Freaks and Geeks

série de télévision américaine
Freaks and Geeks

Type de série série télévisée
Titre original Freaks and Geeks
Genre Comédie dramatique
Teen drama
Création Paul Feig
Acteurs principaux Linda Cardellini
John Francis Daley
James Franco
Samm Levine
Seth Rogen
Jason Segel
Becky Ann Baker
Joe Flaherty
Busy Philipps
Musique Michael Andrews
Thème du générique Bad Reputation de Joan Jett
Nb. de saisons 1
Nb. d'épisodes 18 (Liste des épisodes)

Production

Durée 44 minutes
Format d'image NTSC (480i)
Format audio Dolby Surround 2.0
Production Victor Hsu
J. Elvis Weinstein
Société de production Apatow Productions
DreamWorks Television
Société de distribution DreamWorks SKG

Diffusion

Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d'origine NBC
Fox Family (épisodes 4, 14 et 15)
Diff. originale
Public conseillé Drapeau : États-Unis TV-14

Freaks and Geeks est une série télévisée de comédie dramatique américaine en 18 épisodes de 42 minutes, créée par Paul Feig et diffusée entre le et le sur NBC.

En France, la série a été diffusée à partir du sur Série Club et rediffusée sur Fun TV. Au Québec, elle fut diffusée au cours de l'été 2012 sur VRAK.TV[1] dans le cadre de VRAK Classique.

La série suit la lycéenne douée Lindsay Weir (Linda Cardellini), qui se lie d'amitié avec un groupe de rebelles appelés les « freaks », et son jeune frère Sam, qui intègre le groupe de ses amis geeks de l'établissement. Dix-huit épisodes ont été tournées, mais la série a été annulée après seulement douze épisodes diffusés[2]. Une campagne de fans a persuadé NBC de diffuser trois des épisodes restants en juillet 2000, le reste des épisodes non diffusés étant diffusé sur Fox Family [3],[4].

Bien qu'elle n'ait connu qu'une seule saison, la série figure dans de nombreuses listes des plus grandes séries télévisées de tous les temps, notamment celles du Time, Entertainment Weekly et TV Guide. Freaks and Geeks est également connue pour avoir lancé plusieurs des carrières de ses jeunes acteurs principaux, tels que James Franco, Seth Rogen, Linda Cardellini, Jason Segel, Busy Philipps, John Francis Daley et Martin Starr[5].

SynopsisModifier

La série est axée sur la vie d'une adolescente Lindsay Weir et de son frère cadet Sam, tous deux scolarisés au lycée McKinley, dans le Michigan à Chippewa durant l'année scolaire 1980-1981.

Les amis de Lindsay constituent ceux qu'on appellent dans le lycée les Freaks, groupe de rebelles peu enclin aux études qui préfère sécher les cours, et ceux de Sam les Geeks, groupe passionné de science-fiction et assez bons dans toutes les matières sauf en sport. Les Freaks sont constitués du charismatique et cool Daniel Desario, du sarcastique Ken Miller, du sympathique et affable Nick Andopolis et de la parfois très colérique Kim Kelly. Les Geeks sont constitués du très ouvert Neal Schweiber et du modeste et doux Bill Haverchuck .

La série débute juste après que Lindsay a opéré de grands changements dans sa vie à la suite du décès de sa grand-mère (elle ne quitte plus la veste treillis de son père, quitte les mathletes et tente de se faire de nouveaux amis). Le scénario montre l'évolution sociale de Lindsay et de Sam dans une Amérique définitivement rock 'n' roll.

DistributionModifier

Acteurs principauxModifier

Acteurs récurrentsModifier

Acteurs invitésModifier

  Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[6] et Doublage Series Database[7]

Fiche techniqueModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Dates de diffusionModifier

HistoriqueModifier

Création et développementModifier

L'idée de créer Freaks and Geeks vient du scénariste et acteur Paul Feig, qui s'est inspiré de son vécu durant sa jeunesse à Detroit[10]. Il souhaite faire une série pour adolescents qui tranche avec celles du style Beverly Hills[11]. Il dira en avoir marre des séries ado où l’on se demande : « Mais qui sont ces gens ? », racontant même ne pas avoir été populaires, ses amis et lui, au lycée, qu'ils ne sortaient pas « avec beaucoup de filles » et qu'ils essayaient « juste de survivre »[11]. Néanmoins, dans les années 1990, Feig commence à être au creux de la vague après avoir été destitué de son rôle de Mr. Poole dans la série Sabrina, l'apprentie sorcière[11]. De plus, il peine à vendre ses projets de films[11]. Le pilote de la série a été écrit en tant que script spéculatif[12] .

C'est alors qu'il retrouve son ami de longue date, le scénariste et réalisateur Judd Apatow, qui s'est fait remarquer comme auteur pour The Ben Stiller Show et The Larry Sanders Show, qui vient de signer un contrat de développement avec DreamWorks Pictures[11]. Cherchant un projet pour la télévision, Apatow sollicite Feig, qui lui envoie le script de Freaks and Geeks quelques mois plus tard[11],[13]. Appréciant le script et partageant la même sensibilité de fond avec Feig, Apatow le contacte pour lui dire qu'ils vont le vendre à DreamWorks[11]. Des networks tels que la Fox, CBS et ABC se battent pour obtenir les droits de diffusion, avant que NBC ne rejoigne la liste des chaînes de télévision[11]. La chargée de développement de l'époque, Shelley McCrory, est prête à tout pour obtenir les droits, quitte à arrêter sa carrière en cas d'échec[11]. NBC obtient alors les droits de diffusion de Freaks and Geeks[11]. Feig expliquera que « [Judd et Feig] arrive là-bas [NBC], et [il] ne peu[t] pas m’empêcher de ressentir cette indignation typique du nouveau venu qui flippe qu’on touche à son bébé »[11]. Alors que Feig précise aux dirigeants de NBC qu'il ne fera pas la série s’ils changent tout, McCrory le rassure en disant au duo « Ne changez rien » et offre carte blanche à son auteur[11].

Distribution des rôlesModifier

« Dans le scénario du pilote, on voyait que Paul comprenait bien les geeks, mais il était moins précis sur les freaks. Alors j’ai proposé qu’on caste les acteurs pour leur singularité, et qu’on réécrive le pilote en fonction de leur personnalité. »
— Judd Apatow, interview à propos de Freaks and Geeks[11].
 
L'intégralité de la distribution réunie au PaleyFest 2011.

La particularité et la force de la série est aussi dans son casting, puisque les rôles principaux sont tenus par une nouvelle générations d'acteurs qui deviendront par le suite des vedettes du cinéma et de la télévision[11],[10]. Pour cela, Apatow et Feig recherchent les acteurs appropriés grâce à des auditions peu conventionnelles où le candidat est moins là pour coller à un personnage pré-écrit que pour nourrir l’inspiration des auteurs[11].

Le choix pour le rôle de l'intelligente mais angoissée Lindsay Weir se porte sur Linda Cardellini, alors jeune actrice débutante de vingt-quatre ans. Elle apprécia le script après lecture car elle trouvait que « c'était totalement différent » des rôles de filles qu'elle voyait à l'écran[14]. Lauren Ambrose était également en lice pour incarner Lindsay avant que le choix ne se porte sur Cardellini[15]. Dans une interview à Rolling Stone en mai 2020, Cardellini dira adorer son personnage, pensant juste « qu'elle est si réfléchie et intelligente », ainsi que la relation avec les parents de Lindsay[14]. Le frère de Lindsay, Sam, est incarné par le débutant John Francis Daley[11]. Jesse Eisenberg était également le deuxième choix pour le rôle[15].

Le rôle de Daniel Desario est confié à James Franco, alors âgé de vingt ans, dont l'expérience est limité à des apparitions dans des rôles d'invités à la télévision et à une publicité télévisée pour Pizza Hut dans lequel il incarne un Elvis Presley dansant[16]. Il confiera concernant cette série qu'il s'agit de « l'une des expériences de travail les plus amusantes » qu'il ait eues[17]. Le réalisateur de quelques épisodes, Jake Kasdan, dira même à propos de Franco que « ce type va être une énorme star de cinéma » et qu'il fallait asbolument le prendre après l'avoir vu passer la porte pour les auditions[11].

Seth Rogen, alors âgé de seize ans, est à l'époque un jeune comédien de stand-up maniant un humour pince-sans-rire, auditionne pour un rôle dans la série lors d'un casting à Vancouver[11] et ses compétences d'improvisation impressionnent Apatow[18]. Il est choisi pour le rôle du cynique et acerbe Ken Miller, ce qui marquera le début d'une naissante et fructueuse collaboration avec Apatow[19]. Apatow parlera de sa première rencontre avec Rogen en ces termes : « Tout ce qu’il disait nous faisait rire. Le type doux et responsable qu’il est devenu était insoupçonnable. C’était un Canadien un peu fou et fouteur de merde, à la fois calme et furax, qui pourrait tout aussi bien vous tuer »[11]. L'un des autres rôles principaux, celui de Nick Andropolis est confié à Jason Segel, dix-neuf ans à l'époque, dont la carrière est également naissante et qui avait déjà tourné avec Cardellini, avec qui il va vivre en couple pendant cinq ans, dans la comédie Un cadavre sur le campus. Selon Kasdan, Segel a été « hilarant et d’un charisme infini »[11]. Busy Philipps auditionna pour le rôle de Lindsay, mais les producteurs ont pensé qu'elle n'était pas l'actrice adéquate pour le personnage, mais l'ont fait auditionner pour le rôle de Kim Kelly, la petite amie de Desario, qu'elle obtiendra[15]. Philipps connaît également très bien Cardellini, puisqu'elle étaient amies depuis l'Université Loyola Marymount[15]. Lizzy Caplan a auditionné pour les rôle de Lindsay et Kim, mais a finalement été choisie pour jouer le personnage récurrent de Sara[15].

Les rôles de Neil Schweiber et Bill Haverchuck sont confiés à Samm Levine et Martin Starr. Avant que Levine n'obtienne le rôle Shia LaBeouf a auditionné pour le rôle de Schweiber[15].

Pour que l'alchimie fonctionne avec ses acteurs, Apatow les prend sous son aile, notamment en conseillant Rogen de prendre un coach, interdit aux filles de tomber dans la course à la minceur, et, lors d’une réunion rapportée par l’acteur Joe Flaherty (interprète du père de Lindsay et Sam), met tout le monde en garde contre les sirènes de la célébrité[11]. Les acteurs s'impliquent à fond à cette série comme par exemple Franco, qui passe deux semaines dans le Michigan pour visiter le lycée où Feig fait sa scolarité et se mettre dans la peau de son personnage[11]. Stephen Lea Sheppard, qui incarne Harris Trinsky, a seulement auditionné parce que son ami, qui vivait avec lui à l'époque, lui demanda d'y aller[15]. R.F. Daley, le père de John Francis Daley, joue le rôle du professeur Mainzer dans l'épisode Petits copains, petites copines[20].

Contrairement à beaucoup de séries, la majorité des acteurs était assez proche de l'âge des personnages qu'ils étaient censés incarner[21]. Seul John Francis Daley avait le même âge que son personnage au moment du tournage de la série[15].

TournageModifier

Bien que la série se déroule dans le Michigan, Freaks and Geeks a été tourné en Californie[15]. Les scènes extérieures se sont révélées difficiles à tourner, car aucun palmier n'était autorisé à être vu[15].

Le pilote fut tourné dans une vraie école. Quand la chaîne NBC valida la série pour une saison, un décor fut construit à l'identique pour le tournage de futurs épisodes[20]. Néanmoins ce décor, censé représenter les couloirs du lycée, n'était qu'une simple structure en forme de "T", réarrangée selon les plans pour faire croire aux spectateurs qu'ils voyaient l'intégralité du bâtiment scolaire[20]. Les figurants,qui semblaient aller en cours, ne pouvaient que s'entasser au bout des deux couloirs en attendant la fin de chaque prise[20]. Sur le tournage, Apatow incite les acteurs à improviser et à mettre leurs interactions réelles au service de la série. Franco flirte avec les actrices, Daley et Cardellini prolonge l’animosité frère-sœur entre les prises, mais toujours au profit de la fiction[11]. Cardellini dira même que « Tout le monde était très talentueux mais personne ne s’en rendait compte »[11], ajoutant qu'ils se contentaient d’être ensemble, de s’entraîner, de jouer et de réfléchir[11]. L'expérience a incité Rogen à se lancer à l'écriture de scénarios[11].

Néanmoins, le tournage a été émaillé de quelques incidents, comme Rogen qui s'est ouvert le menton quand il fracasse la guitare du personnage incarné par Segel[15], Levine et Starr se sont querellés et ont ensuite été connus pour entrer dans quelques arguments tout au long du tournage[15]. Mais un incident plus sérieux a eu lieu entre Busy Philipps et James Franco durant le tournage d'une scène, comme le révèle l'actrice dans son autobiographie This Will Only Hurt a Little, sorti en 2018[22]. Lors d'une scène où le personnage de Philipps doit frapper gentiment le ventre de celui de Franco, l'acteur entre alors dans une colère, lui attrape les bras et lui crie de ne plus lui toucher[23] avant de la jeter par terre[24] sous les yeux des autres acteurs qui assistent horrifiés à la scène[24]. Philipps se confie alors à Linda Cardellini, qui lui suggère alors d'en parler avec son manager[24]. Sous la pression des réalisateurs et producteurs, Franco s'est excusé le lendemain, sans toutefois obtenir de moindre sanction pour son geste[24].

Liste des épisodesModifier

Cette liste comprend les dix-huit épisodes de la série dans l'ordre chronologique. La diffusion américaine s'est faite de manière chaotique sur NBC, seuls quinze épisodes ont été diffusées sur la chaîne, tandis que les épisodes Ma nouvelle amie, Faits divers et Amour, allergie de la jeunesse furent programmés par Fox Family, quelques mois après l'arrêt de la série sur NBC.

En France, Freaks and Geeks a été diffusée dans le bon ordre, celle qui figure sur l'intégrale de la série en DVD[25]

  1. Candeur et Décadence (Pilot)
  2. Surprise partie (Beers and Weirs)
  3. Le Temps de l'innocence (Tricks and Treats)
  4. Ma nouvelle amie (Kim Kelly is My Friend)
  5. Contrôle et Hormones (Tests and Breasts)
  6. Musicos (I'm With the Band)
  7. Crédit et Discrédit (Carded and Discarded)
  8. Petits Copains, petites copines (Girlfriends and Boyfriends)
  9. L'Esprit à la lettre (We've Got Spirit)
  10. Le Journal intime (The Diary)
  11. Dynamique de groupe (Looks and Books)
  12. La Porte du garage (The Garage Door)
  13. Sonnants et Trébuchants (Chokin' and Tokin' )
  14. Faits divers (Dead Dogs and Gym Teachers)
  15. Amour, allergie de la jeunesse (Noshing and Moshing)
  16. L’Âge de la raison (Smooching and Mooching)
  17. Les Petites Choses de la vie (The Little Things)
  18. La Mort de la discomania (Discos and Dragons)

RéceptionModifier

Accueil critiqueModifier

Dès sa diffusion, Freaks and Geeks connaît un accueil largement favorable de la part des critiques. Le site Rotten Tomatoes lui attribue un taux d'approbation de 100%, sur la base de trente-et-un commentaires collectés, une moyenne de 9,67/10 et la certification « Fresh »[26]. Dans son consensus, le site note que « Freaks et Geeks est un pamphlet de la vie réelle de l'adolescence tout en embrassant affectueusement chaque douleur croissante avec une honnêteté rafraîchissante »[26]. Sur le site Metacritic, la série obtient un score de 88/100, basé sur vingt-huit commentaires collectés et la mention « Universal acclaim »[27].

La série connaît également un bon accueil de la part du public, obtenant un taux d'approbation de 95% sur Rotten Tomatoes, sur la base de et une moyenne de 4,6/5[26] et une note de 9/10 sur Metacritic, basé sur cinq commentaires collectés et la mention « Universal acclaim »[27]. Elle obtient la note de 8,8/10 sur IMDb, pour plus de 124 000 votes[28]. Elle figure à la cinquante-neuvième place du top 250 des meilleurs shows TV[29].

AudiencesModifier

La série a été vue en moyenne par 6,77 millions de téléspectateurs et s'est classé à la 93e des meilleures audiences de la saison 1999-2000, pour sa première et unique saison[30].

DistinctionsModifier

La série a reçu trois nominations aux Emmy Awards. Paul Feig a été nominé deux fois pour la meilleure écriture pour une série comique, pour Pilot et Discos and Dragons. Il a remporté le prix de la meilleure direction de casting pour une série comique (Allison Jones, Coreen Mayrs et Jill Greenberg). Il a été nominé pour deux prix de la Television Critics Association, pour le nouveau programme de l'année et la réalisation exceptionnelle en art dramatique. Pour son jeu d'acteurs, la série a remporté le prix de la meilleure série télévisée familiale - Comédie et a été nominée pour la meilleure performance dans une série télévisée - Jeune ensemble aux Young Artist Awards. Pour les YoungStar Awards, John Francis Daley et Sarah Hagan ont été nommés pour le meilleur jeune acteur / performance dans une série télévisée comique et l'ensemble de la distribution a été nommé pour le meilleur jeune distribution d'ensemble à la télévision. La série a également reçu plusieurs autres nominations dans d'autres catégories[31].

Annulation et héritageModifier

L'une des raisons invoquées pour son annulation anticipée était son incapacité à gagner un public en raison de son «calendrier erratique» et de ses créneaux horaires médiocres[32], en concurrence avec le célèbre Who Wants to Be a Millionaire. Les producteurs ont créé un site Web pour la série, mais NBC n'a pas voulu partager son URL car « ils ne voulaient pas que les gens sachent qu'Internet existait. Ils craignaient d'y perdre des téléspectateurs », comme l'a expliqué Judd Apatow. Freaks and Geeks ne comptait en moyenne que moins de 7 millions de téléspectateurs, tandis que d'autres séries de NBC telles que Frasier et Friends faisaient plus de 14 millions de téléspectateurs en moyenne chacune[33].

NBC et les directeurs créatifs de Freaks and Geeks n'avaient pas la même vision pour la série. Après que le réseau a repris le pilote de la série, Garth Ancier a remplacé l'ancien président de la chaîne. Ancier « ne comprenait pas la vie des écoles publiques » et sa pertinence car il allait dans un internat puis à Princeton[11]. Paul Feig a exprimé « l'ironie de la situation » car toutes les personnes impliquées voulaient que Freaks and Geeks soit un succès, mais le network n'a pas compris le concept de présenter de manière réaliste la vie d'adolescents ordinaires. Jake Kasdan et Judd Apatow ont eu plusieurs arguments avec le réseau concernant « le manque de victoires » dans le script et que les personnages devaient « être cool ». Les scénaristes voulaient produire quelque chose qui représenterait l'expérience moyenne du lycée, mais NBC voulait produire quelque chose qui rendrait le lycée cool. Parce que le réseau audiovisuel ne pensait pas que la série serait un succès, ils ont laissé les scénaristes ajouter au scénario des choses qu'ils « n'auraient pas s'ils pensaient que la série refait surface la saison prochaine », comme l'utilisation de l'expression d'« organes génitaux ambigus »[34],[35]. Ben Stiller a accepté de faire une apparition dans le dix-septième épisode pour rendre service à Judd Apatow et faire remonter l'audience, mais cela n'a pas pu être profitable, l'épisode a été diffusé après que l'arrêt de la série a été décidé[36].

Apatow a déclaré en 2014 que tout ce qu'il a fait par la suite, en quelque sorte, « est une vengeance pour les personnes qui ont annulé Freaks and Geeks »[37].

La série est apparue sur la liste des « 100 plus grands show de tous les temps » du magazine Time en 2007[38] et s'est classée troisième sur la liste du magazine des plus grandes émissions de télévision des années 2000 du même magazine en décembre 2009[39]. En 2004 et 2007, Freaks and Geeks a été classé 25e et 21e dans le classement des meilleures émissions cultes de TV Guide[40],[41]. En 2008, Entertainment Weekly l'a classée à la 13e place des meilleures séries de ces 25 dernières années[42]. La même année, AOL TV l'a nommé comme le meilleur show scolaire de tous les temps[43]. En 2013, TV Guide l'a inclus dans sa liste des 60 plus grands séries dramatiques de tous les temps[44] et à la 1re place sur la liste de 60 émissions « annulées trop tôt »[45]. Il a lancé plusieurs de ses jeunes acteurs, tels que Rogen et Franco, qui ont depuis menés une carrière d'acteur à succès.

Les Années campusModifier

En 2001, plusieurs des acteurs de Freaks and Geeks sont apparus dans une nouvelle série de comédie d'une demi-heure de Judd Apatow, Les Années campus (Undeclared dans la version originale), diffusée sur Fox Network. Apatow s'est battu avec le network pour inclure des acteurs de Freaks et Geeks, mais la Fox n'a choisi que Seth Rogen (qui était déjà engagé dans la série en tant que scénariste) comme membre régulier de la distribution. Cependant, Jason Segel est devenu un personnage récurrent, tandis que Samm Levine, Busy Philipps et Natasha Melnick ont joué dans des arcs multi-épisodes, tout comme les célèbres acteur récurrent de Freaks et Geeks, Steve Bannos (qui a joué le professeur de mathématiques McKinley High, Frank Kowchevski) et David Krumholtz (qui a joué le frère aîné de Neal, Barry Schweiber). Martin Starr a joué un rôle important dans un autre épisode, et une scène avec Sarah Hagan a été tournée, bien qu'elle ait été coupée. Malgré de bonnes critiques[46],[47], la série a également été annulé lors de sa première saison. Tout comme Freaks and Geeks, Les Années campus est devenue une série culte et Entertainment Weekly l'a classée au 16e rang des «25 meilleures émissions de télévision cultes des 25 dernières années»[48].

Syndication et retrouvaillesModifier

En juin 2010, il a été annoncé qu'IFC avait acquis les droits de diffusion de Freaks and Geeks et Les Années campus[49]. Les dix-huit épisodes de Freaks and Geeks ont été diffusées le 29 octobre 2010, tandis que Les Années campusa commencé sa diffusion le 5 novembre 2010. Les deux shows ont également rejoint la gamme TeenNick le 13 juin 2011[50]. Freaks and Geeks a été diffusé sur FXX de 2013 à 2014.

Une réunion de plusieurs acteurs et producteurs des deux émissions a eu lieu lors du PaleyFest au Paley Center for Media le 12 mars 2011[51],[52].

DocumentaireModifier

Un documentaire réalisé par Brent Hodge retraçant l'histoire et les coulisses de Freaks and Geeks avec des interviews du casting et de l'équipe de production a fait ses débuts au Tribeca Film Festival le 21 avril 2018[53],[54]. Le documentaire a fait ses débuts à la télévision le 16 juillet 2018, sur A&E[55].

CommentairesModifier

  • Dans un épisode, Sam (John Francis Daley) parle du film Les Bleus, sorti en 1981 avec Bill Murray. Joe Flaherty, qui joue le père de Sam, a également joué dans Les Bleus comme second rôle.
  • À mi-chemin de la saison, il était évident que Freaks and Geeks était sur le point d'être annulé. Le reste des épisodes a été mis en attente, tandis que les créateurs écrivaient et filmaient l'épisode final (qui a été écrit de manière à servir à la fois pour un épisode final de la série si elle venait à être annulée ou pour un épisode final de saison si elle venait à être reconduite pour une deuxième saison). Plusieurs épisodes plus tard, la série a été annulée.

Produits dérivésModifier

DVDModifier

  • Freaks and Geeks - The Complete Series (6 avril 2004) ASIN B0001EQHXO (Zone 1 uniquement)

Voir aussiModifier

Article connexeModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Un thème scolaire à VRAK TV durant l’été!
  2. Coffin J., « Teenagers Portrayed in Television », Journal of Psychology, vol. 41, no 2,‎ , p. 23–25
  3. « Geek Love », sur Salon.com, (consulté le 9 décembre 2010)
  4. « RetroWeb Classic Television: Freaks and Geeks », sur RetroWeb.com (consulté le 9 décembre 2010)
  5. Chris Longo, « Freaks and Geeks: The Enduring Legacy of a Short-Lived Show », sur Den of Geek, (consulté le 19 novembre 2013)
  6. « Fiche de doublage V.F. de la série Freaks and Geeks », sur RS Doublage (consulté le 25 mai 2020).
  7. « Fiche de doublage V.F. de la série Freaks and Geeks », sur Doublage Séries Database (consulté le 25 mai 2020).
  8. « Lieux de tournage de Freaks and Geeks », sur IMDb (consulté le 26 mai 2020)
  9. https://focus.levif.be/culture/tele/freaks-geeks/article-review-1885.html?cookie_check=1590668063
  10. a et b Aubry Salomon, « Freaks and geeks - Les années lycée », sur Element of Movie (consulté le 25 mai 2020).
  11. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z et aa Caroline Veunac, « Dans les coulisses de la série Freaks and Geeks », sur Vanity Fair, (consulté le 25 mai 2020).
  12. Freaks and Geeks: The Complete Scripts Volume 1, New York, New Market Press, (ISBN 1-55704-645-X)
  13. Thierry Chèze, « Paul Feig - L'Homme qui filmait les femmes », Studio Ciné Live n°81,‎ , p. 58
  14. a et b (en) Angie Martocchio, « From ‘Freaks’ to ‘Dead’: Linda Cardellini Breaks Down 10 of Her Best-Known Roles », sur Rolling Stone, (consulté le 25 mai 2020).
  15. a b c d e f g h i j k et l « Freaks and Geeks - Trivia », sur IMDb (consulté le 31 mai 2020).
  16. Kyle Buchanan, « James Franco Is Not Above Working at McDonald's », Vulture, (consulté le 27 mars 2013)
  17. « United Press International », sur Franco to reunite with Freaks pals, United Press International (consulté le 23 septembre 2006)
  18. http://www.time.com/time/magazine/article/0,9171,1622581,00.html
  19. Amy Kaufman, « Judd Apatow's 'Freaks and Geeks' gang reminisces – and mocks James Franco », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne, consulté le 16 juin 2011)
  20. a b c et d « Freaks and Geeks : Secrets de tournage », sur AlloCiné (consulté le 26 mai 2020).
  21. Pour de vrai, t'as quel âge ? - Freaks and Geeks sur Allociné. Consulté le 1er mai 2010.
  22. Marie-Caroline Cabut, « Busy Philipps révèle que James Franco l'a agressée à l'époque de Freaks and Geeks », sur Télé 7 Jours, (consulté le 26 mai 2020).
  23. « Busy Philipps flingue James Franco qui lui a fait vivre l'enfer sur un tournage », sur PurePeople, (consulté le 26 mai 2020).
  24. a b c et d Charles Martin, « James Franco aurait agressé Busy Philipps à l'époque de Freaks and Geeks », sur Première, (consulté le 26 mai 2020).
  25. Freaks and Geeks. Consulté le 14 mai 2010
  26. a b et c (en) « Freaks and Geeks », sur Rotten Tomatoes (consulté le 26 mai 2020).
  27. a et b (en) « Freaks and Geeks - TV Show Reviews », sur Metacritic (consulté le 26 mai 2020).
  28. (en) « Freaks and Geeks - User Ratings », sur IMDb (consulté le 28 mai 2020).
  29. « IMDb Top 250 TV », sur IMDb (consulté le 28 mai 2020).
  30. « Charts and Data », sur Variety, (consulté le 16 juin 2010)
  31. « "Freaks and Geeks" (1999) - Awards », sur Internet Movie Database (consulté le 9 décembre 2010)
  32. https://www.nme.com/blogs/tv-blogs/freaks-and-geeks-season-2-1969369
  33. Larry Bartleet, « Why was there never a second season of ‘Freaks And Geeks’, the cult show that’s now on Netflix? », sur NME, (consulté le 25 mai 2017)
  34. ,Pryia Elan, « Making the grade », sur The Guardian, (consulté le 25 mai 2017)
  35. Robert Lloyd, « 2 Good 2 Be 4Gotten: An Oral History of Freaks and Geeks », sur Vanity Fair, (consulté le 25 mai 2017)
  36. (en) "Freaks and Geeks" The Little Things (2000) sur l’Internet Movie Database
  37. Whitney Friedlander, « Judd Apatow: Everything He’s Done Is Revenge for Canceling ‘Freaks and Geeks’ », sur Variety, (consulté le 25 mai 2017)
  38. « Freaks and Geeks - The 100 Best TV Shows of All », sur TIME, (consulté le 27 avril 2016)
  39. « Freaks and Geeks - Best Movies, TV, Books and Theater of the Decade », sur TIME, (consulté le 27 avril 2016)
  40. « 25 Top Cult Shows Ever! », TV Guide,‎
  41. « TV Guide Names the Top Cult Shows Ever », sur tvguide.com, (consulté le 11 juillet 2011)
  42. « The New Classics », sur Entertainment Weekly, (consulté le 16 juin 2010)
  43. « Best School Shows of All Time », sur AOL TV, Aol, Inc, (consulté le 14 septembre 2012)
  44. Roush, Matt (February 25, 2013). "Showstoppers: The 60 Greatest Dramas of All Time". TV Guide. pp. 16-17.
  45. Roush, Matt (June 3, 2013). "Cancelled Too Soon". TV Guide. pp. 20 and 21
  46. « Undeclared : Season 1 », Metacritic (consulté le 19 janvier 2015)
  47. « Undeclared: Season 1 », sur Rotten Tomatoes (consulté le 2 octobre 2019)
  48. "25 Best Cult TV Shows from the Past 25 Years." Entertainment Weekly. August 3, 2012, p. 41.
  49. « Freaks and Geeks, Undeclared Return to TV », sur tvguide.com, (consulté le 12 août 2010)
  50. « Freaks and Geeks & Undeclared - Coming Monday! », sur TeenNick, (consulté le 15 juin 2011)
  51. « Freaks and Geeks / Undeclared Reunion », PaleyCenter.org, (consulté le 16 mars 2011)
  52. « Freaks and Geeks Still Rocks », sur IGN, (consulté le 16 mars 2011)
  53. Marsha Lederman, « Freaks and Geeks documentary chronicles one of TV’s most infamous cases of ‘cancelled-too-soon’ », sur The Globe and Mail, (consulté le 16 juillet 2018)
  54. Evan Real, « Tribeca: 8 Revelations From 'Freaks and Geeks: The Documentary' Premiere’ », sur The Hollywood Reporter, (consulté le 16 juillet 2018)
  55. Joseph Longo, « Freaks and Geeks cast remembers 'awkward' teen years in A&E documentary », sur Entertainment Weekly, (consulté le 16 juillet 2018)