Joseph Paul-Boncour

homme politique français

Joseph Paul-Boncour
Illustration.
Joseph Paul-Boncour en 1923.
Fonctions
Ministre des Affaires étrangères

(28 jours)
Président du Conseil Léon Blum
Gouvernement Blum II
Prédécesseur Yvon Delbos
Successeur Georges Bonnet

(1 an, 1 mois et 12 jours)
Président du Conseil Lui-même
Édouard Daladier
Albert Sarraut
Camille Chautemps
Gouvernement Paul-Boncour
Daladier I
Sarraut I
Chautemps II
Prédécesseur Édouard Herriot
Successeur Édouard Daladier
Président du Conseil des ministres français

(1 mois et 10 jours)
Président Albert Lebrun
Gouvernement Joseph Paul-Boncour
Législature XVe
Coalition PRSADRIRRRSFR
Prédécesseur Édouard Herriot
Successeur Édouard Daladier
Ministre d'État, Délégué permanent à la Société des Nations

(4 mois et 11 jours)
Président Albert Lebrun
Gouvernement Albert Sarraut II
Biographie
Nom de naissance Joseph Paul-Boncour
Date de naissance
Lieu de naissance Saint-Aignan,
Loir-et-Cher (France)
Date de décès (à 98 ans)
Lieu de décès Paris (France)
Nationalité Française
Parti politique Parti républicain-socialiste
Profession Avocat

Joseph Paul-Boncour
Présidents du Conseil des ministres français

Joseph Paul-Boncour, né le à Saint-Aignan (Loir-et-Cher) et mort le à Paris, est un avocat et homme politique français considéré comme l'un des plus grands orateurs de son temps[1].

FormationModifier

Il fait des études de lettres en Bretagne, puis des études de droit à Paris. D'abord tenté par la Marine, il choisit le métier d'avocat. Attiré par les idées de la Revue socialiste, fondée par Benoît Malon, sans pour autant adhérer à un parti, il choisit, avec quelques amis, de défendre les grévistes.

Parcours politiqueModifier

Ascension (1899-1916)Modifier

De 1899 à 1902, il est secrétaire particulier de Pierre Waldeck-Rousseau, président du Conseil. En 1904, il est élu conseiller municipal de sa ville natale. Deux ans plus tard, il devient directeur de cabinet de René Viviani, socialiste proche de Jean Jaurès, qui a refusé d'adhérer à la SFIO et devient le premier ministre du Travail français. Il commence sa carrière parlementaire comme député de Loir-et-Cher, élu lors d'une élection partielle en , réélu aux élections générales de 1910 et battu en 1914 par le Dr Legros de 38 voix. Il est ministre du Travail dans le gouvernement Monis, en 1911. Il s'attache principalement à l'élaboration de la loi sur les retraites et, après la chute du gouvernement, consacre toute son activité de parlementaire à cette loi, refusant même un poste de sous-secrétaire d'État aux Beaux-Arts, qui lui est proposé en 1912 et qui lui aurait plu. Toujours hésitant face à la SFIO, il préfère adhérer au Parti républicain-socialiste.

En 1914, il perd son siège de député, puis s'engage dans l'Armée française, pendant toute la Première Guerre mondiale.

Socialiste indépendant (1916-1948)Modifier

 
Eugène Frot, Joseph Paul-Boncour et Henry Chéron, en 1933, à la sortie de l'Élysée.

En 1916, il adhère à la SFIO. En , il est le principal avocat de la famille Jaurès dans le procès de Raoul Villain. Cette même année, il est élu député du département de la Seine et réélu en 1924. À la Chambre des députés, il est membre de la commission de l'armée et de celle chargée des affaires étrangères. Ce sont désormais les deux questions auxquelles il consacre l'essentiel de son travail. Partisan convaincu d'une politique de paix, il pense pour autant qu'une politique vigilante des armements est nécessaire.

De 1920 à 1923, il dirige l’hebdomadaire Floréal.

En 1924, il quitte le département de la Seine, dont la fédération est la plus à gauche de la SFIO, pour le Tarn. Il est élu député de ce département lors des élections législatives tenues cette année-là, et réélu en 1928. La même année, il devient président de la commission des affaires étrangères.

Président du Conseil de la Défense nationale, il fait approuver par la Chambre des députés, le , un projet de loi prévoyant la mobilisation en temps de guerre « de tous les Français sans distinction d'âge et de sexe. » Alors que les femmes ne bénéficient pas des droits politiques, une mobilisation féminine (non combattante) est ainsi envisagée pour la première fois en France . Elle entraîne une forte opposition d'une coalition d'organisations féministes, pacifistes, antimilitaristes et chrétiennes.

« On refuse le droit de vote aux femmes et on dispose de leur vie et de leur conscience sans leur consentement. »

— Lettre ouverte à Joseph Paul-Boncour, Gabrielle Duchêne, au nom de la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté, citée par Marie-Michèle Doucet, « Les femmes pacifistes et les parlementaires français : l’exemple du projet de loi Paul-Boncour de 1927 », Parlement[s], Revue d'histoire politique, n° 26, 2017/2, p.110

Le projet de loi est provisoirement abandonné en [2].

En désaccord avec la SFIO sur la question de la participation au gouvernement et sur le vote des crédits militaires, il quitte ce parti en 1931 et revient au Parti républicain-socialiste, lequel se fond en 1935 dans l'Union socialiste républicaine.

Sénateur de Loir-et-Cher (1931-1940), puis délégué de la France à la SDN et ministre de la Guerre (1932), il est président du Conseil des ministres du au (voir gouvernement Joseph Paul-Boncour), après la chute du gouvernement d'Édouard Herriot. Il fut ensuite ministre des Affaires étrangères jusqu'en . À ce titre, il participa avec Herriot au rapprochement avec l'Union soviétique contre l'Allemagne nazie : signature d'un pacte de non-agression en 1932, envoi d'un attaché militaire à Moscou l'année suivante. Il tente aussi de resserrer les liens avec la Yougoslavie et d'apaiser les relations avec l'Italie, pour éviter un isolement de la France.

Paul-Boncour est ensuite ministre d'État délégué à Genève dans le cabinet d'Albert Sarraut (janvier-). Il redevient ministre des Affaires étrangères au printemps 1938, mais pour peu de temps, et c'est cette fois en vain qu'il tente d'imposer une politique de fermeté face à Adolf Hitler et de réalisme avec l'URSS dans le but d'en faire une alliée, telle que l'avait été la Russie tsariste en 1914. L'ambassadeur du Royaume-Uni à Paris, partisan de l'apaisement face à Hitler, semble être un de ceux qui ont obtenu son départ.

Aboutissement d'un projet élaboré en 1927, la loi Paul-Boncour du « sur l’organisation de la nation pour le temps de guerre » permet pour la première fois une mobilisation légale et officielle des femmes.

Face à l'agitation créée par la débâcle de 1940 et aux propositions de Pierre Laval pour confier au maréchal Pétain les pleins pouvoirs (exécutif, législatif et constituant), il rallie vingt-cinq de ses collègues anciens combattants autour d'un contre-projet. Ce dernier confirme les pleins pouvoirs au maréchal[3] sauf le pouvoir constituant. Il vota donc contre les pleins pouvoirs au maréchal Pétain le et devient, par la suite, président de l'association des Quatre-vingt qui réunissait les parlementaires s'opposant à Pétain et à Pierre Laval. Sa propriété de Loir-et-Cher étant à cheval sur la ligne de démarcation durant la guerre, il aida certains résistants qui souhaitaient passer en zone libre, par exemple Jacques Baumel, dont il connaissait bien le père. Le , traqué par la Gestapo, il rejoignit un maquis dans le Lot. En 1949, il est promu dans l'ordre de la Légion d'honneur pour sa participation à la Résistance (il avait déjà été décoré à titre civil en 1907, comme directeur de cabinet de Viviani, et à titre militaire pour son comportement courageux au front, pendant le premier conflit mondial).

Il retourne à la SFIO après la Libération. Membre de l'Assemblée consultative (1944) puis du Conseil de la République (1946-1948), il participe à la conférence de San Francisco, où il signe la charte des Nations unies (1946).

Ligue des droits de l'homme et dernières annéesModifier

En 1948, il se retire de la vie politique pour présider la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme de 1948 à 1972.

Il meurt à près de 99 ans, étant alors le doyen des présidents du Conseil de la IIIe République. Il est inhumé à Saint-Aignan.

Détail des fonctions gouvernementalesModifier

DécorationsModifier

OuvragesModifier

  • Les Rapports de l'individu et des groupements professionnels, Alcan, 1900 (sa thèse de doctorat en droit).
  • Le Fédéralisme économique, étude sur les rapports de l'individu et des groupements professionnels, Alcan, 1900, 2e éd., 1901 (préface de Waldeck-Rousseau).
  • Les Syndicats de fonctionnaires, Cornély, 1906 (préface d'Anatole France).
  • Art et démocratie, Paul Ollendorff, 1912.
  • Les Retraites, la mutualité, la politique sociale, Bordeaux, Librairie de la Mutualité, 1912.
  • Lamennais, Alcan, 1928.
  • Trois plaidoiries, Attintger, 1934.
  • Le Racisme contre la Nation, Le Droit de vivre, 1938.
  • Entre-deux-guerres. Souvenirs de la IIIe République, trois vol., Paris, Plon, 1945-1946 : tome I, Les luttes républicaines, 1877-1918 ; tome II, Les lendemains de la victoire, 1919-1934 ; tome III, Sur les chemins de la défaite, 1935-1940.

Les papiers personnels de Joseph Paul-Boncour sont conservés aux Archives nationales sous la cote 414AP[4]

BibliographieModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

RéférencesModifier

  1. « La Nuit rêvée d’Henri Leclerc, Par Albane Penaranda - France Culture », sur France Culture (consulté le )
  2. Marie-Michèle Doucet, Paix, sociétés civiles et parlements : fin XIXe-1939, vol. 26, Rennes, Presses universitaires de Rennes, , 262 p. (ISBN 978-2-7535-5493-1, 2-7535-5493-5 et 2-7535-7490-1, OCLC 1002305034, lire en ligne), p. 107-123
  3. Le 6 juillet, reçu par Pétain, il lui déclare : « Nous n'hésiterions pas à suspendre la Constitution pour vous donner à vous, et à vous seul, une dictature comme la loi romaine l'a plusieurs fois établie ».
  4. Notice Archives nationales