Garde aérienne suisse de sauvetage

Garde aérienne suisse de sauvetage
Logo de l'organisation
Situation
Région Suisse, monde
Création 27 avril 1952
Domaine Sauvetage, Assistance médicale aérienne, évacuation sanitaire
Siège Aéroport de Zurich-Kloten Drapeau de la Suisse Suisse
Budget 164 millions CHF
Organisation
Effectifs 375 (2018)

Site web https://www.rega.ch/

La Garde aérienne suisse de sauvetage (en allemand : Schweizerische Rettungsflugwacht), (en italien : Guardia aerea svizzera di soccorso) nommée simplement REGA, est une organisation de secours[1] suisse. Elle apporte une aide médicale sur le lieu même d’un accident[2]. Fondation privée à but non lucratif, son siège central est à Kloten dans le canton de Zurich[3]. Elle déploie le réseau de sauvetage aérien le plus dense au monde.

REGA est l'acronyme de Rettungsflugwacht (en allemand) et Garde aérienne[4].

HistoriqueModifier

Le 27 avril 1952, à l'Hôtel Bären à Douanne, la Garde aérienne suisse de sauvetage est créée par la Société suisse de sauvetage et son premier directeur est le Dr Rudolf Bucher. En 1957, grâce à des dons, la Rega fait l'acquisition d'un premier hélicoptère, un Bell-47 J, qui sera mis à disposition du pilote Hermann Geiger, pour les premiers sauvetages en montagne. Au début les sauveteurs ne disposaient que d’avions et donc souvent, ils sautaient en parachute au-dessus du lieu de l'accident[5].

Dès 1960, la REGA est dissociée de la Société suisse de sauvetage et Fritz Bühler devient son directeur technique et en 1966, elle crée le système d'affiliation auquel plus de 25 000 donateurs répondent à son appel. Un nouvel investissement en 1968, pour l'achat d'un hélicoptère à turbine de type Agusta Bell Jet Ranger 206A immatriculé HB-XCU, est mis en service à l'aéroport de Zurich-Kloten. Ce dernier ne possède pas de treuil.

Dès le 4 juin 1971, la Garde aérienne suisse de sauvetage se dote de son premier hélicoptère financé uniquement par des dons, une Alouette III SE 316 immatriculée HB XDF et en 1973, c'est le premier avion-ambulance civil, un Learjet 24D, immatriculé HB-VCY, qui est acquis grâce aux dons. En novembre de la même année, le premier hélicoptère médicalisé biturbine est mis en service. Cet appareil, de type Bölkow 105 C, intervient depuis la base de l’hôpital pédiatrique de Zurich.

En 1979, la REGA devient une fondation d'utilité publique, avec Fritz Bühler (1908-1980) comme premier président. En 1984, c'est l'achat d'un avion-ambulance long-courrier de type Challenger CL-600, que la REGA finance et cette même année, une nouvelle centrale d'intervention est installée à Zurich-Seefeld. Dès lors, la REGA se développe avec plus de 1 million de donateurs en 1985 et 2 millions en 2006. Sa flotte également devient importante avec l'achat de nouveaux hélicoptères, Agusta A 109K2 en 1992, Eurocopter EC 145 en 2002, AgustaWestland Da Vinci en 2009, ainsi que de nouveaux jets, BAe 125 en 1987, Challenger CL-604 en 2002[6] et Challenger CL-650 en 2018.

RôleModifier

 
Un AW109SP Da Vinci de la REGA.

La REGA assure un large panel de missions en Suisse comme à l'étranger. Ainsi, elle effectue des interventions sanitaires sur demande de particuliers ou des services publics et envoie alors un hélicoptère médicalisé avec une équipe technique et médicale qui servira à effectuer le transport entre le lieu de l'accident et l'hôpital. Lorsque les missions de sauvetage sont effectuées en haute montagne, la REGA utilise en plus de son personnel des membres du Secours alpin suisse[7] afin d'obtenir une meilleure coordination entre les différentes entités d'intervention. En plus de sa mission principale de secours, la REGA offre un service d'aide aux paysans qui consiste au déplacement par hélicoptère du bétail jusqu'à la route la plus proche[8].

Afin de répondre rapidement à toute demande d'aide, la REGA est joignable 24 heures sur 24 sur le territoire suisse par le numéro d'appel d'urgence 1414 ainsi que par radio sur le canal E 161.300 MHz. Ce canal est la fréquence d'urgence pour les appels radio de détresse en Suisse, il est destiné à tous. Ce réseau d'urgence s'appuie sur les installations radio de la REGA qui couvre en grande partie le pays[9]. Les autres numéros d'appel d'urgence comme le 112 (numéro d'urgence européen), le 117 (police), le 118 (service du feu), le 144 (secours médicaux) ou le 145 (intoxication) fonctionnent également puisque ces services d'urgence sont reliés à la centrale de la REGA. Depuis l'étranger, ou avec une carte SIM étrangère en Suisse, la REGA est joignable par le numéro d'appel d'urgence +41 333 333 333.

En ce qui concerne ses activités à l'étranger, la REGA s'occupe principalement de rapatriements médicaux, qu'ils concernent des étrangers blessés et rentrant chez eux ou de Suisses à ramener au sein de la Confédération[10].

En 2017, la Garde aérienne suisse de sauvetage a organisé 15 958 interventions, dont 11 774 interventions hélicoptère, 1 281 interventions avion et 2 903 autres interventions (transports en ambulance, missions en faveur du Club Alpin Suisse, de Spéléo-Secours, de Redog, etc.)[11].

AffiliationModifier

Il est possible pour une personne, dès 30 francs suisses ou dès 70 francs suisses pour une famille, par année, d'être membre donateur de la REGA. En remerciement, la REGA peut décharger ses donateurs, à sa libre appréciation, des frais qu'occasionnent les services d'assistance en cas d'urgence organisé par elle-même, au cas où assurance, caisse maladie ou autres tiers censés fournir des prestations ne subviendraient pas ou que partiellement à ces frais[12]. Un sauvetage simple en montagne, sans blessé, peut déjà coûter environ 5 000 francs suisses pour une heure de recherche avec un hélicoptère. Néanmoins, les services de la REGA ne sont soumis à aucune obligation légale.

FlotteModifier

 
Séquence d'envol d'un hélicoptère de la garde aérienne. Mars 2013.

La Garde aérienne suisse de sauvetage opère 18 hélicoptères de sauvetage et 3 avions-ambulance. La flotte d'hélicoptères se compose de 7 Airbus Helicopters H145, stationnés sur les bases de plaine de Zurich, Bâle, Berne, Lausanne et Saint-Gall et de 11 AgustaWestland AW109SP Da Vinci, desservant les bases de montagne de Untervaz, Locarno, Saint-Gall, Erstfeld, Samedan, Wilderswil, Mollis et Zweisimmen [13]. Les AgustaWestland Da Vinci ont été développés avec le fabricant italien AgustaWestland, spécialement pour les besoins de la Rega en montagne.

Pour les interventions à l'étranger elle dispose de trois avions-ambulances Bombardier Challenger 650 basé à l'aéroport de Zurich[14]. Le 17 avril 2018 la REGA a reçu le premier des trois nouveaux avions-ambulance de type Challenger 650 devant remplacer les Challenger CL 604.

Depuis 2016, la Rega dispose également d'un hélicoptère de type Airbus Helicopters H125, utilisé à des fins de formation et d'entraînement, notamment pour initier la relève de pilotes au vol en montagne et au transport de charges[15].

Images Aéronefs Origine Type Versions En service Remarques
  Airbus H145   Sauvetage et transfert de patient H145 7 Bases de plaine : Zurich, Bâle, Berne, Lausanne et Saint-Gall
  Agusta AW109SP Da Vinci   Sauvetage et transfert de patient AW109 SP Grand Da Vinci 11 Bases de montagne : Untervaz, Locarno, Erstfeld, Samedan, Wilderswil, Mollis et Zweisimmen
Airbus Helicopters H125   Formation et entraînement H-125 1 Basé à Granges, livré en 2016.
  Bombardier Challenger 650   Évacuation sanitaire CL-650 3 Basés à Zurich
Drone REGA   Missions de recherche 1 Diamètre du rotor: 2,2 m, longueur: 2 m, hauteur: 50 cm, 2 récepteurs GNSS, système anticollision FLARM et récepteur ADS-B, procédure BVLOS (Beyond Visual Line of Sight), caméra thermique et caméra du champ de vision, localisation des téléphones mobiles

Anciens aéronefsModifier

HélicoptèresModifier

Aéronefs Origine Nombre Versions Période de service Remarques
Hiller 360 États-Unis 1 1952-1960?
Bell 47 États-Unis 1 Bell 47J 1957-1965 immatriculé HB-XAU
Bell 206 Jet Ranger États-Unis 1 Bell 206A 1952-1960? 20 décembre 1968, premier hélicoptère à turbines au sein de la Rega, HB-XCU.
Sud-Aviation SA316 Alouette III France 1 SA.316B 1971-1980 HB-XDF, exposé au musée des transports à Lucerne.
Sud-Aviation SA316 Alouette III France 16 SA.319B 1974-1996 HB-XEL Piz Palü (1974-1996), HB-XFF Jungfrau (1975, accidenté le 16 octobre 1993 à Niederried BE), HB-XFM Pax 100 (1976, vendu à l'Albanie en 1995), HB-XGU (1981, crash le 1er juin 1988 près de Douanne BE), HB-XHP (1978-1995), HB-XHY (1979, endommagé le 14 juillet 1990 à Paray Dorena VD), HB-XHZ (1979-1995, vendu à l'Albanie)[16], HB-XIW (1979-1982), HB-XIX (1979-1983) HB-XNN (1982-1996), HB-XNS (1983-1996), HB-XOH (1983-1985), HB-XOI (1983-1995), HB-XOO (1985-1996), HB-XRC (1986-1993) et HB-XRJ (1989-1995, vendu à l'Albanie)[17].
Bölkow Bo 105 Allemagne 3 BO.105C
BO.105CBS-4
1973-1995 premier hélicoptère médicalisé biturbine mis en service par la Rega, BO.105C immatriculé HB-XGY (1973-1974), BO.105CBS-4 HB-XGY (1978-1990), il s'écrase le 13 août 1990 à Merenschwand (AG). Il est remplacé par un BO.105CBS-4 immatriculé HB-XXK (1990-1995)
Agusta A.109 Italie 15 A.109 K2 1992-2012 immatriculés HB-XWA à HB-XWO. La majorité d'entre eux ont été vendus à Air Transport Europe, opérateur du sauvetage aérien en Slovénie. L'appareil HB-XWG (1992) est exposé au musée des transports à Lucerne.
Eurocopter EC145 Europe 6 EC145 2003-2019 Le premier appareil des six commandés a été livré à la base de Bâle. Remplacés par sept H145 en 2018-2019, cinq de ces appareils ont été acquis par la Gendarmerie royale marocaine pour des missions de recherche et de sauvetage ainsi que pour des soins médicaux d'urgence[18]

AvionsModifier

Aéronefs Origine Nombre Versions Période de service Remarques
Piaggio P166 Italie 1 P166 1961-1968 immatriculé HB-LAY
Cessna 414 États-Unis 1 C141 1970–1974 mise en service le 24 mai 1970, HB-LFM
Learjet 24 États-Unis 1 LJ24D 1973-1987 premier avion-ambulance à usage civil du monde, HB-VCY, baptisé Henri Dunant
Learjet 35 États-Unis 2 LJ35A 1977/1978-1987 HB-VEM, baptisé Albert Schweitzer, HB-VFB baptisé Henry Dunant
Canadair Challenger CL 600 Canada 1 CL60 1982-1991 HB-VFW, baptisé Fritz Bühler
British Aerospace 125 Royaume-Uni 2 BAe 125 800B 1988-2002 HB-VIL et HB-VIK
Bombardier Challenger CL-601 Canada 1 CL-601-3A 1992-2002 HB-IKT
Bombardier Challenger 604 Canada 3 CL-604 2002/2003-2018 HB-JRA, HB-JRB et HB-JRC

BasesModifier

 
La base de St-Gall REGA 7.

La REGA dispose de douze bases d'intervention hélicoptère (dont une à l'aéroport de Bâle-Mulhouse) réparties sur le territoire de la Suisse de façon à pouvoir atteindre n’importe quel endroit du pays en quinze minutes (sauf le Valais où le sauvetage est en principe assuré par Air Glaciers et Air Zermatt)[19]. A ce réseau s’ajoute la base partenaire de Genève. Sur les bases Rega, l’équipage est composé d’un pilote, d’un sauveteur professionnel et d’un médecin urgentiste. Depuis août 2019, la Rega dispose d'une base de formation à l'aéroport de Granges avec un hélicoptère H125.

 
Le Centre REGA à Zurich.

Le Centre REGA, à l'aéroport de Zurich, abrite notamment le hangar des avions-ambulance, l'atelier de maintenance des hélicoptères, la centrale d’intervention, les locaux de permanence pour les équipages, l’administration, des salles de formation et de conférences, une cafétéria et le grand dépôt central pour le matériel.

Base d'intervention Lieu Code OACI Aéronefs de service Remarques
Centre Rega Aéroport de Zurich LSZH 3 x CL-650 Siège de la Rega : hangar des avions-ambulance, hélicoptères de réserve, ateliers de maintenance, centrale d’intervention, locaux de permanence des équipages, administration, salles de formation et de conférences, cafétéria, dépôt de matériel
Rega 1 Zurich Base aérienne de Dübendorf (en) LSMD 2 x H145 Base de plaine
Rega 2 Bâle Aéroport de Bâle-Mulhouse LFSB H145 Base de plaine
Rega 3 Berne Aéroport de Berne LSZB H145 Base de plaine
Rega 4 Lausanne Aéroport de Lausanne-Blécherette LSGL H145 Base de plaine
Rega 5 Untervaz LSXU AW 109SP Da Vinci Base de montagne
Rega 6 Locarno Aéroport de Locarno (en) LSZL AW 109SP Da Vinci Base de montagne
Rega 7 Saint-Gall LSXO H145 Base de plaine
Rega 8 Erstfeld LSXE AW 109SP Da Vinci Base de montagne
Rega 9 Samedan Aéroport de Samedan-Engadin LSZS AW 109SP Da Vinci Base de montagne
Rega 10 Wilderswil LSXI AW 109SP Da Vinci Base de montagne
Rega 12 Mollis Aérodrome de Mollis (de) LSMF AW 109SP Da Vinci Base de montagne
Rega 14 Zweisimmen Aérodrome de Zweisimmen (de) LSXI AW 109SP Da Vinci Base de montagne
Base partenaire Rega 15 Genève Aéroport de Genève LSGG EC135 Base de plaine, rattachée aux Hôpitaux Universitaires de Genève depuis 2001 (base partenaire Rega-HUG)[20]
Base formation Granges Aéroport de Granges LSZG H125

Anciennes basesModifier

À partir du , un hélicoptère Alouette III de la Rega était en permanence stationné sur le toit de l’hôpital pédiatrique de Zurich (de), il est alors surnommé l'«hélico des bébés». Un Bölkow Bo 105 C le remplace à partir de novembre 1973. Le , l'Agusta A109 K2 de la base de Zurich quitte son emplacement «provisoire» sur le toit de l’hôpital pédiatrique de Zurich pour emménager à l’aérodrome militaire de Dübendorf.

À partir du une Alouette III était stationnée à l'hôpital pour enfants de Saint-Gall, puis, dès le , à la nouvelle base de Winkeln près de Gossau.

En mai 2008, l’équipage Rega de l’Oberland bernois quitte la base de Gsteigwiler, pour des raisons de place et de sécurité, pour la nouvelle base de Wilderswil dans l’enceinte de l’entreprise RUAG sur l'ancien aérodrome militaire d'Interlaken (de).

Interventions notablesModifier

  • Le , la première mission de sauvetage héliporté de la Garde aérienne suisse de sauvetage est réalisée à Davos par le pilote Sepp Bauer à bord d’un Hiller 360[5].
  • Le aux Pays-Bas, des digues cèdent face à un raz-de-marée en mer du Nord inondant des centaines de villes et villages. Face à cette catastrophe sans précédent les Croix-Rouge néerlandaise et suisse font appel à la Garde aérienne suisse de sauvetage. Dès la nuit suivante, un avion Swissair emmène une équipe de sauveteurs dans la région touchée. Opérant alors un hélicoptère loué, les pilotes et les parachutistes participent aux opérations de sauvetage conduites durant trois jours et trois nuits[5].
  • Le , deux alpinistes sont évacués de la «rampe» de la face nord de l'Eiger. Il s'agit du premier sauvetage direct à cet endroit, opération qui passait jusque-là pour impossible[21] .
  • Le , la Rega réalise l'un de ses sauvetages les plus spectaculaires au-dessus de l’aérodrome d'Yverdon-les-Bains. Au cours d’un saut depuis un Pilatus PC-6, un parachutiste accroche son parachute à la roue arrière de l'appareil. L'équipage d’un hélicoptère de la Rega parvient à dégager le parachutiste en plein vol. Pour cet acte de bravoure, le pilote Andreas Haefele, le treuilliste Adolf Rüfenacht et l’instructeur parachutiste Pierre Jomini se voient décerner le titre de « Crew of the Year » (équipage de l'année) le 20 janvier 1981 à Los Angeles aux États-Unis[22].
  • Le , un important séisme a lieu dans la province turque d’Erzurum. Sur mandat du Corps d’aide en cas de catastrophe, la Chaîne suisse de sauvetage intervient avec un médecin du Corps d’aide en cas de catastrophe, un chef d’opération de la Rega et deux équipes cynophiles[22].
  • En septembre 1985, la Rega envoie une équipe intervenir sur l'important séisme survenu à Mexico. À ce titre, La «Brigada de Rescate de Suiza» (Rega) s'est vu décerné un titre honorifique par le gouvernement mexicain le 5 juin 1986[22].
  • Lors du tsunami du 26 décembre 2004 en Asie du Sud-Est la Rega est confronté à l’un des plus grands défis de son histoire. Afin d’établir des contacts avec des hôpitaux et procéder au rapatriement de patients, plusieurs équipes s’envolent pour la Thaïlande et le Sri Lanka. Les rapatriements se font aux moyens des trois avions-ambulance de la Rega et à bord de vols charter, militaires ou de ligne. La prise en charge de plus de 60 patient en une semaines a été assurée par 16 équipages médicaux[22].
  • Le en Turquie, survient un accident de car impliquant des Suisses. Pour la première fois, une procédure d’urgence établie après les opérations déployées lors du tsunami de 2004, est mise en œuvre. En une nuit, un Boeing 757-200 de Belair est transformé en hôpital volant. 35 patients, pris en charge par cinq médecins et quatre infirmières, sont rapatriés deux jours après l'accident[22].
  • Lors des importantes intempéries survenues le 22 août 2005, les équipages de la Rega font partie des premiers secours à atteindre les régions sinistrées en Suisse. Avec la collaboration des organisations de secours locales, la Rega parvient à sauver plus de 200 personnes piégées par les eaux dans des zones isolées, avant le lancement des opérations d’évacuation conduites par l’Armée et des entreprises commerciales[22].
  • Le , tous les avions-ambulance de la Rega sont déployés simultanément sur une seule et même mission pour la première fois dans son histoire. La Rega rapatrie quatorze enfants belges dans leur pays après l'accident du tunnel de Sierre. D’autres vols ont suivi le 22 mars[23].
  • Le , le car d’un groupe de touristes suisses est accidenté à Grande Canarie en Espagne, le bilan est d'un mort et de dix-sept blessés. Les avions-ambulance de la Rega rapatrient onze blessés graves sur six vols au total. Afin d’assurer une prise en charge optimale des personnes hospitalisées, un médecin et un chef d’opération sont envoyés sur place[23].

Simulateur de volModifier

Depuis février 2013, la REGA dispose d'un simulateur de vol pour ses hélicoptères Agusta Westland Da Vinci dans les locaux de la Swiss Aviation Training (SAT), le centre d'entraînement de la compagnie aérienne Swiss à proximité de l'aéroport de Zurich-Kloten. Avec ce simulateur les pilotes accomplissent une grande partie de leur formation au vol aux instruments (IFR). Il permet de s’entraîner à réagir à divers scénarios d’urgence, impossible à reproduire aux commandes d’un hélicoptère. Ce simulateur est l'un des premiers opéré en Suisse, il apporte une formation unique au monde pour les pilotes de la Garde aérienne, mais aussi pour des confrères venus d'autres pays.

Application pour téléphones mobilesModifier

Les détenteurs d'un smartphone peuvent télécharger une application gratuite, qui permet de transmettre automatiquement les données de géolocalisation de l'émetteur de l'alarme à la centrale de la REGA. Elle peut ainsi immédiatement obtenir les coordonnées et l'identité de l'utilisateur, tout comme l'établissement d'une liaison téléphonique directe avec la centrale d'intervention. Le signal GPS doit préalablement être activé dans les réglages du téléphone pour que la fonction de géolocalisation de l'application soit opérationnelle[24].

Notes et référencesModifier

  1. [PDF]Textes de base
  2. [PDF]Textes de base
  3. « Garde aérienne suisse de sauvetage » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  4. La Garde aérienne suisse de sauvetage
  5. a b c d et e Les débuts du sauvetage aérien: 1946-1959, sur le site officiel de la REGA.
  6. Rega magazine, no 78, juin 2012
  7. Le Secours Alpin Suisse coordonne le sauvetage en montagne
  8. Grâce à la Rega, même les vaches peuvent se faire héliporter
  9. Appels radio de détresse en Suisse (161.300 MHz) et utilisation des PLB, Office fédéral de la communication (OFCOM).
  10. (en) Our medical services
  11. La Rega en bref, rega.ch
  12. Rega-Garde aérienne suisse de sauvetage, « Dispositions relatives aux donateurs », sur www.rega.ch (consulté le 4 février 2020)
  13. Rega-Garde aérienne suisse de sauvetage, « Flotte et équipement », sur www.rega.ch (consulté le 4 février 2020)
  14. Rega-Garde aérienne suisse de sauvetage, « Avion-ambulance Challenger 650 », sur www.rega.ch (consulté le 4 février 2020)
  15. « 1414, le magazine de la Rega, numéro 87 » [PDF], sur le site de la Garde aérienne suisse de sauvetage, (consulté le 5 décembre 2016) : « Un nouveau hélicoptère pour la relève », p. 7.
  16. HB-XHZ, Markus Herzig, swissheli.com.
  17. HB-XRJ, Markus Herzig, swissheli.com.
  18. Le Maroc va recevoir 5 hélicoptères EC 145 de la Suisse, 21 novembre 2019, medias24.com.
  19. En Suisse, la Rega est synonyme de sauvetage aérien site REGA consulté le 3 mars 2009.
  20. Base partenaire : Rega-HUG, rega.ch.
  21. a b c d e f et g Le développement des moyens d’intervention: 1960-1979, site officiel de la Rega
  22. a b c d e f g h i et j Le sauvetage aérien se professionnalise: 1980-2009, site officiel de la Rega
  23. a et b Avec des moyens modernes d’intervention2010-aujourd'hui, site officiel de la Rega
  24. http://www.rega.ch/fr/multimedia/application-mobile.aspx

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier