Ouvrir le menu principal

Guigues V d'Albon

aristocrate français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guigues.
Guigues V d'Albon
781 album dauphiné, Dauphins, by AD cropped 6.jpeg
Guigues V d'Albon par Alexandre Debelle (1805-1897).
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Décès
Activité
AristocrateVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Fratrie
Conjoint
Béatrice de Montferrat (d) (?)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant

Guigues V d'Albon né vers 1125, mort le 29 juillet 1162 à Vizille, fut un comte d'Albon de 1142 à 1162. Au cours de son règne, il prit le titre de dauphin du Viennois et fut en conséquence le 1er Dauphin de Viennois.

BiographieModifier

Il était fils de Guigues IV d'Albon, dit Dauphin, et de Marguerite de Bourgogne (aussi nommée Marguerite de Mâcon).

À la mort de son père, Guigues V est trop jeune pour gouverner, c'est pourquoi sa mère Marguerite assure la régence jusqu'en 1153. À peine en âge de porter les armes, Guigues décide de venger son père en allant ravager les terres du comte de Savoie. Comme onze ans plus tôt, il met le siège devant Montmélian mais est mis en déroute par l'armée de secours du comte Humbert III de Savoie. L'évêque de Grenoble, Hugues II, intervient et une paix honorable pour les deux adversaires est conclue. Le 13 janvier 1155, Guigues reconnaît à Rivoli près de Turin la suzeraineté de l'empereur germanique Frédéric Barberousse qui en échange lui confirme la possession des terres que les précédents comtes d'Albon avaient acquises de manière litigieuse. Il lui accorde en outre une mine d’argent à Râme dans l’Embrunais et le droit de battre monnaie à Cézanne.

Voici un extrait du diplôme de l'empereur germanique officialisant cette reconnaissance des possessions de Guigues :

« Au nom de la sainte et indivisible Trinité, Frédéric[1], par la clémence bienveillante de Dieu, roi des Romains,(…) nous faisons savoir à tous ceux qui sont fidèles au Christ et à notre règne, que nous concédons à notre fidèle Guigues dauphin, comte de Grenoble, tous les bénéfices[2] héréditaires qu'il avait jusqu'alors possédés justement, librement et tranquillement (…) De plus, sur le conseil des princes, nous y ajoutons en bénéfice une mine d'argent qui est en notre possession à Rama[3], avec tout le profit qui peut en provenir (…). En outre, il a obtenu de notre majesté, le pouvoir (…) de fabriquer de la nouvelle monnaie, dans le village de Cesana[4], au pied du Mont-Joux, parce qu'aucune monnaie n'y était fabriquée auparavant.(…)
Ont assisté à notre donation, de nombreux princes et nobles tant d'Allemagne que d'Italie dont voici les noms : (suivent 24 noms).
Sceau du seigneur Frédéric, roi des Romains, invaincu.
Moi, Arnold, archevêque de Cologne, chancelier du royaume d'Italie, j'ai reconnu.
Fait en l'an de l'incarnation du Seigneur mille cent cinquante cinq, indiction quatrième, la troisième année de son règne. Donné au château de Rivoli, le jour des ides de janvier[5]».

Guigues V meurt sans héritier mâle en 1162 à Vizille. Il avait épousé en 1155 Béatrice de Montferrat (1142 † 1228), fille possible de Guillaume V, marquis de Montferrat et de Judith de Babenberg[6] ; il ne fait aucun doute qu'il avait épousé en 1155 une parente de Frédéric Barberousse[7]. À sa mort, il laissait une fille en bas âge prénommée Béatrix d'Albon (1161 † 1228), qui devient dauphine de Viennois.

Notes et référencesModifier

  1. Frédéric Barberousse, (v. 1122-1190).
  2. Le terme de bénéfice est employé de façon archaïque par la chancellerie impériale. Il a ici le sens de fief.
  3. Rama : aujourd'hui sur la commune de L'Argentière, canton et arrondissement de Briançon.
  4. Cesana, près de Suse, en Italie.
  5. La date qui figure sur le document correspond au 13 janvier de l'an 1155 selon le calendrier Grégorien.
  6. Foundation for Medieval Genealogy : Guillaume V de Montferrat.
  7. (en)

SourcesModifier