Kraft de Hohenlohe-Langenbourg

aristocrate allemand
Kraft de Hohenlohe-Langenbourg
(de) Kraft zu Hohenlohe-Langenburg

Titre

Prince de Hohenlohe-Langenbourg


(43 ans, 10 mois et 5 jours)

Prédécesseur Gottfried de Hohenlohe-Langenbourg
Successeur Philippe de Hohenlohe-Langenbourg
Biographie
Titulature Prince de Hohenlohe-Langenbourg
Dynastie Maison de Hohenlohe
Nom de naissance Kraft Alexander Ernst Ludwig Georg Emich zu Hohenlohe-Langenburg
Naissance
Schwäbisch Hall (Wurtemberg, Allemagne)
Décès (à 68 ans)
Schwäbisch Hall (Bade-Wurtemberg, Allemagne)
Sépulture Mausolée des Hohenlohe-Langenbourg
Père Gottfried de Hohenlohe-Langenbourg
Mère Marguerite de Grèce
Conjoint Charlotte de Croÿ (1965-1990)
Irma Pospesch (1992-2004)
Enfants Cécile de Hohenlohe-Langenbourg
Philippe de Hohenlohe-Langenbourg
Xenia de Hohenlohe-Langenburg
Religion Luthéranisme

Kraft de Hohenlohe-Langenbourg (en allemand : Kraft zu Hohenlohe-Langenburg), prince de Hohenlohe-Langenbourg, est né le à Schwäbisch Hall, en Allemagne, et mort dans cette même ville le . C'est le neuvième prince de Hohenlohe-Langenbourg.

FamilleModifier

Kraft est le fils aîné du prince Gottfried de Hohenlohe-Langenbourg (1897-1960) et de son épouse la princesse Marguerite de Grèce (1907-1981). Par son père, il descend du prince Ernest II de Hohenlohe-Langenbourg (1863-1950) et de sa femme la princesse Alexandra de Saxe-Cobourg-Gotha (1878-1942) tandis que, par sa mère, il a pour grands-parents le prince André de Grèce (1882-1944) et la princesse Alice de Battenberg (1885-1969).

Le prince Kraft a donc la particularité généalogique d'être à la fois le descendant du roi Christian IX de Danemark (1818-1906), surnommé le « beau-père de l'Europe », et de la reine Victoria du Royaume-Uni (1819-1901), connue comme la « grand-mère de l'Europe ». Il est en outre le neveu du duc d'Édimbourg et de la reine Élisabeth II du Royaume-Uni.

Le , Kraft épouse la princesse Charlotte de Croÿ (1938), fille du prince Alexandre de Croÿ (1912-2002) et de son épouse Anne Elspeth Campbell (1917-1986). Divorcé le , Kraft se remarie, le , à la roturière autrichienne Irma Pospesch (1946).

Du premier mariage de Kraft naissent 3 enfants :

  • Cécile de Hohenlohe-Langenbourg (1967), princesse de Hohenlohe-Langenbourg, qui épouse, en 1998, le comte Cyril de Commarque (1970), petit-fils de la princesse Marie-Clotilde Bonaparte (1912-1996) ;
  • Philippe de Hohenlohe-Langenbourg (1970), prince de Hohenlohe-Langenbourg, qui s'unit, en 2003, à Saskia Binder (1973) ;
  • Xenia de Hohenlohe-Langenbourg (1972), princesse de Hohenlohe-Langenbourg, qui épouse, en 2005, Max Soltmann.

BiographieModifier

Fils du prince Gottfried de Hohenlohe-Langenbourg et de la princesse Marguerite de Grèce[1], le prince Kraft suit des études de forestier et de banquier[2]. Devenu chef de la maison de Hohenlohe-Langenbourg à l'âge de 25 ans, il prend la direction des domaines de sa famille, constitués de plusieurs châteaux et de 2 700 ha de terres agricoles et de forêts[3].

Dans la nuit du 23 au , un feu de cheminée détruit une grande partie du château de Langenbourg. Le coût des travaux de rénovation est si élevé que Kraft est contraint de vendre le château de Weikersheim au Land de Bade-Wurtemberg en 1967[4]. Une fois le bâtiment restauré, le prince y fonde le musée de l'automobile en 1970[3].

Très impliqué dans la vie du territoire de l'ancienne principauté de Hohenlohe-Langenbourg, Kraft est notamment membre du synode de l'Église évangélique luthérienne en Wurtemberg (1965-1974), élu à l'assemblée du district (1965-1979) et membre du conseil d'administration de la Croix-Rouge (1984-2000). Il est par ailleurs président de l'automobile-club d'Allemagne (1981-1993) et de la Fédération internationale des véhicules anciens (1983-1996)[3].

Le prince Kraft meurt d'une longue maladie en 2004[5]. Il est enterré au mausolée des Hohenlohe-Langenbourg[6].

Quartiers du princeModifier

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
16. Ernest Ier de Hohenlohe-Langenbourg
 
 
 
 
 
 
 
8. Hermann de Hohenlohe-Langenbourg
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
17. Théodora de Leiningen
 
 
 
 
 
 
 
4. Ernest II de Hohenlohe-Langenbourg
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
18. Guillaume de Bade
 
 
 
 
 
 
 
9. Léopoldine de Bade
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
19. Élisabeth-Alexandrine de Wurtemberg
 
 
 
 
 
 
 
2. Gottfried de Hohenlohe-Langenbourg
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
20. Albert de Saxe-Cobourg-Gotha
 
 
 
 
 
 
 
10. Alfred Ier de Saxe-Cobourg-Gotha
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
21. Victoria du Royaume-Uni
 
 
 
 
 
 
 
5. Alexandra de Saxe-Cobourg-Gotha
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
22. Alexandre II de Russie
 
 
 
 
 
 
 
11. Maria Alexandrovna de Russie
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
23. Marie de Hesse-Darmstadt
 
 
 
 
 
 
 
1. Kraft de Hohenlohe-Langenbourg
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
24. Christian IX de Danemark
 
 
 
 
 
 
 
12. Georges Ier de Grèce
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
25. Louise de Hesse-Cassel
 
 
 
 
 
 
 
6. André de Grèce
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
26. Constantin Nikolaïevitch de Russie
 
 
 
 
 
 
 
13. Olga Constantinovna de Russie
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
27. Alexandra de Saxe-Altenbourg
 
 
 
 
 
 
 
3. Marguerite de Grèce
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
28. Alexandre de Hesse-Darmstadt
 
 
 
 
 
 
 
14. Louis de Battenberg
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
29. Julia Hauke
 
 
 
 
 
 
 
7. Alice de Battenberg
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
30. Louis IV de Hesse-Darmstadt
 
 
 
 
 
 
 
15. Victoria de Hesse-Darmstadt
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
31. Alice du Royaume-Uni
 
 
 
 
 
 

BibliographieModifier

  • (de) Alma Hannig et Martina Winkelhofer-Thyri, Die Familie Hohenlohe : Eine europäische Dynastie im 19. und 20. Jahrhundert, Cologne, Verlag Böhlau, (ISBN 978-3-41222201-7).

Presse en ligneModifier

  • (de) Harald Zigan, « Ruhestand war für den Fürsten ein Fremdwort », Stimme,‎ (lire en ligne).

Liens externesModifier

RéférencesModifier

  1. (es) Ricardo Mateos Sainz de Medrano, La Familia de la Reina Sofía : La Dinastía griega, la Casa de Hannover y los reales primos de Europa, Madrid, La Esfera de los Libros, (ISBN 84-9734-195-3), p. 294.
  2. (de) « Fürst Kraft », sur Schloss Langenburg, (consulté le 14 janvier 2021).
  3. a b et c (de) Harald Zigan, « Ruhestand war für den Fürsten ein Fremdwort », Stimme,‎ (lire en ligne)
  4. (de) « Geschichte », sur Schloss Langenburg, (consulté le 14 janvier 2021).
  5. (es) Ricardo Mateos Sainz de Medrano, La Familia de la Reina Sofía : La Dinastía griega, la Casa de Hannover y los reales primos de Europa, Madrid, La Esfera de los Libros, (ISBN 84-9734-195-3), p. 296.
  6. (nl) Marianne van Dam, « Langenburg Familienfriedhof », sur Royaltyguide, (consulté le 29 décembre 2020).