Guyomarch IV de Léon

vicomte de Léon
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guyomarch de Léon.

Guyomarch IV de Léon, né vers 1130, mort le 27[1] ou [2], est un aristocrate breton du XIIe siècle qui succède à son père Hervé II de Léon en tant que vicomte de Léon.

OrigineModifier

Guyomarch IV de Léon est le fils d'Hervé II de Léon et de Sibylle de Blois. Il est donc lié à la maison Plantagenêt par sa mère.

BiographieModifier

Dans le contexte où Henri II Plantagenêt évince Conan IV de Bretagne et provoque contre lui un soulèvement des barons, Guyomarch IV de Léon suit son père, Hervé II de Léon, son beau-père Eudon II de Porhoët et Raoul II de Fougères. Cependant, vaincu, il se soumet en 1167 à Henri II Plantagenêt[3]. S'il reste relativement en retrait lors des razzias royales en 1168 dans les seigneuries voisines de Porhoët, de Cornouailles et de Dinan, il chasse son frère Hamon du siège épiscopal de Saint-Pol-de-Léon, coupable à ses yeux d'un rapprochement avec Henri II Plantagenêt. L'évêque est épaulé par Conan IV de Bretagne qui vainc Guyomarch IV de Léon en 1170 près de Commana. Quelques mois plus tard, en , il fait assassiner son frère, l'évêque Hamon, puis accepte de nouveau l'autorité du roi en lui cédant trois châteaux. Lors de la grande révolte de 1173 menée par Aliénor d'Aquitaine contre Henri II Plantagenêt, Guyomarch IV de Léon n'apparaît pas. Il se rebelle en 1177 et 1179 et se trouve définitivement soumit par le duc Geoffroi II de Bretagne qui confisque le Léon, à l’exception de deux paroisses, et le démembre aux profits de son fils Guyomarch V de Léon alors qu'il garde Hervé de Léon en otage. Guyomarch IV de Léon s'engage à partir en Terre Sainte mais il meurt en [4]. Ces deux fils, Guyomarch V de Léon et Hervé Ier de Léon, récupèrent leur héritage. Guyomarch V de Léon reçoit les châtellenies de Lesneven, Brest, Saint-Renan et Le Conquet ainsi que le titre de vicomte. Hervé de Léon, lui, reçoit les terres de Landerneau et de Daoudour, ainsi que la seigneurie de Coat-Méal. En tant que juveigneur, c'est-à-dire cadet apanagé, Hervé doit se contenter du titre de seigneur de Léon, qu'il transmet à ses héritiers.

La fondation ou la refondation de l'abbaye de Daoulas est attribuée à Guyomarch IV de Léon et à son épouse Nobilise entre 1167[5] et 1173[6], en expiation du meurtre d'Hamon, évêque de Léon. L'abbaye serait installée dans un château concédé pour cette fondation, approuvée par Geoffroy, évêque de Cornouaille[7].

Mariage et descendanceModifier

Son épouse Nobilis (v. 1135 - ?), appartient peut-être au lignage des Rohan. Ils ont plusieurs enfants :

Notes et référencesModifier

  1. Nécrologe de l'Abbaye de Landévennec
  2. Nécrologe de l'Abbaye Notre-Dame de Daoulas p. 109 et 131.
  3. Stéphane Morin Trégor, Goëlo, Penthièvre. Le pouvoir des Comtes de Bretagne du XIe au XIIIe siècle Presses Universitaires de Rennes & Société d'émulation des Côtes-d'Armor. Rennes 2010 (ISBN 9782753510128) p. 141
  4. Joëlle Quaghbeur La Cornouaille du IXe au XIIe siècle PUR Rennes (2002) (ISBN 2 868477437) p. 306
  5. « Incepta est ecclesia apud Doulas Bernardo presule corisopitensi presente et confirment »
  6. « Facta est abbatia apud Doulas rempore Gaufridi epsicopi Corisopentis »
  7. Albert Le Grand, "Les vies des saints de la Bretagne Armorique", J. Salaun, Quimper, réédition 1901,consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5038760/f93.image.r=Daoulas.langFR

BibliographieModifier

  • Patrick Kernévez, André-Yves Bourgès Généalogie des vicomtes de Léon (XIe, XIIe et XIIIe siècles). Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. CXXXVI, 2007, p. 157-188.

Liens externesModifier

Guyomarch IV de Léon sur le site Foundation for Medieval Genealogy.