Jacques d'Amboise (religieux)

dignitaire religieux et mécène français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jacques d'Amboise.

Jacques d'Amboise
Biographie
Naissance entre 1440 et 1450
Ordre religieux Ordre de Saint-Benoît
Décès
Évêque de l’Église catholique
Évêque de Clermont

Ornements extérieurs Evêques.svg
Blason fam fr Amboise.svg
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org
Armoiries de Jacques d'Amboise sur un créneau de l'hôtel de Cluny, à Paris, qu'il fit agrandir

Jacques d'Amboise, né entre 1440 et 1450 et mort en 1516, était un dignitaire religieux et un mécène français. Il fut abbé de Jumièges, de Cluny et de Saint-Alyre de Clermont, ainsi qu'évêque de Clermont. Avant de prendre les ordres, il tua un homme en duel sous l'arbitrage prud'homme de Louis II d'Amboise.

BiographieModifier

Origines et premières annéesModifier

Jacques d'Amboise est issu d'une famille de très vieille noblesse, fils d'Anne de Bueil et de Pierre d'Amboise, seigneur de Chaumont. Il est leur septième enfant, dans une fratrie qui en compte dix-sept.

Entré chez les Bénédictins, il devient abbé de Jumièges, y remplaçant son frère Louis Ier d'Amboise, nommé évêque d'Albi. Élu au mois de janvier 1474, il prête serment de fidélité au roi le 20 février suivant et prend possession de sa charge le 28 mai de la même année.

Abbé de ClunyModifier

En 1485, il succède à Jean III de Bourbon comme abbé de Cluny. Il fait alors reconstruire l'hôtel parisien des abbés de Cluny, sa chapelle et le collège aujourd'hui disparu. Situé en bordure des ruines gallo-romaines, l'hôtel de Cluny reçoit de nombreux hôtes royaux et est habité par le cardinal Mazarin en 1634.

Il achève également le palais abbatial de Paray-le-Monial.

En 1500, il introduit la réforme à Saint-Martin-des-Champs, prieuré parisien de l'ordre de Cluny.

Abbé de Saint-Alyre-lès-ClermontModifier

En 1488, alors qu’il n’est qu’administrateur perpétuel des biens de l’abbaye, Jacques d'Amboise édicte un premier règlement pour Saint-Alyre, qu'il fait lire et expliquer chaque mois en chapitre. Devenu abbé, il songe en 1499 à faire réformer l'établissement par les bénédictins réformés de Chezal-Benoît. C'est chose faite en 1500, lorsque Jacques d'Amboise résigne Saint-Alyre en faveur d'un religieux cazalien. La réforme s’accompagne d’une importante campagne de travaux (église, dortoir, chapitre, réfectoire).

Évêque de ClermontModifier

 
La fontaine d'Amboise à Clermont-Ferrand

L'évêché de Clermont étant devenu vacant, à la fin de l'année 1504, Louis XII y nomme Jacques d'Amboise. Le nouvel évêque reçoit dès 1506 de son frère, le cardinal-légat Georges, le pouvoir de visiter tous les établissements religieux de son diocèse et de les réformer, d'où des conflits avec plusieurs communautés religieuses farouchement attachées à leur privilège d'exemption de la juridiction épiscopale.

À Clermont, Jacques d'Amboise s'illustre par plusieurs réalisations artistiques ou architecturales. Il y fait achever la cathédrale, dont il fait aussi remplacer la toiture de tuiles par une couverture de plomb. Il dote l'édifice d'une grande tenture de chœur dont quatre pièces se trouvent aujourd'hui à Saint-Pétersbourg, et pourvoit richement la bibliothèque épiscopale. Il fait également édifier en 1515 à Clermont la fontaine qui porte ses armes et son nom.

Comme ses frères Louis et Georges, il a un grand sens de la famille : il veille à transmettre de son vivant ses différentes charges à ses neveux. Il orne chacune de ses commandes des armoiries familiales, d'or palé de gueules. Il fait même placer des priants au nom de sa famille autour de l'autel, contrairement à l'usage qui réserve ces emplacements au collège apostolique.

Il reste évêque de Clermont jusqu'à son décès, le .

Voir aussiModifier

SourcesModifier

  • Réunion des musées nationaux, à l'occasion des expositions L'Art des frères d'Amboise, hôtel de Cluny et château d'Écouen, .
  • Archives départementales du Puy-de-Dôme : séries 1 G (évêché de Clermont) et 1 H (abbaye Saint-Alyre).

BibliographieModifier

  • Jean-Marie Le Gall, Les Moines au temps des réformes. France (1480-1560), Seyssel, Champ Vallon, 2001 ("Époques").