Gouvernement Édouard Herriot (3)

Le troisième gouvernement Édouard Herriot est le Gouvernement de la République française du au sous la Troisième République. Mis en minorité le 12 décembre lors d'un débat sur la dette interalliés, le Gouvernement donne sa démission, qui est acceptée le 18 décembre par le Président de la République Albert Lebrun.

CompositionModifier

Portefeuille Titulaire Parti
Président du Conseil
Ministre des Affaires étrangères
Édouard Herriot PRRRS
Ministres
Ministre de la Guerre Joseph Paul-Boncour PRS
Ministre de l'Éducation nationale Anatole de Monzie PSF
Ministre de l'Intérieur Camille Chautemps PRRRS
Ministre de la Justice René Renoult PRRRS
Ministre de l'Agriculture Abel Gardey PRRRS
Ministre des Finances Louis Germain-Martin RI
Ministre des Travaux publics Édouard Daladier PRRRS
Ministre des Colonies Albert Sarraut PRRRS
Ministre du Travail et de la Prévoyance Sociale Albert Dalimier PRRRS
Ministre du Commerce Julien Durand PRRRS
Ministre des Postes, Télégraphes et Téléphones Henri Queuille PRRRS
Ministre de la Santé publique Justin Godart PRRRS
Ministre de la Marine Georges Leygues AD
Ministre des Pensions Adrien Berthod PRRRS
Ministre de l'Air Paul Painlevé PRS
Ministre de la Marine marchande Léon Meyer PRRRS
Ministre du Budget Maurice Palmade PRRRS
Sous-secrétaires d’État
Sous-secrétaire d’État chargé de la présidence du Conseil Paul Marchandeau PRRRS
Sous-secrétaire d’État à la présidence du Conseil chargé de l'Économie nationale Raymond Patenôtre RI
Sous-secrétaire d’État à la présidence du Conseil chargé des Affaires Étrangères Joseph Paganon PRRRS
Sous-secrétaire d’État aux Travaux Publics Alfred Margaine PRRRS
Sous-secrétaire d’État aux Travaux Publics chargé du Tourisme Gaston Gourdeau RI
Sous-secrétaire d’État à l'Intérieur Alexandre Israël PRRRS
Sous-secrétaire d’État à l'Air Paul Bernier PRRRS
Sous-secrétaire d’État à l'Éducation nationale chargé de l'Éducation physique Philippe Marcombes PRRRS
Sous-secrétaire d’État à l'Éducation nationale chargé de l'Enseignement technique Hippolyte Ducos PRRRS
Sous-secrétaire d’État à l'Éducation nationale chargé des Beaux-Arts Jean Mistler PRRRS
Sous-secrétaire d’État aux Colonies Gratien Candace RI

Politique menéeModifier

C'est le premier gouvernement après les élections législatives de 1932 qui ont vu la victoire de la gauche (accord de désistement entre les partis radical et socialiste). Du fait de la crise économique, Herriot veut mettre en place une politique de déflation. Il évite donc de proposer aux socialistes une participation au gouvernement[1]. Pour faire accepter l'austérité, il renforce la lutte contre la fraude fiscale, ce qui conduit à l'affaire de la Banque commerciale de Bâle.

Le deuxième Cartel des gauches, qui a formé une coalition électorale, ne parviendra pas à former une coalition parlementaire, à cause de la politique économique des radicaux. Ces derniers devront former une alliance fragile avec le centre droit.

Notes et référencesModifier

  1. Philippe Burrin, La dérive fasciste, Éditions du Seuil réed. 2003, p.107

AnnexesModifier

Articles connexesModifier