Ouvrir le menu principal

Wintersbourg

commune française du département de la Moselle
Ne doit pas être confondu avec Winterburg ou Wintersberg.

Wintersbourg
Wintersbourg
Mairie de Wintersbourg vue côté est (2014).
Blason de Wintersbourg
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Sarrebourg-Château-Salins
Canton Phalsbourg
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Phalsbourg
Maire
Mandat
Éric Siffermann
2014-2020
Code postal 57635
Code commune 57747
Démographie
Gentilé Wintersbourgeois
Population
municipale
267 hab. (2016 en diminution de 0,37 % par rapport à 2011)
Densité 68 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 47′ 12″ nord, 7° 11′ 25″ est
Altitude Min. 254 m
Max. 334 m
Superficie 3,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 14.svg
Wintersbourg

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Wintersbourg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Wintersbourg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Wintersbourg

Wintersbourg est une commune française située dans le département de la Moselle, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique de Lorraine et fait partie du pays de Sarrebourg.

Sommaire

GéographieModifier

Au Nord-Est du village se situe la source de la Zinsel du Sud.

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de six communes :

Communes limitrophes de Wintersbourg
Fleisheim Veckersviller Metting
  Zilling
Hérange Bourscheid

ToponymieModifier

Wintersberg en 1170, Wintremont en 1436, Wintesperch vers 1540, Winterssberg en 1601[1], Wintersberg en 1751[1], Vinstersbourg en 1793[2].

Winterschbuerj[3] en francique lorrain. Wintersburg en allemand standard.

HéraldiqueModifier

  Blason Coupé de gueules au chevron ployé d'argent, et d'azur à la fasce d'argent.
Détails
La commune de Wintersbourg porte les armes de deux de ses anciens seigneurs ;
  • Partie haute : De gueules en couleur (rouge) et d’argent en couleur (blanc) avec le chevron des comtes de La Petite-Pierre.
  • Partie basse : D’azur en couleur (bleu) à la fasce d’argent de la seigneurie de Fénétrange.

HistoireModifier

Moyen ÂgeModifier

En 1170, le village est nommé Wintersberg et appartient au domaine de l'abbatiale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Neuwiller-lès-Saverne, dépendance de l’évêché de Metz. Cette possession fut confirmée dans une bulle du pape Alexandre III. Trouve-t-on là l’origine de la légende selon laquelle il y eut une abbaye ou un couvent à Wintersbourg ?

Cette question reste en suspens par manque de documentation. Quelques noms de sections agraires et lieux-dits de Wintersbourg semblent cependant évoquer un tel passé, par exemple :

  • le « Klosterberg », mont du couvent ;
  • le « Klostergarten », jardin du couvent ;
  • le « Skt.-Katharine Garten », jardin Sainte-Catherine.

Fiscalité médiévaleModifier

Dès le Moyen Âge, l'imposition fiscale due était minutieusement levée par les seigneurs et le clergé. Le partage de la dîme était scrupuleux.

La moitié était réservée à la cure (paroisse) et l’autre moitié à l’abbaye. À partir du XVIe siècle, les comtes de Fénétrange se réservaient la moitié de la dîme sur le chanvre, le lin, les raves et les choux. Ces cultures semblaient prédominantes car leur mention apparait régulièrement dans les registres d’impositions seigneuriales.

Les biens de la cure (paroisse) étaient importants. Ils étaient composés comme suit :

  • une maison avec dépendances ;
  • un potager ;
  • un verger ;
  • vingt-quatre acres de prés = 480 ares qui rapportaient quinze voitures de foin ;
  • le droit de pâturage pour trois bovins et six porcs.

Réforme protestanteModifier

En 1561, les terres et droits que possédait l’abbaye de Neuwiller-les-Saverne à « Wintremont », furent vendues aux seigneurs de Fénétrange.

C’est le prince palatin Otto-Heinrich qui introduisit la Réforme protestante en 1556. En 1560 une paroisse protestante fut créée à Wintersbourg. Le premier pasteur en exercice fut Wendel Krieger de 1570 à 1573. Sa mort nous est rapportée comme suit : « Il est tombé de sa fenêtre sur un couteau. Sa femme, cause volontaire de l’accident, se remaria six semaines plus tard avec un "rustre" cordonnier ! ».

La paroisse de Wintersbourg s’étendait sur les fidèles d’un grand nombre de villages selon les époques. On y trouve :

Fleisheim, Bourscheid, Zilling, Schalbach, Metting, Hangviller, Pfalzweyer, Berling, Vescheim, Bust et Phalsbourg.

De 1583 à 1586 le pasteur Georg Gunthart de Wintersbourg desservit aussi Vilsberg

Le prince de Zweibrücken (Deux-Ponts), comte de La Petite-Pierre (Lützelstein) régent de ces lieux, nommait les ministres du culte à Wintersbourg.

En 1605 une école confessionnelle fut créée à Wintersbourg.

Durant la guerre de Trente Ans (1618-1648) le village fut en grande partie détruit. Il n’y restait que six familles.

En 1688, Wintersbourg fut le théâtre d’un coup d’éclat de l’intolérance religieuse instiguée par le gouvernement militaire de Louvois sous les ordres du roi de France Louis XIV. Le pasteur Johann-Georg Windenius, en poste à Wintersbourg de 1686 à 1688, fut arrêté et envoyé, couvert de chaînes, à la prison de la forteresse de Metz parce qu'il avait enseigné le catéchisme à deux enfants réformés d'un village catholique voisin.

Les pasteurs luthériensModifier

en service à Wintersbourg depuis la Réforme du XVIe siècle[4]

  • 1556 : Introduction de la Réforme
  • 1570 - 1573 : Krieger Wendelin
  • 1573 - 1575 : Laiching Georg
  • 1576 - 1581 : Wimmelin Johann-Jacob
  • 1581 - ? : Aemilius Jacob
  • 1584 - 1587 : Florus Samuel
  • 1587 - 1634 : Listemann Nikolaus
  • 1634 - 1685 † : Luft Johann
  • 1685 - 1686 : Gunthart Georg
  • 1686 - 1688 : Windenius Johann-Georg
  • 1688 - 1729 † : Herrmann Ludwig
  • 1729 - 1748 † : Glaser Johann-Christoph
  • 1748 - 1776 † : Herrmann Johann-Simon
  • 1777 - 1806 : Glaser Johann-Heinrich
  • 1806 - 1830 † : Hermann Johann-Ludwig
  • 1830 - 1864 : Zwilling Ludwig
  • 1865 - 1882 † : Ernst Johann-Georg
  • 1882 - 1886 : Metzger Georg
  • 1886 - 1890 : Resch Gustav
  • 1891 - 1895 : Rehberger Christian H.
  • 1895 - 1902 : Diesner Paul
  • 1902 - 1907 : Bauer Albert Emil
  • 1907 - 1912 : Guerrier Friederich
  • 1913 - 1920 : Decker Karl Ernst
  • 1923 - 1927 : Sulzberger Gerhard
  • 1927 - 1935 : Van der Leije Walter Paul
  • 1937 - 1941 : Ihme Fritz (1939-1940) intérim de Wolff Wilhelm
  • 1941 - 1946 : Koch Charles Christian (Phalsbourg)
  • 1947 - 1959 : Wild Adolf
  • 1959 - 1978 : Leyenberger Marguerite
  • 1984 - 1990 : Muller Jean-Jacques
  • 1992 – 1997 : Foell Sylvie
  • 1998 – 2009 : Wolff Schalk Ruth (épouse Bonsirven depuis 2005)
  • 2011 – : Besset Marie (épouse Mager depuis 2012)

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1995 mars 2001 Willy Antoni    
mars 2001 En cours Éric Siffermann    
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6].

En 2016, la commune comptait 267 habitants[Note 1], en diminution de 0,37 % par rapport à 2011 (Moselle : +0,01 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
218278273282309306314298301
1856 1861 1871 1875 1880 1885 1890 1895 1900
254254267250248233251230243
1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
231237220219213199214198198
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 -
214217188164180213268267-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[7]. |recens-prem=2006 .)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

Édifice religieuxModifier

 
Église luthérienne dans sa configuration actuelle (2015).

Église luthérienne, construite en 1737. Avant 1884, elle était couverte d’un clocheton en bardeaux.

Édification d'un clocher en pierres de taille et restructuration profonde de l'église dans les années 1884-1885[8].

L'édifice a été détruit par le feu les 20 et 21 février 1939.

La configuration actuelle de l'église propose un décor intérieur assorti de beaux vitraux représentant l'archange saint Michel combattant le dragon, Jean-Baptiste, l'Annonciation et la Nativité[8].

Pierres tombales remarquablesModifier

 
Pierres tombales du XVIIIe siècle.

En contrebas de l'église protestante, face est, subsistent quatre stèles de la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Les épitaphes sont toutes en langue allemande. Deux de ces pierres tombales concernent des officiers militaires de confession protestante[9].

  • Tombe du pasteur Johann-Simon Herrmann, né à Lohr, le 13 février 1723 et décédé à Wintersbourg le 18 novembre 1776. Époux de Maria-Elisabetha née Glaser et fils de Ludwig Herrmann et Maria-Magdalena née Weibel. Johann-Simon fut pasteur à Wintersbourg de 1747 à 1773 (la 2e stèle à partir de la droite sur l'image).
  • Une tombe actuellement non décryptée (la 1re stèle à partir de la droite sur l'image).
  • Tombe de « Messire Philippe-Louis de Gottesheim de Geudertheim » capitaine au régiment de Bouillon, infanterie, mort à l’âge de 34 ans - le 14 juin 1776 à Phalsbourg d’une maladie de poitrine et enterré à Wintersbourg le jour suivant. Sa mère était Helena Catherina de Gundsweiler. Ce tombeau est décoré d’un blason de forme contournée, qui porte « d’or à la bande d’azur chargé de trois étoiles d’or, le tout entouré d’un listel d’or », avec un heaume ayant pour cimier un col de cygne sur lequel sont trois étoiles, les lambrequins commencent d’un côté à la hauteur du casque et finissent de l’autre sous l’écu. La famille de Gottesheim de Geudertheim fait partie de la noblesse alsacienne (la 2e stèle à partir de la gauche sur l'image).
  • Tombe de Frédéric-Guillaume, baron de Lützow. Epitaphe : « Ici repose dans un doux sommeil jusqu’au grand jour de la moisson, celui qui vivant était aimé de tous, et qui mort est le sujet de tous les regrets. Messire Frédéric-Guillaume, baron de Lützow, capitaine au service de la France dans le régiment Royal-Deux-Ponts, né à Neuwied le 7 mai 1758 et mort à Réding le 15 décembre 1786 à l’âge de 28 ans 6 mois et 28 jours. - Suit une citation de 2 Maccabée chapitre 6 v. 31 : Il mourut ainsi en laissant non seulement aux jeunes hommes, mais aussi à toute sa nation, un grand exemple de fermeté et de vertu dans le souvenir de sa mort ». Les registres nous apprennent que ce jeune gentilhomme étant en garnison à Phalsbourg fut invité à une partie de chasse à Réding chez le seigneur des lieux : Marie-Joseph Maurice comte de Saintignon, grand bailli d’épée de Fénétrange. Le baron de Lützow fut accidentellement tué lors de cette chasse en forêt le 15 décembre, il fut enterré le lendemain avec les honneurs militaires dus à son rang au cimetière de Wintersbourg (la 1re stèle à partir de la gauche sur l'image).

Personnalités liées à la communeModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. a et b Henri Lepage - Dictionnaire topographique du département de la Meurthe
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Geoplatt
  4. Mémoires d'église: cloches et pierres : Zilling, Wintersbourg, Lixheim, Bourscheid
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. a et b Wintersbourg : l'église luthérienne - Historique
  9. Selon Willy Antoni, ancien maire de la commune de Wintersbourg: - Les tombes de ces officiers protestants diligemment sauvegardées, ont fait l’objet d’un certain rite assez singulier durant le XIXe siècle : « La veille du tirage au sort de la conscription, les jeunes gens du village venaient y déposer quelques pièces de monnaies en espérant se rendre le sort plus favorable …. ». Cette pratique ne semble pas connue ailleurs.