Ouvrir le menu principal

Gouvernement Jacques Chirac (1)

premier gouvernement de Jacques Chirac
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gouvernement Jacques Chirac.
Gouvernement Jacques Chirac I

Ve République

Description de l'image defaut.svg.
Président Valéry Giscard d'Estaing
Premier ministre Jacques Chirac
Formation
Fin
Durée 2 ans, 2 mois et 29 jours
Composition initiale
Coalition politique UDR-FNRI-RDS-MR-CDP
Ministres 15
Secrétaires d'État 21
Femmes 4
Hommes 32
Représentation
Ve législature
302 / 490
Drapeau de la France

Cet article présente la composition du gouvernement du Premier ministre Jacques Chirac, en fonction du au , durant la présidence de Valéry Giscard d'Estaing. Il s’agit du premier gouvernement dirigé par Jacques Chirac.

Le premier gouvernement de Jacques Chirac est le 11e gouvernement de la Ve République française.

Sommaire

Composition initialeModifier

Jacques Chirac est nommé Premier ministre par un décret du (JO du )[1], les ministres du gouvernement par un décret en date du (JO du )[2],[3] et les secrétaires d'État par un décret en date du (JO du )[4],[3].

Premier ministreModifier

Image Fonction Nom Parti
  Premier ministre Jacques Chirac UDR

Ministres d'ÉtatModifier

Image Fonction Nom Parti
  Ministre d'État, ministre de l'Intérieur Michel Poniatowski FNRI

MinistresModifier

Image Fonction Nom Parti
  Garde des sceaux, ministre de la Justice Jean Lecanuet MR
  Ministre de la Défense Jacques Soufflet UDR
  Ministre des Réformes Jean-Jacques Servan-Schreiber RAD
  Ministre des Affaires étrangères Jean Sauvagnargues SE
  Ministre de l'Économie et des Finances Jean-Pierre Fourcade FNRI
  Ministre de l'Éducation nationale René Haby SE
  Ministre de la Coopération Pierre Abelin MR
  Ministre de l'Équipement Robert Galley UDR
  Ministre de l'Agriculture Christian Bonnet FNRI
  Ministre de la Qualité de la vie André Jarrot UDR
  Ministre du Travail Michel Durafour CR
  Ministre de la Santé Simone Veil SE
  Ministre de l'Industrie, lors de la nomination[2], puis ministre de l'Industrie et de la Recherche[5] Michel d'Ornano FNRI
  Ministre du Commerce et de l'Artisanat Vincent Ansquer UDR

Secrétaires d'ÉtatModifier

Image Fonction Ministre de rattachement Nom Parti
  Secrétaire d'Etat aux Anciens combattants - André Bord UDR
  Secrétaire d’État aux Postes et télécommunications - Pierre Lelong CDP
  Secrétaire d'Etat aux Transports - Marcel Cavaillé FNRI
  Secrétaire d'Etat à la Culture - Michel Guy SE
  Secrétaire d'Etat au Commerce extérieur - Norbert Ségard UDR
  Secrétaire d'Etat aux Universités - Jean-Pierre Soisson FNRI
  Secrétaire d'Etat aux Départements et Territoires d'Outre-Mer - Olivier Stirn UDR
  Secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement Premier ministre René Tomasini UDR
  Secrétaire d'Etat à la Fonction publique Premier ministre Roger Poudonson CD
  Secrétaire d'Etat à la Formation professionnelle Premier ministre Paul Granet UDR
  Secrétaire d'Etat; Porte-parole du Gouvernement Premier ministre André Rossi RAD
  Secrétaire d'Etat à la Condition pénitentiaire Garde des sceaux, ministre de la Justice Hélène Dorlhac SE
  Secrétaire d'Etat Ministre des Affaires étrangères Bernard Destremau FNRI
  Secrétaire d'Etat au Budget Ministre de l’Économie et des Finances Christian Poncelet UDR
  Secrétaire d'Etat à l'Enseignement préscolaire Ministre de l’Éducation Annie Lesur CD
  Secrétaire d’État au Logement Ministre de l’Équipement Jacques Barrot CDP
  Secrétaire d’État à l'Environnement Ministre de la Qualité de la vie Gabriel Péronnet RDS
  • Secrétaire d’État auprès du ministre de la Qualité de la vie (Jeunesse et sports) : Pierre Mazeaud (UDR)
  • Secrétaire d’État auprès du ministre de la Qualité de la vie (Tourisme) : Gérard Ducray (FNRI)
  • Secrétaire d’État auprès du ministre du Travail (Travailleurs immigrés) : André Postel-Vinay
  • Secrétaire d’État auprès du ministre de la Santé (Action sociale) : René Lenoir

Féminisation du gouvernementModifier

Le gouvernement compte six femmes ministres, dont quatre à sa nomination :

Puis deux nommées plus tard :

ModificationsModifier

Remaniement du 9 juin 1974Modifier

Jean-Jacques Servan-Schreiber, ministre des Réformes, déclare le 9 juin qu'il est opposé à la reprise des essais nucléaires à Moruroa[6]. Jacques Chirac fait pression sur le président de la République pour faire exclure Jean-Jacques Servan-Schreiber du gouvernement[6]. Jean-Jacques Servan-Schreiber démissionne du gouvernement le (JO du )[7]. Il n'est pas remplacé.

Nomination du 16 juillet 1974Modifier

Françoise Giroud (Rad), entre au gouvernement et est nommée le (JO du )[8] secrétaire d’État auprès du Premier ministre à la Condition féminine.

Remaniement du 22 juillet 1974Modifier

André Postel-Vinay, secrétaire d'État aux Travailleurs immigrés, en désaccord avec le Premier ministre[9] démissionne. Sa démission est officialisée le (JO du ) et il est remplacé par Paul Dijoud (FNRI)[10].

Remaniement du 29 octobre 1974Modifier

Roger Poudonson, secrétaire d'État à la Fonction publique, est élu sénateur le et décide de démissionner du gouvernement[11]. Il est remplacé par Gabriel Péronnet, jusqu'alors secrétaire d'État à l'Environnement le (JO du )[12].

Remaniement du 31 janvier 1975Modifier

Suite aux démissions de Jacques Soufflet et de Pierre Lelong il est procédé au remaniement du (JO du )[13] :

Remaniement du 12 janvier 1976Modifier

Ce remaniement du (JO du )[14] dispose :

  • Jean Lecanuet (MR), garde des sceaux, ministre de la Justice, est nommé ministre d'État ;
  • Pierre Abelin, ministre de la Coopération, démissionne du gouvernement et est remplacé par Jean de Lipkowski (UDR) qui entre au gouvernement ;
  • André Jarrot, ministre de la Qualité de la vie, démissionne du gouvernement et est remplacé par André Fosset qui entre au gouvernement ;
  • Norbert Ségard, ministre du Commerce extérieur, est remplacé par Raymond Barre qui entre au gouvernement ;
  • Jean-Pierre Soisson, secrétaire d'État aux Universités, est remplacé par Alice Saunier-Seïté (UDR) qui entre au gouvernement ;
  • Aymar Achille-Fould, secrétaire d'État aux Postes et Télécommunications, démissionne du gouvernement et est remplacé par Norbert Ségard (UDR) jusqu'alors ministre du Commerce extérieur ;
  • Paul Granet, secrétaire d'État à la Formation professionnelle, est remplacé par Jean-Pierre Soisson (FNRI), jusqu'alors secrétaire d'État aux Universités ;
  • Annie Lesur, secrétaire d'État à l'Enseignement préscolaire, démissionne du gouvernement et sa fonction est supprimée ;
  • Jean-François Deniau, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Agriculture, démissionne du gouvernement et est remplacé par Pierre Méhaignerie qui entre au gouvernement ;
  • Gérard Ducray, secrétaire d'État au Tourisme, démissionne du gouvernement et est remplacé par Jacques Médecin (FNRI) qui entre au gouvernement ;
  • Pierre-Christian Taittinger entre au gouvernement et est nommé secrétaire d'État auprès du ministre d'État, ministre de l’Intérieur ;
  • Jean François-Poncet entre au gouvernement et est nommé secrétaire d'État auprès du ministre des Affaires étrangères ;
  • Christiane Scrivener entre au gouvernement et est nommée secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances (Consommation) ;
  • Lionel Stoléru (Rad) entre au gouvernement et est nommé secrétaire d’État auprès du ministre du Travail (Condition des travailleurs manuels) ;
  • Paul Granet, jusqu'alors secrétaire d'État à la Formation professionnelle, est nommé secrétaire d’État auprès du ministre de la Qualité de la vie (Environnement) (ce poste n'était pas pourvu depuis la nomination de Gabriel Péronnet le ) ;
  • Jean Tiberi (UDR) entre au gouvernement et est nommé secrétaire d’État auprès du ministre de l’Agriculture et du ministre de l'Industrie et de la Recherche (Industries alimentaires).

Ajustement du 27 juillet 1976Modifier

Jean François-Poncet, jusqu'alors secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires étrangères, démissionne du gouvernement le (JO du )[15] pour être nommé secrétaire général de la présidence de la République (JO du )[16].

Ajustement du 4 août 1976Modifier

Marcel Bigeard, secrétaire d’État auprès du ministre de la Défense, démissionne du gouvernement[17] le (JO du )[18].

DémissionModifier

Le gouvernement démissionne le (JO du )[19].

Notes et référencesModifier

  1. Décret du 27 mai 1974 portant nomination du Premier ministre
  2. a et b Décret du 28 mai 1974 portant nomination des membres du gouvernement
  3. a et b Composition du gouvernement sur le site gouvernement.fr
  4. Décret du 8 juin 1974 portant nomination des membres du gouvernement
  5. Décret du 14 juin 1974 relatif aux attributions du ministre de l'Industrie et de la Recherche
  6. a et b « La fin des essais aériens français », sur moruroa.org (consulté le 28 décembre 2018)
  7. Décret du 9 juin 1974 mettant fin aux fonctions d'un membre du gouvernement
  8. Décret du 16 juillet 1974 portant nomination d'un membre du gouvernement
  9. Sylvain Laurens, « « 1974 » et la fermeture des frontières. Analyse critique d'une décision érigée en turning-point », Politix, vol. 82, no 2,‎ , p. 69-94 (ISSN 1953-8286, lire en ligne, consulté le 29 décembre 2018)
  10. Décret du 22 juillet 1974 portant nomination d'un membre du gouvernement
  11. Daniel Amson, La République du flou, éd. Odile Jacob, , 252 p. (ISBN 2-73811065-7 et 978-2-73811065-7, lire en ligne), p. 147.
  12. Décret du 29 octobre 1974 portant nomination d'un membre du gouvernement
  13. Décret du 31 janvier 1975 relatif à la composition du gouvernement
  14. Décret du 12 janvier 1976 relatif à la composition du gouvernement
  15. Décret du 27 juillet 1976 mettant fin aux fonctions d'un membre du gouvernement
  16. Arrêté du 27 juillet 1976 de la présidence de la République
  17. Guillaume Tabard, « L'héritage politique du général Bigeard », sur lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 29 décembre 2018)
  18. Décret du 4 août 1976 mettant fin aux fonctions d'un membre du gouvernement
  19. Décret du 25 août 1976 relatif à la cessation des fonctions du gouvernement

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Lien externeModifier