Hattmatt

commune française du département du Bas-Rhin

Hattmatt
Hattmatt
Église luthérienne.
Blason de Hattmatt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Bas-Rhin
Arrondissement Saverne
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Saverne
Maire
Mandat
Alain Sutter
2020-2026
Code postal 67330
Code commune 67185
Démographie
Gentilé Hattmattois, Hattmattoises [1]
Population
municipale
703 hab. (2019 en augmentation de 4,77 % par rapport à 2013)
Densité 169 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 47′ 29″ nord, 7° 25′ 26″ est
Altitude Min. 173 m
Max. 234 m
Superficie 4,15 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Saverne
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Hattmatt
Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin
Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Hattmatt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hattmatt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hattmatt

Hattmatt est une commune française située dans la circonscription administrative du Bas-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

GéographieModifier

Le village de Hattmatt est traversé par la rivière Zinsel du Sud. Les villages alentour sont Rosenwiller, Steinbourg, Dossenheim-sur-Zinsel et Imbsheim.

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Hattmatt est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (78,2 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (91,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (60,3 %), prairies (13,7 %), zones urbanisées (9,3 %), forêts (6,8 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (5,7 %), cultures permanentes (4,2 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

HistoireModifier

L'étymologie du nom la plus plausible est celle du nom d'origine germanique Hatto associé au suffixe matt (le pré), qui localiserait le pré de Hatto. Cependant, une tradition orale [réf. nécessaire] indique le village natal des Hattmattois serait Wiesenau (aujourd'hui disparu) en bordure de Rosenwiller près de Dettwiller. Alors que la guerre des paysans fait rage, les maisons sont incendiées et la population décimée. Les quelques rescapés se demandent alors en dialecte WER HAT Hè MOT, ce qui signifie qui possède un pré (champ) d'où l'origine de HATT MOT (hattmatt), tandis qu'une autre explication[réf. nécessaire] estime que les deux villages existaient en même temps, Wiesenau étant un village indépendant de Hattmatt, un hameau à habitat épars qui disparut sans doute durant les invasions des Armagnacs (armengecken) au XVe siècle. Wiesenau n'est plus mentionné comme village après cette période, et n'existait donc plus lors de la guerre des paysans de 1525.

Selon Jacques Baquol dans "L'Alsace ancienne et moderne ou dictionnaire du Haut et du Bas-Rhin" de 1865, Hattmatt s'appelait "anciennement Hackmatt, du celt. aigh, colline". Il est également question de la ville d'Hackmatt, et non pas d'Hattmatt dans "Histoire politique et religieuse de Haguenau, Volume 1" de Victor Guerber de 1876. Enfin dans le roman "L'Ami Fritz" d'Erckmann-Chatrian de 1864, on fait mention d'Hackmatt lorsqu'un ami du protagoniste déclare : «Dans la plaine, à Hackmatt, à Mittelbronn, à Lixheim, c'est tout pays protestant, tous gens riches, bien établis, belles maisons, bons vins, bonne table, bon lit...».

Hattmatt obtint d'abord des Hanau-Lichtenberg le fermage du ban du village disparu, puis, lors d'un procès après la Révolution, elle obtint la propriété de ce ban (1793).

La Manufacture d'orgue alsacienne, créée par Gaston Kern, a fusionné avec la fabrique familiale d'Alfred et Daniel Kern, à Strasbourg-Cronenbourg.

HéraldiqueModifier


Les armes de Hattmatt se blasonnent ainsi :
« Quinté en fasce de sable, d'azur, d'argent, de sable et d'azur. »[9].


Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1963 1989 Charles Jund    
1989 2014 Jean-Charles Ernst[10] DVD  
2014 En cours
(au 31 mai 2020)
Alain Sutter [11]
Réélu pour le mandat 2020-2026
   

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[13].

En 2019, la commune comptait 703 habitants[Note 2], en augmentation de 4,77 % par rapport à 2013 (Bas-Rhin : +2,76 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
440436518611584548537539547
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
499534541538691562572561596
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
561555570577522487487560575
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
577615622621591681632685681
2019 - - - - - - - -
703--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Commerce, usine et sportModifier

UsineModifier

  • Eberhard usinage : usinage de pièces métalliques d'après plans fournis. Petites, moyennes et grandes séries. Tournage, perçage, taraudage, fraisage de toutes sortes de matières : acier, inox, cuivre, PVC, etc.

SportsModifier

  • Club de basket-ball évoluant en excellence masculine.
  • Club de badminton.
  • Un tournoi de football en été, organisé par Été foot.

Lieux et monumentsModifier

  • L'église luthérienne actuelle date de 1787[16], elle est restaurée en 1852 par Louis Furst. Hattmatt est l'une des quelque 50 localités d'Alsace dotées d'une église simultanée[17].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

RéférencesModifier

  1. « Le nom des habitants du 67 - Bas-Rhin - Habitants », sur habitants.fr (consulté le ).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.labanquedublason2.com (consulté le ).
  10. [PDF] Liste des maires au 1er avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.
  11. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  16. Source : Inventaire général du patrimoine culturel.
  17. Bernard Vogler, « Liste de localités ayant de nos jours une église simultanée », in Antoine Pfeiffer (dir.), Protestants d'Alsace et de Moselle : lieux de mémoire et de vie, SAEP, Ingersheim ; Oberlin, Strasbourg, 2006, p. 298 (ISBN 2-7372-0812-2).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :