Alain Gaillard

joueur de rugby
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gaillard.
Alain Gaillard

Pas d'image ? Cliquez ici

Fiche d'identité
Naissance
à Castres (France)
Poste ailier



Carrière d'entraîneur
PériodeÉquipe 
1988-1994
1995-1998
1998-2001
2002-2003
2002-2003
2002-2003
2003-2007
2007-2009
2009-2010
2013-2014
2014-2015
Castres olympique
ASM Clermont Auvergne
Castres olympique
Racing Métro 92 (consultant)
Stade Rodez (consultant)
UA Gaillac (consultant)
UA Gaillac
Castres olympique
SC Mazamet (adjoint)
US Quillan (consultant)
Drapeau : France France fédérale


Dernière mise à jour le 9 octobre 2013.

Alain Gaillard, né en à Castres, est un joueur et entraîneur français de rugby à XV, évoluant au poste de demi de mêlée.

BiographieModifier

Alain Gaillard, professeur de français et entraineur de rugby au lycée Marmontel de Mauriac dans le Cantal, est ensuite entraîneur pro du Castres olympique à plusieurs reprises. Il mène le club au titre de champion de France Groupe B en 1989 et de Champion de France en 1993 contre le FC Grenoble. Castres, qui a éliminé plus tôt dans la saison le même club en quart de finale du Challenge Yves du Manoir[1] s'impose sur le score de 14 à 11 avec notamment un essai controversé[2] de Gary Whetton en faveur des Castrais[3], Daniel Salles, l'arbitre de la rencontre, reconnaissant vingt ans plus tard, en 2013, qu'il a alors commis une erreur d'arbitrage[4]. Le club castrais dispute également la finale du Challenge du Manoir, battu par le Stade toulousain sur le score de 13 à 8.

Il entraîne également l'ASM Clermont Auvergne entre la saison 1994-95 et la saison 1997-98 (avec une demi-finale à la clé en 1996-97) puis à nouveau le CO les 3 saisons suivantes où les tarnais disputent 3 quarts de finale consécutifs et jouent une finale de Challenge européen Lors de la saison 2007-2008, Castres fait un mauvais début de saison et il est rappelé à la tête du club en remplacement d'Ugo Mola[5]. À la fin de la saison 2008-2009 et après le maintien de Castres dans le Top 14, il décide de quitter le rugby professionnel et s'engage comme entraîneur adjoint de Christophe Lucquiaud -un ancien du CO et son adjoint à l'UA Gaillac- au SC Mazamet qui vient d'être promu en Fédérale 1[6]. Quelques mois plus tard, il quitte le club mazamétain officiellement à cause de la conjoncture économique[7].

Durant la Coupe du monde de rugby 1999, il est consultant pour RMC[8]. Depuis 2009, il est consultant rugby pour la radio 100 %[9].

Président du syndicat des entraîneursModifier

De 2002 à 2007, puis de nouveau depuis , il est président du syndicat des entraîneurs de rugby, TECH XV.

En tant que représentant du syndicat, il participe notamment à la cellule technique mise en place après l'échec de l'équipe de France à la coupe du monde 2015. Avec le représentant de Provale, Gaël Arandiga, il accompagne les dix membres désignés par Pierre Camou, président de la FFR et Paul Goze, président de la LNR : Michel Ambal, directeur du centre de formation de l'Union sportive montalbanaise, Julien Bonnaire, Thomas Castaignède, anciens internationaux, Jean-Robert Cazeaux, président du Stade Montois Rugby, Jean-Pierre Karaquillo, Professeur agrégé des Facultés de droit et co-fondateur du CDES, Fabrice Landreau, international et directeur Sportif du FC Grenoble Rugby, Jean-Marc Lhermet, international et directeur Sportif de l’ASM Clermont Auvergne, Robert Natali, chef d’entreprise, Didier Retière, Directeur Technique National de la FFR et Thomas Savare, président du Stade Français Paris[10]. En , la cellule rend aux présidents Pierre Camou et Paul Goze un rapport où figurent quinze propositions[11],[12].

Dans le cadre de la convention entre la Fédération française de rugby et la Ligue nationale de rugby pour la période 2018-2023, il intègre un comité de pilotage des équipes de france chargé d'améliorer les relations entre les clubs et les sélections. Ce comité est également composé de Didier Lacroix (président du Stade toulousain), Éric de Cromières (président de l'ASM Clermont Auvergne) et Emmanuel Eschalier (directeur général de la LNR)[13].

PalmarèsModifier

En tant que joueurModifier

En tant qu'entraîneurModifier

Distinction personnelleModifier

Notes et référencesModifier

  1. « L'ancien Castrais Christophe Urios revient sur le sacre de 1993 », sur ladepeche.fr, .
  2. Clément Garioud, « Ces sombres affaires qui ont entaché la réputation du rugby français », sur https://actu.fr, (consulté le 5 août 2019)
  3. Clément Suman, « Il y a vingt ans, le Castres Olympique soulevait le bouclier de Brennus », .
  4. Frédéric Cormary, « Daniel Salles à propos de Castres-Grenoble en 1993 : « Je me suis trompé » », .
  5. « Gaillard de retour », sur www.rugbyrama.fr, Midi olympique, (consulté le 10 juin 2009)
  6. « Gaillard à Mazamet », sur www.lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 10 juin 2009)
  7. « Mazamet. Départ de l'entraîneur Alain Gaillard », sur www.ladepeche.fr, La Dépêche du Midi, (consulté le 19 janvier 2010).
  8. « Alain Gaillard : «On apprend» », sur www.ladepeche.fr, (consulté le 31 juillet 2019).
  9. paul-Frédéric Casset, « info rugby en deux minutes avec notre consultant Alain Gaillard. », sur www.centpourcent.com, (consulté le 30 mai 2013).
  10. Thibault Perrin, « La composition de la Cellule technique XV de France annoncée par la FFR », sur lerugbynistere.fr, .
  11. « Cellule technique FFR/LNR : les 15 propositions dévoilées », sur lequipe.fr, .
  12. David Reyrat, « Les préconisations chocs de la Cellule Technique », sur sport24.lefigaro.fr, .
  13. « Eric de Cromières intègre le Comité de pilotage des équipes de France », sur www.rugbyrama.fr, Rugbyrama, (consulté le 12 octobre 2018)