Ouvrir le menu principal

Grottes de Labastide

grotte ornée à Labastide (Hautes-Pyrénées)
Grottes de Labastide
Grottes de Laspugue
Labastide Lame Magdalenien (2).jpg
Lame de plein débitage
Localisation
Coordonnées
Pays
Région
Département
Vallée
Vallée d'Aure
Vallée de la Neste
Localité voisine
Voie d'accès
D 217 et D 26g
Caractéristiques
Type
Altitude de l'entrée
550 m
Longueur connue
1 800 m
Occupation humaine
Statut patrimonial

Géolocalisation sur la carte : région Occitanie

(Voir situation sur carte : région Occitanie)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

(Voir situation sur carte : Hautes-Pyrénées)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées

(Voir situation sur carte : Pyrénées)
Point carte.svg

Les grottes de Labastide, ou grottes de Laspugue (parfois écrit l'Aspugue), appartiennent à un réseau karstique français située sur la commune de Labastide dans le département des Hautes-Pyrénées, région Occitanie. La grotte principale, dite « grotte des Chevaux » est une grotte ornée, célèbre pour son grand cheval polychrome, datée du Paléolithique supérieur (Magdalénien IV).

ToponymieModifier

Le nom de « Laspugue » est une francisation du toponyme gascon « spugue » ou « spélugue » signifiant « grotte ». On le retrouve dans le nom de la grotte des Espélugues à Lourdes ou encore Lespugue dans la Haute-Garonne.

SpéléologieModifier

Les grottes de Labastide appartiennent à un réseau karstique comprenant trois grottes principales : la grotte des Chevaux (grotte ornée), la grotte de la Perte et la grotte Blanche (inoccupée par l'homme)[1],[2].

Les eaux qui se perdent dans ces grottes ressortent notamment à la résurgence de l'Echourdidet, alias résurgence de l'Ayguette, sur le territoire de la commune d'Esparros[3].

La grotte des ChevauxModifier

La grotte est connue par les habitants du village et explorée depuis la fin du XIXe siècle, notamment par Armand Viré[4]. Norbert Casteret y reconnaît des figures pariétales en 1932. Des fouilles y ont été conduites par Norbert Casteret, Henri Bégouën, Georges Simonnet, Robert Simonnet, André Glory.

Le dispositif pariétal comporte des gravures et des peintures correspondant surtout à des chevaux et des bisons mais aussi à des bouquetins et des rennes. La présence d'une figure humaine et d'une tête de félin sont également à mentionner. Le site a également livré de nombreuses plaquettes gravées ainsi que des contours découpés représentant des têtes de bouquetin[5].

La grotte des Chevaux est classée au titre des monuments historiques le 3 août 1983[6].

Les grottes dans la cultureModifier

Lames de silex de LabastideModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. Simmonet Robert, Barragué Jean, « Recherches récentes dans la grotte de Labastide », Les Dossiers d'archéologie, no 324,‎ , p. 62-67 (ISSN 1141-7137)
  2. cds 65, « plan des grottes de Labastide », sur karsteau 4.0 (consulté le 20 mars 2018).
  3. « Résurgce de l'Echourdidet », sur plongeesout.com (consulté le 26 janvier 2019)
  4. Viré, A. (1898) - « Les Pyrénées souterraines (1ère campagne, 1897) (Les Grottes de Bétharram, Escalère, Labastide, etc.) », Mémoires de la Société de Spéléologie, n° 14, tome III, pp. 59-96.
  5. Leroi-Gourhan, A., Taborin, Y. et Thiébault, S. (1988) - « Labastide, Labastide, Hautes-Pyrénées », in: Dictionnaire de la Préhistoire, Leroi-Gourhan, A., (Éd.), PUF, p. 620.
  6. « Grotte dite de Labastide ou des Chevaux », notice no PA00095383, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Nathalie Vanara, « La grotte-tunnel de Labastide. Quelques éléments de réflexion », Spéléoc, no 121,‎ , p. 13-15 (lire en ligne).
  • André Clot, Jacques Omnès, « Premiers datages radiocarbone du Magdalénien des Hautes-Pyrénées », Bulletin de la Société préhistorique française,‎ , p. 324-339 (lire en ligne).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier