »)
Numéro de production
366 (16-23)
Code de production
1623
Première diffusion
Réalisation
Michael Slovis
Scénario
Audiences
  •   États-Unis : 6,96 millions de téléspectateurs[62] (première diffusion)
  •   France : 2,21 millions de téléspectateurs[63] (première diffusion)
Invités
Résumé détaillé
Après avoir exprimé son intérêt à passer l'examen pour devenir le prochain sergent, Amaro apprend de Benson que ses supérieurs ne veulent pas le promouvoir en raison de son implication dans plusieurs incidents passés. De son côté, Benson va à l'encontre des conseils de Barba en divulguant que Johnny D est le père biologique de Noah, mettant en danger les dernières étapes de l'adoption. Lors du milieu du procès de Johnny D, le public commence à perturber l'audience, donnant ainsi la possibilité à l'accusé de saisir l'arme d'un officier et de commencer des échanges de coups de feu. Alors que Johnny vient de blesser plusieurs personnes, Amaro riposte en tuant Johnny, mais prend deux blessures par balles au foie et au genou. Par la suite, Olivia obtient l'adoption de Noah. Amaro, se rendant compte que sa carrière au NYPD est peu susceptible d'évoluer et que ses supérieurs vont probablement essayer d'utiliser ses blessures pour le forcer à la retraite anticipée, décide de démissionner et de déménager en Californie pour être plus proche de ses deux enfants.
Commentaires

Il s'agit de la dernière apparition régulière de Danny Pino, à la suite de l'annonce de Nick Amaro de sa démission.

Toutefois, Danny Pino apparaîtra dans l'épisode 6 de la saison 23.

[17]

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) « Which Former Cast Member Is Returning to Law & Order: SVU? », sur TV Guide, (consulté le ).
  2. (en) « TVLine Items: New SVU Troublemaker, Tosh.0's Syndication Deal and More », sur TV Line, (consulté le ).
  3. (en) « Chicago Fire—SVU—Chicago P.D. Crossover Casts Walking Dead Alum », sur Hollywood Reporter, (consulté le ).
  4. (en) « Law and Order: SVU Books House Alum », sur Hollywood Reporter, (consulté le ).
  5. (en) « Buzzy SVU May Sweeps Episode Casts OITNB's Samira Wiley in Pivotal Role », sur TV Line, (consulté le ).
  6. (en) Bill Keveney, « Law & Order: SVU renewed for sweet 16 », sur USA Today.com, (consulté le ).
  7. (en) Amanda Kondolojy, « NBC Sets Fall Premiere Dates for The Blacklist, The Mysteries of Laura, Parenthood, Bad Judge, Constantine & More », sur Tvbythenumbers.zap2it.com, (consulté le ).
  8. (en) « Law and Order: SVU begins filming season 16 on May 22! », sur Onlocationvacations.com, (consulté le ).
  9. (en) Camille Banzon, « Law and Order SVU season 16 spoilers: Olivia Benson gets through tough changes », sur Ecumenicalnews.com, (consulté le ).
  10. (en) Nellie Andreeva, « Law & Order: SVU Pushes One Off-Season Episode To Give Star Mariska Hargitay Rest », sur Yahoo.com, (consulté le ).
  11. (en) « Mariska Hargitay Ends SVU Season Early », sur Boomtron.com, archivé sur Web.archive.org, (consulté le ).
  12. (en) Kate Standhope, « Postmortem: Law & Order: SVU Boss on Amaro's Future and the Squad's New Addition », sur Tvguide.com, (consulté le ).
  13. (en) « CTV Fall 2014 Premiere Dates Announced », sur Bell Media,
  14. (en) Amanda Kondolojy, « Wednesday Final Ratings: The Middle, The Goldbergs, Modern Family, Law and Order: SVU, & Red Band Society Adjusted Up », sur Tvbythenumbers.zap2it.com, (consulté le ).
  15. (en) « Audience du 1er épisode au Canada » [PDF], Numeris
  16. Guillaume Denis, « New York Unité Spéciale : bon démarrage pour la saison 16 sur TF1 », sur Toutelatele.com, (consulté le ).
  17. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u et v AlloCine, « Casting New York Unité Spéciale S16 » (consulté le )
  18. (en) Sara Bibel, « Wednesday Final Ratings: Modern Family, The Middle, The Goldbergs, black-ish, The Mysteries of Laura, & Nashville Adjusted Up; Chicago P.D. Adjusted Down », sur Tvbythenumbers.zap2it.com, (consulté le ).
  19. (en) « Audience du 2e épisode au Canada » [PDF], Numeris
  20. « Audiences: 2 millions de téléspectateurs pour New York, unité spéciale, à 23h00, sur TF1 », sur Jeanmarcmorandini.com, (consulté le ).
  21. (en) Amanda Kondolojy, « Wednesday Final Ratings: Modern Family, The Middle, The Goldbergs & black-ish Adjusted Up », sur Tvbythenumbers.zap2it.com, (consulté le ).
  22. (en) « Audience du 3e épisode au Canada » [PDF], Numeris
  23. « Audiences: 1,7 million de téléspectateurs pour New York, unité spéciale, à 23h00, sur TF1 », sur Jeanmarcmorandini.com, (consulté le ).
  24. (en) Sara Bibel, « Wednesday Final Ratings: The Mysteries of Laura, Modern Family & Red Band Society Adjusted Up », sur Tvbythenumbers.zap2it.com, (consulté le ).
  25. « Audiences: 2 millions de téléspectateurs pour New York, unité spéciale, à 22h50, sur TF1 », sur Jeanmarcmorandini.com, (consulté le ).
  26. (en) Amanda Kondolojy, « Wednesday Final Ratings: The Middle, The Goldbergs, Modern Family, & Criminal Minds Adjusted Up; black-ish Adjusted Down + Final World Series Numbers », sur Tvbythenumbers.zap2it.com, (consulté le ).
  27. Benjamin Lopes, « New York, unité spéciale (saison 16) : le viol d’une star du porno captive le public, TF1 devance Bones sur M6 », sur Toutelatele.com, (consulté le ).
  28. (en) Amanda Kondolojy, « Wednesday Final Ratings: Arrow, The Mysteries of Laura & Chicago P.D. Adjusted Up; The 100 Adjusted Down », sur Tvbythenumbers.zap2it.com, (consulté le ).
  29. « Audiences: 2,1 millions de téléspectateurs pour New York, unité spéciale, à 23h00, sur TF1 », sur Jeanmarcmorandini.com, (consulté le ).
  30. (en) Sara Bibel, « Wednesday Final Ratings: Modern Family Adjusted Up; The 100 Adjusted Down », sur Tvbythenumbers.zap2it.com, (consulté le ).
  31. « Audiences: 2,7 millions de téléspectateurs pour "New York, unité spéciale", à 22h50, sur TF1 », sur Jeanmarcmorandini.com, (consulté le ).
  32. (en) « Chicago Fire, Chicago P.D. and Law & Order: SVU Stories Converge with Three-Part Crossover to Air Nov. 11-12 », sur Thefutoncritic.com, (consulté le ).
  33. (en) Amanda Kondolojy, « Wednesday Final Ratings: Stalker Adjusted Down + No Adjustment for The 100, Red Band Society or Nashville », sur Tvbythenumbers.zap2it.com, (consulté le ).
  34. Benjamin Lopes, « New York, unité spéciale (TF1) : Olivia Benson met K.O Stéphane Plaza et François Lenglet », sur Toutelatele.com, (consulté le ).
  35. (en) Sara Bibel, « Wednesday Final Ratings: Arrow, Hell's Kitchen & Chicago P.D. Adjusted Up », sur Tvbythenumbers.zap2it.com, (consulté le ).
  36. (en) Sara Bibel, « Wednesday Final Ratings: No Adjustments Beyond Previously Released Increases for Empire & American Idol », sur Tvbythenumbers.zap2it.com, (consulté le ).
  37. « Audiences: 2,1 millions de téléspectateurs pour New York, unité spéciale à 23h00 sur TF1 », sur Jeanmarcmorandini.com, (consulté le ).
  38. (en) Amanda Kondolojy, « Wednesday Final Ratings: American Idol & The Mentalist Adjusted Up; The Mysteries of Laura and black-ish Adjusted Down », sur Tvbythenumbers.zap2it.com, (consulté le ).
  39. « Audiences: 2,3 millions de téléspectateurs pour New York, unité spéciale, à 23h10, sur TF1 », sur Jeanmarcmorandini.com, (consulté le ).
  40. (en) Sara Bibel, « Wednesday Final Ratings: Empire, American Idol, Criminal Minds & Law & Order: SVU Adjusted Up; The 100 Adjusted Down », sur Tvbythenumbers.zap2it.com, (consulté le ).
  41. « Audiences: 2,1 millions de téléspectateurs pour New York, unité spéciale à 23h00 sur TF1 », sur Jeanmarcmorandini.com, (consulté le ).
  42. (en) Sara Bibel, « Wednesday Final Ratings: American Idol Adjusted Up, Fresh Off the Boat & The 100 Adjusted Down », sur Tvbythenumbers.zap2it.com, (consulté le ).
  43. « Audience: 2 millions de téléspectateurs pour la série New York, unité spéciale à 23h00 sur TF1 », sur Jeanmarcmorandini.com, (consulté le ).
  44. (en) Amanda Kondolojy, « Wednesday Final Ratings: Empire, Arrow & American Idol Adjusted Up; The Goldbergs, The 100, The Mentalist, The Mysteries of Laura, black-ish & Criminal Minds Adjusted Down », sur Tvbythenumbers.zap2it.com, (consulté le ).
  45. « Audience: 2,2 millions de téléspectateurs pour New York, unité spéciale à 22h55 sur TF1 », sur Jeanmarcmorandini.com, (consulté le ).
  46. (en) Sara Bibel, « Wednesday Final Ratings: Empire, Arrow, American Idol & Modern Family Adjusted Up; The 100 & Stalker Adjusted Down », sur Tvbythenumbers.zap2it.com, (consulté le ).
  47. « Audiences: 2,1 millions de téléspectateurs pour New York, unité spéciale à 22h50 sur TF1 », sur Jeanmarcmorandini.com, (consulté le ).
  48. (en) Amanda Kondolojy, « Wednesday Final Ratings: Empire, American Idol, Suvivor & Arrow Adjusted Up; The 100, black-ish & Nashville Adjusted Down », sur Tvbythenumbers.zap2it.com, (consulté le ).
  49. « Audiences: 1,9 million de téléspectateurs pour New York, unité spéciale, à 22h55, sur TF1 », sur Jeanmarcmorandini.com, (consulté le ).
  50. (en) Amanda Kondolojy, « Wednesday Final Ratings: Survivor, The Middle, The Goldbergs, Modern Family & Criminal Minds Adjusted Up », sur Tvbythenumbers.zap2it.com, (consulté le ).
  51. « Audiences: 2 millions de téléspectateurs pour la série New York, unité spéciale, à 22h55, sur TF1 », sur Jeanmarcmorandini.com, (consulté le ).
  52. (en) Sara Bibel, « Wednesday Final Ratings: American Idol, Survivor, The Middle, The Goldbergs, & Modern Family Adjusted Up; The Mysteries of Laura Adjusted Down », sur Tvbythenumbers.zap2it.com, (consulté le ).
  53. « Audiences: 1,9 million de téléspectateurs pour la série New York, unité spéciale, à 22h55, sur TF1 », sur Jeanmarcmorandini.com, (consulté le ).
  54. (en) Amanda Kondolojy, « Wednesday Final Ratings: Survivor, The Voice, The Middle, Criminal Minds, CSI:Cyber and The Goldbergs Adjusted Up », sur Tvbythenumbers.zap2it.com, (consulté le ).
  55. « Audiences: 1,9 million de téléspectateurs pour la série New York, unité spéciale, à 22h55, sur TF1 », sur Jeanmarcmorandini.com, (consulté le ).
  56. (en) Sara Bibel, « Wednesday Final Ratings: Arrow, Survivor, Criminal Minds & Law & Order: SVU Adjusted Up », sur Tvbythenumbers.zap2it.com, (consulté le ).
  57. Jérôme Roulet, « Chicago Police Department : un crossover gagnant pour Benson, Voight et TF1 », sur Toutelatele.com, (consulté le ).
  58. (en) « Latest Dick Wolf Crossover Trilogy Set for April 28-29 », sur Thefutoncritic.com, (consulté le ).
  59. (en) Amanda Kondolojy, « Wednesday Final Ratings: Arrow, Nashville, & The Goldbergs Adjusted Up; American Idol, Criminal Minds Supernatural & Blacki-ish Adjusted Down », sur Tvbythenumbers.zap2it.com, (consulté le ).
  60. « Audiences: 2 millions de téléspectateurs pour la série New York, unité spéciale, à 22h50, sur TF1 », sur Jeanmarcmorandini.com, (consulté le ).
  61. (en) Sara Bibel, « Wednesday Final Ratings: Law & Order: SVU, Survivor, The Middle & American Idol Adjusted Up; Supernatural, black-ish & Nashville Adjusted Down », sur Tvbythenumbers.zap2it.com, (consulté le ).
  62. (en) Amanda Kondolojy, « Wednesday Final Ratings: Survivor, Survivor: Reunion & Modern Family Adjusted Up », sur Tvbythenumbers.zap2it.com, (consulté le ).
  63. « Audiences: 2,2 millions de téléspectateurs pour New York, unité spéciale, à 23h, sur TF1 », sur Jeanmarcmorandini.com, (consulté le ).